• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Les Smashing Pumpkins de retour au Grand Rex

Les Smashing Pumpkins de retour au Grand Rex

Mardi 22 mai 2007, après presque sept années d’absence, les Smashing Pumpkins effectuent leur grand retour sur scène à Paris, au Grand Rex. Trois heures de concert et de retrouvailles, pour découvrir quelques titres du nouvel album, « Zeitgeist », qui sortira le 10 juillet prochain, mais surtout pour réentendre les plus fameux standards du groupe.

19 octobre 2000, à Bercy. Les Smashing Pumpkins - mythique groupe de rock alternatif des années 90 -, sont en pleine tournée d’adieux, et offrent leur dernier concert au public français. Ce soir-là, ils livrent un spectacle grandiose, absolument époustouflant, des sensations d’une intensité inouïe, presque un sentiment d’absolu, qui rend, par la suite, le retour sur terre bien difficile, et fait apparaître, par contraste, la réalité quotidienne incroyablement fade. Le genre d’expérience d’excessive plénitude dont on ne se remet que lentement.

22 mai 2007, au Grand Rex. Le plus grand groupe rock du monde est enfin de retour. La formation a quelque peu changé de visage : elle comprend toujours, bien sûr, Billy Corgan - le charismatique chanteur chauve, guitariste aussi et compositeur -, Jimmy Chamberlin - le batteur d’exception -, mais plus D’Arcy Wretsky - la bassiste -, remplacée par Ginger Reyes, ni même James Iha - l’autre guitariste et co-fondateur du groupe avec Corgan -, remplacé, lui, par Jeff Schroeder. Une claviériste, Lisa Harriton, est également de la partie en ce soir de rentrée au Rex.

Sous le signe du classicisme

Vêtus d’un blanc virginal, comme pour signifier leur nouveau départ, les Smashing Pumpkins présentent quelques-uns des titres de leur nouvel album, Zeitgeist (l’on peut reconnaître le single "Tarantula") ; mais ils reprennent surtout les titres qui ont fait leur gloire passée ; il n’en manque pratiquement aucun : "Today", "Hummer", "Rocket", "Cherub Rock", "Silverfuck", "Disarm" (de l’album Siamese Dream), "Bullet With Butterfly Wings", "Thirty-Three", "1979", "Tonight, Tonight", "Zero", "Muzzle" (de Mellon Collie and The Infinite Sadness), "To Sheila", "Shame", "Annie-Dog" (de Adore), "Stand Inside Your Love", "Glass and The Ghost Children" (de Machina/The Machines of God), "Home" (de Machina II/The Friends and Enemies of Modern Music), "Winterlong" (de Judas O), "Untitled" (de Rotten Apples)...

Les nouveaux titres proposés (en l’occurrence, "United States", "Orchid", "Doomsday Clock", "Starz", "Tarantula", "For God and Country", "Never Lost", "That’s the Way"), très minoritaires dans la programmation, se trouvent noyés au milieu de tous ces tubes ; d’autant plus qu’ils sont joués en public pour la toute première fois, et ne sont donc absolument pas identifiables par les spectateurs, qui n’en garderont qu’un très incertain souvenir. Les morceaux déjà connus volent inévitablement la vedette aux nouveautés, dont on se sent finalement un peu frustré. Cette forte réappropriation du passé est, certes, sympathique ; mais peut-être aurait-il mieux valu se focaliser davantage sur les dernières créations du groupe.

Globalement, les titres inédits font bonne impression, sans être pour autant transcendants. L’un d’eux m’apparaît, sur le moment, excellent ; mais son souvenir, avec quelques heures de recul, s’évapore déjà... On peut aussi remarquer un très long morceau de près de dix minutes, comme on a coutume d’en trouver un au moins sur chaque album des Pumpkins ; mais son souvenir, à lui aussi, s’est vite envolé...

Au final, était-ce un bon ou un mauvais concert ? Il y eut des hauts et des bas, de belles ascensions prometteuses et quelques creux. Et surtout des moments magnifiques, qui coïncidèrent avec les interprétations de "Thirty-Three", "Cherub Rock" - qui réveilla énergiquement la foule un brin endormie par un "Glass and The Ghost Children" pas trop bien venu -, "Zero", "Muzzle", mais surtout "Tonight, Tonight", qui fut sans conteste le point culminant de la soirée, soulevant une vague de plaisir et de gratitude dans les gradins pleins du Rex.

Billy Corgan nous aura gratifié de quelques hurlements dont il a le secret, ainsi que d’une petite série de prestations acoustiques, seul en scène. Jimmy Chamberlin aura été, comme à son habitude, monstrueux et fantastique dans son jeu de batteur. Quant aux deux petits nouveaux, ils seront restés plutôt sages et discrets ; on regrette que Corgan n’ait - bizarrement - pas pris la peine de les présenter au public, qui n’aura guère su - sauf les plus initiés - qui étaient ces illustres inconnus durant toute la durée du concert.

Des demi-Pumpkins toujours aussi magiques ?

Au final donc, un bon concert, généreux, de près de trois heures, dont la magie n’aura tout de même pas été équivalente à celle des concerts d’avant la rupture de 2000. Peut-être parce que les Pumpkins, c’était une alchimie unique entre Billy Corgan et Jimmy Chamberlin, certes, mais aussi - presque aussi indispensables - James Iha et D’Arcy Wretsky. Les Pumpkins en 2007 ne sont plus que la moitié des Pumpkins d’origine. Il ne faut sans doute pas aller chercher plus loin l’explication de ce défaut relatif de magie.

Le mythe Smashing Pumpkins s’était construit à quatre ; il tenait encore à trois, comme durant la tournée Machina, sans D’Arcy, ou la période Adore, où c’est Chamberlin, cette fois-ci, qui avait été mis de côté (suite à ses problèmes de drogue). Mais à deux seulement, le mythe tient-il encore ? Les deux qui restent ont, certes, toujours constitué la colonne vertébrale du groupe ; ce sont sans doute ses deux pièces maîtresses. La colonne suffit bien à faire un très bon groupe de rock ; mais elle ne suffit peut-être pas pour conserver le génie créatif à son plus haut niveau.

Attendons tout de même Zeitgeist, attendons de l’écouter en intégralité, et de le réécouter - car les chansons des Pumpkins ne se donnent que rarement à la toute première écoute -, ruminons-les un peu, et alors seulement nous saurons... si le génie est encore là, intact, miraculeusement sauvé de la scission, ou s’il s’est dissipé tristement. Le beau concert de ce soir ne permet pas de trancher. Il aura seulement confirmé, s’il en était besoin, que les Smashing Pumpkins sont un vrai groupe de scène, à la puissance et à la force de conviction inégalées.

Il semblerait, enfin, que Zeitgeist soit un album engagé. Sa pochette, en tout cas, le laisse penser : elle représente, en effet, la statue de la Liberté en train de se noyer. Son créateur, Shepard Fairey, dit avoir puisé son inspiration dans le réchauffement climatique, en lequel il voit le symbole d’un certain aveuglement américain. Mais la statue de la Liberté sert aussi de métaphore pour illustrer la menace qui pèse sur certains idéaux fondateurs de la société américaine, comme les libertés civiles, la liberté d’expression, ou le droit à la vie privée. Autant d’acquis en péril depuis les attentats du 11-Septembre et la réaction de l’administration Bush. Le soleil, derrière la statue, symbolise, quant à lui, l’espoir. Reste à savoir s’il se couche ou se lève... Ce mouvement dépend sans doute de la volonté humaine... En tout cas, nul doute que Corgan et ses Citrouilles Eclatées ne destinent pas le soleil à se coucher dans la mer.

Documents joints à cet article

Les Smashing Pumpkins de retour au Grand Rex

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 23 mai 2007 11:03

    Voila LE groupe des années 90 - les Smashing Pumpkins

    l’un des meilleur album est Machina / The Machines Of God avec plein de tubes et surtout un son qui correspondait à l’époque.

    C’était l’époque ou au top il y avait les BLINK182,Foo Fighters et les Smashing Pumpkins.....

    Une belle époque de croissance économique

     smiley


    • Mescalina Mescalina 23 mai 2007 13:54

      Quel que soit le jugement porté sur la prestation des SP ce soir, ce concert est historique. Quelle année 2007, reformation de 2 des meilleurs groupes de rock des 90s, les Smashing bien sur, mais aussi The Wildhearts (cf. leur nouvel album éponyme pour comprendre).

      Beaucoup d’interrogation sur le nouveau line up, James Iha n’est plus la (soupir...), d’Arcy non plus (moins grave et joliment remplacée !)... Alors impression à chaud : la bassiste est sobre comme l’était d’Arcy, le nouveau guitariste est sobre... mais manque de charisme et n’a pas la folie de James. Trop posé, James m’a bien manqué, j’espère que l’on peut mettre cela sur le compte du « rodage » nécessaire (1er concert).

      Le cadre : inadapté, le Grand Rex est une salle de cinéma, pas de concert, ou alors pas de rock !!! L’ambiance était bonne, mais lors de titres comme Bullets ou Zero rester coincé entre 2 allées de fauteuils, excusez mais cela n’a rien de rock, surtout que tout le monde était bien évidemment debout, donc absurdité du choix ! Je me consolerai en les voyant aux Rock Am Ring dans une semaine en Allemagne ! :)

      Enfin le concert : son impeccable, la voix toujours parfaite de Billy... Mais cela sentait la répétition et le tour de chauffe. Ayant de nombreux enregistrements live du groupe le concert de ce soir avait l’allure d’un gros best of, mais pas d’expérimentations géniales sur des titres comme Bullet par exemple. Les chansons ont été jouées dans l’ensemble suivant leur format album. Peut être pour pouvoir offrir plus de titres et satisfaire tous les fans...Ca se défend.Quel bonheur néanmoins d’avoir enfin entendu ces classiques qui ont bercé ma jeunesse ! (à l’époque Tonight Tonight était numéro 1 au Top 50 et Hit Machine, no comment...)

      Donc heureux d’avoir entendu ces morceaux mythiques et vu Billy et Jimmy, j’attendais tellement de ce concert que la satisfaction absolue était difficilement possible à atteindre, néanmoins j’attends de pied ferme la semaine prochaine en espérant que mes attentes et interrogations seront enfin levées !!

      Ps : les nouveaux morceaux semblent très prometteurs, certes on ne retient que les anciens ultra connus en sortant, mais tout cela est très prometteur pour le futur album que j’attends de pied ferme !

      Julien


      • Majordome Majordome 23 mai 2007 21:24

        Arf, ça fait du bien un article sur le rock...

        A noter que les Smashing Pumpkins seront également à La Route du Rock à St Malo cet été. J’y serai, mais moi, j’y vais avec bonheur et tremblements pour voir les SONIC YOUTH, qui vont refaire en intégralité leur ancien album « Daydream Nation » (de 1988), que du bonheur ! smiley

        Vous partez en festival cet été vous aussi ??


        • Taïké Eilée Taïké Eilée 24 mai 2007 12:03

          A priori, non, pas de festival pour moi. Mais sait-on jamais... Je n’étais pas non plus censé aller au concert mardi, je n’avais pas réussi à avoir de billet (tous vendus le 11 avril sur le site du Rex en moins d’une heure !). J’y suis quand même allé, au cas où... et j’ai pu racheter un billet à peine une heure avant le début du concert. Donc St-Malo ? C’est pas impossible... smiley


        • Majordome Majordome 25 mai 2007 16:12

          Dans ce cas, pour avoir une bière à St Malo, il faudra juste crier « Majordome » ! smiley smiley


        • Taïké Eilée Taïké Eilée 24 mai 2007 13:22

          Pour un récit plus détaillé du concert, et carrément euphorique, voir cette critique sur XSilence :

          http://www.xsilence.net/concert-1246.htm

          La plupart des fans qui sont allés au concert, et dont on peut lire ici ou là les avis, n’ont émis aucune réserve : ils ont vécu un moment sublime, et même plus fort que le concert d’adieux de Bercy. Pour ma part, je n’ai pas eu exactement le même ressenti : Bercy, pour moi, était un summum, un moment indépassable, un ressenti d’une telle force, un plaisir tellement puissant, que les bras m’en tombaient ; je me disais : « mais c’est pas possible... », c’était presque irréel. Alors il est certain qu’en comparaison avec un tel vécu, tout devait par la suite (sauf miracle) me paraître un peu plus décevant. D’où ma très légère retenue dans mon appréciation de ce concert du Rex. Comparé à la perfection vécue de Bercy, il comportait inévitablement quelques défauts. Ce fut, néanmoins, évidemment, et peut-être ne l’ai-je pas assez dit, un très grand concert. Je m’attendais à ce que le nouvel album soit beaucoup plus présent encore, même si 8 titres sur 12 ont quand même été joués ! Mais sur 29 morceaux au final, ils étaient (en tout cas pour moi) un peu « noyés ». Et puis j’ai un peu regretté que Corgan ne présente pas la nouvelle bassiste et le nouveau guitariste, que, pour ma part, je ne connaissais pas. Et l’on aurait pu aussi s’attendre à ce qu’il s’adresse davantage au public, pour cette occasion tout de même « historique », la reformation du groupe et sa première apparition mondiale sur scène. Mais je chipote un peu là... 3 heures de Smashing Pumpkins, à un tel niveau, ça ne se boude pas !! smiley


          • Taïké Eilée Taïké Eilée 27 mai 2007 01:05

            Si vous aimez les Smashing Pumpkins, venez revivre l’intégralité du concert du Grand Rex sur ce nouveau blog « Zeitgeist » :

            http://pumpkins-zeitgeist.blogspot.com/

            Merci à tous les fans qui ont capté ces images du concert et les ont partagées. Je parlais de mes souvenirs défaillants dans l’article, concernant les nouveaux morceaux... C’est maintenant de l’histoire ancienne : je suis presque aussi familier avec les nouveaux morceaux qu’avec les anciens. Et globalement, ils sont très bons. « Zeitgeist » s’annonce comme un album énorme.

            J’avais parlé aussi, dans l’article, de hauts et de bas dans le concert. A le réécouter, je ne discerne plus les creux que j’avais perçus sur le moment. Comme d’habitude : les Pumpkins se bonifient d’écoutes en écoutes.


            • rafi2600 rafi2600 27 mai 2007 02:50

              « mellon collie and the infinite sadness » est encore sur ma platine : -)


              • Taïké Eilée Taïké Eilée 27 mai 2007 13:35

                LE chef-d’oeuvre smiley

                On aimerait parfois que Corgan recrée une musique très proche de celle de « Mellon Collie » tellement elle était exceptionnelle. Mais sans doute est-il mieux qu’il ne se soit pas tenu à ce genre de souhait nostalgique, car pour continuer à vivre il faut évoluer, et lui n’a cessé d’évoluer, en conservant néanmoins l’essentiel : sa sensibilité, sa rage, sa patte très singulière. « Zeitgeist » n’est pas une répétition du passé. On n’y retrouve pas le son très rock des débuts. Je ne trouve pas encore les mots pour décrire ce nouveau style. Pour vous faire votre idée, allez écouter ces titres ici :

                http://pumpkins-zeitgeist.blogspot.com/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Taïké Eilée

Taïké Eilée
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès