• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Lust, Caution » d’Ang Lee : La Fleur de Shangai

« Lust, Caution » d’Ang Lee : La Fleur de Shangai

Lion d’or à la Mostra de Venise cette année, Ang Lee, installé depuis plus de vingt ans aux Etats-Unis, revient chez lui en Chine réaliser une histoire d’amour inscrite sur une page d’Histoire jamais racontée au cinéma : l’occupation japonaise de la Chine avant le communisme. Sortie en salles le 16 janvier.

Dans le salon d’une maison bourgeoise du quartier résidentiel anglophone de Nanjing Road, quatre ravissantes dames, chics et sophistiquées, font une partie de mah-jong. L’une d’elle, Mme Mak, prétexte soudain une course urgente et quitte brusquement le jeu. Elle gagne fébrilement un café à la limite du quartier populaire chinois et téléphone à un homme où l’on comprend qu’elle donne le top départ d’une opération commando. En 1942, une grande partie de la Chine est envahie par le Japon. Dans un Shangai cosmopolite, capitale économique de la Chine, où se sont réfugiés des immigrés et des Chinois d’autres régions, on trouve pas moins de six langues parlées dont le shangaiais, le cantonais, le mandarin, l’anglais, le japonais, l’arabe.

Quatre ans auparavant, sous le nom de Wong Chia Chi, Mme Mak était une jeune étudiante partie s’installer à Hong Kong qui sera occupé bien plus tard par les Japonais (en 1941). A l’occasion d’un cours de théâtre à l’université, Wong se lie à un groupe d’étudiants menés par le beau Kuang Yu Min. Le groupe très politisé entraîne la jeune Wong avec eux dans la résistance avec le projet d’assassiner M. Yee, un chef des services secrets du gouvernement nationaliste chinois*** qui collabore avec les Japonais. Car Wong a une qualité propre à servir leur grand projet : son talent d’actrice pour séduire M. Yee en se faisant passer pour une épouse délaissée par son mari, Mme Mak. Mais le ménage Yee retourne précipitamment à Shangai, faisant échouer le projet...

En 1941, soit, trois ans plus tard, Hong Kong envahi à son tour, Wong Chia Chi retourne alors à Shangai où elle vit quelques temps chez sa tante jusqu’à ce que le beau Kuang Yu Min la retrouve, devenu un des chefs de la résistance, et lui demande de reprendre l’opération contre M. Yee.

***(après des années de guerre entre les nationalistes et les communistes, la République populaire de Chine sera proclamée en 1949.)

Dès le départ, les relations entre Wong/Mme Mak et M. Yee vont être nettement plus passionnelles que prévu. Dans la première partie du film, bien avant les quelques scènes sexuelles extrêmement visuelles et explicites de la seconde partie du film (rarement vues au cinéma à ce degré et surtout des scènes aussi longues ne faisant pas impasse sur la violence de la sexualité), une électricité à haute tension passe entre les deux personnages. La visite à Hong Kong de M. Yee chez le tailleur de Mme Mak qu’il accompagne est un sommet de tension érotique, comme elle essaye une robe dans une cabine en commentant qu’elle la trouve un peu serrée, sur le point de se changer, M. Yee, assis sur un tabouret de la boutique, submergé par un désir violent, assène un rauque "gardez-la !"

Le personnage de Wong est émouvant à plus d’un titre. Depuis le début du récit, Wong attend que son père veuf l’appelle le rejoindre à Londres où il a emmené son frère. Tout le long du film, Wong feint de croire à ces possibles retrouvailles. On la voit écrire une lettre de félicitations à son père qui annonce son remariage. Attirée par Kuang qui, le nez sur le guidon de la politique, ne la voit pas, elle va se réfugier dans une mission palliant le vide de son existence. Aspirante actrice à l’université, férue de cinéma (Wong va voir Soupçons dans une salle de cinéma), Wong n’aura finalement que ce seul rôle, le rôle de sa vie, celui de Mme Mak.

Comme l’a dit le scénariste, pour incarner l’héroïne, il fallait trouver une jeune femme talentueuse et courageuse, capable émotionnellement de supporter le poids du rôle, un peu comme Maria Schneider dans Le Dernier Tango à Paris. Car les relations entre Mme Mak/Wong et M. Yee ont une parenté avec celles de Maria Schneider et Marlon Brando... Persuadé d’être un monstre capable de dénoncer sa famille pour son travail, spécialisé dans les interrogatoires avec tortures, M. Yee va humilier physiquement Wong qui va en retour se donner entièrement à lui, presque innocemment, au-delà de ses espérances. Marché de dupes où M. Yee se croit protégé par son incapacité à aimer et Wong possède l’alibi de servir le réseau de résistance. Wong a une très jolie phrase en disant au chef de la résistance que, pour la démasquer, M. Yee voudra un jour pénétrer aussi son cœur et pas seulement son corps. Et ce qui fera craquer la carapace de Wong et M. Yee, s’avouer in extremis et tacitement leur amour, n’est pas le sexe si torride soit-il entre eux, mais un épisode d’un romantisme absolu où l’un des deux n’en réchappera pas et tous les deux le savent.

Tout est sublime dans ce film, osons le mot ! Dès la première image, on est immergé dans la beauté pure des images, l’ambiance du Shangai des années 40, plus tard, l’insouciance de Hong Kong libre (lumières plus claires, plus transparentes), puis la pauvreté extrême de l’exode, de l’occupation, la reconstitution est impressionnante. Film noir, film politique, film rouge passion, histoire d’amour universelle, c’est le genre de film rarissime avec la qualité du film d’auteur au service du grand public, la haute couture pour un film promis à un carton commercial presque malgré lui ! Pour les coquettes, les tenues des dames dont celles de Mme Mak et Mme Yee sont à tomber, le satin des robes à col montant, les talons hauts, les grandes pochettes sous le bras, la démarche semi-ondulante, les ongles carminés pour jouer au mah-jong, les lèvres rouge baiser, les petits chapeaux soulignant le regard, un enchantement de plus... Dans le rôle de Wong, une bouleversante inconnue (Tang Wei) qui ne devrait pas le rester, dans celui de M. Yee, un Tony Leung assez génial dans un emploi de méchant, enfin, pour interpréter le beau Kuang, Ang Lee a engagé Wang Leehom, une star de la musique pop en Asie.

Je le dis en toute sincérité, en sortant de la salle, j’ai regardé ma montre et le film avait duré 2 h 40 sans que je m’en rende compte... J’avais également complètement oublié que ce film a obtenu le Lion d’or à Venise cette année et tant mieux, ça m’aurait sans doute influencée avec une volonté inconsciente de chercher le génie, du pitch, je ne savais rien non plus, voilà les conditions idéales pour essayer d’avoir une idée perso sur un film... Je me demande bien quel défaut on pourra trouver à ce film, sauf peut-être l’ultime fin un petit peu expédiée par rapport au reste, qu’on aurait sans doute pu améliorer dans le scénario, mais on chipote... Le film est tiré d’une nouvelle d’une romancière très célèbre en Chine Lust caution, amour, luxure, trahison d’Eileen Chang (existe traduit en français aux éditions Laffont).


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • eurasien 16 janvier 2008 22:20

    Une petite précision : Ang Lee n’est pas revenu "chez lui en Chine" pour faire ce film, car il est Taiwanais et Taiwan et la Chine sont deux endroits très différents, même si la seconde prétend que la première lui appartient...


    • Vierasouto Vierasouto 17 janvier 2008 02:54

      J’aurais du dire qu’il est revenu en Asie car il est installé aux USA depuis 1978.


    • La Taverne des Poètes 16 janvier 2008 23:54

      Le Lion d’or ? Eh bien à cette heure-ci, au lit on dort...Bonne nuit ! Le Dernier tango à Paris, je ne me suis jamais résolu à le regarder. Je n’aime pas les scènes d’humiliation.

       

       


      • Vierasouto Vierasouto 17 janvier 2008 02:56

        Le Lion d’or à Venise n’est pas toujours gage de grand divertissement, c’est vrai... Pour "Le Dernier Tango à Paris", c’est un film difficile à voir et surtout parce que c’est un film très dépressif.


      • c.d.g. 17 janvier 2008 21:59

        tres bon film en effet !

        censure en chine pour cause de scenes trop crues


        • tvargentine.com lerma 19 janvier 2008 21:24

          Voila un tres grand et tres beau film !

           


          • masuyer masuyer 20 janvier 2008 01:21

            qui nous fait oublier un instant que ces saloperies de bobo gauchistes qui ont obligés le très gauche Lerma à voter pour le sémillant Sarkozy, que Dieu le bénisse, qui va enfin permettre de voir de vrais grands beaux films français grâce à sa prodigieuse politique culturelle qui va nous changer de ce cinéma français atone qu’une politique bolchevico-trotskyste initié par Jack Lang et qui l’a conduit à une décadence qui fait de nous la risée du monde entier et particulièrement de l’Argentine.

             

            Ca fait du bien de troller Lerma, désolé pour l’auteur qui nous signe un bien bel article qui donne envie de voir ce film.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires