• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Manga : Bouddha

Manga : Bouddha

La parution du huitième et dernier tome de bouddha est l’occasion de faire un point sur la série de Tezuka Ozamu.

Qui est Tezuka Ozamu ? C’est tout simplement l’inventeur du manga moderne et de l’animation japonaise moderne. L’équivalent d’Hergé et Disney réunis. Décédé à l’age de 71 ans en 1989, Tezuka a laissé une œuvre colossale. 150000 planches dessinées, 400 albums publiés, 21 séries TV d’animation, 12 téléfilms, 17 films et 8 vidéos. Après un doctorat de médecine, Tezuka s’oriente vers le manga. Il révolutionna le shonen (manga pour adolescent) avec la Nouvelle Ile au Trésor par une narration densifiée et une mise en scène très inspirée du cinéma. Il inventa le shojo(manga pour jeunes filles) avec Prince Saphir. Il publia nombre de josei (manga pour femmes matures) et seinen( manga pour hommes matures ) et bien sur nombre de manga pour enfant. En animation il se distingua par une mise en scène proche du cinéma en prise de vue réelle, une production à coût réduit (peu d’images par secondes mais compensée par des mouvements très réalistes). Il réalisa également le premier long métrage érotique animé (Cleopatra).

Devant cette pléthore d’œuvres, le style graphique de Tezuka, très rond inspiré des cartoons américains des années 40, même s’il a quelque peu évolué au cours du temps donne toujours l’impression (à tort) d’avoir affaire à une BD pour enfant. Bouddha fait rétrospectivement partie de la catégorie seinen, c’est-à-dire manga pour adulte plutôt masculin.

Bouddha est la biographie romancée de l’homme du même nom. Plutôt qu’une suite de hauts faits, Tezuka prend le temps de poser le contexte de la société indienne de l’époque dominée par 4 castes qui sont par ordre d’importances : brahmanes (religieux), saigneurs, commerçant, esclaves (dans le sens antique du terme et dont on s’aperçoit qu’ils ne sont pas très différents des salariés de notre époque) et les hors castes (guère plus considérés que les animaux). Le futur Bouddha né à la fin du premier tome ce qui donne une idée de l’importance du contexte politico-social développé par l’auteur. Tezuka nous fait comprendre comment un prince a abandonné sont pays et sa femme en quête d’autre chose tant spirituellement que dans l’organisation de la société. Après avoir essayé les religions locales et avoir failli mourir d’ascétisme, il parcourra le pays pour diffuser son enseignement souvent empreint de bon sens et d’humanisme. Les bases de l’enseignement de bouddha sont les quatre nobles vérités (tenant en quatre phrases) qui visent à supprimer la douleur humaine). On comprend comment une religion sans divinité mettant l’homme en son centre a pu se développer non sans mal, en répondant aux aspirations de l’époque (-600 avant JC).

Loin d’être ennuyeuse, la narration alterne aventures, réflexions et humour (anachronismes et auto-caricature). L’auteur a choisi de traiter son sujet avec humanisme sans cependant tomber dans le piège du mélodrame.

L’adaptation française est malheureusement médiocre. Publiée dans le sens de lecture occidental qui entraîne d’insolubles problèmes de symétries : problème de fluidité des pages, flèche plantée dans le cœur droit,... Nombreuses coquilles (surtout dans le deuxième tome), papier trop transparent, traduction très libre (Clinton ou Zidane sont cités alors que le manga date des années 70).

Bouddha. Huit tomes. Editions Tonkam.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Liam (---.---.42.2) 23 août 2006 13:53

    Question pour l’auteur : recommandez vous l’acquisition de ce manga en VF ?


    • Patrick M. Patrick M. 23 août 2006 21:08

      Oui je recommande le titre. Mes critiques sont plus un coup de gueule contre l’éditeur qui aurait pu faire quelque chose de bien pour pas plus cher, que quelque chose de rédhibitoire.


    • wildchoc wildchoc 23 août 2006 15:54

      Je sais pas pourquoi mais je sens que l’histoire des pages publiés dans le « bon sens » pour certains (vive la vo) va encore faire parler d’elle ...


      • (---.---.162.15) 23 août 2006 18:59
          L’adaptation française est malheureusement médiocre. Publiée dans le sens de lecture occidental qui entraîne d’insolubles problèmes de symétries : problème de fluidité des pages, flèche plantée dans le cœur droit,...

        Au contraire, l’adaptation française est bonne car publiée dans le « bon sens », notre sens de lecture occidental. Il est très secondaire que les coeurs soient à gauche ou à droite, l’essentiel est que chacun puisse lire cette bande dessinée, et pas seulement ceux qui se sont habitués à lire « à l’envers ».

        Quant à la fluidité, elle est bien meilleure quand on lit les mots dans le même sens que les cases, plutôt que le système batard des communautaristes qui ont le snobisme de lire les mots dans le sens occidental et les cases dans le sens japonais (phénomène surtout français).

        A part ça, Osamu Tezuka est un géant de la bande dessinée japonaise, publié en France depuis 1978 (« Le système des super-oiseaux » dans « le cri qui tue »), souvent dans le « bon sens », heureusement. Je conseille plus particulièrement « Black Jack » (suite d’histoires courtes autour d’un médecin, chez Glénat).

        Mais je ne vois pas pourquoi vous parlez de cette édition maintenant, elle date de 1999. j’ai le volume en main, la couverture est différente, l’éditeur n’a certainement fait que la changer pour cette réédition.

        Davantage sur Tezuka sur Wikipedia.

        Am.


        • Patrick M. Patrick M. 23 août 2006 21:11

          Il s’agit bien d’une nouvelle édition (nouvelle adaptation, nouvelle traduction, nouveaux scans avec pages couleurs) datant du 14 août 2006, d’un ouvrage longtemps épuisé. De plus Agoravox n’existait pas en 1999.


        • RicoH (---.---.89.123) 25 août 2006 16:34

          Dommage qu’il y ait autant de fautes qui contraignent la lecture de cet aricle très intéressant.


          • RicoH (---.---.89.123) 25 août 2006 16:34

            Dommage qu’il y ait autant de fautes qui contraignent la lecture de cet aricle très intéressant.


            • Martin Mystère (---.---.122.66) 28 août 2006 16:17

              Commentaire déplacé, surtout quand on parle d’« aricle ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires