• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Manu Chao enflamme l’Arena de Genève

Manu Chao enflamme l’Arena de Genève

Ce mardi 30 octobre devant près de 9 500 spectateurs, le groupe de Manu Chao, Radio Bemba, a offert un concert magistral à Genève. Que du bonheur !

Non le rock alternatif n’est pas mort. Pour preuve : 9 500 spectateurs se sont déchaînés pendant deux heures sur les rythmes de la Radio Bemba, le groupe international de Manu Chao.

Les artistes ont transcendé la salle dans des pogos et des mouvements de joie. Non-stop, les musiciens ont joué des titres rythmés et ont enflammé, du même coup, l’Arena de Genève. Il faut dire que le bassiste Gambeat et le magicien de la guitare Madjid possèdent une présence scénique hors du commun. Les spectateurs ont donc eu à coeur de reprendre les refrains des différents titres proposés par l’ex-leader de la Mano Negra. D’ailleurs, le spectacle a permis aux plus jeunes de revivre des morceaux d’anthologie de cet ancien groupe. Le percussionniste, Philippe Teboul alias Garbancito, a repris la célèbre chanson Sidi h’bibi avec la collaboration des amoureux de la Mano Negra.
Manu Chao a offert à Genève avec l’ensemble de son groupe un spectacle tout simplement grandiose où les deux heures sont passées malheureusement trop rapidement.

Un concert politique

Comme de coutume, Manu Chao a livré des regrets sur l’état politique et économique du monde actuel. Son message porté par la foule se résume au besoin de garder "espoir" en l’avenir, ou comme le titre d’un de ses albums Esperanza.
La seule pause du concert, permettant aux spectateurs de se remettre doucement de leurs émotions, a été le coup de gueule politique contre la montée extrémiste en Suisse. Le spectacle a donc aussi un but politique : celui de développer la conscience de révolte citoyenne. La rappeuse altermondialiste Keny Arkana, de l’association zapatiste d’appel aux sans-voix, a craché sa rage sur différents thèmes (le Karcher de Nicolas Sarkozy, la montée de l’UDC en Suisse, etc.). Une rage largement partagée par le public composé de Suisses, de Français mais aussi de quelques Mexicains.
Keny Arkana avait donné une première partie à la hauteur de l’événement.

Bastien Gouly


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • alisav 3 novembre 2007 07:53

    je voulais remercier bastien gouly pour cet article . j’ai assisté au concert à Geneve et j’ai adoré . j’ai cherché dans la presse suisse des comentaires élogieux sur le concert et je n’y ai trouvé que du mépris.c’était pourtant un événement ;9500 personnes qui jouissent ensemble de la même musique ! mais non , les journalistes suisses parlent de « niaiseries », de vieux mouvement punk..bastien est le seul à avoir utilisé les termes de pogo et rock alternatif , qui sont justes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès