• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Marfa, Fleur et les Autres

Marfa, Fleur et les Autres

Tout le monde connaît Marie Curie, née Marfa Salomé Skłodowska, co-bénéficiaire avec Pierre Curie et Antoine Henri Becquerel d'un prix Nobel de physique, pour le travail de toute une vie qui aboutira aussi bien au traitement du cancer qu'à Hiroshima.

Marie Curie fait honneur à la cause des femmes : elle prouve par sa vie entière et sa passion pour les sciences exactes qu'elles peuvent s'intéresser à autre chose qu'à Hélène et les garçons, par exemple à la vérité pure, car 2 + 2 font toujours 4. Pas moyen de ruser avec ça, hein les filles.

" Elle devient la première femme en France directrice d'un laboratoire universitaire dans lequel elle favorise la candidature de femmes chercheuses ou étudiantes : de 1906 à 1934, elle en accueille 45."

Merci donc à Marie Curie qu'on cite en exemple aux fillettes. Toutefois, elle peut avoir joué à son insu le rôle de... voyons, espionne ? C'est un peu fort. Courroie de transmission, voilà un terme plus approprié. Pour qui ? Pas pour la France.

Marie Curie a le visage austère, quoique peu slave, qui convient à une physicienne et à une excellente élève polonaise (c'est à dire très bien formée en son temps), mais une certaine rudesse dans la physionomie, quelque chose de sombre dans le regard... font qu'on a un peu peur d'elle. Pierre a dû sentir passer son œil noir sur leurs travaux en commun.

Marfa adhère dans sa jeunesse aux idées d'Auguste Comte.

" En 1846, Auguste Comte fonde la « religion de l'humanité », sorte de religion sans Dieu où la déesse de l’Humanité est constituée de « l’ensemble des êtres passés, futurs et présents qui concourent librement à perfectionner l’ordre universel " Wikipedia sur Auguste Comte

Mélancolie polonaise ou fièvre agitatoire ? Elle milite alors pour une éducation clandestine des masses en Pologne. Education anti-russe, anti-tsariste. Elle se prénomme Marfa, qui est "Martha" en russe, "Marta" en polonais. Ce n'est donc pas une Polonaise historique.

Il semble que les Curie aient rigoureusement travaillé la découverte d'Antoine-Henri Becquerel appelée "hyperphosphorescence", elle-même dans le prolongement de celle de Poincaré, pour en laisser galamment le bénéfice médiatique à la seule Marie.

" En 1896, Becquerel découvre la radioactivité par hasard, alors qu'il fait des recherches sur la fluorescence des sels d'uranium3. Sur une suggestion d'Henri Poincaré, il cherchait à déterminer si ce phénomène était de même nature que les rayons X. (découverts par Wilhelm Röntgen en 1895)...

Ce rayonnement fut baptisé hyperphosphorescence le 2 mars 1896. En 1897, Marie Curie choisit ce sujet pour sa thèse de doctorat. Elle révèle les propriétés ionisantes de ce rayonnement puis, avec son époux Pierre Curie, découvre les éléments chimiques qui en sont à l'origine. " Wikipedia sur Becquerel

Becquerel se retrouve en tiers dans le ménage à trois Nobel. Quant à Henri Poincaré, dont les instructions et la découverte sont à l'origine des recherches de Becquerel, qui le connaît dans les lycées ? Un autre passe pour génial à sa place.

Pierre Curie est vu comme le brave type, éternel prince consort, pas de chance avec son accident ‒ et pourtant, il est à l'origine de la piézoélectricité, peaufinée de 1878 à 1880 ‒ avant donc sa rencontre avec Marie ‒ qui a permis l'isolation ultérieure des sels radioactifs.

La cause féministe n'est pas nécessairement la seule raison de l'engouement actuel presque exclusif, et du reste justifié, pour Marie. Ses thuriféraires lui doivent peut-être autre chose : une appartenance à "l'internationale" plutôt qu'à la science, à la France, et au bien commun ?

Allez savoir.

Marfa la positiviste, une fois rebaptisée Marie, renomme à son tour l'hyperphosphorescence, consciencieusement analysée, décortiquée, prête à l'emploi : "radioactivité". C'est moins scintillant, moins poétique et plus froidement déterminé.

Cette radioactivité est suivie de très près. On apprend en passant que dans le gouvernement français de l'époque, on trouvait Raymond Poincaré, déjà trois fois ministre, alors aux ordres des dits "laïcs". En parenthèse :

" Raymond Poincaré fut également l'un des personnages centraux de la Première Guerre mondiale, conflit durant lequel il appela « le Tigre », Georges Clemenceau, à la présidence du Conseil, en 1917." Wikipedia sur Raymond Poincaré

Merci pour ce moment, Raymond, en ce centenaire de la tragédie. La plaie n'a fait qu'empirer depuis. Raymond d'ailleurs, n'est-ce pas le petit nom sympa conjugal de son émanation logique : Sarkozy le naufrageur du paquebot France ?

Dans un tel contexte républicain, les Curie bénéficient d'un "financement inespéré". La recherche conduira, bien plus tard, Marie à l'hôpital.

" Par des étapes de raffinage précises et dangereuses, [Marie et Pierre] isolent successivement les sels radioactifs de la roche brute (...).

Pierre et André-Louis Debierne (élèves de Pierre Curie) font la première découverte de l’énergie nucléaire, en identifiant l'émission continue de chaleur par des particules de radium. (...) Jusqu'en 1902, Pierre et Marie tentent d'extraire une quantité suffisante de radium pour en déterminer la masse atomique, tentative réussie en 1902.

Suite aux résultats de cette recherche, Pierre et Marie reçoivent conjointement la moitié du prix Nobel de physique. Cette même année, ils sont tous deux lauréats de la Médaille Davy." Wikipedia, sur Pierre Curie

Pourquoi la médaille Davy ? Quel rapport avec les intérêts français, la recherche française, la masse atomique et l'énergie nucléaire ? Des Davy de partout se sentiraient-ils directement bénéficiaires de cet effort... de guerre ?

Pierre et Marie Curie sont tous deux morts pour la cause ( laquelle ?).

Nous qui sommes encore là stoïques, sommes reconnaissants aux Davy du monde de nous laisser quelques noms authentiquement européens dans la liste des (vrais) inventeurs. A l'époque, on ne remplaçait ou n'effaçait pas aussi vite qu'aujourd'hui les noms des héros et de génies pour leur substituer quelque cuistre.

Aujourd'hui, Marfa serait écartée au profit d'une quelconque Polyesther-Benne-moi-ça, diplômée par cooptation d'un IUT quelconque, balancée chef de recherche dans un prestigieux institut, se pavanant à la BHL sur les plateaux en éructant de l'incantation jargonnante, méphistophélique, même pas pseudo-scientifique.

Marfa Skłodowska ‒ pour rien au monde Marie Curie ! ‒ serait son bras droit recruteur : DRH et inspectrice de moralité.

L'ami Pierre serait un étudiant au smic, en formation perpétuelle, gratifié d'appréciations "travail médiocre, mais des efforts", soumis au harcèlement sextoy de la cheffesse, moqué en privé par ses collègues, obligé de faire des heures sup non rémunérées.

Becquerel et Henri Poincaré seraient poursuivis pour diffamation, enfreinte aux droits d'auteur ou pire, accablés de procès parolicides.

Röntgen serait carrément SDF, sur-irradié par un étrange hasard malencontreux en HP, terminant sa vie dans le bois de Vincennes.

Et à propos de prix Nobel, nous avons admiré dernièrement une madame le ministre de la culture de France, d'origine abandonnée-coréenne-adoptée, énarque par docilité et tempérament, avouant qu'elle ne lisait jamais rien de littéraire ‒ depuis deux ans, précisa-t-elle ‒ même pas l'impérissable Modiano.

Cette fonctionnaire au charme lunaire nous administre la preuve ‒ la maladroite ! ‒ que la littérature officielle ne vaut pas une bonne fiche administrative au petit déjeuner.

Là-dessus, on nous télévise cette madame Pellerin au détour d'une expo, cautionnant par sa présence la diarrhée sénile plastifiée d'un Paul Mac Carthy. Elle côtoie béate une barbie à l'œil globuleux, prête à éclater aux endroits surgonflés, muette de stupéfaction innée.

Ces deux-là sont, chacune dans son genre, le modèle offert à nos bambines extasiées. On les admire, on voudrait être à leur place. Parce qu'elle palpe, la Zaya (si c'est bien son nom). Et parce qu'elle en a de l'entregent pour se retrouver chef de la culture française, la ministresse qui ne lit jamais rien d'inventé, avec ses yeux bridés dans un cercle polaire comme pas une gauloise ne les a.

On les filme ensemble, madame le ministre et la botoxée, sur fond de parties honteuses et de déjections artificieuses industrielles, catapultées "art plastique" sur les foules éclaboussées. Manuel Valls, qui sert de garant provisoire à la beauté interpelleuse des machins et de la barbie, s'en écarte quand même un peu. Il pousse l'énarque entre lui et l'art retouché.

Ah, se dit-on nostalgique, Pierre et Marie Curie, c'était autre chose que Fleur de Mac et Zaya.

Sauf que Nagasaki, Fukushima, Chernobyl, le phosphore et tout ça, de quelles mains avides... Toute cette recherche honnête, tous ces grands esprits, toute cette matière grise, tout ce dévouement en laboratoire de fortune, tout ce génie européen...

Des cendres, des Zaya, des Valls et des Macdébris, voilà le résultat.


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Piotrek Piotrek 31 octobre 2014 11:43

    Elle se prénomme Marfa, qui est « Martha » en russe, « Marta » en polonais. Ce n’est donc pas une Polonaise historique.

    Effectivement, Marfa ce n’est pas slave, mais d’ou sortez vous qu’elle s’appelait « Marfa » et non Martha ?

    sommes reconnaissants aux Davy du monde de nous laisser quelques noms authentiquement européens dans la liste des (vrais) inventeurs

     smiley

    C’est pas vous qui seriez de réecrire l’histoire, sous-entendant que des inventeurs qui ne sont pas juifs le sont ? Arrêtez de faire votre fainéant et allez chercher les innombrables inventeurs que je qualifierai pour vous de « non-juifs » dans l’encyclopédie. Denis Papin au hasard. Fai-né-ant !

    Article une fois relu, se trouve être plein de sous-entendus crasseux, d’avis avortés et d’anachronismes ignorants. Si vous supportez Soral, sachez que vous vous trouvez à l’opposé stellaire par rapport à lui.


    • lisca lisca 31 octobre 2014 14:15

      «  »Elle se prénomme Marfa, qui est « Martha » en russe, « Marta » en polonais. Ce n’est donc pas une Polonaise historique.« 

      La phrase n’est en effet pas assez claire.
      Marfa est un prénom russe (slave ou non, je l’ignore, répandu en Russie en tout cas).
      Il se traduit par »Marthe« en français » et par « Marta » en polonais.
      On peut donc supposer raisonnablement que les parents ou grands-parents de Marfa sont des réfugiés de la Russie tsariste en Pologne.
      Pourquoi se seraient-ils réfugiés en Pologne ?
      Il faudrait se plonger dans l’histoire de l’époque. Et ceci n’est qu’un article, qui ne peut que donner quelques pistes.

      « des inventeurs qui ne sont pas juifs le sont ? »

      Ils sont quoi ? Juifs ? Inventeurs ? Qui est ce « ils » ?Je ne comprends pas cette phrase. Merci pour le lien de l’encyclopédie Denis Papin.
      Nous savons quand même encore que nous Français avons une histoire bourrée d’inventeurs, quelques-uns juifs parmi une myriade d’autres.

      « Supporter » Soral, c’est, en français, le tolérer en serrant les dents.
      Soutenir Soral, c’est lui apporter du soutien.
      Je ne sais pas quel sens vous donnez au mot « supporter ».

      Je suis triste pour mon pays gravement blessé, voilà le sens de l’article.



    • L'enfoiré L’enfoiré 31 octobre 2014 17:13

      Bonjour Lisca,
       Bon article.
       Arte avait construit un bon documentaire sur Marie Curie, au delà du mythe
       Cette vidéo est un raccourci


    • raymond 1er novembre 2014 19:38

      Lisca, merci de votre article, mais vous dites quelques-uns sont Juifs et des myriades ne le sont pas , faut pas exagérer tout de même, la plupart des savants de pointe en France et Europe sont Juifs, même si les caractériser ainsi est une infamie en soi, moi je préférerais le critère « aime les pizzas ou pas »


    • Piotrek Piotrek 2 novembre 2014 00:00

      @raymond

      la plupart des savants de pointe en France et Europe sont Juifs.

      Source ?


    • lisca lisca 2 novembre 2014 08:08

      Pourquoi être Juif ou signaler qu’une personne l’est serait-il infâmant ?
      C’est intéressant à savoir.
      Marie Curie avait un père juif converti et une mère catholique, d’après La Croix du 22 décembre 1911. Son mari Pierre venait d’une famille protestante.
      A Paris, elle a été défendue quand elle a eu des ennuis par des francs-maçons, généralement d’origine protestante.
      Ca en fait des religions !
      Elle se présentait comme athée, libre penseur.
      On la trouve dans les textes sous les noms de Marfa, Maria, Manya (petit nom d’enfance).


    • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 31 octobre 2014 20:00

      La plus célèbre invention de Marie Curie est la sauce, qui d’ailleurs porte sont nom !


      • rhea 1481971 1er novembre 2014 09:34

        Nous sommes à coté de nos pompes depuis cette période, nous sommes liés à notre étoile et son système planétaire, un peu de cosmologie et de mathématiques et cela se démontre facilement et il faut parfois savoir laisser tomber certaines découvertes qui remettent en jeu cette équilibre dynamique.


        • lisca lisca 1er novembre 2014 11:48

          Une biographie intéressante de Marie Curie
          http://www.medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/curiemp.html
          Ici Marie Curie en femme à scandale :
          http://www.aip.org/history/curie/scandal1.htm

          @ rhea
          Une découverte, on en fait de la bombe ou autre chose, des soins, de l’énergie gratuite.
          L’important c’est qu’elle soit exploitée et contrôlée par des responsables intelligents et bienveillants.
          Marie Curie aurait-elle servi sans le savoir les intérêts de responsables malveillants et tordus pour servir leur fantasme de diriger le monde ? smiley
          C’est bien possible.


          • lisca lisca 2 novembre 2014 08:00

            «  »quelques-uns sont Juifs et des myriades ne le sont pas , faut pas exagérer« 

            ... dans l’histoire de France.
            Aujourd’hui, je ne sais pas, mais j’imagine qu’en effet il y en a beaucoup, en sachant que la recherche n’est plus artisanale, du type »laboratoire des Curie", qu’elle dépend d’équipes et de moyens, et qu’on ne sait pas au juste qui, dans l’équipe a l’intuition géniale qui bénéficiera au chef de cet équipe, le seul médiatisé, effectivement souvent juif ou s’affirmant tel.
            Il y a aussi quelques assassinats périodiques de savants.
            Ils ont tendance à disparaître dans des accidents et souffrent plus que d’autres catégories de crises cardiaques.
            L’objet de leur recherche est toujours extrêmement sensible.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès