• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Marions-les ! (sur « L’Arnacœur » & Co)

Marions-les ! (sur « L’Arnacœur » & Co)

Vous voulez écrire une bonne grosse comédie française qui cartonne dans l’Hexagone (bientôt 3 millions d’entrées pour L’Arnacoeur*) ? Et qui ratisse large jusqu’aux States (le film pourrait faire l’objet d’un remake à la sauce hollywoodienne avec Bradley Cooper & Anne Hathaway) ? N’attendez plus ! Faites appel à Laurent Zeitoun (scénariste de L’Arnacoeur et du précédent carton Prête-moi ta main) et écrivez sur le… mariage. Succès garanti à la clé, ou presque. Les convenances sociales, les signes extérieurs de richesse, la sacro-sainte famille, les interdits parentaux, le fait de (feindre) contrebalancer l’ordre bourgeois des bienséances, voilà ce qui plaît, plus que jamais, dans notre France 2010 bleu azur. L’esprit Nouvelle Vague et Mai 68, sur fond de Flower Power et de Peace & Love, semblent définitivement aux oubliettes. N’avoir servi, hélas, à rien. L’esprit Imagine (pas de frontières, pas de possessions...) a été complètement avalé par le système marchand. On repart comme en 14 pour revenir sur un fait juridique alimenté par l’ordre social, financier et judéo-chrétien (et de temps en temps par l’amour !) : le mariage, i.e. « l’union légitime de deux personnes dans les conditions prévues par la loi » (Petit Robert), et ses corollaires (le divorce, la séparation, le célibat).

On ne compte plus les films – et ne parlons pas des séries télé ! - qui font du mariage, et de son opposé (la rupture), le ressort de leur canevas comique : Le Mariage à trois, Mariages !, Meilleures ennemies, Marley & Moi, Mon Beau-père & Moi, Un Mariage de rêve, Pièce montée, Permis de mariage, Mariage mixte, 7 ans de mariage, Mariage à la grecque, Mariage à l’anglaise, Mariage à l’iranienne, Le Mariage de mon meilleur ami, Un mariage de princesse, Un mariage trop parfait, 4 mariages & 1 enterrement, Rachel se marie, Very Bad Trip, Le Plan B, Prête-moi ta main, L’Arnacoeur et le futur An Ex To Grind, mariant Diaz à Del Toro - n’en jetez plus, la coupe… de champagne est pleine ! Il s’agit d’être MDR et LOL avec ça, et ça marche !

Alors, il serait faux de dire que L’Arnacoeur n’est pas bien écrit, ou ne fonctionnerait pas. Au contraire, c’est une mécanique narrative qui fonctionne à plein régime d’autant plus, qu’à l’image de son titre mot-valise, cette romantic comedy est déjà calibrée tel un produit US. Ses auteurs, dont Jeremy Donner, un américain francophile, ont eu du flair en fusionnant la french comedy avec l’âge d’or de la comédie hollywoodienne (McCarey, Lubitsch, Wilder) ; Monaco, eldorado universel, assurant le passage de témoin, avec en perspective la côte d’Azur de La Main au collet du père Hitch : « On a vraiment voulu prendre le meilleur des comédies françaises et de la comédie romantique américaine » (Zeitoun). Bref, question références, à ce niveau-là aussi, marions-les !

Une agence tous risques, avec à sa tête un briseur de couples, Alex aka le beau chevelu et poilu Romain Duris, doit empêcher une jeune et jolie héritière (Vanessa au Paradis) de se marier ; le pitch de L’Arnacoeur est imparable et son corpus de références populaires (Wake Me Up Before You Go-Go de Wham !, le film Dirty Dancing, le roquefort à 11h du mat’) est lisible par tous, all over the world. D’où un scénario programmatique qui peut rapporter gros, partout. Mais ce film, si habilement écrit soit-il (trop cadenassé d’ailleurs à mes yeux), ne serait qu’une énième comédie à la française surfant sur le rêve américain - une piscine avec transat et palmiers à Beverly Hills ! - s’il n’avait en lui, tel un cheval de Troie, un acteur en roue libre capable, à lui tout seul, de faire dérailler un scénario franco-français-américano livré clés en main - je veux bien sûr vous parler de l’acteur belge impayable François Damiens ! Dans L’Arnacoeur, Il faut le voir venir réparer une fuite d’eau, dans un grand hôtel monégasque, en étant habillé en plombier avec une coupe de cheveux de footballeur polonais des seventies. Hénaurme ! Impossible que cette scène Grand Guignol, à l’humour belge complètement décalé et semblant constamment au bord de l’impro, ait été écrite telle quelle par le staff des scénaristes. On a envie de croire que cette séquence farcesque venant faire tache d’encre dans le décorum scénaristique bling-bling, tel un Gremlin (ou un Noël Godin) qui s’incrusterait direct dans un rallye mondain trop smiley pour être honnête, ne peut venir que de ce trublion d’acteur qu’est Damiens, livré à lui-même et donc au meilleur de sa forme. François Damiens dans L’Arnacoeur, c’est la rencontre incongrue entre un Coca Light et du gros rouge qui tache, bingo !

Parfois, il arrive qu’on apprécie un film que pour un acteur, une réplique, une scène. C’est mon cas avec cet Arnacœur. Malgré son intrigue télévisuelle passe-partout, si je trouve ce film printanier un tant soit peu sympathique (du 3 sur 5 pour moi), c’est parce qu’il contient la scène freestyle – et d’anthologie – du plombier polonais footeux campé par le borderline François Damiens (déjà à l’œuvre dans La Famille Wolberg et surtout dans le trop peu connu Cowboy, 2007, film belge de Benoît Mariage). Fou rire garanti. Merci et chapeau l’artiste ! 

PS : François Damiens à votre mariage, Fallait pas l’inviter ! 

* En salles depuis le 17 mars 2010.

Documents joints à cet article

Marions-les ! (sur « L'Arnacœur » & Co) Marions-les ! (sur « L'Arnacœur » & Co)

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • patroc 27 avril 2010 09:30

    Pff, même pas envie de voir la bande annonce de ce film !.. Par contre, je vous conseille le documentaire de Coline Serreau, solutions locales pour désordre mondial, très sympa, avec les défauts de la réalisatrice (gros plans) mais des personnages attachants.. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès