• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Marketing Halloween

Marketing Halloween

A trois semaines des festivités d’Halloween, les rayons de la grande distribution se remplissent. Malgré sa perte de vitesse en France, cette fête mondiale reste le phare de l’uniformisation culturelle. Le match culturel local contre la mondialisation culturelle reste ouvert !

Il est des événements planétaires qui deviennent tout à fait insupportables, par le fait même qu’ils sont mondiaux, et par le fait même qu’ils uniformisent l’inconscient collectif sous une façade ludique et attirante. Ces événements sont lisses comme un miroir, et rendus aussi brillants et aussi neutres que possible par la suppression de tout ce qui peut susciter un rejet ou une incompréhension de la part du pseudo consommateur que nous sommes. Ils sont à la culture, ce que "Canada dry" est à l’alcool, et ils sont si bien préparés qu’ils passent à travers les mailles parfois serrées des fameux particularismes locaux, sorte de rempart au modèle dominant, dont nous connaissons dans la région Sud-Ouest tout le sens et la portée qu’ils recouvrent. En résumé, ils sont rendus parfaitement aptes à une commercialisation et à une consommation de masse.

L’individu d’aujourd’hui est pris dans un système qui lui impose non seulement la conduite à tenir face aux grands événements, mais également l’acceptation passive de ceux-ci. La puissance du "marketing" - et je n’emploie volontairement pas le terme de mercatique - est telle, qu’à l’heure actuelle, que personne, dans les pays développés, n’échappe au conditionnement de masse. Mais alors que nous n’y faisons plus guère attention lorsqu’il s’agit de l’industrie agro-alimentaire qui nous impose ses choix par les médias et la grande distribution, voilà que le "Roi" marketing nous impose une fête, Halloween, qui n’est pas la vraiment la nôtre.

Et pour mieux faire avaler aux Européens - et peut-être plus particulièrement aux Français - cette nouvelle pilule culturelle mondiale, le stratagème utilisé est à la fois si habile et si pernicieux, que bon nombre de ceux qui contestent l’hégémonie culturelle américaine se sont laissé piéger par le leurre. Voilà comment on crédibilise une fête importée des États-Unis, en utilisant une valeur sûre, l’estampille celte, qui apporte actuellement (là également, pointe une excellente démarche marketing) la sécurité des racines et des valeurs ancestrales. Piètre consolation !

Alors, que vont devenir les carnavals que nous connaissons ? Vont-ils profiter de l’engouement nouveau pour cette fête, et reprendre vigueur dans son sillage médiatique, ou vont-ils subir l’écrasement de l’implacable machine à mondialiser la culture, et disparaître, parce qu’aujourd’hui, il semblerait qu’on ne puisse plus s’amuser si ce n’est pas à l’échelle planétaire ? Si c’est la seconde solution qui est retenue, alors, nos imparfaits mais si pittoresques carnavals, si caractéristiques de nos régions, si colorés et si sympathiques, ne tarderont pas à augmenter les fonds documentaires des musées, et vivre uniquement dans les mémoires par de belles expositions photographiques...

Alors que doit-on faire ? De la résistance culturelle, en appliquant un discours partisan et provocateur comme je viens de le faire, et refuser d’accepter comme une fatalité la culture imposée à tous, ou céder à la passivité confortable du consommateur de culture insipide, qui, bien que se sachant manipulé, trouve plus simple qu’on vienne lui apporter une culture appauvrie, certes, mais à domicile ! Une culture prédigérée !

Si toute réponse semble hasardeuse, nous pouvons tout de même préciser que la culture reste riche par sa diversité et par l’effort que fournissent ceux qui se donnent la peine d’aller à sa rencontre. Il n’est pas de sensation plus intéressante que celle de la découverte, provoquée ou fortuite, d’un événement tel qu’il est, brut, avec ses qualités et ses défauts, que de le voir et de l’apprécier in situ, dans sa réalité vivante.

Mais il serait également indigne de parler d’événements culturels sans parler de ceux qui les font vivre ; d’oublier dans ce propos ces anonymes et ces bénévoles qui, à l’image de ceux du carnaval béarnais (mais ce n’est là qu’un exemple), préparent pendant un an cette festivité, pour qu’elle continue à vivre, à Pau, avec ses racines et ses particularités qui font sa spécificité. Car si ce carnaval est beau et convivial, c’est parce qu’il est imparfait, spontané, et un peu désordonné, mais qu’importe, c’est par ces formes qu’il existe. Il respire la bonne humeur et la vraie fête dépourvue de tout mercantilisme, et il reste résolument local, comme devraient l’être toutes les festivités culturelles qui créent la diversité des couleurs du monde.

Cependant, sous ces beaux mots et ces belles phrases, se cache la vraie réalité de ces organisations associatives qui paraissent soudain bien précaires. Le fil ténu qui préside à la continuité de ces événements fait office de poids plume face à la machine commerciale parfaitement huilée et habituée à percer les résistances les plus opiniâtres.

Les sciences commerciales ont investi de toute leur puissance le domaine culturel. En banalisant les événements, en les reléguant au rang de simple produit de consommation aseptisé, en choisissant lequel d’entre eux répond le mieux aux aspirations du plus grand nombre, le "marketing killer" poursuit sa route, purgeant de la beauté et de l’intérêt local qu’il suscite, le contenu mythique, légendaire et symbolique des fêtes locales, pour le remplacer par un ouragan commercial totalement uniformisé. Mais tout ceci n’est peut-être qu’un combat d’arrière-garde !


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • (---.---.244.218) 14 octobre 2005 20:51

    En France et à Paris en particulier, ce sont massivement les mêmes qui célèbrent avec ravissement cette ode au marketing débilisant et qui déblatèrent à longueur de temps des propos d’un anti-américanisme les plus stupides (et ce bien avant l’arrivée de GW Bush) Comprenne qui pourra.


    • Le Peitit Fennec 30 octobre 2007 15:07

      Bonjour ! Je suis bien d’accord avec vous en ce qui concerne la mondialisation de la culture. Cette dernière est en train de nous robotiser et de nous asservir afin de pouvoir mieux nous endiguer et nous faire passer la pilule. En ce qui concerne, la fête d’Halloween, ce n’est même pas la fête des américains. A ma connaissance, c’est une culture issue des temps ancestraux de l’ancienne Irlande. C’est presque de la science fiction. C’est une légende bien irlandaise qui dit que ce jour-là, les revenants descendent sur terre et vont porter atteinte et faire peur à l’être humain. C’est une légende qui a bien traversé l’océan atlantique dans les années 1600, transbordée par les émigrants irlandais en Amérique et qui revient en force vers l’Europe qui veut bien la faire sienne et surtout en France. C’est une culture bien irlandaise qui est orchestrée par les arrières-petits-enfants d’irlandais tels que GW BUSH et bien d’autres. Ils veulent faire revivre des idiomes et des cultures ancestrales et les imposer au monde entier. C’est là que la mondialisation commence à faire mal à ceux qui veulent garder leur entité propre et leur culture propre. Les Bush et compagnie veulent à tout prix mondialiser et robotiser l’esprit humain et l’asservir pour arriver à leurs fins et assouvir leurs desseins belliqueux pour mettre « main basse sur le monde » et asseoir leur hégémonie sur toute la planète. Ils veulent donner une dimension gigantesque à leurs fantasmes et à leurs idées de croisés en faisant fi des autres cultures et en essayant de porter atteinte aux autres religions par leurs agissements inconsidérés. Qu’a à voir le monde avec la fête d’Halloween ? Ce n’est qu’une culture propre à un mouchoir de poche qu’est l’Irlande et ses histoires de revenants. Alors ! Aux gens sensés de leur tenir tête pour ne pas tomber dans leur marketing à la con.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès