• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Marrier Cherrier : l’impromptu de La Cigale

Marrier Cherrier : l’impromptu de La Cigale

Le 15 mars dernier, Marie Cherrier enthousiasmait La Cigale. L’album live de ce concert vient de sortir alors qu’il n’était pas prévu avant la soirée.

Il y a des dates qu’il faut retenir dans les carrières d’artistes, des dates pivots. Gageons que, pour la jeune chanteuse française Marie Cherrier, le 15 mars 2008 sera de celles-là. Ce soir-là, pour sa première grande scène parisienne, elle enthousiasmait le public de La Cigale. L’album live de ce concert vient de sortir et il est disponible dans "l’épicerie" du site web de la chanteuse, en commande auprès de sa maison de production, Caroline Productions.

Pourtant, cet album n’aurait jamais dû exister : aucun enregistrement spécifique n’avait été réalisé ce soir-là. Comme la chanteuse l’avoue dans la pochette de son Live : "Ben voilà, on y était... Seulement, comme c’est nous, on n’a pas calculé le coup du live. Ce concert, on l’a enregistré comme ça, pour voir, en stéréo, en sortie de console. Et heureusement, parce qu’encore aujourd’hui, je n’ai pas ressenti autant de choses sur scène que ce soir-là... A tel point, qu’au départ, je voulais brûler les bandes pour qu’aucun ne revienne jamais dessus contredire mes souvenirs. Et puis, comme je change souvent d’avis, on les a écoutées et on a décidé d’en faire un album."

Le résultat est pourtant très bon. Evidemment, impossible de tricher en refaisant les mixages : c’est du brut de fonderie. Donc, oui, au début, Marie Cherrier a du mal à chauffer sa voix, son émotion d’être là est tellement perceptible qu’on pourrait l’attraper. Emotion partagée par une salle conquise dont les encouragements et les joies ne se perçoivent qu’au travers des micros de la scène puisque rien n’était prévu... Les arrangements live amènent une dose supplémentaire de cette émotion qui étreint à chaque fois que l’on écoute un titre, par rapport aux versions studio. Album simple, il a cependant perdu par rapport à la soirée une partie du sel : la plupart des échanges avec la salle, les explications sur les textes des chansons, leur contexte d’écriture... Il fallait couper pour que ça entre et c’est dommage.

Car, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Marie Cherrier est une sorte de fille cachée de Georges Brassens et d’une danseuse gitane. Elle appartient à la jeune génération des chanteuses françaises, ce que l’on nomme "la nouvelle scène", avec des chanteuses plus connues comme Olivia Ruiz. Elle a déjà été appréciée lors de sa prestation aux Autres Prods (spectacle de la Sacem de promotion de jeunes talents), après son premier album, Ni vue ni connue. Un autre album (Alors, quoi ?) plus tard, elle était donc toujours en tournée avec cette escale mémorable à La Cigale (Paris) le 15 mars 2008.

Marie Cherrier, auteur-compositeur et interprète de presque toutes ses chansons, sait manier les textes de qualité et les musiques rythmées. Qu’elle égraine ses révoltes contre Nivelle et les guerres (Le Temps des noyaux...), ses colères de fan déçue du chanteur Renaud qui a perdu son sens de la révolte au profit d’un succès facile (Alors quoi ?) ou simplement ses amours (Septième ciel, Manouche...), cette funambule entre les genres associe poésie, profondeur et humour, toujours avec un très grand talent.
Aux qualités intrinsèques de ses chansons s’ajoute une présence scénique absolument remarquable. Qu’elle joue de l’accordéon ou de la guitare, ou même qu’elle se contente de chanter juste accompagnée de ses musiciens (ses complices, plutôt), cette danseuse gitane aux pieds nus possède la scène, possède la salle.

Ajoutons enfin que les titres de Marie Cherrier peuvent être achetés en téléchargement légal (lien à partir de son site) sans aucune mesure technique de protection, ce qui garantit le patrimoine de ceux qui les achèteront, même s’ils changent de lecteur MP3 ou d’ordinateur.

Attention : talent. Cette artiste ira très loin (elle est déjà très bien partie). Cette chronique est probablement à suivre...


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Yvance77 14 août 2008 11:38

    Trés bon petit billet. Je l’ai découvert un peu par hasard cette jolie donzelle, et j’avoue avoir été séduit. Bin que mon univers est plutôt trés rock voir du lourd, elle a une fraicheur que bien d’autres peuvent lui envier.

    Ces textes sonnent juste, et pas guimauve pour deux sous, j’aime cette dérision qu’elle affectionne.

    Avec la Ruiz et d’autres on dispose de petits bijoux musicaux.

    A écouter pour le plus grand plaisir

    A peluche


    • Bertrand Lemaire Bertrand Lemaire 14 août 2008 12:20

      J’ai oublié de préciser que j’ai placé sur le site d’écoute de MP3 légal Deezer ma Playlist de cet album : http://www.deezer.com/#music/playlist/10293468/403322


      • @politique @politique 14 août 2008 14:18

         

        Hum voilà de la musique bien comme il faut, bien franchouillarde. Une demoiselle jeune et jolie, bien calibrée, comme les tomates aux uv, qui depassera surtout pas du cadre.


         

        Oh la la quelle originalité ...


         

        Mon dieu vivement qu’elle soit mariée et qu’elle ai des gamins...elle aura enfin trouvé un sens à sa vie.


         


        • @politique @politique 14 août 2008 14:55

           

          Plus j’écoute et plus je trouve ça creux, aussi vide qu’un songe de comateux...

          Accordéon binaire, echo de supermaché sur la voix, ça sonne le balloche à biture, c’est à la musique ce que les cartes postales sont à la photo, de la guimauve aseptisée. Et les paroles ...amis de la poésie bonsoir...il y a rien, mais vraiment rien à garder ...

          Je vais même m’amuser à recopier les paroles pour voir à quel point c’est mièvre...ça occupera au moins quelques jours d’aout...


          • norbert gabriel norbert gabriel 18 août 2008 16:09

            Salut
            curieux comme les avis "objectifs" sont nuancés... au fait c’est quoi la chanson franchouillarde et la poésie mièvre ? Vous avez entendu, ou lu "le temps des noyaux" ? si oui, je doute un peu de la pertinence de votre observation.


          • Gasty Gasty 14 août 2008 17:55

            J’aime bien , Merci. smiley


            • @politique @politique 29 août 2008 16:32

               


               

              Monsieur Norbert Gabriel,
               

              Vous voulez parler d’art ? Vous voulez poser une échelle de valeur sur les émotions ?


               

              La palette est tellement infinie...


               

              Vous trouvez cet artiste génial, vous avez le droit...je ne vous en veux pas, laissez moi donc penser librement.


               

              C’est plat et creux, et c ’est un avis qui n’a rien d’objectif fort heureusement car, nous ne sommes pas ici en présence de codes barres, pas encore... quoi que ...


              • @politique @politique 29 août 2008 16:51

                Marrier Cherrier point 

                Encore merci à ce chaleureux bertrand Lemaire qui a l’opportunité de nous faire connaître d’une façon totalement neutre, cette formation mythique du troisième millénaire...vite, jetez vous sur les bacs...

                Ah vraiment le management c’est plus ce que c’était...

                La ’’daube’’ une fois qu’elle est prête, il faut bien la fourguer, dommage que la sauce soit dépassée...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article

MP3


Palmarès