• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Mathurin Méheut, peintre des vieux métiers

Mathurin Méheut, peintre des vieux métiers

Le peintre de la Bretagne, Mathurin Méheux, est sous les feux de l’actualité en 2008 mais pour des faits divers. Le 19 avril, le quotidien Ouest-France informe du vol d’une dizaine de ses œuvres. Le 2 mai, le même journal annonce dans la rubrique immobilière que la maison du peintre est en vente. Enfin, le 6 juin Ouest-France encore nous apprend que les héritiers du peintre vont reprendre près de la moitié des 10 000 toiles du musée de Lamballe. C’est l’occasion de présenter ce peintre.

Peintre très coté en Bretagne (le moindre dessin se négocierait à 1000 euros), Mathurin Méheut est inconnu passé la frontière bretonne. Et pourtant...


Qui était Mathurin Méheux ? (1882-1958)

Né à Lamballe (Côtes-d’Armor) en 1882, et décédé à Paris en 1958, Mathurin Méheut fut élève de l’école des Beaux-Arts de Rennes, puis en 1902 de l’école des Arts Décoratifs de Paris. Il réalisera une grande quantité de motifs décoratifs inspirés par la faune, la flore et la géologie. Remarqué par le célèbre banquier-mécène Albert Kahn, qui a créé les Archives de la planète, Méheut est le seul artiste parmi de nombreux photographes à bénéficier d’une bourse de voyage autour du monde dont il doit ramener des dessins inédits sur la vie des populations. Il entreprend alors un voyage qui le mènera jusqu’au Japon. Voir ici.

Il est rappelé pour la Première Guerre mondiale, lors de laquelle il produit un grand nombre de dessins, véritable témoignage de la vie dans les tranchées. Voir ici.

Après l’armistice, il revient dans sa Bretagne natale, et devient illustrateur (notamment pour Maurice Genevoix, Colette, Pierre Loti, Roger Vercel). Il enseigne aussi à l’école des Beaux-Arts. Artiste pluridisciplinaire, il sera chargé de la décoration du paquebot Normandie ! En tout, il décorera une douzaine de paquebots. Il va aussi collaborer étroitement avec le faïencier Henriot de Quimper. Voir quelques faïences ici.

Mathurin Méheut a aussi été nommé peintre officiel de la marine en 1921.


Méheut et les vieux métiers bretons :

Mais le public retient surtout ses nombreux tableaux sur la Bretagne, en particulier sur les vieux métiers. Il faut dire que Méheut est né dans une famille d’artisans. Le père de Mathurin Méheut était charpentier menuisier à Jugon-les-Lacs. Méheut s’est donc ainsi intéressé aux divers métiers de l’artisanat et de la mer, ce qui fait de lui un peintre de la condition humaine de son époque.

Au cours d’un séjour (1911-1912) à Roscoff, il se passionne pour la Basse-Bretagne et découvre les pêcheurs et les goémoniers. Il restera deux ans au sein de la Station Biologique où il accompagnera les chercheurs sur les plages, les grèves et en mer. Deux années durant lesquelles il va patiemment et minutieusement reproduire les poissons, crustacés et algues qu’il récolte. Voir ici.

L’étude de la mer, flore et faune de la Manche et de l’Océan, le fait connaitre auprès des scientifiques et des critiques d’art.


Méheut sous les projecteurs de l’actualité récente :

Le 19 avril 2008, on apprenait le vol de tableaux de Mathurin Méheut au domicile d’un couple de Paimpolais. Le préjudice se chiffre en milliers d’euros. Le 2 mai, c’est l’annonce de la mise en vente de la maison natale de Mathurin Méheut pour un prix de 700 000 €. Les propriétaires en avaient particulièrement pris soin et réussi même à en faire un lieu touristique incontournable, inscrit au Guide du routard, avec chambres d’hôtes. Mais qu’on se rassure : elle sera peut-être affectée au futur musée...Et puis voici que la moitié des 10 000 toiles du fonds d’atelier de Méheut va quitter Lamballe. Après sept ans de bataille juridique puis de conciliation, les héritiers du peintre les récupèrent. Ils avaient contesté les donations effectuées par leurs ascendants, entre 1962 et 1972, à l’association qui gère le musée, les Amis de Mathurin-Méheut. C’est au nom de la réserve héréditaire, même si la fille, disparue en 1992, a cédé librement son patrimoine, que la restitution est décidée. Un accord a donc été trouvé mais le musée conservera les toiles les plus emblématiques du parcours de Mathurin Méheut. Par ailleurs, le musée pourrait récupérer -malgré le trou dans la trésorerie que cette affaire occasionne- une partie des oeuvres rendues aux héritiers si ces derniers les cèdent lors d’une vente publique ou les donnent à l’Etat pour régler les droits de succession.



Musée Mathurin Méheut à Lamballe

A voir aussi :

Les bleus de Mathurin Méheut.

Documents joints à cet article

Mathurin Méheut, peintre des vieux métiers Mathurin Méheut, peintre des vieux métiers Mathurin Méheut, peintre des vieux métiers

Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 7 juin 2008 13:08

    Zut !Il y avait 3 autres illustrations dont 2 superbes. Elles ont disparu !

     


    • La Taverne des Poètes 7 juin 2008 14:20

      Exposition Paul Signac à partir de demain à Pont-Aven et jusqu’au 6 octobre :
      "Cet été, le musée de Pont-Aven propose un voyage peu commun. Une navigation en Bretagne à travers 80 aquarelles de Paul Signac, le fondateur du pointillisme." : voir article d’Ouest-France ici :
       

      http://www.ouest-france.fr/De-Saint-Malo-au-Pouliguen-avec-Paul-Signac-/re/actuDet/actu_8619-643149------_actu.html

       


      • La Taverne des Poètes 7 juin 2008 16:24

        Hey les gens ! Pssstt ! Les belles illustrations sont remises en place. 


        • La Taverne des Poètes 7 juin 2008 16:49

          Quelques liens sympas supplémentaires :

          Un site d’histoire des peintres de la marine bien illustré et complet : dessins, gouaches, bibliographie :

          Sur le site graphisme en Bretagne, des facs similés de pages sur l’artiste avec dessins (analyses des techniques et références détaillées) :

          et là : le potier

           

           


          • La Taverne des Poètes 7 juin 2008 18:24

            "visés" dans quel sens ? Parce que pour ce qui est de viser, il visait et même il tirait !

             


          • La Taverne des Poètes 7 juin 2008 18:29

            Sans me vanter, je crois bien que j’étais sa cible préférée ! Le "Taverneux" qu’il m’appelait... 

             

             

             


          • Avatar 7 juin 2008 18:34

             

            Ah....

            c’était le bon temps...


          • La Taverne des Poètes 7 juin 2008 18:46

            Bah ! disons c’était une époque. Bon, on évoque, on évoque... Mais c’est un temps qui n’est pas regretté par ceux qui subissaient les contrecoups de nos joutes furieuses (les forums pollués). Le parigot contre le breton, ça donnait quand même. Souvenir...

             

             


          • Jean-Paul Doguet 8 juin 2008 08:30

            Bonjour poète,

             C’est une bonne idée de parler de parler de Mathurin Méheux, mais il ne faut pas exagérer et dire qu’il est "inconnu" au delà des frontières de la Bretagne. C’est un peintre connu en réalité, même s’il n’est pas aussi prestigieux que d’autres. Mais c’est vrai qu’à ma connssance aucun musée parisien n’a de ses toiles. Il est dommage d’en parler uniquement comme Breton et comme artiste régional, c’est une manière de l’enfermer dans un rôle, d’en faire le Théodore Botrel de la peinture. J’aurais préféré un article plus orienté vers sa peinture plutôt que vers sa région. C’est peut-être son problème (avec d’autres sans doute). Votre titre n’arrange pas les choses non plus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

Art


Palmarès