• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Matrix

L’une des œuvres de fiction les plus influentes de ces dernières années est sans aucun doute la trilogie des iconoclastes frères ( ?) Wachowski. Une œuvre étrange, curieuse qui a perturbé plus d’une de mes connaissances. Certaines personnes ne comprenant d’ailleurs pas la fin de cette œuvre étonnante (qui elle est vraie à donner lieu à de nombreuses explications, en voici une : http://matrix101.free.fr/encryptes.htm). Pour ma part j’ai trouvé cette œuvre intéressante même si comme toute œuvre humaine elle est pleine de défauts, mais en fait ce qui m’intéressait c’étaient les messages de fond. Et de mon point de vue il y en a des tonnes. Je vais donc faire certaines remarques concernant certains thèmes que je pense avoir décelés dans cette trilogie, puis je vais conclure en disant ce que film m’a « apporté ».

La vérité ou le bonheur

Un des thèmes de Matrix je le pense est le choix entre la vérité et le bonheur (comme le titre de l’excellent morceau du rappeur El Gaouli : http://www.youtube.com/watch?v=gu3T5iDyJ_M). On voit cette lutte avec le personnage de Cypher qui se plaint sans cesse d’avoir choisi la pilule rouge qui ouvre la porte au monde de « la vérité » (du moins à un certain niveau celle-ci était beaucoup plus complexe). Il était prêt même à sacrifier ses compagnons pour retourner dans le monde de la « béatitude », la matrice. Mais même question vérité quand Morpheus a su que la prophétie était fausse et que Néo était un outil de contrôle du système il a eu cette phrase désabusée : « j’avais un rêve et il m’a été enlevé ». Morpheus lui-même prêt à sacrifier sa vie et celle de ses compagnons pour le seul Néo. N’a-t-il pas dit le premier volet de Matrix à sa fidèle Trinity quand ils sont tombés dans un piège : « Seul Néo a de l’importance ». Car son rêve, son paradis à lui c’était l’accomplissement de la prophétie et il était prêt à tous les sacrifices pour cela. Concernant ces personnes prêtes à tout pour atteindre ou rester dans un paradis, ça me rappelle un autre film intitulé Star Trek : Générations (http://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Trek_:_G%C3%A9n%C3%A9rations) où un personnage appelé Soran fera tout quitte à sacrifier de nombreuses vies pour retourner dans un phénomène appelé Nexus (http://fr.memory-alpha.org/wiki/Nexus) comparable au paradis quand on s’y trouve. Et même je pense à certains fanatiques prêts à perdre la vie pour atteindre un paradis de malades mentaux ! La question que l’on se pose est de savoir si on préfère vivre dans l’ignorance et le « bonheur » ou connaître la vérité et accepter de vivre une vie de souffrance. Parce que la vérité de la matrice est atroce ! Les humains transformés en source énergie et en cannibales ! Un esprit rationnel aurait du mal à accepter cela un peu comme Néo quand Morpheus lui a appris « la vérité ». Sincèrement que feriez-vous si un tel choix se présentait à vous ? Préférerez-vous le « confort » dans bien des aspects illusoires de la matrice à la rudesse de la vie réelle ? Penseriez-vous que les « ignorants sont bénis » comme le pense un des personnages Matrix, le fourbe Cypher ? Une question qui je le pense se pose à l’humanité qui je le crois est à la croisée des chemins (http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=142963) et devra faire un choix radical. Soit continuer avec ce mode de vie occidental, gourmand en énergie et destructeur ou se tourner vers un mode de vie plus simple, plus frugal et plus proche de la nature ! Mais n’est-ce pas aussi ce qui est montré dans le film « Matrix » avec la vie simple et frugal de Sion opposé au monde parasitaire et babylonien de la matrice ?

Sion la métissée vs la Matrix « blanche »/Babylone

Une des choses qui m’a le plus intrigué dans ce film est la dichotomie noir/blanc. On se rend compte que les impitoyables agents de la matrice sont tous caucasiens ! Que dire de l’architecte, du mérovingien, de Perséphone (la mère de la matrice et épouse du mérovingien) etc… Par contre en face on a beaucoup de noirs, des asiatiques et des métis dans la « rébellion humaine » et dans les humains nés naturellement à Sion. Que ce soit le vaillant puis pathétique Morpheus, son ex-compagne Niobe, son nouvel opérateur Link, ses deux ex-opérateurs nés naturellement à Sion (Dozer et Tank), le commandant Jason Lock borné et apparemment rationnel chef des forces de défense de « Sion » etc… Quand en plus on apprend que le rôle de Néo aurait du être confié à Will Smith (http://www.linternaute.com/cinema/star-cinema/dossier/ces-roles-qu-ils-n-auraient-jamais-du-refuser/will-smith-refuse-matrix.shtml)... On a ainsi l’oracle qui guide les rebelles qui est noire, les deux programmes « défaillants » Rama-Kandra et Kamala et leur « fille » Sati qui sont hindous, le maître des clés qui est asiatique idem pour Séraphin. D’ailleurs pour les personnages principaux de Matrix voir ici : http://matrix101.free.fr/encryption.htm.En voyant cela je ne peux que me dire que l’on oppose une société caucasienne, froide, rationnelle et calculatrice celle des programmes/machines à une société métissée et naïve (il faut être sacrément naïf pour croire à l’élu et à l’oracle) celle des humains/rebelles. Et comme par hasard un des personnages les moins naïfs de Sion est sans contexte le conseiller Hartman (voir ici son dialogue instructif avec Néo : http://www.syti.net/Matrix.html), un caucasien. Est-ce une erreur ? Non je ne crois pas ! Je pense que les Wachowsky présente la société blanche/caucasienne comme sous contrôle, froide, sans émotion (ou en cherchant vainement comme Perséphone embrassant Néo ou le mérovingien se faisant faire une gâterie dans les toilettes) et finalement sans vie. Comme « par hasard » on remarque que le mérovingien est servi par des vampires donc des « mort-vivants » ! D’ailleurs certains pensent que le mérovingien représente Hadès prince des enfers dont l’épouse est Perséphone (http://fr.wikipedia.org/wiki/Pers%C3%A9phone). Alors Sion est présentée comme une société métissée, majoritairement jeune, vivante (voir la scène de la « boîte de nuit » dans « Matrix reloaded »). Ainsi cette société contrôlée et « blanche » qu’est la matrice est aussi parasitaire. Est-ce une référence à la société occidentale présentée comme gourmande en énergie et se « nourrissant » au détriment du reste du monde « métissé » ? Je le pense même si ce n’est qu’une supposition. De même il est évident que certains peuvent y voir l’idée de l’esclavage des habitants de Sion par les « blancs » de la Matrix (http://alfredlargange.blogspot.com/2007/10/matrix-reloaded.html). Ainsi la matrice serait un « monde mort » contre un « monde vivant » que ce serait Sion. Peut-être que le message que l’on veut véhiculer est que le modèle de société occidentale est mort ou à l’agonie et que l’avenir c’est Sion, un monde métissé et « plus simple » ? A voir. Pourtant si à la fin de la trilogie, il semble qu’il y ait une évolution, mais peut-on parler de révolution ?

La révolution

Certains ont sans doute compris la « révolution » comme une révolution au sens de la révolution française, mais il semblerait que ce soit une révolution dans le sens de la révolution qu’une planète comme la terre fait autour du soleil. Donc ce qui signifie retour au point de départ. D’ailleurs à la fin du dernier volet on se rend compte que l’architecte demande à l’oracle combien de temps elle pensait que la paix durerait cette fois… Autrement dit c’est une situation qui s’est déjà présentée avant. De même certains pensent que certains évènements vus par Néo comme étant dans le futur sont en faits des évènements qui ont déjà eu lieu et qui se répètent voir ici : http://www.vadeker.net/articles/cinema/matrix_analyse.html. Ainsi dans ce film on tournerait en rond entre les humains et les machines. Peut-être que ce « système » cherche en vain son équilibre. Ce que suggère indirectement l’architecte dans son dialogue avec Neo (http://www.syti.net/Matrix.html). De toute façon on se rend compte que même à la fin du dernier volet de Matrix, les humains sont à la portée des machines qui pourraient les exterminer si elles le voulaient. Mais Néo qui est le « pont » entre les humains et les machines se sacrifie pour sauver les humains à la manière du christ (http://awesomehouse.com/parallels.html) ! Sans compter ses autres incroyables aptitudes « christiques » comme la capacité de ramener Trinity à la vie… Mais on se demande si ce n’est pas à la suite d’un tel « processus » que les premiers humains ont été libérés (guerre avec les machines, sacrifice de l’élu et paix temporaire). Puisqu’à la fin encore l’oracle demande à l’architecte qu’en sera-t-il des humains qui ne demandent qu’à sortir ? Ce à quoi l’architecte lui répond qu’ils seront libérés… Mais je pense qu’une des idées de Matrix est la lutte entre la vie et la mort parfaitement symbolisé je le crois par la guerre à mort Smith/Néo. La mort se nourrit de la vie et la vie n’arrive pas à se débarrasser de la mort. C’est ainsi que je vois la lutte perpétuelle entre Sion (la vie, la terre promise des rastafaris) et Babylone/Matrix (la mort et la cité de l’illusion). Ainsi ça tourne en rond telle une planète autour d’un soleil et qui est soumise à diverses saisons.

Moi et Matrix

Je ne peux nier que j’ai trouvé ce film très intéressant et très instructif. Par exemple le discours du mérovingien aux trois amis que sont Morpheus, Trinity et Neo (voir ici : http://www.syti.net/Matrix.html), incapables de répondre à la simple question qui leur a posé de savoir à quoi servait le maître des clés ? Dès le premier épisode je m’étais demandé ce qu’était l’oracle. Comment pouvait-elle être avec eux depuis le début selon Morpheus ! Et plus étrange comment n’était-elle pas embêtée par la matrice et les agents ? Et il n’y a que le conseiller Hartman à Sion qui s’est ouvertement interrogé sur le pourquoi Néo pouvait faire ce qu’il pouvait faire dans la Matrice. Ce film m’a fait comprendre la naïveté de certains prétendus révolutionnaires qui s’en remettent à des leaders qu’ils ne connaissent ni d’Adam, ni D’Eve. Moi je m’intéresse en tant que conspirationnistes aux théories de David Icke, Alex Jones et tant d’autres. Pour autant je me suis toujours méfié de ces personnes curieusement peu ou pas embêtés par un système qu’ils qualifient de dictatorial voire inhumain. Car je me demande toujours quel genre d’intérêts ces personnes servent. Les personnes désintéressées je n’en connais pas, c’est aussi simple que ça. Je ne dis pas qu’elles n’existent pas mais je n’en ai en plus de 35 ans de vie jamais rencontré. Et donc je me méfie surtout des personnes qui se prétendent mesamis et qui prétendent vouloir mon bien. Le seul être à qui je pourrais faire confiance dans ce monde est ma mère. A part elle, je ne vois pas qui. J’ai trouvé Matrix très intéressant aussi quant à la perception que nous avons de la réalité. Après tout ce que nous voyons n’est qu’une interprétation de signaux par notre cerveau. Certains humains que j’ai rencontrés semblent voir beaucoup « plus » que nous. Ce qu’ils voient est-il réel ? Poser cette question est se demander aussi si ce que nous percevons est réel et non une illusion ! Si nous sommes dans une illusion où est la réalité ? Un de mes amis avec qui j’ai regardé le film au cinoche a été grandement perturbé par cette œuvre de fiction qu’il percevait comme une remise en cause de l’existence de Dieu. Ce qui était très perturbant pour le croyant qu’il était. Moi aussi croyant, cela ne m’a aucunement perturbé dans ma croyance en l’existence d’un Dieu. Et de toute façon je m’interroge fortement sur la structure de l’univers donc ce film m’a fait qu’apporter de l’eau à mon moulin. Je pense que la foi soit on l’a ou on ne l’a pas ! Vouloir rechercher Dieu ou certaines vérités avec la raison est pour moi une perte de temps. Autre chose que j’ai apprécié chez Matrix c’est que ça pousse le spectateur à réfléchir contrairement à pas mal de films à gros budget qui pullulent dans les sales obscures. En tout cas une œuvre intéressante avec de multiples grilles de lecture que je recommande à tous les cinéphiles.

 

Quelques liens :

Les personnages de Matrix : http://matrix101.free.fr/encryption.htm

Dialogues de matrix : http://www.syti.net/Matrix.html

Analyse du film Matrix : http://www.vadeker.net/articles/cinema/matrix_analyse.html

Matrix et nouvel ordre mondial : http://bruleparlesillumines.e-monsite.com/pages/nom-films/matrix.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 20 novembre 2013 12:55

    Blade Runner...ça c’est un film qui restera pour toujours...Matrix à côté c’est une pub pour machine à laver..(il me semble)

     


    • le moine du côté obscur 20 novembre 2013 13:14

      J’ai trouvé Blade Runner très poétique mais personnellement ça ne m’a pas autant intéressé que Matrix après chacun ses goûs.


    • Aristoto Aristoto 20 novembre 2013 14:46

      blade runner prototype d’un autre age a l’histoire d’amour indispensable !!! que la cinéma a muri depuis et tant mieux !! Je hais les histoire d’amour, je hais l’amour, je hais les femme que je ne supporte le jeu d’acteur que dans les pornos !!!


    • laertes laertes 21 novembre 2013 12:52

      Je ne vois pas la raison de comparer Blade Runner avec Matrix. Personellement je dirais que le sujet de Matrix est passionnant mais que les auteurs ont eu tort de le mettre en scène car ils ont transformé cette passionnante histoire en film commercial de combat enlevant par là toute sa force à l’histoire. Reaves et tous les autres sont INSUPPORTABLES.
      Blade Runner c’est presque l’inverse... une histoire d’anticipation traitée avec une incroyable poésie et émotion qui en fait un film très largement supérieur à Matrix e ses Reavesries stupides !


    • laertes laertes 21 novembre 2013 12:54

      @aristoto : peut-être est-ce un troll... mais vous m’avez l’air d’être un sous réplicant !!!


    • foufouille foufouille 20 novembre 2013 13:48

      effectivement, le vrai monde est très moche et horrible. comme hors de la matrice

      dans le coffret complet, il a des épisodes animés qui s’intercalle entre les épisodes

      il y a bien eut plusieurs Néo


      • robin 20 novembre 2013 13:53

        Puisqu’Agoravox refuse sans me dire pourquoi de publier mon article, je le fais ici :

        Le célèbre film MATRIX a permis de mettre sur le devant de la scène une question fondamentale sur la nature de la réalité qui nous entoure qui peut paraître folle mais qui ne l’est pas autant qu’on pourrait le penser : L’UNIVERS EST IL UNE SORTE DE SIMULATION INFORMATIQUE (INFORMATIQUE ETANT A PRENDRE AU SENS LARGE) une sorte de rêve gigantesque d’un tout aussi gigantesque processus s’apparentant à une computation informatique ?

        Deux scientifiques britanniques renommés, le physicien Martin Rees et le mathématicien John Barrow. La question de l’existence réelle du monde, posée par les penseurs de toutes les époques, est renouvelée selon eux par les progrès fantastiques et continuels de l’informatique.

        « Il y a quelques décennies, les ordinateurs n’étaient capables de reproduire que des schémas très simples, explique à l’AFP Martin Rees. Ils peuvent maintenant créer des mondes virtuels avec de nombreux détails ». « A terme, observe-t-il, on pourrait imaginer des ordinateurs qui seront capables de simuler des mondes peut-être aussi compliqués que celui dans lequel nous pensons vivre ». Ce n’est qu’une théorie, ajoute Sir Martin, l’un des cosmologues (spécialistes des lois physiques de l’univers) vedettes de l’université de Cambridge (centre-est de l’Angleterre). Mais « elle doit nous conduire à nous demander si nous-mêmes pourrions nous trouver dans une telle simulation ».

        L’univers, dans ce cas, ne serait pas un tout mais une partie d’un ensemble que Martin Rees et John Barrow appellent des "multivers.

        « On sait depuis longtemps que des civilisations techniques à peine plus avancées que les nôtres auront la capacité de simuler des univers dans lesquels des entités conscientes pourront émerger et communiquer entre elles », rappelle pour sa part John Barrow, directeur d’études à Cambridge également, dans un récent article scientifique.

        Des sociétés disposant d’une « puissance informatique beaucoup plus élevée que la nôtre, poursuit-il, pourraient simuler non seulement le climat ou la formation des galaxies, comme nous le faisons, mais aussi l’apparition des étoiles et la formation des systèmes planétaires ».

        « Puis, imagine le chercheur, en intégrant les lois de la biochimie aux simulations astronomiques, elles seraient capables d’observer l’évolution de la vie et de la conscience ».

        Tout aussi simplement que nous « suivons le cycle des insectes sur un fruit », elles regarderaient « les civilisations croître et communiquer, se disputer sur le fait de savoir s’il existe un ’Grand Programmateur’ dans le Ciel », pouvant « intervenir à volonté, au mépris des lois de la nature habituellement observées ».

        D’autres scientifiques refusent d’envisager l’hypothèse d’un monde créé par les machines.

        Seth Lloyd, un physicien du Massachusetts Institute of Technology (MIT) cité par le Sunday Times du 14 novembre, avance comme principale objection qu’un ordinateur capable de simuler la vie terrestre devrait être « inimaginablement puissant ».

        Pourtant, force est de constater... que nous ne disposons d’aucune preuve pour affirmer que nous ne vivons pas dans un univers virtuel créé par les générations futures.

        Fort de ce constat, le physicien Martin Savage et ses collègues de l’Université de Washington (Etats-Unis) et de l’Université de Bonn (Allemagne) ont travaillé à l’élaboration d’une méthodologie qui permettrait de dire si notre réalité est une simulation informatique. Ces travaux, intitulés « Constraints on the Universe as a Numerical Simulation », ont été publiés sur le serveur de prépublication ArXiv, un service qui permet aux physiciens de soumettre leurs travaux à l’examen critique de leurs pairs, avant de les proposer pour publication à une revue scientifique.

        Quelle est la méthodologie imaginée par les chercheurs de l’Université de Washington pour détecter si notre réalité est une simulation informatique ? Cette méthodologie repose sur l’idée que, si d’aventure notre monde est une simulation informatique, alors il devrait être possible d’y déceler l’existence de caractéristiques physiques propres à cette simulation informatique. En d’autres termes, si nous vivons dans une simulation calculée par une instance informatique surpuissante, alors il doit être possible de découvrir la « signature » de cette simulation informatique.

        Quelles pourraient être les manifestations physiques signant de façon certaine que notre univers est régi par une simulation informatique ? Posée comme cela, c’est une question à laquelle il est bien difficile de répondre, même pour le meilleur des physiciens. Idéalement, il faudrait d’abord pouvoir simuler nous-mêmes des sous-ensembles de notre réalité, comme par exemple le fonctionnement d’une cellule, d’un organe ou d’un être vivant, pour ensuite observer les conséquences de cette simulation sur les lois physiques en vigueur dans le mini-univers ainsi simulé (conséquences sur la trajectoires des particules, sur la gravité, etc). Une fois ces conséquences sur les lois physiques identifiées, il s’agirait alors de vérifier si, de la même manière, les lois physiques qui régissent notre univers présentent les mêmes particularités. Si tel est le cas, alors cela serait la signature que nous vivons dans une simulation informatique.

        John Barrow ne s’appuie pas que sur l’informatique pour envisager que nous vivons peut-être dans « un univers simulé ».

        Le plus troublant, selon lui, est l’équilibre infiniment subtil des conditions naturelles rendant la vie possible sur Terre. Un équilibre, suggère le chercheur, qui pourrait même s’avérer trop délicat pour se perpétuer sans que « de légers changements » lui soient apportés de temps à autre.

        Pour ma part et afin d’apporter ma modeste pierre à cette réflexion, ai-je le droit de me demander si l’incroyable puissance de la mécanique quantique n’est justement pas un indice de taille que l’univers entier est en quelque sorte PIXELISE ?

        La contribution essentielle de la mécanique quantique est de nous dire que le continu n’existe pas, TOUT, je dis bien TOUT est discontinu et d’après certains l’espace-temps lui même serait formé d’autant de « segments de temps » (chronons) séparés par autant de « segments d’espace »’ (spacions) . IN FINE QU’EST-CE QUI DISTINGUE LA STRUCTURE INTIME DE CETTE TRAME D’UN RESEAU DE PIXELS ? CETTE PIXELISATION (quantification disent les physiciens) n’est-il justement pas la preuve ultime qu’on attendait que nous sommes au sein d’une sorte de simulation informatique géante ? 

        Partout on entend dire que la théorie de l’information est un challenger de valeur pour nous expliquer la réalité ultime qui se cache derrière ce qui nous est atteignable par les expériences les plus fines de la mécanique quantique. LE MOT EST LACHE : INFORMATION.

        Pour autant ces grands physiciens peinent à nous expliquer ce que renferme ce concept dans un monde ou n’existe même plus ni temps ni espace, ni matière ni énergie.

        On aurait tendance à dire au niveau le plus fondamental qu’une information c’est le transport d’un point A à un point B d’un univers de dimensions N d’un changement de quelque chose, mais de quoi ?

        Certains affirment que de l’information peut s’encoder sur des horizons de trous noirs ou plus généralement sur toute la trame espace-temps par fluctuations du vide quantique interposées comme si celle ci n’était que l’écran d’un gigantesque vidéo projecteur posé dans une autre dimension.

        Certains nous affirment comme les célèbres ummites de Jean Pierre Petit (ces prétendus extra-terrestres de la planète UMMO qui lui auraient souflé entre autres ces travaux en Magnéto-hydro-dynamique et en Cosmologie) que l’ordinateur qui créé ça ne serait rien d’autre que le résultat de la computation de tous les cerveaux peuplant l’univers, voire LES univers, car il y en aurait plusieurs avec des lois physiques fort différentes. et l’ensemble de ces cerveaux constituant autant de coprocesseurs seraient co-créateurs de ces univers dont le nôtre par feed back permanent entre une sorte de processeur central appelé WOA chez les ummites et Dieu chez les religieux et chacun des cerveaux de tous les être vivants.

        Chaque cerveau serait en quelque sorte un des « yeux » de cette immense ordinateur vivant.

        La Bible dans Zacharie 2:8 ne dit d’ailleurs pas autre chose.

        Le débat est lancé !

         

         

         

        P.-S.


        Documents
        <doc144124>







        • foufouille foufouille 20 novembre 2013 14:29

          il y a un roman dans le même délire. dans une simulation, il y a toujours des bugs


        • claude-michel claude-michel 20 novembre 2013 14:39

          heu....est ce que ma machine à café peut déjà crée un monde virtuel...avec G.Clown-nait à la manœuvre..en savant fou.. ?


        • philouie 20 novembre 2013 19:12


          Si la création se déploie dans le temps depuis un « lieu » hors du temps pour lequel ni l’avant, ni l’après n’existe, pourquoi, ce qui nous apparait comme le futur ne servirait pas à construire le passé ?

          Chaque cerveau serait en quelque sorte un des « yeux » de cette immense ordinateur vivant.

          j’aborde la question de l’œil de Dieu, là :

          http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/l-univers-a-engendre-dieu-pour-143711#forum3877380


        • robin 21 novembre 2013 09:01

          Si la création se déploie dans le temps depuis un « lieu » hors du temps pour lequel ni l’avant, ni l’après n’existe, pourquoi, ce qui nous apparait comme le futur ne servirait pas à construire le passé ?
           --------------------------------
          Absolument, rien ne démontre que le temps a forcément l’allule linéaire qu’on lui suppose ordinairement, ça pourrait très bien être à grande échelle une structure cyclique dans laquelle, le passé et le futur n’ont plus grand sens car confondus. C’est un peu ce que semble nous dire le tétragramme divin : « Je suis ce que je me révélerai être » ou encore le célèbre symbole de l’Ouroboros le serpent qui se mord la queue.


        • Aristoto Aristoto 20 novembre 2013 14:43

          Le pouvoir au main des futur maitre du monde : Les hacker !!!

          L’ordre ancien est fini, voici la matrice, la globalisation mondialisé sans race’, sans culture hormis celle des bits !!

          Vive le post-communisme


          • ETTORE ETTORE 20 novembre 2013 15:57

            Nous chercherions à découvrir qui nous sommes en espérant passer de l’autre côté du miroir ?

            même si nous cherchons un bug à cette grande machinerie, le fait de le chercher ne serait que pure programmation autorisée.
            Car comment croire que nous trouverions, étant dans la matrice, une faille nous laissant prouver son existence. ?
            La question se posera éternellement .
            Et si c’était le but ?

            • foufouille foufouille 20 novembre 2013 17:41

              on voit que tu as jamais trouvé un bug dans un jeu vidéo.
              des fois, tu es en dehors du décors et immortel


            • robin 21 novembre 2013 09:05

              « même si nous cherchons un bug à cette grande machinerie, le fait de le chercher ne serait que pure programmation autorisée »

              c’est ce que semble nous dire le thérorème de Godel qui veut qu’aucun système ne peut totalement s’autojustifier sans référence externe.

              D’ailleurs le théorème de Godel semble bel et bien démontrer l’existence de Dieu, ou du moins d’un principe organisateur externe supérieur à tout ce qu’on pourra jamais expliqué.


            • Jeff Parrot Jeff Parrot 20 novembre 2013 17:12

              Le cinema, la litterature SF, la physique c’est bien, mais pour passer de l’autre côté du mirroir, il existe différentes techniques expérimentées par l’humanité.
              Expérimentez les champi ou le LSD par exemple, entrainez vous au voyage astral ...



                • foufouille foufouille 20 novembre 2013 17:44

                  tous les prédateurs font pareil. nous somme juste un peu plus solidaire de temps en temps
                  rien ne dit que les dinosaures ne se sont pas entretués


                • laertes laertes 21 novembre 2013 13:02

                  Oui et c’est ce qui est intéressant aussi dans l’histoire : les humains ont détruit la terre, il faut les domestiquer. Et en fait le programme de surveillance qui dit cela s’adresse à un humain dont l’esprit est un virus puisqu’il veut faire dysfonctionner le programme général qu’est la matrice.
                  Bonne remarque !


                • Alpaco 20 novembre 2013 18:07

                   Une bien bel article emprunt d’une honnête naïveté, qui a la qualité de ses défauts comme on dit.

                   « Vouloir rechercher Dieu ou certaines vérités avec la raison est pour moi une perte de temps. »

                   En effet, les vérités sont bien souvent des interprétations mensongères du réel. Le réel c’est la vérité vraie (disent les philosophes), quand la pomme tombe de l’arbre, que l’ont y croit ou pas, car elle est mure et depuis des milliers d’années les pommiers sèment leurs graines de cette manière.
                   La vérité c’est le dogme et la manipulation, c’est pour cela que l’on parle de « vérités révélées », quand un mec arrive et t’explique tout.
                   
                   Donc un jour la science s’est créée car des gens, a force de devenir moins cons, se sont dit qu’il fallait calculer les trucs calculables afin de comprendre le réel et sortir du dogme des vérités. Et forcément, dans cette démarche dite scientifique, dieu repart au pays des rêves : c’est pas lui qui fait la pluie et le beau temps, les éclairs et les grandes vagues sur la mer, qui fait tourner les planètes et les satellites, autour des soleils qui tournent autour des galaxies.

                  « Moi je m’intéresse en tant que conspirationnistes ... »
                   L’auteur n’est pas conspirationniste, car il utilise les armes de sa raison pour essayer de comprendre les choses du réel qui, comme il le fait remarquer par le fond de son article, ne correspondent pas aux vérités qu’il a apprises. Les conspis et les anti-conspis sont des espèces de fanatiques qui s’opposent sur des vérités révélées mais opposées. Laissons les perdre leur temps en discussions inutiles de prêcheurs de la bêtise, nous avons mieux à faire.

                   Au final, il reste à approfondir le coté philosophique (depuis 4000 ans que les mecs en écrivent), voir politique (depuis aussi longtemps).


                  • Castel Castel 20 novembre 2013 18:20

                    Faire un article sur Matrix et plus généralement sur les films métaphysiques m’auraient pas mal inspiré.

                    Il ne faut pas oublier l’influence des livres de Carlos Castaneda, best sellers des années 60/70, pour des films comme Matrix et Inception. Dans Matrix, nous sommes tous les jouets d’êtres qui se nourrissent de notre énergie, c’est précisément ce qui est indiqué dans C.C. Ses livres remettent aussi en question notre appréhension habituelle du monde en disant que si nous percevons la matière, c’est qu’on a appris à la percevoir ainsi.
                    Dans Inception, on peut rêver à l’infini dans un autre rêve. C’est ce qui est indiqué dans l’art de rêver de C.C.
                    D’autre film comme The Truman Show sont totalement philosophique et même très proche de la non dualité.


                    • Xenozoid Xenozoid 20 novembre 2013 18:32

                      hmmm, je vais revenir bientot avec un paradoxe


                      • christophe nicolas christophe nicolas 20 novembre 2013 19:18

                        C’est joli matrix mais c’est un film, dans la réalité :

                        La matrice est l’enfer qui veut vous faire croire que c’est le bonheur

                        La vérité est le bonheur

                         


                        • tinga 21 novembre 2013 01:39

                          Matrix est avant tout un film publicitaire pour les téléphones portables, cela dit le premier volet est tout à fait réussi, les deux autres volets de la trilogie me semble être juste des machines à fric qui font plutôt du tort au premier. Le scénario est quand même largement inspiré du bouquin de Truong « le successeur de pierre », que la machine nous remplace, vu la connerie ambiante, ça nous pend au cul comme un sifflet à deux ronds.


                          • Guit'z Guit’z 21 novembre 2013 13:49

                            @ Tinga

                            Ah ben tiens... dans mon commentaire plus bas, je cite Truong également. J’ai adoré moi aussi le Successeur de Pierre - mais Totalement inhumaine m’a fait une impression renversante... C’est amusant, car je lis votre commentaire après avoir posté le mien - or je dis exactement la même chose que vous !
                            Il semble que les lecteurs du GÉNIAL et LUMINEUX Jean-Michel Truong aient les mêmes intuitions et les mêmes goûts... rabat-joie sur les bords ! smiley

                            Cordialement,


                          • MuslimADieu MuslimADieu 21 novembre 2013 09:11

                            J’ai bien aimé matrix moi aussi.

                            J’y vois une problématique profondément religieuse.
                            Sommes nous dans une matrice ?


                            • Xenozoid Xenozoid 21 novembre 2013 09:59

                              a noter dans le même esprit,il y a dark city,que j’ai beaucoup apprecie aussi


                              • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 novembre 2013 10:35

                                Bonjour à l’auteur,

                                Un aspect de Matrix, que l’on retrouve dans énormément de films US et qui correspond au manichéisme religieux :
                                Tout ce qui est matériel est faux, c’est l’œuvre du diable. L’Homme, cet être imparfait, est donc incapable d’accéder à la vérité, aveuglé par son monde « charnel » - mis à part une poignée « d’élus ». On a la caricature de ça dans Matrix où le monde commun de la fin des années 90 est une supercherie.

                                Et toujours et encore cette angoisse des films US :
                                l’homme seul, sans Dieu bienveillant ni Eglise ni intercesseur d’aucune sorte, face au terrrible complot (Dieu méchant !), qui réussi à s’en sortir miraculeusement (on se demande bien comment)

                                D’accord avec vous aussi sur le côté religion New Age de Sion, et ses danses tribales : culpabilisation des hommes blancs caucasiens smiley ?

                                En vérité on retombe souvent dans les mêmes délires : ras le bol !!


                                • Guit'z Guit’z 21 novembre 2013 12:54

                                  Bonjour @ tous,

                                  Pour ma part, j’ai trouvé la trilogie Matrix, du moins je la trouve rétrospectivement, très faible aussi bien sur le plan du fond que de la forme.
                                  Certes, le 1er volet avait tout pour être et rester comme un OVNI charmant du cinéma SF. Avec l’épisode numéro 2, on bascule déjà dans le big burger hollywoodien, malgré quelques scènes d’action efficaces et d’impressionnants effets spéciaux. Le dernier épisode, lui, est une purée honteuse, un truc grotesque sanctionné par une chute indigente.
                                  Je ne vois pas ce qu’on a pu y voir de « philosophique » - « Matrix, Machine philosophique », écrira même Alain Badiou, dans un inutile opuscule de circonstance coécrit avec des étudiants bavards (de son séminaire paulinien ?).
                                  Il me semble que conclure une réflexion brumeuse en forme d’épopée de la table ronde en réitérant le constat de l’éternel compromis de l’humanité avec la technique, est une thèse pour le moins convenue, voire douteuse...
                                  Matrix accumule, en un tourbillon confus, les références mêlées jusqu’à l’insignifiance. Blabla new age, vide et prétentieux - sans parler du fondement de l’intrigue, à savoir l’exploitation de l’homme par la machine, l’homme comme aliment du robot, à mon avis bien improbable. Je m’intéresse à la cybernétique et à l’IA depuis que j’ai découvert le génial Jean-Michel Truong (Totalement Inhumaine, 2001 : à lire absolument !) et le scénario retenu par les meilleurs théoriciens n’est pas celui-ci : la machine est d’ores et déjà vivante affirment-ils ; mais son problème est moins de nous asservir que de se débarrasser purement et simplement de nous, ses pourvoyeurs de ressources dispensables, temporaires, condamnés par l’évolution depuis le premier jour... Comme nous avons tué Dieu, comme les créatures ont supplanté le Créateur, les Machines et s’emploient d’ores et déjà à évincer leurs malheureux démiurges.
                                  Matrix, 15 ans plus tard ? 2/20, pour la forme et la timide reformulation du mythe de la caverne... mais zéro pour la pseudo-réflexion sur la cybernétique sur fond de charabia mystico-lyrique !

                                   :->


                                  • le moine du côté obscur 21 novembre 2013 18:39

                                    Moi je pense que Matrix 2 et 3 auraient pu être mieux réalisés et que le un aurait pu largement se suffire à lui-même. Personnellement j’ai bien apprécié même si je n’ai pas aimé de nombreuses scènes d’action parfaitement inutiles et je crois que le deux et le trois auraient pu ne faire qu’un seul film. Mais de ce que j’ai appris les réalisateurs scénaristes auraient été contraints par les producteurs de mettre plus d’action et ils auraient moyennement appréciés. Aussi ils auraient reporté une partie de leurs messages dans un autre de leur film à savoir « V pour Vendetta ». Je pense que les Wachowski font partie de la mouvance new age et cela transpire dans leurs films.

                                    Ils veulent du changement et le disent clairement. Ils veulent un « monde nouveau » d’où la critique acerbe de « l’humain moderne » qui menace la planète terre. Cet humain doit être contrôlé et canalisé par une élite sinon il détruira la terre. D’où le discours qualifiant l’humain de virus ! L’humain dans « Matrix » a aussi noirci le ciel dans sa quête insensée de couper l’énergie aux machines. L’humain est donc une menace pour lui-même et pour la terre. Il faut donc qu’une élite bienveillante et « féminine et maternelle » (ici l’oracle) vienne à son secours. Car l’élite masculine est elle arrogante et serait sans doute prête à exterminer l’humain si nécessaire quitte à souffrir mille morts après. L’élite féminine elle cherche un consensus et un moyen de sauver la symbiose fragile entre l’élite et le commun des mortels. Il faut contrôler l’humain et en même temps le ménager. L’obliger aussi à vivre une vie plus simple et qui ne nuit pas à la nature et à lui-même. C’est une approche « améliorée » de la « matrice ». Je vois d’ailleurs le Sion de la saga comme une autre matrice. Un contrôle plus subtil mais bien réel ! Mais dans le fond on voit que ce sont les femmes qui tirent les ficelles notamment l’oracle et Perséphone, devant les « mâles » eux-mêmes dépassés par les évènements.


                                    • Castel Castel 22 novembre 2013 09:42

                                      L’oracle, c’est celle qui sait tout en avance de tout le monde. Mais c’est aussi celle qui sait comment la matrice a été conçue. Elle connait donc les tenants et les aboutissants du programme.
                                      La relation importante que Néo entretient avec l’oracle est une personnification de l’étrange relation d’un individu (particulier, voire héroïque) avec son futur. L’oracle représente l’intuition du héros, sa connaissance silencieuse (comme dirait Carlos Castaneda).


                                    • Olivier Perriet Olivier Perriet 22 novembre 2013 18:24

                                      « Mais dans le fond on voit que ce sont les femmes qui tirent les ficelles notamment l’oracle et Perséphone, devant les « mâles » eux-mêmes dépassés par les évènements »

                                      C’est également une constante dans de nombreuses séries et films US :
                                      les USA : une société matriarcale ?  smiley


                                    • le moine du côté obscur 25 novembre 2013 17:34

                                      @ Castel

                                      Oui c’est vrai que l’hypothèse de l’intuition est intéressante mais je ne pense pas que cela explique pourquoi Néo a vu exactement ce qui se passait notamment la mort de Trinity dans la matrice. Je pense que l’hypothèse selon laquelle tout ceci c’est déjà produit avant est plus intéressante. Certains pensent en fait que tout c’est déjà produit plusieurs fois et que donc Néo ne fait que revivre les mêmes évènements encore et encore. Il y aurait eu plusieurs anomalies mais Néo ne serait que le 6ème à être parvenus à l’architecte. En fait beaucoup d’hypothèses sont possibles.

                                      @ Olivier Perriet

                                      Un de mes amis pensent que les femmes dominent le monde en influençant par exemple leurs hommes. Il faut dire que quand on voit le Flamby et sa Valérie... smiley.


                                    • Zobi Zobi 24 novembre 2013 14:46

                                      L’aspect ethnique du film m’a totalement échappé dans ce film, mais peut-être faut-il avoir une grille de lecture racialiste pour considérer sérieusement cet aspect.

                                      L’intrigue de Matrix est très intéressante, elle reprend en fait les idées qui étaient avancées dans l’antiquité (et oui déjà et bien avant l’avènement de l’informatique) par Platon et l’allégorie de la caverne par exemple.
                                      Hormis cette intrigue existentielle, je crois qu’il ne faut pas trop prendre au sérieux le reste du film, comme les deux suites.
                                      Au fait, les frères Wachowski sont devenus frère et... soeur ! Un abus de la matrice sans doute ;)

                                      • Xenozoid Xenozoid 24 novembre 2013 14:51

                                        beware corporation that sell your thoughts,elles sont plus dangereuse, que les harpie,qui vous vende google under a free deal,beware the lies


                                        • cathy30 cathy30 25 novembre 2013 07:58

                                          Hollywood, est une entreprise de propagande. Le cinéma est une invention géniale pour préparer le peuple aux nouvelles technologies et à détourner du seul Dieu vivant, le Christ.


                                          • Ricquet Ricquet 27 novembre 2013 11:48

                                            Je découvre avec un peu de retard ton article sur ce film culte au scénario et aux dialogues ciselés et chargés de similitudes et connotations avec notre époque.

                                            Certaines allusions n’ont pas été relevées !?
                                            Notamment dialogues avec l’architecte :
                                            • « Il y a 2 portes. Celle de droite mène à la Source et au salut de Zion. L’autre porte à ta gauche mène à la Matrice, à elle (Trinity) et à l’extinction de votre espèce. »
                                            • « Je préfère compter de l’émergence d’une anomalie intégrale à la suivante. Auquel cas ceci est la sixième version. »
                                            Soient :
                                            • la sixième version : 6 est dans la liturgie biblique le chiffre du diable qui aboutit à l’apocalypse (chiffre 7) c’est à dire la révélation. Donc, l’on peut penser que l’histoire se termine, non pas sur un niéme renouveau ou version de la matrice, mais un nouveau paradigme (hommes + machines). (d’ailleurs le film ne s’appelle t-il pas Matrix Revolution ?)
                                            • la ville recluse de Zion. Son nom est choisie en référence probable au sionisme (zionism) D’ailleurs : le passeport de néo expire le 11/09/2001. tout un programme, si l’on sait que le film est sorti en 1999.
                                            Quelle prise de tête !!!

                                            • le moine du côté obscur 1er décembre 2013 16:09

                                              Pour Zion je pense plus à la Zion des rasta ! D’ailleurs on découvre qu’il y a pas mal de rasta et de black à Zion. Zion opposée à Babylone (la matrice)...
                                              Il est vrai que le chiffre 6 ramène à l’homme créé le 6ème jour. Aussi Anderson veut dire « le fils de l’homme » ! Néo est l’anagremme de One donc Néo Anderson l’élu, le fils de l’homme...
                                              Quant aux deux portes de l’architecte je vois la porte de l’égoïsme (celle menant à Trinity) et la porte de l’altruisme (celle menant au « salut de Sion »). Néo a choisi la porte de l’égoïsme étant prêt à sacrifier l’humanité pour sauver la seule Trinity car d’après lui, il ne peut vivre sans elle car il l’aime trop.


                                            • Elodie Leroy Elodie Leroy 29 novembre 2013 20:15

                                              Vous m’avez donné envie de redonner une chance à cette trilogie même si elle m’a toujours laissée sceptique.

                                              Effectivement, son influence est incontestable sur le cinéma américain d’aujourd’hui mais aussi sur la SF. Malheureusement, pour ce qui est du genre de la SF, je ne suis pas sûre qu’il s’agisse seulement d’une bonne influence. Même si on peut y trouver un contenu intéressant, Matrix a engendré toute une génération de films SF certes spectaculaires mais totalement vides, au point que le genre a perdu de son sens au cinéma. C’est d’ailleurs très frustrant parce que, comme vous le soulignez, les Wachowski avaient une véritable ambition, même s’ils se sont laissés happer par le système pour les opus 2 et 3 (en même temps, avec Joel Silver à la production, on peut leur trouver des excuses)...

                                              D’autre part, je vous avoue qu’à l’époque, j’ai été un peu biaisée quand je l’ai vu. En effet, j’étais (et je suis toujours) passionnée de cinémas asiatiques, notamment de films de Hong Kong et d’animation japonaise. Or il se trouve que les Wachowski le sont aussi ! Et qu’ils ont voulu rendre hommage à certaines œuvres, telles que les films de Kung Fu à la Jet Li (ils font ouvertement référence à Fist of Legend et à Black Mask) mais aussi le film d’animation Ghost in the Shell de Mamoru Oshii. J’ajouterais à la longue liste des références la série animée Serial Experiments Lain, où l’on trouve déjà une bonne partie des thématiques que vous développez dans votre article.
                                              Bref, pour vous faire part de mon vécu personnel lié à Matrix, je me souviens de véritables guerres sur les forums spécialisés en SF ou en cinéma pour déterminer s’il s’agissait de pompages ou d’hommages. Oui, j’étais jeune à l’époque et je n’étais pas la dernière à me laisser emporter. :)

                                              Aujourd’hui, j’ai pris du recul évidemment et j’ai une autre opinion sur les Wachowski. Quelque chose m’a surprise dans leur parcours : après un tel succès, la logique aurait voulu qu’ils s’orientent vers un registre consensuel pour confirmer leur position à Hollywood. Or ils ont fait tout l’inverse en choisissant de relever des paris impossibles, comme d’adapter Speed Racer en adoptant les codes narratifs des dessins-animés japonais des années 70, ou de se lancer dans l’incroyable Cloud Atlas avec Tom Tykwer. Rien que pour ces choix osés, je les respecte et je les reconnais en tant qu’artistes, même si ça m’aura pris des années ! :)

                                              Du coup, votre papier m’a donné envie de revoir les Matrix et de leur laisser une seconde chance.

                                              Avez-vous vu Cloud Atlas et qu’en pensez-vous ?


                                              • le moine du côté obscur 1er décembre 2013 16:02

                                                Oui j’ai vu Cloud Atlas et je dois dire qu’il n’est pas facile à suivre. Mais on retrouve quelques thèmes chers à la famille Wachowski comme l’amour plus fort que tout, le refus du système en place et des personnages lumineux. J’avoue que le film m’a assez intéressé mais je pense qu’il est un peu trop complexe pour le cinéphile moyen parce qu’il faut vraiment s’accrocher pour le suivre. Les va et vient entre les différents époques provoquent cela même si d’un point de vue réalisation c’est pas mal penser.

                                                Quant à Matrix c’est vrai que les autres réalisateurs ont pas mal pompé la chorégraphie des combats avec des ralentis à n’en plus finir. Franchement les combats de Matrix m’ont passionné pour certains mais au bout d’un moment ils m’ennuyaient. J’ai préféré par exemple « V pour Vendetta » à Matrix. Je trouve que de nombreux combats dans Matrix ne sont pas nécessaires et révèlent pour ma part de la facilité scénaristique (notamment quand ils sont allés libérer Morpheus dans le premier, la rencontre entre Séraphin et Néo dans reloaded, la manière dont ils sont entrés dans la boîte de nuit du mérovingien dans Matrix Revolution). Je préfère à ces combats incessants les discussions entre Néo et l’oracle, le mérovingien et nos trois héros, Néo et l’architecte, Néo et le conseiller à Sion etc.... Concernant certains combats j’ai vu mieux dans les films asiatiques donc... Je pense qu’ils ont voulu rendre hommage à ses combats et je ne vois pas du tout cela comme du « copiage ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès