• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Maxwell ou le retour du génie de la new soul

Maxwell ou le retour du génie de la new soul

Après six années d’absence, le retour du chanteur américain annoncé en début d’année se fait attendre. Retour sur un parcours exceptionnel.

Le nom de Maxwell ne vous dit probablement rien si vous n’écoutez pas cette musique suave qu’on appelle la soul. Pour la petite histoire elle naît d’un mélange de gospel et de rythme and blues dans les années 60, dans une Amérique où la ségrégation vient d’être abolie et où des personnages comme Rosa Parks et Martin Luther King Jr luttent pour le respect de l’égalité entre noirs et blancs.

Ce nom à connotation caféinée est donc celui du prodige de la soul, malheureusement très peu connu du grand public français.

Né en 1973, d’une mère caribéenne et d’un père portoricain, il a commencé la musique à l’âge de 17 ans alors qu’un ami lui offre un clavier. Mais c’est quatre ans plus tard que sa carrière commence en signant avec Columbia son premier contrat : c’est la naissance de Maxwell’s Urban Hang Suite, un album influencé par Marvin Gaye de par la participation de l’un de ses auteurs, Leon Ware. Après de nombreux remaniements par la maison de disques, l’album sort enfin en 1996. Le second single est un véritable succès, Ascension (never wonder) devient disque d’or, pour finalement rendre l’album tout entier disque de platine en 1997 et ainsi faire gagner à Maxwell un Grammy Awards.

Par la suite, le succès continue avec Maxwell Mtv Unplugged, un album enregistré en live qui reprend certains titres de son premier opus tel que Whenever, Wherever, Whatever qui lui fait remporter un second Grammy, ainsi que la reprise du tube de Kate Bush This Woman’s Work avec lequel il se fait remarquer de plus belle.

Son second album Embrya se vend en 1998 à plus de cinq millions d’exemplaires ce qui lui permet de faire une pose bien méritée. Seulement un an après, il signe son plus gros succès : Fortunate qu’il compose avec R. Kelly sur la bande originale du film Life.

Son dernier album, Now est un retour aux sources pour lui : plus romantique que jamais, il aborde des thèmes comme l’amour véritable. Il se classe premier des ventes avec le titre Lifetime en 2001.

Cela fait donc six ans que l’artiste qui a amené du renouveau à la soul, la faisant évoluer en new soul, n’a pas donné signe de vie, artistique du moins.

Mais, depuis quelques mois, un nouveau projet est en attente : l’ambition folle de sortir trois albums sous le nom de Black Summers’ Night, répartis successivement sur les trois prochaines années, le premier ayant dû sortir dans les bacs en février 2007.

Huit mois après, toujours aucun album n’est disponible. En cherchant sur internet, les seules informations que j’ai pu recueillir sont l’élaboration d’un prochain site officiel, qui depuis quelques mois n’est toujours pas en état de fonctionner. Pourtant, nombreux sont les fans à le réclamer mais tout ce qu’ils pourront avoir est un extrait de ce premier album. En effet, l’artiste a mis en ligne sur son MySpace le titre Pretty Wings Snippet, un extrait qui nous laisse évidemment sur notre faim mais qui est de bon augure pour la suite, si suite il y a.

Alors, coup de pub ou véritable retard ? Quoi qu’il en soit, la maison de disques devrait plutôt se dépêcher car c’est bien connu que la patience des fans a ses limites...


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • del Toro Kabyle d’Espagne 17 décembre 2007 21:18

    Je connaissais pas mais maintenant, c’est fait !

    Merci !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires


Partenaires