• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Mémoire de courgette en perspective du 70ème Festival de Cannes

Mémoire de courgette en perspective du 70ème Festival de Cannes

A chaque édition du Festival, sa couleur, ses symboles, son ressenti en compagnie privilégiée de ses festivaliers qui en effectuent la différenciation d’une année sur l’autre.

 

JPEG - 147.5 ko
Festival de Cannes 2016
© Theothea.com

   
Au-delà des simples anecdotes qui peuvent se multiplier à l’infini selon chacun des participants à ce fameux happening cinématographique annuel, des figures représentatives de l’air du temps peuvent s’y inscrire en signes annonciateurs d’un état des choses, des lieux et des esprits en mouvement. 
Libre ensuite à d’aucuns d’interpréter ces présences concomitantes en de savantes synthèses sur les idéologies à la mode ou, tout au contraire, de feindre leur juxtaposition comme le fruit d’une spontanéité impulsée par des organisateurs inspirés de manière aléatoire par telle ou telle thématique.

 

JPEG - 72.9 ko
Festival de Cannes 2016
© Theothea.com

 

C’est ainsi que la dédicace de cette 69ème édition aurait pu aisément se conceptualiser sous tendance « vie de courgette » exprimant l’indéniable propension, en toile de fond, à une sympathique candeur revendiquée ou non. 
De fait, la sélection « Cannes Classics », initiée quelques années auparavant par Thierry Frémaux, pourrait fort bien être le vivier symbolique réactualisé de ces émergences, de ces fulgurances, de ces signes emblématiques au gré d’un patrimoine sans cesse revisité et ainsi mis en valeur d’avenir !

 

JPEG - 69.6 ko
Festival de Cannes 2016
THE STORY OF BILLY HAYES AND TURKEY
Billy Hayes
© Theothea.com

  
Dans cette perspective revenait comme en boomerang, lors de cette édition 2016, toute la violence contradictoire de « Midnight Express » avec la vivacité analytique de Billy Hayes, focalisée sur le rétroviseur des seventies, dont les stigmates lui collent à la peau alors même, qu’en posture d’« auto-commentateur » du documentaire « Midnight returns », cet anti-héros assumé semble y effectuer davantage leçon pédagogique pour l’Histoire plutôt que fond de commerce médiatique nécessairement tentant.

 

JPEG - 80.3 ko
Festival de Cannes 2016
RISK
Édouard Waintrop (Quinzaine) & Sarah Harrison
© Theothea.com

 

Et comme pour lui répondre en écho de l’autre bout de La Croisette, Julian Assange jetait à la Quinzaine des Réalisateurs son cri strident de lanceur d’alertes, relayé par l’équipe de « Risk » et de Laura Poitras sa réalisatrice, tous totalement impliqués dans la cause « éthique » de WikiLeaks encadrée par Sarah Harrison journaliste juridique et, en quelque sorte, son égérie en communication.

 

JPEG - 35.6 ko
Festival de Cannes 2016
Palme d’Honneur 2016 - Jean-Pierre Léaud
© DR.

  
A égales distances de ces deux pôles idéologiquement contrastés mais sans cesse sous vigilance latente, installez Jean-Pierre Léaud en contrepied sur le trône, remettez-lui une palme d’honneur pour l’ensemble de sa carrière en marge des conventions et hors des normes consensuelles, vous verrez alors triompher l’esprit rebelle dans la plénitude conquise des quartiers de noblesse cannoise…

 

JPEG - 78.3 ko
Festival de Cannes 2016
DIVINES - Caméra d’or 2016 - Houda Benyamina
© DR.

  
Alors pourront apparaître « Divines » en apothéose de La Quinzaine, et toute une équipe de « jeunes pousses » descendues d’au-delà du périphérique, sans doute en filigrane du futur Grand Paris, avec à sa tête Houda Benyamina, personnalité à casser la baraque de tout statu quo cinéphilique et qui eut, à quelques soirs d’intervalle, l’audace et le talent pour beaucoup ( au prix de l’exaspération pour d’autres ) d’haranguer tour à tour le Palais Croisette lors de la projection officielle ainsi que le Grand Auditorium lors de la soirée de clôture où lui fut remis la tant convoitée « Caméra d’or » récompensant chaque année un premier film, toutes sélections confondues.

 

JPEG - 94.4 ko
Festival de Cannes 2016
GIMME DANGER - Iggy Popp & Jim Jarmusch
© Theothea.com

  
Et puis, s’avançant tel le leitmotiv d’un retour en grâce scénique autant que médiatique tout au long de l’année 2016, un peu comme si l’emprise sur le conformisme actuel valait viatique idéologique revenu des enfers, voilà Iggy Pop, grand Seigneur, validé et encensé par Jim Jarmusch se projetant lui merveilleusement en transcendance poétique sur "Paterson" tout en consacrant au survivant des sixties « Gimme Danger » témoignant ainsi d’une époque où la Musique avait valeur existentielle bien que celle de la star résiliante se révèle paradoxalement en prise sur la contemporanéité !

 

JPEG - 37.7 ko
Festival de Cannes 2016
UN HOMME ET UNE FEMME (Cannes Classics)
Claude Lelouch
© Theothea.com

  
Cependant qu’en embuscade défensive dès que le cinéma se doit de rappeler ses fondamentaux cannois, Claude Lelouch l'éternel Pygmalion d’ « Un homme et une femme » ainsi que Bertrand Tavernier accompagnant de son « Voyage à travers le cinéma français » l’ensemble du patrimoine cinéphilique national, répondaient de pair « présents » au Festival international du film à l’instar de quelques bonnes fées bienveillantes d’une destinée bientôt septuagénaire dont Gilles Jacob, son mentor de facto, contribua considérablement à susciter l’exigence qualitative à dimension universelle en prise sur Le 7ème Art. 
Toutefois, n’en déplaise aux puristes toujours plus perfectionnistes eux-mêmes que les comités des différentes sélections, il faut bien admettre que des cycles de créativité s’imposent avec leurs pauses relatives et autres contingences…

 

JPEG - 58.9 ko
Festival de Cannes 2016
MOI, DANIEL BLAKE - Palme d’Or 2016 - Ken Loach
© DR.

   
Et donc en 2016, en contrepoint de la nécessaire Palme d’or attribuée à l’opus toujours « ô combien social » de Ken loach « Moi, Daniel Blake » sous la judicieuse présidence de George Miller, sachons également rendre considération à parité et faire ainsi place à « Ma vie de courgette » pour la vie affective intense qui lui ressemble au sein d’un film d’animation plein de compassion positive à travers le monde fictif de marionnettes vibrant au prorata empathique de l’enfance solidaire mais aussi pareillement à « Divines » symbole d'un renouveau générationnel joyeux et charismatique... s'inscrivant en perspective du forcément magistral 70ème Festival de Cannes en 2017.

 

JPEG - 93 ko
Festival de Cannes 2016
DIVINES - Caméra d’or 2016 - Deborah Lukumuena, Oulaya Amamra & Houda Benyamina
© Theothea.com

 

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE CANNES 2016 

" L'Année Courgette " sur Theothea.com

 

JPEG - 91.8 ko
Festival de Cannes 2016
Thierry Frémaux
« Que vive le 70ème Festival de Cannes ! »
© Theothea.com

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (1 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès