• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Michel Aumont, seul en scène de « A la Porte » au Théâtre de (...)

Michel Aumont, seul en scène de « A la Porte » au Théâtre de l’Oeuvre

D’abord il y a un écrivain, Vincent Delecroix qui, maître de conférence à la Sorbonne, a déjà publié trois essais philosophiques et quatre romans dont A la porte, sélectionné pour le prix Médicis.

Ensuite, il y a Marcel Bluwal qui porte son intérêt sur le texte et convoque Michel Aumont dans ce personnage atrabilaire pour la mise en scène d’un monologue intérieur autour d’un jeu de chaises, pourquoi pas musicales.

Enfin, de la Gare du Nord au Canal Saint-Martin en passant par le boulevard Magenta, va errer cette silhouette désemparée par l’indifférence ambiante autant qu’elle pourrait l’être elle-même au désarroi d’autrui.

Bref, mis à la porte de chez lui par sa propre négligence, alors que celle-là lui claque dans le dos à son insu, l’homme en délire métaphysique va problématiser son cheminement vers un au-delà si proche de lui que réalité et onirisme vont se télescoper au diapason du stress de se retrouver nu un dimanche matin dans les rues désertes de la capitale tout en s’inquiétant de ne pas déranger, par téléphone, sa soeur dépositaire d’un double de son trousseau de clés... du moins feint-il de croire en cette version d’une fin de vie pleine d’impasses spéculatives à transgresser.

Disciple spirituel d’un univers dramatique qu’affectionne Eric-Emmanuel Schmitt, Vincent Delecroix semble prendre à son compte l’interrogation à voix haute que permet le théâtre, face à un monde médiocre confronté au miroir du cynisme misanthrope lorsque le compte à rebours final fait défiler ses dernières flammes vacillantes.

Michel Aumont est tout simplement cet artiste ad hoc en mesure de figurer les étapes transitoires et néanmoins contradictoires d’un élan poétique chassé hors de lui-même par des circonstances antagonistes.

Du grand art dialectique au fil de ce récit en passe de tourner à vide dans le 19e arrondissement alors que les concepts font sourdre les idéaux enfouis sous la carapace du mal-être de chacun.

Un auteur est né sur les planches de l’Oeuvre, un valeureux comédien l’aura habité sous les frasques transcendantales d’un ancien professeur en retraite.

Photo © Eric Devert

A LA PORTE - *** Theothea.com - de Vincent Delecroix - Mise en scène : Marcel Bluwal - avec Michel Aumont - Théâtre de l’Oeuvre -


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • circulezyarienavoir (---.---.4.237) 14 février 2007 22:20

    C’est curieux:j’ai cru voir sur Avox ce matin un dessin humoristique avec un oiseau mazouté qui avait trouvé la perle...Plus de dessin, plus de commentaires...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires