• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Mirabeau, nous voici !

Mirabeau, nous voici !

Jamais je n’ai cru à la thèse de la trahison de Mirabeau que la gauche jacobine véhicule depuis la Révolution. Cet homme qui lutta avant tout le monde et jusqu’à son dernier souffle contre l’infâme absolutisme des Bourbons, qui mit sa vie en péril dans ce combat, figure au panthéon de mes révolutionnaires préférés. Même si l’Histoire se souvient qu’il défendait le projet de monarchie constitutionnelle. Aujourd’hui, on vient de retrouver le testament politique de Louis XVI qui révélerait que le roi était favorable à la mise en oeuvre des thèses de Mirabeau. Le Peuple aurait-il commis une faute historique grave en coupant la tête du roi ?



L’homme qui défia le roi au mépris de sa propre vie, qui sera condamné à mort par contumace, extradé et emprisonné au donjon de Vincennes durant trois années, celui qui tint fièrement la place de l’assemblée nationale aux mots de "Allez dire à ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volonté du peuple et que nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes.", cet homme-là, si déterminé dans ses idées, aurait-il pu opérer un revirement brutal et capricieux au seul service de la monarchie ? C’est la thèse portée depuis longtemps par les historiens de gauche dont certains préfèrent se référer à Marat, Desmoulins, Robespierre ou Danton. Ils oublient facilement que le mot "terrorisme" vient de la période de la Terreur qu’ont imposée à la France ces gens-là et quelques autres ! Pas de quoi en être si fier. Ils négligent le fait que si Mirabeau avait réussi à faire passer son projet de monarchie constitutionnelle, des millions de vies auraient été épargnées durant la Terreur, l’Empire et les révoltes (dont la chouannerie, cette boucherie fratricide).

Donc, oui, j’aurais pris parti pour Mirabeau durant la Révolution. Mais pourquoi, me direz-vous, parlez soudainement de Mirabeau. Et bien parce que Le Figaro titre un de ses articles "Le testament politique de Louis XVI retrouvé". Avant de fuir en juin 1791, le roi de France avait rédigé un texte pour se justifier. Le manuscrit, qui avait disparu, a été découvert aux États-Unis. Sur la dernière page du manuscrit, on peut lire ces mots de Louis XVI : "Français, et vous surtout Parisiens, vous habitants d’une ville que les ancêtres de Sa Majesté se plaisaient à appeler la bonne ville de Paris, méfiez-vous des suggestions et des mensonges de vos faux amis, revenez à votre Roi, il sera toujours votre père, votre meilleur ami. Quel plaisir n’aura-t-il pas d’oublier toutes ses injures personnelles, et de se revoir au milieu de vous lorsqu’une Constitution qu’il aura acceptée librement fera que notre sainte religion sera respectée, que le gouvernement sera établi sur un pied stable et utile par son action, que les biens et l’état de chacun ne seront plus troublés, que les lois ne seront plus enfreintes impunément, et qu’enfin la liberté sera posée sur des bases fermes et inébranlables. A Paris, le 20 juin 1791, Louis. » (DR)

D’où il ressort, selon le grand quotidien, que Louis XVI aurait été victime d’une bavure populaire puisque, s’enfuyant par Varennes, il ne cherchait que le bien du peuple. Le roi aurait fait son autocritique et gagné la cause de la révolution juridique de l’été 1789, acceptant l’abolition des ordres et le principe d’égalité civile des citoyens.

La couleuvre me paraît toutefois dure à avaler, au moins autant que la thèse de la trahison éhontée de Mirabeau des historiens radicaux. En effet, Louis XVI aurait écrit ce texte dans le secret le plus absolu (pardon pour ce jeu de mot !), en cachette de tous ses ministres, pendant plusieurs mois ! Puis le document aurait disparu jusqu’à aujourd’hui où précisément le régime sarkoziste aimerait bien réconcilier la France avec le pouvoir personnel. Avec l’aide du Figaro qui voudrait effacer le crime de la fuite à Varennes, fuite qui opéra un basculement de la Révolution dans la violence la plus noire, le Peuple ayant été trompé par son roi. Après quoi, "le prestige de la monarchie sera pour jamais terni par cette équipée malheureuse", semble déplorer Le Figaro qui reprend les propos de Jean-Christian Petitfils : "Jamais Louis XVI n’avait été aussi proche de la Révolution qu’en fuyant la capitale. Sur la route de Varennes, il était devenu un souverain constitutionnel, à la recherche, hélas, d’une impossible Constitution."

Louis XVI devenu subitement "souverain constitutionnel" alors que tous les efforts de Mirabeau, très bien perçu par la famille royale, n’auront jamais abouti ! Je n’y crois pas. Et je préfère me référer à la pensée et à l’action de Mirabeau, ce révolutionnaire authentique et, quoi qu’en disent ses détracteurs, intransigeant ! Mirabeau n’a-t-il pas eu à subir l’absolutisme de son propre père qui lui infligea des violences ? N’a-t-il pas écrit un "Essai sur les lettres de cachet et sur les prisons d’État" alors qu’il était en détention ? (1780). N’a-t-il pas bravé l’interdiction de publier des comptes rendus des séances des États généraux le 7 mai 1789 ? N’a-t-il pas défendu bec et ongles la liberté de la presse avec la publication de son Courrier de Provence ?

Mirabeau est l’architecte de la Révolution avec Sièyès et surtout de ce qui durera : la théorie de la souveraineté nationale (face à la théorie de droit divin de l’absolutisme), la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, et l’Assemblée Nationale !

Il n’a jamais failli dans ses idées (non sans quelques erreurs parfois : ainsi la défense du droit de veto absolu du roi). Il s’est battu sans trembler pour sa conception d’une monarchie constitutionnelle. Il n’y a pas de quoi en rougir et cette solution eut permis d’éviter bien des bains de sang. Et c’est cela que ne lui ont pas pardonné les ultras, les bouchers de la Révolution qui, peut-être, sont allés jusqu’à empoisonner cet encombrant rival, ce génie des institutions, qui aurait pu permettre à notre pays de s’en sortir "par le haut" comme on dit de nos jours en établissant pacifiquement un régime modéré et démocratique.

Saisissant le prétexte de la découverte signalée par son quotidien servile - Le Figaro - le Pouvoir ne cherche-t-il pas à effacer la félonie du traître Louis XVI et à le réhabiliter aux yeux du Peuple ? On n’est dans la manipulation de l’Histoire...

Aujourd’hui les citoyens ont abdiqué leur représentation à l’Assemblée nationale. Ils ont laissé l’Assemblée aux mains du pouvoir personnel qui la tient sous son joug. L’Exécutif, c’est son nom, exécute la démocratie !

N’est-il pas temps de reprendre l’Assemblée nationale, notre assemblée nationale, où le comte de Mirabeau dit ces jolis mots : "C’est aujourd’hui que je bénis la liberté de ce qu’elle mûrit de si beaux fruits dans l’Assemblée nationale."

N’est-il pas temps de nous écrier à nouveau : "Allez dire à ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volonté du peuple et que nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes."

Mirabeau, nous voici !
 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 21 mai 2009 09:22

    @La Taverne des Poètes
    La c’est un peu fort : la « complotisation sarkosienne » dans tous ses états !
    Doucement, doucement, ne pas imiter les Aubry, Besancenot & Cie, vous êtes meilleur d’habitude et puis Mirabeau avait aussi ses zones d’ombre.


    • Relladyant icare 21 mai 2009 20:59

      « Si on examine les listes de suppliciés, les couches dominantes sont largement surreprésentées. »

      >> Complètement faux. C’est exactement l’inverse. Les nobles sont minoritaires dans la liste des victimes. La Révolution a buté une majorité de paysans, et de curés de villages (même pas de prélats et d’évêques du haut clergé).

      La Révolution est même allée jusqu’à buter ceux qui l’avaient initiée (Condorcet, philosophe des lumières, la Gironde, etc...), chose passée sous silence dans l’enseignement national ou la révolution est présentée comme une promenade de santé romantique ou le gentil peuple va faire tomber la vilaine royauté.


    • La Taverne des Poètes 22 mai 2009 08:44

      7 votes positifs pour avoir soutenu cette énormité, le Furtif ! Mais bon, on sait que c’est 7 votes pour avoir commencé votre message par « Taverne une fois de plus » - formule populiste qui fonctionne même sans le moindre argument apporté- et puis pour le principe d’avoir attaqué...

      7 approbations d’un mensonge historique gros comme le poing que je tends vers la Bêtise et la paresse intellectuelle !


    • ASINUS 21 mai 2009 12:10

      Le Peuple aurait-il commis une faute historique grave en coupant la tête du roi ?

      bonjour la taverne
      seriez pas centriste mon cher ?
      le centrisme si traditionnel français celui du vote censitaire et des gardes nationales bourgeoise

      la seule legitimité de la révolution ou de la rebellion c est sa victoire, comme indiqué
      par un de vos interlocuteurs les classes dominantes sont« sureprésentées » dans les élagués gageons que si par bonheur il advenait le 1793 que la classe umps et son assise sociale meritent il en serait de meme ;

      revienne le temps des chateaux qui brulent





      • Georges Yang 21 mai 2009 12:27

        Très bien ces articles sur les grands noms de la Révolution Française. Je vous attends sur Babeuf.


        • paul 21 mai 2009 12:33

          Mirabeau a dit exactement « nous sommes ici par la volonté nationale,nous n’en sortirons
          que par la force »,louis 16 était un roi faible,influençable et balloté par ces événements.


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 21 mai 2009 12:34

            Bel hommage plein de relents révisionnistes positifs, la taverne, merci.

            Si l’on lit la presse, l’on peut trouver ici et là des appels à la révolution populaire. Même si elle est majoritaire sur la toile, le fait d’écrire ses ressentiments désamorce la violence contenue dans nos pulsions. Tant que la toile est libre, elle assure cette soupape dont Hadopif est le détonateur.

            J’aime apprendre les tenants et aboutissants de cette période qui m’avaient complètement échappé pendant ma scolarité en milieu catholique. J’espère que votre texte servira à démasquer les influents qui aimeraient bien nous voir descendre dans la rue et nous charcler mutuellement.

            Aucun doute, les lois qui détruisent notre service public favorisent pleinement la désorganisation, la dérégulation et l’appauvrissement du système de contrôle qui assurait la sécurité de par une hiérarchie simple sans police. Il ne va bientôt plus rester que la police, elle même milice du nouvel ordre mondial. Je viens d’entendre comment on veut faire entrer les flics dans les écoles, et cette info qui m’a réjoui : Sur facebouc, NS a moins d’amis que l’animateur d’E1...la victoire des élections se gagnent désormais sur la toile. Elle est pas bonne celle là !

            Biern à vous. L.S.


            • Hieronymus Hieronymus 21 mai 2009 13:00

              « figure au panthéon de mes révolutionnaires préférés »
              et quels sont vos autres preferes ?
              quand on enseigne l’histoire, on nous presente toujours les evenements comme ineluctables (le regime monarchique etait un fruit pourri destine a tomber, faux, archi faux !) et ceux-ci « globalement » positifs meme si qq bavures au passage (ex. la revolution francaise par Michelet) bref une historiographie oscillant entre la naivete et l’imposture, je n’ai aucun revolutionnaire prefere, tous les « humanistes » lucides ont des le debut pris leur distance avec la revolution, comprenant que il ne peut y avoir de « bons » crimes et que le crime engendre forcement d’autres crimes ds un processus endogene d’extremisme ..

              question Mirabeau etait franc macon ?
              aussi je trouve toujours choquant qu’on ne parle jamais de la franc maconnerie quand on enseigne l’histoire, qu’y aurait il de si choquant a en parler ?


              • La Taverne des Poètes 21 mai 2009 13:26

                Aujourd’hui, le grand public ne connaît Mirabeau que par les vers d’Apollinaire :

                Sous le pont Mirabeau coule la Seine
                Et nos amours
                Faut-il qu’il m’en souvienne
                La joie venait toujours après la peine
                     Vienne la nuit sonne l’heure
                     Les jours s’en vont je demeure

                Mirabeau n’est pas qu’un pont, c’est un grand artisan de la Révolution et père fondateur de notre république. Oubli réparé.donc.

                Mirabeau n’est pas qu’un pont mais Mirabeau aurait pu être un pont entre la monarchie et la république.


                • Gollum Gollum 21 mai 2009 13:46

                  @ l’auteur « contre l’infâme absolutisme des Bourbons ».. alors là quelle désinformation ! Rien n’est plus faux. Louis XVI était un être extrêmement humble et honnête, peut-être maladroit, pas fait pour régner (Quand il a appris qu’il devenait roi, il s’est effondré en pleurs !). Son dernier testament, celui écrit à la prison du Temple, nous dit qu’il se considère comme innocent des crimes imputés et qu’il pardonne à ses ennemis. Vous en connaissez beaucoup vous des dictateurs soi-disant absolutistes et sanguinaires qui pardonnent à leurs ennemis ? Moi pas...


                  • ASINUS 21 mai 2009 13:46

                    un pont comme le pontifex des catholiques hé hé belle comparaison le modem serait ce nouveau mirabeau ce pont faisant le lien entre notre caste gouvernante et le peuple ?
                    je vous lis ainsi
                    que ce bon hieronymus , les roles sont partagés ? l ’un réecrit l histoire et l’ autre appele à la restauration pff rien ne sauveras la classe bourgeoise umps qui à chaussée les talons rouges de la noblesse d antan.De la meme maniere que la dégénérée aristocratie de 1789 ne voulait plus de devoirs mais juste jouir de privilége, sa remplaçante actuelle
                     ayant confisquée l ascenseur républicain a son seul usage ,refuse d entendre les NONS successifs du peuple.Il n est que de voir le ton docte et méprisant employé
                    conjointement par nos elites à propos de Maestrich et autre dogmes de la bien pensance.
                    Mes ancetres ont cramé le chateau qui régentait orgueuillesement leurs vies de metayers sans biens.
                    Tot ou tard le peuple fera gouter a cette classe umps arrogante prétentieuse et réecriveuse de l histoire les joies d un bon 1793.


                    revienne le temps des chateaux qui brulent


                    • La Taverne des Poètes 21 mai 2009 14:38

                      Mirabeau ne touchait de l’argent de la Cour que pour « rester de son propre avis » et pour y faire passer ses idées de monarchie éclairée, constitutionnelle. « Je suis l’homme du rétablissement de l’ordre, mais non du rétablissement de l’ordre ancien. »


                      • ASINUS 21 mai 2009 15:33

                        yep a la cour de sarkozy le citoyen Riqueti ci devant marquis de Mirabeau pourrais tonner contre le maitre des lieux ,ecrire des pamphlet tout en touchant des subsides pour rester libre et maintenir un pont entre ..... hé hé pourquoi cela me rappelle furieusement
                         quelqu un moi ?


                        • Axel de Saint Mauxe Nico 21 mai 2009 17:39

                          Je passe sur le discours convenu sur la Révolution de cet article (« l’infâme absolutisme des Bourbons »), qui me rappelle celui entendu au cours de ma scolarité laïque.

                          Par contre mettre Sarko dans le bain est à mourir de rire tant cela est malvenu.

                          Comme le rappelle un commentaire, Louis XVI était un monarque éclairé. Les réformes demandées aux Etats Généraux étaient toutes sur le point d’être approuvées, et allaient loin dans les avancées (fin des privilèges fiscaux etc...).

                          Ce sont quelques excités extrémistes qui ont fait chauffer la marmite et profité de l’inquiétude d’une population face à la crise économique de 1788-1789 pour lancer les première révoltes, dont la grotesque et sanglante prise de la Bastille, une jacquerie menée par des voyous imbibés d’alcool. (je rappelle qu’il n’y avait dans cette « terrible forteresse » que 7 prisonniers, tous là pour une bonne raison et qu’on était loin du « symbole » du despotisme monarchique qui figure encore parfois dans les livres d’histoire). Résultat : le gouverneur décapité et 7 droits communs (dont 2 fous) libérés.

                          Puisse ce testament de Louis XVI permettre à la France de se reconcilier avec son Histoire.


                          • ASINUS 21 mai 2009 19:33

                            bonsoir Nico


                            « Par contre mettre Sarko dans le bain est à mourir de rire tant cela est malvenu ».

                             j en convient j aurais pus choisir un autre exemple j ai choisi la facilité pour taquiner
                             l auteur
                            pour le reste de votre texte si la realité décrite « bastille » n est pas contestable il est des symboles permettant de metre a bas d autres bastilles de l epoque bien concretes elles ;
                            Sans s arreter a l individu Louis xvi l histoire retiens que son entourage la bien mal conseillé et la noblesse de l epoque plus attentive a ses privileges qu a ses devoir,
                            puisque vous en etes a detailler l histoire pour revenir a mon domaine de prédilection
                            je me permet de vous rappeler que l ordonnance de 1788 n est pas pour rien dans
                            l approbation de la revolution par une bonne part« des bas officiers  »qui controlaient eux reellement de l armée royale« .
                             »la France de se reconcilier avec son Histoire" 
                            le republicain ecrivant ces lignes convient que la majorités des souverains français ont oeuvrés a faire d abord un royaume un etat une nation de ce qui est présentement defait maille par maille par une camarilla de boutiquiers affairistes dont l evocation de leur chef vous a semble t il porter a sourire .


                            • Axel de Saint Mauxe Nico 21 mai 2009 21:34

                              Bonsoir et merci pour votre réponse,

                              A titre personnel je ne considère pas comme un crime la fuite de Louis XVI, mais comme l’erreur d’un homme peu doué pour la politique. Quand on sait ce qui s’est passé par la suite, on peut le voir certes le voir comme un crime, mais Louis XVI était un homme bon, soucieux du salut de son Peuple.

                              Quand à la fin de votre message, je considère qu’effectivement le long travail d’unification de la France entrepris par la monarchie a été poursuivi ou maintenu avec loyauté par l’Empire et la République.

                              Et effectivement le « chef des boutiquiers » tant à détricoter cela, à mon avis plus par inculture que par volonté de nuire. Mais cela n’est pas nouveau, ses prédécesseurs n’ont guère fait mieux, peut-être en y mettant plus les formes, car plus cultivés (surtout Mitterrand). De Gaulle a finalement été le seul grand homme d’Etat français, avec Clémenceau, au XXe siècle. 

                              C’est le parallèle un peu naïf de votre texte entre la médiocrité de NS et la monarchie qui me déplait.

                              Ne donnez pas, comme Bayrou, plus d’importance à Sarko qu’il n’en mérite. C’est un chef d’état médiocre, comme hélas son prédecesseur, c’est tout, la France s’en remettra. Le tout est de réfléchir à comment elle s’en remettra, pas seulement de Sarko, mais aussi et surtout de près de 40 ans de mauvaise gestion politique, d’abandon de la Nation.

                              Il n’en reste, pour en revenir à votre texte, que je suis très critique vis à vis de ceux qui ont lancé le mouvement révolutionnaire (dont Mirabeau, Sieyes). Tout était réuni pour que les nécessaires évolutions démocratiques du Royaume de France aient lieu sereinement, l’aristocratie y était majoritairement prête. Mais la conjugaison d’agitateurs extrémistes avec une crise économique et un pouvoir faible ont conduit à la catastrophe.

                              Si vous vous interrogez à mon sujet, sans être monarchiste, je ne suis pas hostile à ce mouvement que je comprend.

                              Enfin, je précise que je suis très attaché à la Vème République. Dommage que ceux qui sont censés la faire vivre n’aient pas le sens de l’Histoire ni de l’Etat. Mais cela est aussi peut-être la faute de citoyens français qui ont aussi perdu le sens du collectif.


                            • logan 21 mai 2009 20:13

                              Louix XVI a été exécuté pour sa trahison contre la révolution après avoir essayé de s’enfuir. Sa trahison a été de s’entendre avec les monarques étrangers pour attaquer la France et le rétablir sur le trône à la tête d’une monarchie absolue.

                              Je ne vois vraiment pas l’intérêt de ce révisionnisme.

                              Quand à Taverne qui est nostalgique de la monarchie constitutionnelle ça fait franchement peur.


                              • Relladyant icare 22 mai 2009 00:09

                                Louix XVI a été exécuté pour sa trahison contre la révolution après avoir essayé de s’enfuir.

                                >> C’est faux, Louis XVI ne sera arrête que plus d’un an plus tard.

                                Quand à Taverne qui est nostalgique de la monarchie constitutionnelle ça fait franchement peur.

                                >> Eh bon, et pourquoi ? Des monarchies constitutionnelles il y en a plein dans le monde, et on ne mange pas les bébés en soupe dans le crane de leur mère pour autant.


                              • logan 22 mai 2009 08:50

                                Excusez-moi, effectivement on ne mange pas les bébés en soupe, cela dit en tant que citoyen cela me dérange grandement de ne pas vivre en démocratie pour des raisons certes moins spectaculaires mais quand même extrêmement importantes à mes yeux qui sont que je veux avoir le droit de choisir complètement mon avenir, quitte à devoir partager ces décisions avec des millions d’autres, et non pas que des gens autoritairement et arbitrairement me l’imposent, même si c’est seulement en partie, car malheureusement on sait très bien vers quelles dérives cela mène :les inégalités non seulement sociales mais aussi de droits, avec notamment la justice à 2 vitesses qui est le corollaire de ce type de régime.

                                Alors les « dictatures » éclairées, non merci, et je trouve cela croustillant de voir des personnes qui militent dans un parti qui s’auto proclame « démocrate » avouer qu’ils préfèrent une monarchie ...

                                Taverne en mettant en avant Sieyes, l’un des responsables historiques de nos nombreux maux et de la maladie dont sont atteintes nos « démocraties » actuelles, car « inventeur » de la supercherie de la souveraineté nationale, c’était déjà d’un très mauvais goût. Mais là en mettant en avant Mirabeau et Louix XVI et en déclarant sa flamme à l’idée de monarchie constitutionnelle, oui moi clairement ça me fait peur. Ca me fait peur de voir que 200 ans après la révolution, après plusieures républiques, et après qu’autant de gens aient donné leur vie pour sauver cette idée de la république et de la démocratie, il y ait encore des monarchistes aujourd’hui.


                              • Axel de Saint Mauxe Nico 22 mai 2009 08:53

                                Quand à Taverne qui est nostalgique de la monarchie constitutionnelle ça fait franchement peur

                                C’est vrai que la Grande Bretagne, la Belgique, les Pays Bas, le Luxembourg, Monaco, l’Espagne, la Suède, la Norvège sont d’épouvantables dictatures qui donne froid dans le dos.


                              • La Taverne des Poètes 22 mai 2009 09:01

                                « Absolument. »

                                Jean Frémy, doreur.


                              • Axel de Saint Mauxe Nico 22 mai 2009 09:02

                                Logan : Monarchie ne rime pas avec dictature, de même que République ne rime pas avec démocratie.

                                Regardez autour de vous en Europe, la plupart de nos voisins frontaliers sont des monarchies.

                                Vous avez le droit de ne pas être monarchiste, je ne le suis pas non plus, mais ne déformez pas la réalité...


                              • logan 22 mai 2009 13:30

                                Bien sur que si, la monarchie peu importe sa forme est une forme de dictature.
                                Dans une monarchie absolue le souverain n’est plus le peuple, mais le roi.
                                Pour la monarchie constitutionnelle c’est la même chose, à la différence qu’une partie du pouvoir est séparée et retirée au roi, mais une partie seulement ...

                                Louis XVI justement en complotant contre la révolution et en se coalisant avec des dictatures étrangères pour envahir la France et pour rétablir son ancien pouvoir a prouvé à quel point la monarchie constitutionnelle était une mauvaise idée, qu’elle ne protégeait pas plus que la monarchie absolue des dérives de l’arbitraire, c’était une idée battarde de gens conservateurs qui avaient peur de l’inconnu et qui rechignaient à aller trop loin dans la révolution.

                                Quand on va jusqu’au bout des idées des lumières qui ont conduit à l’idée de constitution, à l’idée des droits de l’hommes et du citoyen, on ne peut aboutir qu’à l’idée de république et de démocratie.
                                De ces idées on en tire la conclusion, comme l’a si bien écrit benjamin constant, que le danger pour nos libertés, ce n’est pas entre les mains de qui on attribue le pouvoir, mais c’est le pouvoir lui-même.
                                Ce pouvoir on doit le limiter, le séparer, de manière à ce que toujours ce pouvoir soit issu de la volonté générale et non pas de l’arbitraire. Et donc que ce qui fait le danger du pouvoir c’est le degré d’arbitraire qui lui est laissé.

                                Ce principe qui est à la base de l’idée de constitution et des droits de l’homme disqualifie très clairement toute idée de monarchie constitutionnelle, ou même de dictature éclairée ...


                              • ASINUS 22 mai 2009 15:13

                                bonjour logan , a bien y regarder de prés la constitution de la 5 e met en place un monarque qui s il n est pas oint des st s huiles reçoit l onction du vote populaire ,
                                 je suppose mais n en suis pas sur que le parrallele n avait pas échappé
                                a celui qui en fut l instigateur « de Gaulle », il ne vous aura pas échappé que le president de notre république jouit de pouvoirs quasi régaliens dont ne disposent nullement les
                                premiers ministres des monarchies constitutionnelle.Si beaucoup de republique furent
                                defaites par leurs generaux il en est une proche de nous qui n a dus son salut qu a la fermeté de son roi.Nonobstant , republicain la seule monarchie qui me conviendrais serais un royautée tempérée par le régicide.


                              • logan 22 mai 2009 17:58

                                Nous ne sommes effectivement actuellement pas en démocratie mais dans une sorte d’aristocratie proche de la monarchie élective. Pourquoi vous croyez que je milite pour une VIème république ? C’est bien justement parce que je ne supporte pas ce régime. Je ne le supportais déjà pas sous Chirac, c’est encore pire sous Sarko qui n’hésite pas à concentrer les pouvoirs comme la constitution le permet depuis la mise en place du quinquenat là où Chirac avait quand même une âme plus démocrate.

                                Je ne comprends vraiment pas ce qui vous pousse à aspirer à une monarchie ?

                                Il est évident à mes yeux que notre salut repose sur le rétablissement de la souveraineté du peuple.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires