• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

MOINS 2

A moins 2 de l’échéance accordée à deux consciences affranchies en sursis d’existence et à moins de rester insensible aux subtilités paradoxales de l’âme humaine, un tel surcroît d’affect va chercher à exprimer que celles-ci devraient se maintenir dans le suspend de l’instant présent ad vitam aeternam !...

Paul (Jean-Louis Trintignant) et Jules (Roger Dumas) vont ainsi se lancer sur le tard dans un improbable road-movie, celui de leur vie défilant à rebours de tous les ratages se répétant au fil des générations.

De la réanimation à la maternité, le chemin inverse parcouru dans le miroir du spectacle vivant va les diriger en ces lieux de rencontre où les destins n’en finissent jamais de basculer au nom de l’Amour ou de ses variantes.

La transgression vers l’au-delà guérie de toutes les blessures mal cicatrisées par déficit de reconnaissance de la chair de la chair, voici en tant que vecteur du repos enfin gagné sur le tourment infini, l’enjeu qu’une actrice réconciliée avec ses propres origines peut en phase ultime offrir en cadeau au père retrouvé.

Elle est là bien présente La Sonia de Tchekhov apaisant Oncle Vania, alias La Lou Stern de Benchetrit enfin réunie avec son père Paul, esquisses à peine masquées du bonheur infini recouvré entre Marie Trintignant et Jean-Louis !...

Pour parvenir à un telle apothéose, distanciation et humour devaient avoir vaincu chacun des obstacles que chaque individu n’a de cesse d’échafauder entre lui et le monde.

C’est là le talent et la grâce que Samuel Benchetrit a su forger en lui et autour de lui, de telle manière que la métaphore du cancer dénié puisse devenir universelle et intemporelle.

Cependant Roger Dumas avec son air d’un Gabin revenu de toutes les adversités, Valérie Crouzet avec sa justesse à composer la rencontre au féminin, Manuel Durand celle d’en incarner tous les partenaires opportuns joueraient ainsi avec Jean-Louis Trintignant au théâtre Hébertot pour confirmer que non seulement la poésie de la vie est sans doute le bien le plus précieux à partager quand il en est toujours temps mais surtout que tous ensemble, ils ne seraient pas à l’abri d’un triomphe !...

Alors "Carpe diem" puisque "alea jacta est" !...

Theothea.com

MOINS 2 - de & mise en scène : Samuel Benchetrit - avec Jean-Louis Trintignant, Roger Dumas, Valérie Crouzet & Manuel Durand - Théâtre Hébertot -


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (3 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires