• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Monsieur Kaïros » Dédoublement Yann Collette - Fabio Alessandrini au (...)

« Monsieur Kaïros » Dédoublement Yann Collette - Fabio Alessandrini au Lucernaire

Lorsque le Théâtre et son double pirandellien font irruption dans l’imaginaire d’un romancier, ni lui ni son personnage ne sont à l’abri d’un vertige identitaire éventuellement préjudiciable à leur libre arbitre réciproque.

JPEG - 19.4 ko
MONSIEUR KAÏROS
Yann Collette & Fabio Alessandrini
© Christophe Leclaire

Toutefois, si Pygmalion doit s’attendre à ce que sa créature lui échappe dès qu’il en a terminé avec la mise en orbite terrestre, il est davantage surprenant que celle-là se rebelle alors même qu’elle est encore en phase de conception et d’élaboration.

C’est pourtant ce qu’il va advenir à l’écrivain investi par Fabio Alessandrini que nous découvrons en plein labeur devant son ordinateur manifestant à cet instant quelques signes récalcitrants et annonciateurs d’un grand chambardement au sein de l’écriture en cours…

Comme sorti de nulle part mais, en l’occurrence, d’un rideau en trompe l’œil dissimulant l’encadrure d’une porte installée sur scène menant vers un ailleurs indéfini, voici donc Yann Collette, celui par qui la stupéfaction sera désormais au cœur de l’intrigue.

Nous apprendrons rapidement qu’il est chirurgien envoyé en mission humanitaire au milieu des multiples combats menés de façon permanente sur la planète avec, néanmoins, quasiment aucune chance d’en résoudre l’origine des conflits sans que ceux-ci réapparaissent en d’autres lieux.

Tirant de cette perspective en impasse généralisée, la cruelle sensation de se considérer en situation d’échec à la fois professionnel et personnel, l’intrus, perçu immédiatement par le spectateur dans une ressemblance physique et vestimentaire troublante avec l’écrivain, réclame tout de go son joker de façon à pouvoir influer avantageusement sur sa destinée… grâce à l’aide opportune et divine de « Kaïros ».

JPEG - 34.1 ko
MONSIEUR KAÏROS
Fabio Alessandrini & Yann Collette
© Christophe Leclaire

C’est pourquoi le concepteur, avant que d’admettre qu’il puisse s’agir ici de sa propre création littéraire surgissant en révolte des lignes d’un carnet personnel dont il est seul détenteur du contenu et d’éliminer ainsi radicalement l’option éventuelle d’un piratage de son ordinateur, n’est franchement pas enclin à la reconnaissance spontanée d’une telle perturbation de son œuvre en gestation et encore moins à des concessions qui pourraient susciter des idées de protestation à l’ensemble des autres personnages… encore couchés sur le papier.

De cette relation éminemment conflictuelle se développera une lutte aux couteaux verbaux et conceptuels où chacun des deux tentera de justifier, à ses propres yeux, son bon droit selon une argumentation où la liberté d’agir et de penser sera tirée à hue et à dia.

En effet, si le chirurgien souhaite désormais déposer ses valises en des contrées plus positives pour son ambition, l’auteur, lui, souhaite garder la maîtrise d’une écriture dont il est le seul responsable et garant.

Tous les deux, immiscés dans leurs sphères de réflexion respective, se font face dans un étrange mimétisme comme s’ils étaient mus par une scénographie en miroir où aux gestes de l’un semblent correspondre les mots de l’autre dans un vice versa dont l’entendement aurait été envahi par l’ensemble des maux contemporains.

Comment résoudre, en effet, un tel dilemme existentiel où, à « la liberté d’expression » pourraient s’opposer « les droits de l’homme » alors qu’en parallèle chacun des protagonistes paraît également se débattre avec ses propres démons intérieurs mal identifiés ?

Yann Collette et Fabio Alessandrini, impliqués avec une forte puissance intérieure dans ce duel en dédoublement interposé, sont bel et bien chaque soir en charge de la subjectivité des spectateurs tentant, eux, d’apporter leurs réponses appropriées à la différenciation des identités ainsi confrontées aux affres littéraires d’un clonage potentiel ou virtuel.

photos 1 & 2 © Christophe Leclaire

photo 3 © Theothea.com

MONSIEUR KAÏROS - **.. Theothea.com - de & mise en scène Fabio Alessandrini - avec Yann Collette & Fabio Alessandrini - Théâtre Lucernaire

JPEG - 77.4 ko
MONSIEUR KAÏROS
Yann Collette & Fabio Alessandrini
© Theothea.com

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès