• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Montgomery Clift, celui qui a réinventé le métier d’acteur

Montgomery Clift, celui qui a réinventé le métier d’acteur

Edward Montgomery Clift naît 17 octobre 1920 à Omaha, dans le Nebraska.

Son enfance est marquée par l’omniprésence de sa mère qui fait tout pour lui donner, ainsi qu’à sa sœur jumelle Roberta, une éducation princière.

Durant les années 30, la famille connait des difficultés financières. Son père rentre à la maison mais sa mère se montre toujours aussi dure.

Très tôt il est attiré par le monde du théâtre. Sa mère inquiète décide de le suivre.

Dès l’âge de 13 ans, il monte sur les planches de Broadway. Il se fait rapidement remarquer par son talent mais aussi par sa beauté. De nombreuses jeunes actrices sont attirées par ce nouveau talent, mais elles doivent rapidement constater que Montgomery Clift est homosexuel.

Malgré cela il a toujours besoin d’une présence féminine à ses cotés, et c’est une comédienne russe du nom de Mira Rostova qui exercera une influence prépondérante sur sa carrière.

C’est Howard Hawks qui le fait débuter au cinéma dans Red River (1948). Dans ce sublime western, il interprète le fils adoptif de John Wayne, et crève l’écran dès sa première apparition au point d’éclipser la star du genre.

Montgomery Clift va imposer au cinéma un jeu d’acteur totalement différent, à l’opposé de l’image du héros américain. Ses personnages sont tout en émotion et en sensibilité. Ils sont plus complexes, nuancés, fragiles.

Il sera pour toute une génération de comédiens issus pour la plupart de l’Actors’ Studio une référence.

En 1949, il tourne "L’Héritière" de William Wyler, un film pour lequel Olivia De Havilland obtiendra l’Oscar de la meilleure actrice.

téléchargement

En 1951, c’est le succès avec « Une place au soleil » de George Stevens . Ce film va faire de Clift une Star. Il est également un moment important de sa vie privée, car il y fait la rencontre d’Elizabeth Taylor qui restera très proche de lui jusqu’à sa mort. On peut parler de véritable amitié amoureuse entre les deux acteurs, amitié qui, en raison de l’homosexualité de Monty, n’ira jamais plus loin.

Les deux grands amis se retrouveront à deux autres reprises derrière la caméra pour « L’arbre de vie » (1957),un film qui se voulait un nouveau « Autant emporte le vent ». On peut dire que la réalisation du projet fut loin d’atteindre ses énormes ambitions .Par contre, l’adaptation du roman de Tennessee Williams par Mankiewicz « Soudain l’été dernier »(1959) , est d’un niveau bien supérieur, et Clift y livre une partition parfaite . C’est l’un des premiers films ou l’on parle d’homosexualité ! Pour la petite histoire , ce serait Elizabeth Taylor qui l’aurait imposé !

Entre temps Montgomery Clift aura joué dans le film d’Hitchcock « La loi du silence » (1953), une interprétation ou tout se situe dans le regard et l’émotion !

images

Comment passer sous silence également l’excellent « Tant qu’il y aura des hommes » en 1953.

En 1956 , rentrant d’une soirée arrosée chez son éternelle amie , il est victime d’un accident de voiture ou il est en partie défigurée. Même si la chirurgie réussira des merveilles , cette tragédie le fera sombrer dans la dépression, et il abuse de l’alcool et des drogues !

On le retrouve ensuite dans des films comme « Le bal des maudits » (1958), « Jugement à Nuremberg »(1961).

En 1961 sort son dernier film marquant, « Les désaxés » de John Huston, l’un de ces films porte-malheur. En effet Clark Gable décédera quelques jours après la sortie du film , quand à Marilyn, il s’agit de son dernier film achevé !

images (3)

Suite à l’échec de « Freud, passions secrètes »(1962) , un film bâclé par John Huston , l’acteur est oublié par les producteurs. Et c’est encore Elizabeth Taylor qui va venir à son secours en l’exigeant pour le tournage de son prochain film. Elle ira jusqu’à renoncer à son cachet .

Mais avant de jouer ce rôle on lui demande de jouer dans une petite production « Espion », il tourne ce film mais en sort très amoindri.

Il ne pèse plus que 50 kilos et on le retrouve mort dans son lit décédé d’une crise cardiaque le 23 juillet 1966.

Lorsqu’on parle légende du cinéma des années 50, on pense de suite à James Dean. Mais par son extraordinaire magnétisme, sa sensibilité, sa fragilité, Montgomery Clift est celui qui le premier a su apporter une nouvelle façon de jouer, incarner des rôles qui ne s’imposaient plus seulement que par leur virilité.

téléchargement

Avec Elisabeth Taylor, celle qui aura veillé sur lui jusqu’à la fin.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 5 avril 2014 13:40

    Bonjour, Fatizo.

    Je connais assez mal Montgomery Clift. Mais je n’ai jamais oublié son personnage d’Ackerman dans « Le bal des maudits ». Autre excellent souvenir de ses films : « Tant qu’il y aura des hommes ». Merci pour cette évocation d’un acteur quelque peu oublié désormais.


    • fatizo fatizo 5 avril 2014 18:00

      Bonjour Fergus,

      Tu te souviens de ses prestations dans les films de guerre je vois.
      Red River est l’un de mes westerns préférés. La prestation de Monty doit y être pour quelque chose.
      A voir aussi , et surtout, « Soudain l’été dernier »,
      J’aime aussi beaucoup, « Une place au soleil » et « La loi du silence », même s’il n’est pas considéré parmi les meilleurs Hitchcock selon les spécialistes.
      Bonne soirée .

    • Fergus Fergus 5 avril 2014 22:36

      @ Fatizo.

      Le plus amusant est que je n’apprécie pas beaucoup les films de guerre. Mais « Monty » a marqué chacun de ses passages à l’écran. D’accord avec toi pour « Soudain, l’été dernier ».

      Bonne nuit.


    • Merlin 5 avril 2014 15:11

      Merci pour cet article, je vais m’empresser d’aller regarder quelques films avec Montgomery Clift.


      • fatizo fatizo 5 avril 2014 18:04

        Voir ma réponse plus bas à 18h02

        Désolé 

      • laertes laertes 5 avril 2014 16:10

        décidément Taylor avait une attirance particulière pour les hommes à sexualité ambigüe : James Dean, Rock Hudson, Monty, Bambi ! D’ailleurs ses meilleurs rôles elle les a joué dans des films de désirs inasouvis (soudain l’été dernier, une place au soleil, une chatte sur un toit brûlant, reflets dans un oeil d’or etc).
        Le film que je préfère de Monty est celui d’Hitchcock


        • fatizo fatizo 5 avril 2014 18:08

          Bien observé.

          J’ai toujours été en colère après ces médias qui ne nous la présentaient plus que comme une « vulgaire grosse alcolo » depuis bien longtemps déjà, oubliant qu’elle avait été l’une des plus belles femmes du monde, et de plus avec un cœur immense .

        • antonio2 5 avril 2014 16:50

          Merci de rappeler à notre mémoire ce très grand acteur.


          • fatizo fatizo 5 avril 2014 18:02

            Voir les meilleurs que je cite plus haut .

            Bonne séances .

            • laertes laertes 5 avril 2014 22:18

              Ce que j’aime le plus chez Monty Clift c’est qu’au contraire de Rock Hudson (qui était gay comme lui) et bien avant Brando et bien sûr bien avant Dean il a initié un jeu d’homme sensible et torturé qui a marqué un tournant dans le cinéma américain et il n’est pas étonnant qu’il se soit entendu avec Taylor que j’ai toujours considéré plus maternelle avec les hommes (sauf avec Burton) que femme.


              • fatizo fatizo 6 avril 2014 10:39

                Je préfère le jeu de Clift à Brando, j’ai toujours trouvé que ce dernier en faisait trop en voulant à tout prix être différent des autres.



              • molloy molloy 6 avril 2014 01:18

                Le fait qu’il ait été homosexuel a-t-il fait de lui un meilleur acteur ?

                A moins qu’on s’en tape....

                Et si vous nous lâchiez tous avec votre sexualité dont on n’a que faire ?

                Pédé ? bi ? hétéro ? sado-maso ? Rien à battre, foutez-moi la paix avec vos conneries....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires