• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Mozaïk : la face cachée d’une banlieue

Mozaïk : la face cachée d’une banlieue

 

«  Le temps d’un week-end, la vallée de la Seine connaît son plus grand événement  » : le Festival Mozaïk, qui s’est déroulé les 20, 21 et 22 octobre aux Mureaux.

Son objectif est simple mais efficace : présenter un « panorama » de plusieurs genre musicaux à moindre coût, pour que tout le monde puisse en profiter.

En effet, sur l’affiche cette année, on peut voir 113 à côté de la Grande Sophie, d’Hugues Aufray, Gage, Debout sur le Zinc ou encore Orchestre national de Barbès (pour ne citer que les plus connus). C’est cette diversité dans la programmation qui fait la force du festival et qui peut être résumée par cette phrase d’un internaute sur un des sites consacrés à Mozaïk « Et si j’écoutais la zik de mon voisin ? On échange ? » Une leçon, belle leçon d’altérité pour cette banlieue qui a souvent été victime de « la mauvaise réputation » qu’en ont fait les médias ces derniers temps. Car quoi qu’en disent ces derniers, le festival, qui fête ses cinq ans cette année, n’a jamais connu d’accident ni de débordement. Cela est en partie possible grâce aux habitants de la ville qui, comme le souligne Philippe Blondel, le président de Mozaïk aux Mureaux, travaillent « tous au changement de l’image de la ville ». Les bénévoles, l’équipe de sécurité du festival et les médiateurs de la ville garantissent une sécurité optimale pour maintenir la qualité d’accueil des festivaliers.

Mais plus que tout, c’est ce « melting pot » de tous les genres de musiques qui assure le succès de ce festival : entrer dans l’univers culturel de son voisin, découvrir diverse façons de vivre la musique, en un mot aller à la rencontre de l’autre, de sa culture. Car comme l’a souligné Hugues Aufray lors de son concert, la culture, « c’est avant tout quelque chose de spontané », c’est cette envie, ce désir de découvrir un univers différent.

L’esprit Mozaïk, c’est avant tout de la générosité : faire ensemble un festival agréable où l’on peut découvrir plusieurs styles musicaux. Ainsi, cette année, on découvre des enfants des écoles primaires de la ville chanter aux côtés d’Hugues Aufray, le tout dans une ambiance bon enfant qui a touché le public, venu nombreux. On retrouve aussi cet aspect de « mélanges » au niveau des bénévoles, qui se composent de retraités, du personnel de la mairie, de lycéens, d’étudiants, de jeunes encadrés par leurs éducateurs et même de personnes venues de Bordeaux pour l’occasion. C’est d’ailleurs, comme le souligne un bénévole qui participe à la plupart des manifestations de la ville, dans ce festival « que l’on ressent le plus l’esprit d’équipe, tout le monde est près à aider tout le monde ». Ainsi, dans cette ambiance et grâce aux efforts des uns et des autres, se sont succédé depuis cinq ans de nombreuses références du répertoire français comme M, Renaud, Corneille, Tryo, Noir Désir, les Vampas, Kyo, Bernard Lavilliers, etc. C’est ce que met en valeur une exposition de photo de ces artistes, et c’est aussi dans ce même lieu que l’on peut entendre tout le monde échanger ses impressions sur l’artiste qui se produit, sur ses textes, et sur ce que véhicule sa musique.

Le célèbre Orchestre national de Barbès a clos le festival hier soir, et il ne reste plus qu’à dire « à l’année prochaine » à toute l’équipe qui, dès le mois prochain, se réunira afin de préparer la nouvelle programmation pour 2007.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • PoTemKine (---.---.40.100) 25 octobre 2006 12:46

    Je n’avais pas connaissance de ce festival ... que dire .. si ce n’est que c’est une bonne initiative et que cela prouve bien que c’est par l’action collective que l’on pourra changer la societé ( en l’occurence la vie dans les villes difficiles ) et non par l’action politique .

    ( he oui faut bien lancer la polemique smiley )


    • ka (---.---.30.12) 25 octobre 2006 13:19

      Bonjour

      Le festival Mosaik est un des éléments positifs et parfois méconnus des Mureaux. C’est vrai qu’on en parle peu ou pas du tout parce que souvent quand on entend parler des Mureaux c’est en mal pour dénoncer le caillassage de flics ou les incendies de voitures ou quand on détruit une tour (enfin ça passe sur la trois et c’est juste pour le spectacle). Mais bizarrement peu de gens savent que c’est aux Mureaux qu’on fabrique des éléments importants de la fusée Ariane et très peu savent que cette ville met un point d’honneur à promouvoir le sport notamment la boxe où l’on a quelques bons éléments. Certains de nos sportifs ont participé aux Jeux Olympiques ou aux championnats du monde de leur discipline.

      Pour en revenir à Mosaik je ne sais pas si vous avez reçu un petit papier de « Mureaux pluriel » pas très tendre envers ce festival et titré : « Festival Mosaik quand un maire fait leur fête aux habitants ! »

      Il est question dans ce papier du financement du festival qui serait de « 1,5 millions d’euros chaque année pour 3 jours de fête et pour 6000 spectateurs »supposés« (en majeur partie extérieurs à la ville) ». Et en gros tout cet argent ne profiterait qu’aux producteurs, aux artistes et aux entreprises du spectacle enfin il y a quand même un point d’interrogation donc on ne sait pas trop et d’après ceux qui ont rédigé ce papier cet argent c’est de l’argent qui ne profitera pas en définitive aux habitants des Mureaux puisqu’avec on aurait pu construire des infrastructures pour les muriautins.


      • Julie H. 25 octobre 2006 16:39

        Je ne sais pas quel était le but de ce papier( celui titré:festival Mosaik quand un maire fait leur fête aux habitants !« ) mais la plupart du financement de Mozaic provient des partenaires( c’est pour cela qu’ils sont aussi nombreux !. Ce n’est pas, comme le prétendent certaines personnes, »l’argent de nos impôts !"


        • ka (---.---.30.12) 25 octobre 2006 17:48

          Ah ok merci pour cette précision. Perso je n’ai jamais participé au festival mais je trouve que c’est une bonne chose pour la ville et ses habitants. Pour le « A qui profite tout cet argent ? » j’ai bien dit qu’il y avait un point d’interrogation donc en réalité ceux qui ont écrit ce papier ne savent pas vraiment d’où vient l’argent mais je pense quand même que l’on contribue un peu à la réalisation de ce festival via nos impôts à quelle hauteur ? Mystère et boule de gomme.

          Quant au but du papier je crois qu’il s’agit de déstabiliser le Maire. Il s’est brouillé avec certaines personnes qui travaillaient pour lui à propos des incidents survenus aux Musiciens. Le Maire s’étant senti trahi de ne pas avoir été consulté avant que les flics n’interviennent aux Musiciens, tout le monde autour de lui aurait su sauf lui, mais là encore mystère et boule de gomme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès