• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Nathalie Le Mel, une Bretonne à la tête de la Commune de Paris

Nathalie Le Mel, une Bretonne à la tête de la Commune de Paris

De la commune de Paris restent quelques figures, comme Louise Michel. Mais la mémoire collective en a oublié bien d’autres comme Nathalie Le Mel (1826-1921), ouvrière qui prit une part active dans l’émergence de ce mouvement social. Elle fut déportée ensuite, et mourut dans la misère.

Voici l’histoire surprenante d’une Bretonne, Nathalie Le Mel, née Duval, militante ouvrière qui s’est retrouvée à la tête de la commune de Paris. Nathalie Duval naît donc à Brest en 1826, sous le règne de Charles X. Elle se marie seize ans plus tard avec Jérôme Le Mel, en 1845, sous le règne de Louis-Philippe. Le couple a trois enfants, et il tient une librairie à Quimper, de 1849 à 1861. Nathalie Le Mel est une femme instruite avec des idées politiques de gauche, concernant, notamment, les droits des femmes.

En 1861, sous le règne de Napoléon III, le couple décide d’aller travailler à Paris. Là, Nathalie Le Mel devient relieuse. Les ouvriers n’ont pas le droit de créer de syndicats, alors elle participe à des “sociétés ouvrières” qui en font office. A l’époque, les femmes sont moins payées que les hommes (c’est encore le cas aujourd’hui, mais ce n’est plus légal). Nathalie participe activement aux grèves de 1864 et 1865 qui permettent d’obtenir, notamment, l’égalité des salaires pour les hommes et les femmes dans les ateliers de reliure.

Elle est un membre actif de la première internationale, créée en 1861 à Londres par Marx, Engels et Bakounine, pour rassembler les ouvriers du monde entier... Nathalie est placée à la tête d’un restaurant ouvrier, “La Marmite”, où l’on mange pour pas cher et où l’on parle beaucoup politique. Cela ne plaît guère à la police, qui la surveille, ni à son mari. Non seulement Jérôme Le Mel est devenu alcoolique, mais il demande à sa femme de cesser ses activités politiques. Elle refuse, ils se séparent, mais Nathalie continue de s’occuper des enfants.

Guerre dans le couple, guerre dans le pays. Napoléon III déclare la guerre à l’Allemagne. Il est vaincu. La république est proclamée à Paris mais, rapidement, la commune de Paris refuse la politique du gouvernement de M. Thiers, qui se retire à Versailles. Nathalie Le Mel est une des femmes les plus actives de la commune des Paris. Elle crée l’Union des femmes, qui y participe activement.

Mais le gouvernement de Versailles envoie la troupe réprimer la commune de Paris. L’Union des femmes fournit des infirmières aux soldats communards. Les combats s’intensifiant, certaines femmes, dont Nathalie Le Mel, prennent les armes et tiennent des barricades. La répression fait 20.000 morts. Nathalie Le Mel est arrêtée, jugée, condamnée à la déportation à vie. Elle fait face à ses juges.

Elle est déportée en Nouvelle-Calédonie dans le même bateau que Louise Michel. Les deux femmes sont amies, même si elles ne sont pas souvent d’accord. Louise Michel est proche des anarchistes, Nathalie est proche des socialistes... Louise Michel emporte avec elles, dans son exil, des livres en langue bretonne, pour apprendre la langue, notamment une grammaire, peut-être donnée par Nathalie Le Mel.

Nathalie reste six ans en Nouvelle-Calédonie, malade et éloignée de ses trois enfants... Elle est, comme Louise Michel, scandalisée par le traitement réservé à la population kanaque : de plus en plus de terres sont prises aux Kanaques et les Français n’accordent aucun respect à leur culture. Étonnement, la majorité des communards déportés approuve la politique coloniale française... Pas Nathalie Le Mel ni Louise Michel. Cette dernière ouvre une école pour apprendre à lire et à écrire à des enfants kanaques.

Revenue à Paris en 1878, Nathalie Le Mel travaille comme ouvrière dans différents journaux. Toujours présente aux commémorations de la commune... Ses enfants morts, très pauvre elle-même, il n’y a quasiment plus personne pour s’occuper d’elle. Elle vit dans une pièce insalubre. Placée dans un hospice, elle y meurt le 25 mai 1921, au temps des cerises, et à l’âge de 96 ans.

L’histoire de Nathalie Le Mel est racontée dans un livre écrit par Eugène Kerbaul et intitulé : “Nathalie Le Mel, révolutionnaire et féministe”. Ce livre, édité à compte d’auteur, a été réédité par Le temps des cerises mais il est, hélas, épuisé... Il sera peut-être réédité à la fin de cette année. Nathalie Le Mel n’a pas écrit de mémoires. D’autres membres de la commune ont laissé des témoignages, pas elle, et sa mémoire est un peu oubliée aujourd’hui. C’est dommage.
Christian Le Meut


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • pierrot (---.---.93.139) 26 février 2006 12:37

    Bonjour, J’ai été intéressé par cet article sur Nathalie Le Mel, femme admirable que je ne connaissait pas. Dommage qu’elle n’ait pas rédigé sa bibliographie. Cordialement.



      • Vincent Jarousseau (---.---.83.97) 26 février 2006 14:36

        Intéressant de découvrir la vie de Nathalie Le Mel que je ne connaissais pas non plus. Savez-vous où elle a vécu et milité à Paris ?

        2 % des noms de rues ou de places à Paris portent des noms de femmes illustres. A ma connaissance (mais je peux me tromper, il n’y a ni rue, ni équipement public, ni station de métro qui porte le nom de cette femme.

        Pourquoi ne pas proposer son nom pour un futur équipement parisien ? Un nouveau gymnase du 14ème arrondissement de Paris va bientôt porter le nom de Rosa Park.


        • christian (---.---.24.152) 27 février 2006 09:12

          Nathalie Le Mel a dirigé l’équipe d’un restaurant communautaire, La Marmite, créé par Eugène Varlin, au 8 rue Larrey dans le sixième arrondissement, restaurant qui compta trois succursales (4e, 14e, 17e). Une rue de Paris pourrait lui être dédiée, c’est sûr. La ville où j’habite, Hennebont, dans le Morbihan, municipalité PC-PS, compte une rue Nathalie Le Mel. Comme nom de femmes, il y a également Coretta Scott King, décédée récemment. Kenavo Christian Le Meut


        • Laeron 10 août 2015 23:41

          Je viens de découvrir Nathalie Le Mel par le livre qu’Eugène Kerbaul lui a dédié.

          Incroyable cette force à travers sa vie, mais aussi l’une des premières a critiqué le colonialisme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires