• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Ne me regardez pas comme çà » Sylvie Vartan & Isabelle Mergault en (...)

« Ne me regardez pas comme çà » Sylvie Vartan & Isabelle Mergault en miroir

Il était temps !… En 2015, Sylvie Vartan monte enfin sur les planches après avoir écumé les scènes francophones durant près de cinquante-cinq années de chanson populaire.

JPEG - 62.1 ko
NE ME REGARDEZ PAS COMME CA
photo © Pascalito

C’est donc Isabelle Mergault qui aura été l’instigatrice de cet avènement théâtral souhaité par la chanteuse d’origine bulgare mais jusque-là jamais réalisé, si ce n’est son expérience de co-lecture dans « L’amour, la mort, les fringues » mis en scène en 2011 par Danièle Thompson.

Dans « Ne me regardez pas comme ça », la comédienne débutante partage donc à égalité l’affiche avec Isabelle, également l’auteure, sous la direction de Christophe Duthuron ayant, lui, notamment mis en scène, en 2007, Line Renaud & Muriel Robin dans « les Fugueuses » déjà aux Variétés.

Le duo que forment aujourd’hui Victoire Carlota, ex grande star de cinéma et Marcelle, dont le prénom vient du nom de la déchetterie où elle fut abandonnée à sa naissance, pourrait sans doute, lui aussi, correspondre à une « fugue » ou tout au moins à un « road-théâtre » imaginaire qui prendrait son origine du côté obscur de la force pour initier une ascension par paliers vers la grande lumière, celle de l’Amour retrouvé.

Leur histoire va progresser comme un poème qui se dissimulerait sous des trompe-l’œil tels des jeux de mots plus ou moins inspirés, des répliques à l’emporte-pièce dictées par l’inquiétude d’échouer dans leur collaboration ponctuelle à écrire « Les mémoires de Victoire Carlota » bien nécessaires pour renflouer la trésorerie de chacune…

Bref, les voilà parties toutes les deux en avion pour Rome, dans un voyage d’apparence touristique, de façon à tenter d’éveiller les souvenirs de l’actrice déchue ayant tourné de nombreux films à travers l’Italie.

En arrière-plan scénique, un diaporama hyper onirique s’emploie à cadrer quelques-uns de ces lieux de prestige symbolique où sont censées remonter à la conscience toutes les émotions d’un passé triomphant mais quelque peu révolu.

Cependant, à l’instar d’une psychothérapie qui ne s’afficherait point ouvertement, c’est un tiers qui fera l’objet du transfert affectif enfoui de la Diva, en bonne entente sonnante et sous les auspices de sa biographe.

Ainsi, à l’aune d’un miroir dont elle n’osait plus affronter le regard, lors de sa rencontre initiale avec Marcelle, Victoire va peu à peu recomposer les morceaux paranoïaques du puzzle existentiel mais surtout retrouver, au fur et à mesure, la distance de l’autodérision ainsi qu’un rapport sensible à autrui.

Isabelle Mergault excelle à jouer la faire-valoir quelque peu intéressée ainsi que la passeuse des maux aux mots qui, dans sa bouche, font toujours preuve d’une saveur dont l’excellence ne cesse de tenir qu’à un cheveu… mais quel fil conducteur performant ! Et puis, elle bouge bien ; sa souplesse est quasiment sensuelle.

Bref, elle aurait tout d’une star mais, en l’occurrence, la vraie « vedette », c’est bien sûr Sylvie qui joue le jeu à fond comme si la fiction du Théâtre rejoignait soudain la figure de sa propre destinée et comme si la dramaturge avait écrit l’histoire d’une reconstruction avec soi-même s’apparentant à la sienne.

Ah qu'elles sont loin les frasques d’une jeunesse épousée avec son rocker de Johnny et, pourtant, cheminer sur les traces mémorielles d’une époque vécue en trop-plein pourrait aussi avoir des vertus métaphoriques.

Ainsi, après déjà un premier mois de représentations, les deux artistes semblent se mouvoir sur les planches des Variétés, telles deux poissons dans l’eau s’aimant d’amour tendre, au grand plaisir des spectateurs partageant avec elles ainsi que Pierre Deny, leur partenaire polyvalent à la fois discret et essentiellement présent, des instants généreux d’humour, voire même de plénitude beaucoup plus signifiants que leurs simples apparences divertissantes !

photos © Pascalito

NE ME REGARDEZ PAS COMME CA - ***. Theothea.com - de Isabelle Mergault - mise en scène Christophe Duthuron - avec Sylvie Vartan, Isabelle Mergault & Pierre Deny - Théâtre des Variétés 

JPEG - 42.6 ko
NE ME REGARDEZ PAS COMME CA
photo © Pascalito

Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • boudboud 2 novembre 2015 11:06

    étonnant , ça fait plus de 40 ans qu’elle a déserté la france pour les usa, mais elle revient pour se refaire le portefeuille. c’est beaucoup plus difficile aux usa de montrer son talent si elle en a


    • Theothea.com Theothea.com 2 novembre 2015 16:17

      En réponse à @boudboud

      Sylvie Vartan réside et organise sa vie comme elle le souhaite. Il se trouve que depuis 40 ans, elle a très souvent chanté en France. Ceci dit, puisque vous faites allusion aux USA, je vous signale que certains médias annoncent déjà une tournée americo-canadienne de « Ne me regardez pas comme çà » pour la saison prochaine... Donc à bon entendeur....

      JM / Theothea.com


    • volpa volpa 2 novembre 2015 16:41

      Alors on fait de la pub pour Sylvie va t ’ en.
      Je l’ai aperçue l’autre jour à la télé. Je croyais avoir à faire à Ramses 2.
      Tiens ils ont le droit de sortir les momies des musées me suis je dit in petto.
      Comme dit l’autre intervenant Boudboud, c’est l’oseille qu’elle essaie de nous pomper.
      Qui la connait et qui la reconnait. ?
      Le pathétisme je me le réserve pour des nobles causes.


      • Theothea.com Theothea.com 2 novembre 2015 19:21

        A l’intention de @volpa

        Face à la multiplicité des pièces de Théâtres à Paris & en régions, vous avez en effet bien raison de choisir avec pertinence les spectacles que vous souhaitez vraiment voir... 
        Ceci dit « Theothea.com » souhaite rendre compte de toutes les formes de spectacle vivant et c’est pourquoi la pièce d’Isabelle Mergault mérite totalement l’attention que nous lui portons présentement.
        Mais, bien entendu, libre à vous en effet de vous réserver pour des « nobles causes »....

        JM / Theothea.com
         


      • volpa volpa 2 novembre 2015 19:49

        @Theothea.com
        Votre intention est louable de présenter des pièces de théâtre.
        Un seul problème est la comédienne qui m’insupporte.
        J’ai son age et je me suis tapé ces beuglements dans ma jeunesse.
        Ça vaccine pour la vie.
        Maintenant elle se la jouait façon Los Angeles.
        Là bas, elle n’existe pas médiatiquement comme son Johnny, alors ils viennent nous faire les poches.
        Il y a en France de vraies comédiennes à qui elle pique le rôle.
        Bonne soirée, vous aussi vous avez besoin de manger.


      • Theothea.com Theothea.com 2 novembre 2015 20:13

        A l’intention de @volpa

        Je pense que nous avons bien compris que « La plus belle pour aller danser » n’était pas « votre tasse de thé » ! Gardons le sourire !... Certains iront voir La Vartan, d’autres pas ! Rien de grave ! Ce n’est qu’une pièce de Théâtre proposée en tant que divertissement, notamment pour les fêtes !...
        Bonne soirée !
        JM / Theothea.com
         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès