• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Notre ami le Tsar

Notre ami le Tsar

Lisez sans tarder « Une Exécution Ordinaire », de Marc Dugain (dont j’avais déjà apprécié le roman sur les dessous d’une certaine Amérique et l’intimité de Edgard Hoover : « La Malédiction d’Edgar »), si la situation d’un gros morceau de notre continent européen, auquel nous sommes étroitement liés, vous interpelle.

Putin_1 Comme les molossols, je m’intéresse depuis toujours à ce qui nous vient de l’Est, d’abord par opposition à l’extravagant régime totalitaire soviétique, que nombre d’intellectuels et d’universitaires tentaient encore de nous servir, il n’y a pas si longtemps, comme l’avenir radieux de l’humanité.

Puis interloquée (voire "baba"), devant l’arrivée de Gorbatchev et l’avénement de l’éphémère Glasnost, moins dictée par l’amour de la liberté et de la transparence du sus-nommé, que par (1) la défaite annoncée de l’URSS face à la montée en puissance de l’armada interstellaire de Reagean, plus connue sous le nom de "guerre des étoiles" (2) et l’effondrement des prix du pétrole et du gaz, dont l’URSS était un des premiers fournisseurs mondiaux et de fait, l’implosion ultime de son système économique.

A situation intenable, il faut bien lâcher du lest à moins de sombrer.
Gorbatchev bénéficiait en outre d’une certaine aura mystique auprès des Russes. En effet, une ancienne prédiction aurait annoncé l’avénement d’un "tsar à la tâche de sang sur le front" qui délivrerait la Russie millénaire de tous ses maux...

Ensuite vinrent quelques années de joyeux et tragique bordel, sous l’égide d’un pître kleptocrate et soulographe, Eltsine, profitables aux meilleurs et surtout aux pires, futurs oligarques et déjà criminels, rafflant à bas prix l’ensemble de l’infrastructure et des ressources quasi-illimitées et incontrôlées de "l’empire", et édifiant en quelques années des fortunes inimaginables encore aujourd’hui.

Au tournant du siècle, un inconnu surgit de l’ombre pour succéder à Boris Eltsine à la tête du Kremlin : Vladimir Vladimirovitch Poutine. Réélu ensuite en 2004, l’ancien agent du KGB, a remporté plus de 70% des suffrages, sans véritable opposition. Et davantage qu’un plébiscite, le vote a plutôt pris l’allure d’un serment de fidélité prêté par un peuple à son suzerain.
Notre ami Vlad, le nouveau tsar de toutes les Russies, l’homme au sourire de Chat du Cheshire...

Intéressant parallèle avec certains tyrans, Poutine, qui n’est alors que premier ministre, assure son avenir avec un mensonge et un "meurtre organisé" en attribuant aux Tchétchènes, en septembre 99, des attentats contre des immeubles d’habitation qui font plusieurs centaines de victimes à Moscou. Il déclare qu’il va "buter les terroristes jusque dans les chiottes"...

"Volodia Président", les Russes l’aiment plutôt bien au début : il va enfin rétablir l’ordre et "rendre l’honneur à notre grande nation". Et un semblant d’ordre effectif est rétabli, selon des méthodes historiquement éprouvées.

En Occident également, nous sommes sensibles à son charme discret, sa rigueur, son air du mec qui sait et qui n’en pense pas moins, enfin... jusqu’à ce qu’il commence à montrer la vraie nature de ses canines en matière de politique énergétique, menaçant chaque hiver de nous couper le gaz...
De fait, à présent, les souris filent doux afin de ne pas froisser "l’ami russe".

Clairement, les Européens ne savent plus trop sur quel pied danser, en France en particulier, où l’on est anti-américain par principe et donc pro-russe par défaut. Et encore plus depuis l’affaire irakienne en 2003.
Ce qui est grotesque car imaginons une seconde que George Bush ait fait le dixième de ce qu’a fait Poutine à Grosny, qu’est-ce qu’on n’aurait pas entendu ?

Annasmall_1 Mais la Tchétchénie, présentée comme un pays de bandits et de sauvages islamisants via une communication particulièrement bien affutée n’intéresse pas grand monde ici, il est vrai. Ni les affaires intérieures russes : le massacre du théâtre de Moscou en 2002 (150 civils tués minimum et combien de blessés ?), la prise d’otage de l’école de Beslan en 2004 (344 civils abattus minimum dont 186 enfants), les assassinats de journalistes, d’opposants, de représentants des droits de l’homme, de qui que ce soit se met en travers... Et alors ?

Volodia a toutes les cartes en main : Il n’a plus d’armée ? peu importe. Il dispose de ressources énergétiques illimitées. Et s’il a besoin qu’on lui vienne en aide pour "contrer" l’avancée du terrorisme dans cette région du monde, terrorisme qu’il a lui-même attisé avec sa poursuite du massacre Tchétchène, il sait qu’il peut compter sur nous. L’affaire irakienne est une bénédiction : laissant les Américains s’empêtrer dans un bourbier sanglant, il avance ses pions au Moyen-Orient.
Le Russe est un redoutable joueur d’échecs sur un plateau qui lui est favorable.
Ne vous rappelle-t’il pas quelqu’un à Yalta  ?

Staline Le petit gland ne tombe jamais loin du grand chêne : saviez-vous que Vladimir Poutine est le petit-fils du cuisinier personnel de Josef Staline ?

J’ai appris l’anecdote lors de ma lecture du livre de Marc Dugain, que l’auteur ne présente pas comme une enquête journalistique, mais un roman basé sur des faits réels, suite à ses nombreux voyages sur place et rencontres avec les principaux intéressés, impliqués de près dans l’affaire du sous-marin Koursk, en août 2000.
En gros, lors d’une série d’exercices, le sous-marin s’est torpillé de l’intérieur par une torpille défectueuse. On sait qu’il reste des survivants à l’arrière du bâtiment que plusieurs navires étrangers à proximité se proposent de récupérer. Ce serait l’affaire de 20 minutes. Les autorités russes laissent filer les jours : ne sachant pas précisément ce qui s’est passé, est-il utile d’avoir des témoins ?

Tout ceci dans la plus belle tradition du mépris de la vie humaine au profit de la déraison d’état.

A l’heure des come-backs en tous genres, Poutine nous ferait-il le coup du "Staline revival" ?
Car il apparait aujourd’hui comme le gardien vigilant de cette petite flamme qui reste de l’ancien régime du Petit Père des Peuples. On assiste actuellement à une réhabilitation rampante mais inéluctable de Staline en Russie, il semblerait même qu’il soit question d’ériger de nouvelles statues à sa gloire !

Le pitch d’"Une Exécution Ordinaire" :

Stalineetsafille Première époque : "Je ne suis que Staline" ou la rencontre improbable entre une médecin de Moscou, guérisseuse à ses heures, et le Vojd (qui signifie "guide" en russe), jusqu’à la mort de ce dernier.
 !Un film va d’ailleurs être réalisé, tiré de cette première partie !

Extrait : "Staline fut victime.. d’une hémorragie cérébrale. Elle le laissa conscient, sans voix ni mouvement, mais dans une position qui inspirait l’effroi au point que personne n’osa le toucher. On le laissa baigner dans son urine jusqu’à ce que survienne le décès auquel personne ne parvenait à croire."

Deuxième époque : La Perestroïka, un jeune officier au menton fuyant et à l’air de fouine nerveuse monte en grade au sein du KGB, basé en Allemagne de l’Est.

Extrait : "Je vais commencer par une question simple, pourquoi avoir choisi le KGB ?
- Mon commandant, je n’ai pas choisi le KGB... c’est lui qui vous recrute.
- Donc, c’est un hasard.
- Oh non, étudiant je connaissais un homme qui travaillait à l’antenne de Saint-Pétersbourg et je lui ai fait part de mon intérêt. Ce n’est qu’à la fin de mes études que j’ai été approché par un agent.
- Vous avez toujours voulu faire du renseignement ?
- Aussi loin que je me souvienne, je voulais être un espion.
- Pourquoi ?
Enfant, c’était un rêve de gloire. Je voulais être un héros. Ce désir a été conforté plus tard par une réflexion selon laquelle, sans certaines circonstances, un homme du KGB peut faire pour son pays plus qu’un bataillon tout entier."

Uneexecutionord Troisième époque : L’avénement de Poutine et la tragédie du Koursk, la boucle est bouclé : Olga, la soigneuse de Staline est la grand-mère de Vania, jeune sous-marinier, l’un des derniers à mourir, alors que Poutine prend son petit-déjeuner, en villégiature au bord de la Mer Noire.

Extrait : "Ils ont finalement autorisé un submersible anglais à approcher l’Oskar (nom du Koursk dans le roman). En moins d’une demi-heure, il a ouvert le sas de secours. Son équipage a constaté que des morts flottaient dans les compartiments arrière du sous-marin, calcinés du haut du crâne jusqu’à la ceinture. En-dessous de la ceinture, ils étaient juste mouillés. Ils ont laissé les nôtres à leur sépulture. Il devait être encore trop tôt pour les remonter. Dans notre pays, on craint autant la parole des morts que celle des vivants, et on lui attache une importance telle qu’un mort n’est enterré que s’il n’a vraiment plus rien à dire."

Une Exécution Ordinaire, Marc Dugain, Gallimard.

Voir ou revoir le documentaire "Staline, le Tyran Rouge", diffusé de nouveau sur M6 le 16 mars à 00:05
Ci-dessus photo de Staline tenant dans ses bras sa fille chérie, Svletana.


Moyenne des avis sur cet article :  3.37/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 23 mars 2007 16:34

    @TALL

    pour la volonté de contrôler les médias , il ressemblerait à Sarko smiley Poutine n’est en rien un remake de l’epouvantable tyran rouge diffusé sur M6 , il a redonné sa fierté à la Russie , un peu comme Reagan l’a redonné aux yankees . Avec lui le rouble a gagné en stabilité et il sait dire non à debeulyou !


  • tvargentine.com lerma 23 mars 2007 13:43

    C’est très bien de critiquer Poutine,mais,il existera toujours la revanche des troskistes sur tout ce qui vient de la Russie.

    Pour eux,la Russie sera toujours le mal absolu

    Pour information,Poutine a été élu DEMOCRATIQUEMENT

    Avant d’aller faire les poubelles de Poutine ou de Bush, faisons celle de Jacques Chirac,car là,franchement ça pue vraiment !


    • tovara (---.---.149.181) 26 mars 2007 14:03

      tOUT à FAIT D’ACCORD EN CE QUI CONCERNE le trotskysme : ce n’est pas un hasard si aux élections présidentielles il n’y a pas moins de trois candidats qui se réclament de l’ancien théoricien du « communisme de guerre » et de « l’élimination des koulaks en tant que classe » ; pire que Staline parce que ce dernier se contentait d’imposer le régime soviétique sur la Russie seule, alors que M Bronstein -qui avait une haine, un mépris souverains pour le peuple russe- aurait voulu l’imposer à la terre entière. Quant au politiquement correct anti Poutine à la Télérama, ce n’est qu’une poursuite par d’autres méthodes de la guerre froide, la CIA ayant financé - c’est abondammnent démontré- les « révolutions orange » ukrainienne et géorgienne- ; posez vous plutôt la question de savoir que la plus grande « conscience vivante » de la Russie, l’auteur de l’Archipel du goulag, Alexandre Soljénitsyne, soutient WLADIMIR POUTINE -certes avec des critiques, que personne ne l’empêche de faire-.


    • Jean (---.---.11.237) 23 mars 2007 16:41

      Amusant madame comme vous nous servez tout cela comme des faits ou des vérités établies.

      Seulement voila il y a aussi des gens qui doutent (beaucoup) sur les soit disant méfaits du grand méchant Poutine.

      Prenons l’assassinat de Anna Politkovskaja, alors donc Mr Poutine aurait commanditer son meurtre ? Seulement j’ai un peu moins de mépris que l’atlantiste moyen, pour penser qu’un exécutant du KGB, serait assez bête pour utiliser une arme estampillé Made in KGB, laisser des traces partout et signer (façon james bond vu par hollywood) son crime ainsi perpétué. Il serait bon par exemple de s’interroger sur le moment de cet assassinat, qui est tombé au pire moment pour Poutine, tres exactement entre une crise en Moldavie et des négociation avec l’UE sur les fournitures energetiques...assassinat royal qui a permis de mettre Poutine en difficulté et en situation d’accusé , sans que en fait personne ne sache rien sur ce sujet.

      C’est vrais qu’il était tellement plus confortable (et pittoresque) d’avoir un dégénéré d’alcoolique comme Eltsine pour traiter Bizness international... Ha le bon vieux temps !

      Entre temps on pourrait peut être s’interroger sur le fait que Mr Poutine a sortis son pays de la crise terrifiante dans lequel il était, on pourrait aussi parler du remboursement Rubis sur l’ongle de toutes les detes Russes, on pourrait aussi parler des millions de Russes qui ont atteins sous son gouvernement le stade de classe moyenne occidentale...

      Mais il est vrais que se poser ces questions reviendrait aussi à se poser des questions sur nos dirigeants, et leur soumission veule aux lois du marché du grand frère américain...Parce que les russes privatisent ou garde la main sur tout ce qui est stratégique pour leur pays, moi j’aimerais bien voir nos dirigeants prendre en compte avec le même engouement l’intérêt stratégique de mon pays.

      Enfin Mr Poutine est surement un horrible faschiste nazi rouge communisto trotskiste, mais il m’apparait a moi comme l’un des garant d’un monde multi-polaire qui a des chances de nous préserver de l’horreur americaine qui se dégage de plus en plus nettement à l’horizon...

      Je dois sans aucun doute être un abrutis soumis a l’endoctrinement tsariste, ou pas...mais en tout les cas j’ai nettement moins peur de lui que la bande d’allumés de Washington, qui ces derniers temps se sont mis en tête de vouloir installer des missiles balistiques en Europe , a quelque kilomètre de la frontière Russe justement.

      Un exemple parmi de nombreux autres...


      • commentman (---.---.90.86) 23 mars 2007 18:46

        je n’aurais pas dit mieux ! Les grands mechants qui nationalisent les énergies passent très mal au yeux de l’occident... bientot on nous dira aussi que Chavez mange des enfants !


      • Jean (---.---.11.237) 23 mars 2007 20:31

        Exact commentman

        La propagande lâche et servile de nos dirigeants européens, colportés par tout les gogo à bonnet rouge et autre auteure besogneuse de la bien pensance à la façon de cet article, ne cacheront pas longtemps l’état de déliquescence de l’atlantisme au prêt des peuples européens, je pense que le point de rupture est proche ou les USA se replieront sur eux meme et tenteront je l’espère de regler leurs propres problèmes.

        En attendant l’avenir de l’Europe et de la France se trouve dans un rapprochement long et durable avec la Russie, les choses sont en marche...

        Il était temps !


      • (---.---.43.32) 23 mars 2007 22:08

        En meme temps quand Chavez demande les pleins pouvoirs de facon « democratique » je me pose des questions...


      • aura aura 23 mars 2007 17:01

        dites vous, Arthur Mage cela :

        «  »...en France en particulier, où l’on est anti-américain par principe et donc pro-russe par défaut. (...) Ce qui est grotesque car imaginons une seconde que George Bush ait fait le dixième de ce qu’a fait Poutine à Grosny, qu’est-ce qu’on n’aurait pas entendu ?"

        mais que fait il, GWB et l’Amerique du pétrole, sur toute la planete,depuis la 2eme guerre mondiale et en ce moment même, n’entre pas en ligne de compte, pour vous ?

        je suis plus honnorée pour être de coté Putin, que de coté Bush, même si je ne suis pas pro-russe ; au moins Putin n’a pas cette tête de « cretin sans cerveau », à l’aire stupide, menteur et manipulateur impuissant.

        pardon


        • Avatar (---.---.248.57) 23 mars 2007 18:17

          Pour détendre l’atmosphère, permettez moi cette petite blague :

          « Dieu convoque Bush, Poutine et Chirac et leur dit : J’en ai marre, vous avez foutu le bordel sur la planète : la guerre au Liban, en Irak, en Afghanistan, en Tchétchénie, au Soudan, en Afrique ..etc.... J’en ai marre, ça suffit maintenant, vous êtes des incapables, ça ne peut pas durer comme cela ; je décrète que dans deux mois ce sera la fin du monde ».

          Bush retourne à Washington, convoque le Congrès et déclare : J’ai deux nouvelles, une bonne et une mauvaise : la bonne, c’est que j’ai rencontré Dieu, il existe bien comme on l’a toujours pensé, la mauvaise, c’est que dans deux mois c’est la fin du monde.

          Poutine rentre à Moscou, convoque son gouvernement et déclare : J’ai deux nouvelles, une bonne et une mauvaise : la bonne, c’est que contrairement à ce que l’on a voulu nous faire croire pendant longtemps, Dieu existe, je l’ai rencontré, et la mauvaise c’est que ce sera la fin du monde dans deux mois.

          Chirac de retour à Paris convoque la télévision et déclare : J’ai deux bonnes nouvelles, la première c’est que la France est bien un grand pays comme nous le pensions tous, Dieu m’a convoqué avec Bush et Poutine et j’étais le seul chef d’état européen à participer à cette réunion ; la seconde c’est que Sarkozy ne sera jamais Président de la République."

           smiley


        • (---.---.121.156) 23 mars 2007 19:21

          « Intéressant parallèle avec certains tyrans, Poutine, qui n’est alors que premier ministre, assure son avenir avec un mensonge et un »meurtre organisé« en attribuant aux Tchétchènes, en septembre 99, des attentats contre des immeubles d’habitation qui font plusieurs centaines de victimes à Moscou. Il déclare qu’il va »buter les terroristes jusque dans les chiottes"...

          Bush a fait pareil avec les attentas du 11/9 smiley


          • Cath Cath 23 mars 2007 20:35

            Bonsoir à tous !

            Je vous remercie pour vos commentaires, réactions et critiques.

            Bon, il n’est pas question pour moi ici déclarer que « Poutine mange les petits enfants » ou de « porter haut et fort les couleurs de Bush » (c’est fou ce manichéisme, si l’on n’est pas pour, doit-on être forcément contre... ?) mais de replacer une tragédie ou un fait divers tragique (comme vous le souhaitez) dans son contexte politique et culturel, propre à l’ex-Union Soviétique.

            Je pense que l’on peut dire « scientifiquement » que le mépris de la liberté d’expression et de la vie humaine est extrêmement bien répandu aux quatre coins de notre planète.

            Mais si les conséquences sont dramatiquement comparables pour les victimes, les causes en sont bien souvent différentes.

            C’est afin de m’interroger, de nous interroger, sur les raisons qui font qu’on en arrive là qu’il est nécessaire de remettre en lumière un contexte, une histoire, un passé, un projet. Et de nous rappeler qu’il convient de ne pas céder à la tentation de l’oubli.

            Une conclusion qui n’est pas forcément joyeuse : nous nous plaisons à croire que nous sommes à l’abri de ce type de déviation.

            1) Nous ne sommes jamais à l’abri de rien

            2) Nous sommes avant tout des civils : les premiers en ligne et les derniers informés en cas de crise majeure.

            Concernant la question de l’Irak qui a été abordée dans les commentaires, elle est l’une de mes préoccupations majeures au plan humain et je vous indique les liens des posts sur le sujet sur mon blog

            > http://planetargonautes.typepad.fr/planetargonautes/2007/03/et_le_combat_sa .html

            > http://planetargonautes.typepad.fr/planetargonautes/2007/01/hania_mufti_et_ .html

            > http://planetargonautes.typepad.fr/planetargonautes/2006/12/dni_de_vrit_et_ .html

            Merci encore pour vos contributions.

            Cordialement.


            • ecaterina (---.---.79.118) 23 mars 2007 21:08

              Bravo Cath pour tes remarques ! Oui, ceux qui n’aprennent rien des leçons de l’histoire sont condamnés à les revivre. Oui, ton article est pertinent. Oui,la France ne sait pas la chance qu’elle a d’avoir été assez loin de tous les « tsars » qui ont tué des des millions d’innocents. Car personne ici n’a eu le courage d’aller les défendre. Au contraire... Je pense surtout aux temps du goulag, mais pas seulement. Alors bravo pour ton travail ! Et bravo de rappeler dans ce pays qui la connait depuis longtemps, à quel point la liberté (d’expression) est precieuse. Une Roumaine.


            • Internaute (---.---.134.97) 24 mars 2007 09:00

              @ecaterina

              Justement, les tsars ont protégé la Russie et le peuple russe. Pourquoi appelez-vous tsar les judéo-gaucho comme Trotsky, Lenine, Béria, Kroutchev, Kerensky et compagnie qui ont assassiné 30 millions de personnes. La révolution a été préparée depuis les USA, les banquier New-yorkais ayant financé l’achat d’armes pour Trotsky, lequel a été sorti de la prison d’Halifax aux US pour aller faire le coup de feu à Moscou. J’ai bien remarqué que l’élite française fait commencer les massacres en russie à partir de Staline. Je vous rappelle que lorsque les juifs ont pris le pouvoir en 1917, l’université est devenue interdite eux russes, seuls les juifs y ayant accès. Les prêtres orthodoxes ont été condamnés à balayer les rues et les églises transformées en n’importe quoi. Par contre, les synagogues et les rabbins ont été épargnés. Le capitalisme russe a été détruit en totalité mais curieusement pas le capitalisme juif en Russie. (Cf le livre d’Henry Ford, le fondateur des usines Ford). Qu’à la suite de ce qu’ils ont subi existe un certain anti-sémitisme en Russie me paraît aussi normal que les mouvements anti-nazis en Europe de l’Ouet.

              Les négationnistes s’attachent à faire commencer l’histoire à partir de Staline, lequel n’a fait que suivre le mouvement qu’il a vécu pendant toute sa jeunesse.

              Le dernier tsar était Nicolas II. Ces successeurs sont des bouchers.


            • tovara (---.---.149.182) 26 mars 2007 17:44

              ...millions d’innocents qui ont été tués lors de l’invasion de l’URSS par l’Allemagne nazie en 1941, avec l’aide de la Roumanie du maréchal Antonescu, vous l’oubliez un peu vite.


            • rocla (haddock) rocla 23 mars 2007 20:40

              J’ y connais rien en Russoligie , mais je trouve vous êtes très Cathy Mimi .

              Féodor Roclaspoutine


              • Cath Cath 23 mars 2007 20:58

                Bonsoir ! un dernier mot de ma part et je baisse rideau smiley

                Non, monsieur n’a pas de lumbago, son sang indien « creek » et sa bonne humeur coutumière le sauvent du désastre d’une trop grande raideur, une fois embarqué sur un dada sans foi ni loi !!! smiley


                • moebius (---.---.218.116) 24 mars 2007 02:12

                  Prenez le transibérien,et vous comprendrez « ’l’indifférence » de ce pays pour la « démocratie ». Peut etre un peu trop d’espace... entre les villes, morne espace, fascinante désolation, hiver trop long, monotonie et brutalité que sais je ? Solitute, vodka et vodka, corruption et chaleur humaine... ce pays est détestable, rarement à jeun, dans tout les sens du terme. Poutine le Tsar, l’Empereur de toutes les Russies, combien y’en a t’il ? Non Bush n’a pas l’étoffe mystique d’un empereur et c’est tant mieux pour eux (les américains qui restent dans leurs chaussures)


                  • Internaute (---.---.134.97) 24 mars 2007 08:46

                    Il semble que l’auteur brigue la succession de Carla Del Ponte.


                    • 24 mars 2007 09:07

                      Il est vrai que l’attentat dont vous parlez tombait a pic comme les incursion de tchétchènes au Daghestan. On peut se poser la question de leur organisation par le pouvoir. C’est possible, peut être vraisemblable, mais n’est nullement avéré, pour le moment, a ma connaissance, contrairement à ce que vous laissez entendre.

                      D’une manière générale beaucoup de positions sur la Russie sont d’abord marquée par une certaine méconnaissance de ce pays et des debats qui nous sont propres.

                      Anti américain par principe et pro russe par défaut cela est très vrai. J’ais rencontré un copain de Gilbert Mitterrand qui trempe dans les business africain et qui se réjouissais de participer a la vente en Afrique d’une usine appartenant a des « capitalistes américains » a une société russe dont le patron était notoirement un bandit mafieux.

                      La Tchétchénie est un problème très compliqué. Les russes n’y vont pas avec délicatesse, mais d’une manière générale ils ne sont pas délicats dans ce type de chose y compris avec eux même.

                      Les méthodes utilisées sont parfois choquantes, mais au fond si les russes ne parvenaient pas à rétablir un peu d’ordre, tôt ou tard quelqu’un d’autre devrait sans doute s’y mettre à leur place parce que la region, c’est potentiellement le Liban plus la Yougoslavie plus l’afganistan reunis.

                      Prenons le théâtre en 2002. Je ne crois pas du tout que le pouvoir avait intérêt à cet attentat qui donnait l’impression qu’il était impuissant jusque dans sa propre capitale. Il ne savait pas très bien comment réagir, au point qu’il a fait appel a tous les pays occidentaux pour prendre conseil sur les moyens techniques de régler la crise. Et cela, c’est le comportement d’un pays moderne membre de la communauté internationale.

                      Il semble que ce soit les anglais qui aient le mieux répondu. D’après ce que l’on m’a dit, la précipitation, le manque de coordination, la culture du secret, font que les sauveteurs n’étaient pas informé des méthodes employés (vu le gaz utilisé il aurait fallu pouvoir ventiler les survivant mais pas prévenus ils n’avaient pas le matériel nécessaire et donc n’ont pas pu réagir au plus vite et au mieux pour sauver des vies). A Beslan, il est vraisemblable que le même manque d’organisation ait aggrave les pertes humaines. Mais a nouveau, il n’était nullement dans l’intérêt du régime d’arriver a ce résultat. Tous cela, c’est sans doute du « bordel russe » et pas du complot

                      Toujours sur la Tchétchénie, il semble vraiment que certains occidentaux se soient amusés dans la région ce qui n’est pas très malin non plus.

                      Dans ce domaine, existe aussi des préjugés anti russe. L’été dernier j’ais assisté en France a une conférence organisée par les néo trotskistes de Réseau Education Sans Frontière. Ils ont invité de jeunes Tchétchènes pour les former aux médias libre avec l’idée de créer un centre d’information indépendant à Grosny... ! Le slogan : On a gagné avec le CPE, on gagnera avec la tchétchènie.....Méconnaissance totale des réalités locales, prêts à se battre jusque au dernier Tchétchène, hostilité de principe pour la Russie de Poutine....

                      Une certaine gauche voit dans la Russie poutinienne post soviétique les méfaits de l’ultralibéralisme mondialisé.....Il faut quand meme le faire !

                      « Volodia » comme vous dites, a toujours une armée. La puissance militaire russe reste la seconde du monde.En matière de dissuasion rien n’a changé. En matière d’opérations classiques l’armée russe reste solide.

                      Proche orient. Oui la Russie essaye de reprendre sa place sur l’échiquier international, de faire valoir ses intérêts, ce qui est normal et pas moins légitime que dans le cas de la France. Non elle ne tisse pas une toile diabolique. Oui dans certains cas l’expertise de ses diplomates sur la région peut constituer une contribution utile (par exemple conflit israélo palestinien où elle peut avoir une contribution très positive pour diverses raisons). Mais la Russie a assez à faire avec ses problèmes internes pour ne pas chercher à participer à un partage du monde et l’évocation de Yalta ne s’impose pas.

                      Oui Vladimir Poutine est le petit fil du cuisinier de Staline, mais Soljenitsyne et Sakharov étaient des chercheurs faisant parti des privilégiés du système. Oui c’est un officier des services, mais qui d’autre qu’un membre du système pouvait essayer de remettre un peu d’ordre dan l’état ou était la Russie.

                      Ces « organes » ne sont pas très sympathiques vu d’occident ou on pense beaucoup répression politique, dissidents. Ils n’étaient pas que cela. Le feuilleton le plus populaire dans le bloc soviétique s’appelait 17 moments de printemps. C’est l’histoire inspirée d’un épisode véridique d’un officier soviétique infiltré dans le troisième Reich. C’est un film humain, délicat, tout en nuances. L’officier soviétique sympathise avec le pasteur anti fasciste. Les Nazis sont aussi des êtres humains etc...

                      On peut comprendre que de jeunes russes patriotes aient pu s’enthousiasmer pour ce type de rôle. Alors qu’il aurait sans doute pu faire carrière comme apparachik dans des secteurs matériellement plus intéressants et moins risqués, le choix de Poutine est presque plus sympathique. Sans le connaître je suis persuadé qu’il aime son pays et souhaite le meilleur pour la Russie.

                      A toute sorte de détails, on voit bien que le Président Poutine et son entourage participent de la « culture d’entreprise » du KGB, peur des complot, méfiance vis-à-vis de l’étranger, culte de l’état. Mais je ne crois pas qu’une comparaison avec le Stalinisme apporte quoi que ce soit à la compréhension de la Russie contemporaine. Elle ressort plus tôt de l’amalgame.

                      Sous Eltsine, existait une réelle démocratisation, une vraie liberté des medias et pas mal de bordel.

                      Poutine incarne incontestablement une réaction autoritaire de l’appareil d’état de culture soviétique. Peut être est-ce nécessaire pour la Russie au stade actuel.

                      Je crois que seul l’avenir permettra de trancher.

                      Poutine (ou les forces qu’il représente) va cette fois ci « designer » un successeur, mais une démocratisation ultérieure n’est pas du tout exclue.

                      Je suis d’accord avec vous, l’Europe gagnerait souvent a être plus ferme sur ses principes et ses intérêts parce que la Russie est très sensible aux rapports de force, mais en gardant un minimum de bienveillance pour un pays confronté a la sortie d’un l’idéologie socialiste qui l’a martyrisé et qui l’un dans l’autre essaye surtout de faire ce qu’il peut avec ce qu’il a et ce n’est pas simple.


                      • Cath Cath 24 mars 2007 10:35

                        Bonjour smiley

                        Carla Del Ponte ? dois-je prendre cette remarque comme un compliment smiley

                        « Tsar » dans le titre de ma note = il s’agissait d’une boutade bien sûr !!!

                        Un peuple non intéressé par la démocratie, c’est alimenter un grand mépris pour la Russie et les républiques de l’ex Unions Soviétique à mon sens.

                        Chacun « entend » la démocratie à sa façon, selon son histoire et sa culture. Il n’y a pas qu’une seule façon d’implémenter la notion de démocratie (élections au suffrage universel, expression libre, liberté de culte et de culture -sur ce dernier point, autant que la culture n’enfreigne pas les droits de l’homme et de la femme- etc...).

                        Mais j’ose croire qu’il n’y a pas un seul peuple, sur cette terre, qui n’aspire pas à la démocratie et ne pense qu’à noyer sa nostalgie dans du mauvais alcool.

                        Je ne suis jamais allée en Russie. Mais j’ai connu la Pologne et l’Allemagne de l’Est dans les années 80. Je suis allée en Mongolie (côté ex Union Soviétique) dans les années 90. J’ai rencontré partout des gens qui aspirent à vivre en paix, élever proprement leurs gosses, avoir de quoi manger, s’amuser, rire et chanter librement, ne pas redouter leur voisin.

                        L’Europe a un rôle majeur à jouer dans les années qui viennent. Il convient à nos dirigeants de gader à l’esprit

                        1) les fondamentaux (le pourquoi de la fondation de cette union, il y a exactement 50 ans... déjà !)

                        2) ce que nous représentons dans le monde en matière de lumière, d’invention, d’imagination et pas uniquement en matière économique et de marché.

                        Les marchés passent, les femmes et les hommes restent !

                        Aujourd’hui, il convient de réaffirmer haut et fort notre attachement à toutes les formes de démocraties et faire front contre les extrêmistes de tout bords qui représentent une menace réelle et absolue contre l’avenir de nos enfants.

                        Etre proche de la Russie me parait important. Mais ne pas tout accepter en bloc sous prétexte que... Etre proche de la nation américaine me parait important. Même commentaire...

                        Mais afin d’imposer nos vues, qui pour l’heure, me paraissent les plus raisonnables dans un monde de dingues, nous devons être forts et unis dans nos différences.

                        Sinon, nous continuerons non pas à être les « singes de l’Europe » (merci Voltaire) mais l’Europe deviendra le ouistiti du monde !

                        Je suis profondément européenne, pour ne rien vous cacher ! Mais l’Europe doit être forte, sinon elle ne sera pas.

                        Bien à vous toutes et tous


                        • tovara (---.---.149.182) 27 mars 2007 12:25

                          « la Russie devra encore intégrer l’Ue » : donc l’Ue touchera au Pacifique , à la Chine et à l’Alaska : c’est du délire pur et simple ! Pourquoi pas AUSSI les républiques d’Asie centrale, le proche-orient, et , au diable l’avarice, le continent eurasiatique dans sa totalité ? Certains euromaniaques ne se rendent même plus compte de la portée de leur délire mégalomane...


                        • Martin sur AgoraVox Martin sur AgoraVox 29 mars 2007 23:38

                          ********par tovara (IP:xxx.x50.149.182) le 27 mars 2007 à 12H25 « la Russie devra encore intégrer l’Ue » : donc l’Ue touchera au Pacifique , à la Chine et à l’Alaska : c’est du délire pur et simple ! Pourquoi pas AUSSI les républiques d’Asie centrale, le proche-orient, et , au diable l’avarice, le continent eurasiatique dans sa totalité ? Certains euromaniaques ne se rendent même plus compte de la portée de leur délire mégalomane... ******

                          D’après les règlements actuels de l’Union européenne, l’une des conditions d’accessions à l’Union européenne, est que l’État candidat soit un État européen. La définition de ce que signifie « européen » n’est pas donnée dans les textes. C’est souvent le cas des textes législatifs : ils ont volontairement une part d’imprécisions afin que l’application puisse être modulée selon les forces socio-politiquent qui prévalent à un moment donné, en somme selon les lobbies qui influencent les cercles du pouvoir au mépris de la démocratie et de l’impartialité des lois.

                          Ceci-dit « un État européen » pourrait aussi être entendu dans le sens historique, culturel, racial. Ces critères non-géographiques pourraient donner alors aux dirigeants de l’UE la justification à l’adhésion du Chypre.

                          La France, la Grande Bretagne, l’Espagne et la Hollande ont une part de leur territoire sur d’autres continents. La France est-elle pour autant un État américain ou africain ? La condition qui décide si un État est un État européen, serait donc que la capitale et la majorité de la population au moment de l’adhésion, soient sur le continent européen.

                          On pourrait imaginer qu’un État européen vende une part de son territoire européen à un État non européen. Des transactions de ce genre ont déjà eu lieu (exemple d’un gros territoire : Alaska - racheté à la Russie par les États-Unis d’Amérique en 1867), donc ce n’est pas une hypothèse utopique. Avec ce bout de territoire en Europe l’État non européen pourrait-il prétendre qu’il est devenu européen ? Non, donc il ne suffit pas qu’un bout de territoire soit sur le continent européen pour être géographiquement un État européen : il faut que la capitale ainsi que la grande majorité de la population soient sur le continent européen.

                          La Fédération de Russie, dont la capitale ainsi que la grande majorité de la population sont sur le continent européen, est donc selon ces critères un État européen et pourrait donc rejoindre l’UE.

                          Par contre on pourrait aisément argumenter que la Turquie, selon les critères « capitale, majeure part de la population », n’est pas un État européen.

                          Dans l’Union européenne la volonté de la majorité des citoyens n’est pas respectée sur de nombreux points.

                          L’Ukraine et la Russie devraient recevoir l’invitation à rejoindre l’Union européenne, car les Européens d’origine appartiennent à une branche de l’humanité qui s’est développée sur l’aire géographique qui va de Lisbonne, sur les bords de l’Océan Atlantique, sur le continent européen, puis en passant au nord de la Mer noire et de la Mer Caspienne, jusqu’à Vladivostok, sur les bords de l’océan Pacifique. Cette aire géographique devrait être la possible limite finale de l’expansion de l’Union européenne.

                          Mais non, ceux qui ont le pouvoir ont décidé que c’est vers le sud que doit s’élargir l’Union européenne, vers l’islam et vers les Turcs.

                          On vient d’apprendre que les représentants des gouvernements des 27 États membres de l’Union européenne viennent hier, le 28 mars, de décider la poursuite des pourparlers avec la Turquie, en abordant le deuxième des 35 chapitres : « politique industrielle et entreprise ».

                          Ce genre de décision doit être pris à l’unanimité des 27 États membres. Donc chacun des 27 gouvernements devrait d’abord être certain de représenter la volonté majoritaire de ses citoyens avant d’inviter la Turquie à rejoindre l’UE.

                          Concernant l’adhésion de la Turquie la majorité des citoyens européens est contre mais les politiques et en général les cercles au pouvoir (médias, milieux d’affaires...) ont décidé qu’il faut passer outre, qu’il faut ignorer la volonté des citoyens et donc ont décidé d’accueillir la Turquie dans l’UE.


                        • moebius (---.---.157.181) 25 mars 2007 00:31

                          Oh ! ne vous en faites pas trop pour ça, l’Europe est forte et elle l’est meme avec nos « alliés »


                            • Cath Cath 28 mars 2007 17:17

                              Bonjour Mmmmm,

                              J’étais effectivement déjà entrée en contact, non pas avec la torpille, mais avec ce site...

                              Aussitôt l’assassinat de JFK et les conjectures autour des véritables instigateurs du 11/09 me viennent à l’esprit.

                              Certes, certes, mais comment savoir si ces informations fort bien documentées ne sont pas une entreprise de manipulation de plus ? Quand tu vois ce que certains sont capables de faire en matière d’hypothèses encore plus grotesques mais convaincantes pour beaucoup >>> http://planetargonautes.typepad.fr/planetargonautes/2007/02/intelligent_des .html  smiley


                            • Sirius Black (---.---.160.63) 29 mars 2007 13:18

                              un site pour le moins d’accord avec vous : http://russophobe.blogspot.com/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès