• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Nour, pourquoi n’ai-je rien vu venir ?

Nour, pourquoi n’ai-je rien vu venir ?

JPEG - 7.4 ko

« Nour, pourquoi n'ai-je

rien vu venir ? »

livre de Rachid Benzine

éditions du Seuil

octobre 2016

94 pages

 

Un dialogue entre un père et sa fille

 

Les jeunes qui s'engagent dans de djihad sont parfois diplômés. Ils ont reçu une éducation, une formation solide et un jour ils partent et ils basculent dans un autre monde.

Comment ont-ils pu ainsi rompre avec des valeurs qui leur ont été inculquées ?

Rachid Benzine, islamologue et chercheur essaye de comprendre les motivations de ces jeunes hommes et femmes.

Il choisit une forme originale à son écrit en nous livrant l'échange épistolaire entre un père, intellectuel musulman et sa fille aimée partie pour porter la barbarie.

Il s'agit là d'une fiction.

Alors que le père déconstruit pièce par pièce le cheminement de haine choisI par sa fille, celle-ci se barricade dans l'univers qui est devenu le sien, justifiant toutes les violences.

Nour campe sur ses certitudes alors que lui, sans arrêt lui rappelle leurs conversations passées et lui prouve que ses nouveaux amis ne connaissent plus rien de l'islam et que leurs victimes sont pour la plupart des musulmans.

Le père, désespéré à certains moments explique que ceux de Daesh sont des désespérés de la vie.

« Ils ont peur de la culture, détruisent des sites historiques uniques au monde. Ils ont même peur des vielles pierres. La culture, c'est pourtant la clé de notre survie.....Comment peut-on créer autant de désespérance ? Par la perspective d'un Paradis de pacotille, où les vierges s'obtiendraient à coups de suicides criminels ? Plus je causerais de morts en me suicidant, plus j'aurais de vierges ? Quel idéal de merde ! »

Enfermée, murée dans ces certitudes, la jeune fille devenue la femme puis l'objet d'un combattant nie tout en bloc, il ne lui reste qu'une étincelle, celle de l'amour portée à son père et l'amour infini qu'elle exprime à sa propre fille qui vient de naître.

Ce roman, car c'est un roman nous fait toucher de près ce mur d'incompréhension, cette prison mentale que nous devons briser en nous appuyant sur tous les leviers mis à notre disposition, sans en laisser un seul.

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • petit gibus 22 octobre 2016 13:56
    « ceux de Daesh sont des désespérés de la vie. »

    la faute à qui ?

    à ce système économique qui dès notre naissance
    nous oblige à considérer l’autre comme un adversaire
    voir un ennemi

    à tous ces religieux qui eux profitent de leur vie terrestre
    tout en soumettant les autres par une vie future et éternelle
    de conneries


    • Décadent occidental grand remplacé (---.---.196.93) 22 octobre 2016 14:42

      C’est con pour une fois le sujet était intéressant mais l’article ne dit rien ...
       
      Une idéologie se définit et se mesure par son ennemi
       
      Une idéologie doit plonger ses racines dans l’infrastructure de la communauté concernée, c.a.d l’histoire, les moeurs, l’aliénation. Les arabes n’ont pas de tradition communiste ... les premiers chrétiens étaient des communistes (lire Marx) idem les germains, les celtes, les communaux paysans ...
       
      En se laissant pousser la barbe, le général baasiste laïque se dope !
       
      Le fascisme italien est devenu plus fort dans le nazisme par le coté irrationnel (et rationnel car les juifs avaient accaparé les chemins de fer autrichiens par ex ... spéculer sur l’or etc...) du racisme.
       
      Le nihilisme est une force révolutionnaire, viva la muerta + table rase du passé, le fanatisme la force insufflée aux faibles.

      La burqa méprise la lopette occidentale grand remplacé
       
      Comme dit Z, se scrifier est grandeur (comme dit Hegel) .... sauf que cette grandeur est quand même liée à l’intelligence de la cause (un suicide n’est pas grand)... et si on croit aux hourris on est moins courageux de mourir ... (la force de l’irrationnel)
       


      • Samson Samson 22 octobre 2016 21:51

        @Décadent occidental grand remplacé
        "Les arabes n’ont pas de tradition communiste ... les premiers chrétiens étaient des communistes (lire Marx) idem les germains, les celtes, les communaux paysans ... « 
        Tout le problème de l’anthropologie marxiste, c’est qu’elle prétend analyser et expliquer sous un angle purement matérialiste et uniquement centré sur les rapports économiques de production des sociétés qui y échappent largement : malgré les apports effectifs d’une telle approche, elle reste fort réductrice en ce sens qu’en appliquant le calque de notre modernité sur des sociétés répondant à d’autres normes et impératifs, elle nous prive par là de leur pleine intelligence. Pour un meilleur entendement, Jean Baudrillard ajoute aux valeurs d’usage et d’échange définies par Marx la valeur symbolique qui les surdétermine.

        Une bonne part de ma bibliothèque moisit malheureusement en caisses et m’est inaccessible depuis mon déménagement, mais un détour par  »L’Échange symbolique et la mort« (1976) devrait offrir à ceux qu’interpelle le phénomène jihadiste certaines lumières. Sinon, »L’esprit du terrorisme", article écrit à l’occasion du 11 septembre est toujours accessible sur le net.


      • Aristoto Aristoto 24 octobre 2016 14:28

        micro-phénomène insignifiant dans le grand jeu Historique qui se déroule actuellement ! gaz, eloduc et nappe pétrolière. Tout le reste est négligeable.

        Mais bon si vous aimez les conte de noel, tant mieux pour vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès