• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Numérique : Aurélie Filippetti en dit un peu plus…

Numérique : Aurélie Filippetti en dit un peu plus…

Dans une interview au quotidien du soir le Monde publié le 4 juin 2013, la Ministre de la culture donne, entre autre son éclairage et sa lecture de certaines des propositions énoncées dans le rapport de Pierre Lescure.

La fin d’Hadopi ne signifie pas le transfert intégral et définitif des missions de cette dernière au Conseil supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Son président doit faire des propositions prochainement. La ministre a fait allusion à la possibilité d’agréer certains sites particulièrement performants et offensifs dans la défense des œuvres culturelles française et européennes, qui rémunèrent justement leurs auteurs..

Si le CSA récupère la lutte contre le piratage, dans l’esprit de la ministre, ce n’est pas définitif et le ciblage ne devrait plus être exclusivement centré sur les internautes. L’amélioration de l’offre légale, sur laquelle l’état mettra les moyens et les efforts devraient peu à peu limiter le piratage, voire le faire disparaitre. . « L’amélioration de l’offre légale, l’ouverture des catalogues, un meilleur usage des métadonnées pour que les gens puissent s’orienter plus facilement vers les œuvres dont ils ont envie feront que les comportements illicites vont diminuer. » a déclaré, très convaincue la Ministre.

Après étude des moyens et des besoins, un transfert d’une partie des ressources financières et humaines de feu l’Hadopi se fera au bénéfice du CSA.

La ministre est aussi revenue sur la déclaration de Pierre Moscovici, Ministre de l’Economie et des Finances, réfractaire à créer une nouvelle taxe sur les produits connectés. Pour elle, ce dernier n’a pas dit non. Elle a, avec beaucoup de pédagogie, fait un exposé sur le mécanisme de la copie privée : « il y a nécessité à rénover nos outils pour avoir une meilleure redistribution. Certains, comme la copie privée, ont été mis en place dans les années 80  ». Elle a très justement pointé qu’à terme celle-ci, qui ayant fait tout au long de sa carrière un travail de redistribution indispensable aux auteurs, producteurs et artistes, risquait d’être fragilisée à terme par les nouveaux usages culturels : le streaming, le cloud computing, les appareils connectés…

C’est à dire tout ce qui ne contribue pas à ce jour à la création, contrairement à tous les autres circuits…

Cette mesure préconisée par Pierre Lescure et donc soutenue par la Ministre de la Culture est très attendue par une bonne partie des membres de la filière. Même si pour les plus exigeants d’entre eux, rien ne filtre à ce jour sur la régulation des échanges non-marchand.

A ce propos Aurélie Filippetti a été très prudente en déclarant au quotidien Le monde : « il faut aussi réfléchir aux échanges non marchands. On est à un point de maturité où on peut faire avancer les sujets de manière non crispée, moins passionnelle ». On ne peut mieux retenir en ces termes son souffle….et laisser la place à une grande attente qu’il ne faudrait pas décevoir une fois de plus.


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • alainminc alainminc 5 juin 2013 19:50

    Bof, j’ai arrêté le P2P, puis le VPN qui me coûtait si cher, je regarde Mad Men en streaming, je peux aussi passer à la copie directe via la Médiathèque municipale ... j’attends les nouvelles propositions de Lescure/Filippetti pour passer outre * Je suis comme beaucoup d’internautes, j’ai déjà plusieurs guerres du numérique derrière moi et suis blasé, blindé ... je ne dépenserais jamais plus autant d’argent dans mon PC que j’en ai déjà dépensé. L’heure est à l’économie . Je ne pirate pas, je consomme plus raisonnablement. ACTA, HADOPI et leurs clones relookés ne m’ impressionnent plus. Nous dépendons moins d’eux, qu’eux de nous. Si une loi pouvait vraiment interdire la consommation gratuite de biens culturels numériques, alors j’arrêterais comme tant d’autres la consommation de biens culturels numériques. Mon budget loisir n’est pas extensible, mais je peux le réduire ... smiley


    • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 juin 2013 12:22

      @alaiminc,

       

      personne ne parle d’interdire la consommation gratuite de biens culturels.... en même temps posez-vous la question de cette gratuité et de commnte on rémunére sur le net les auteurs les compositeurs et les artistes ?

      http://jmpelletier52.over-blog.com/

       

       

       

       


    • Webes Webes 5 juin 2013 21:07

      Fiippetti, Fiippetti ca me dit quelque chose ????? Ah oui celle qui avant les elections proposait des tribunaux d exeption pour les telechargeurs !!!

      Elle nous fait encore de l enfumage, les majors et ayant droit qui deja a l epoque voulaient que la loi s assoit sur nos droits constitutionnels on trouver encore mieux.

      Comme le systeme actuel (penal) de repression est jugé trop lourd (montage des dossiers avec preuves etc.. etc..) ils ont decidés avec Fiippetti, Fiippetti ?? ah oui Fiippetti ! de basculer tout ceci en amende administrative !!
      Pourquoi une amende administratibve ?? eh bien mes lapins maintenant plus besoin de presenter un dossier a la Commission de Protection des Droits et si le procureur le decide a un juge !!

      La terminados grace a Felippetti c est une simple décision administrative qui infligera une amende par PV, à charge pour le pigeon de contester la condamnation en justice s’il souhaite se plonger dans une procédure qui elle sera lente et couteuse sic !

      Alors vous me direz si si dit le : mais qui va collecter et controler le IP baaa encore mes lapin c est le CSA qui pourra condamner sans avoir à s’embarrasser des droits de la défense. La faute sera présumée !!

      ehhh oui meme Sarko n avait pas reussi a le faire !!!! Mais Felippetti oui !


      • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 juin 2013 12:23

        @Webes,

         

        je vous met au défi de prouver cette déclaration : « Fiippetti, Fiippetti ca me dit quelque chose ????? Ah oui celle qui avant les elections proposait des tribunaux d exeption pour les telechargeurs !!! »

        ...http://jmpelletier52.over-blog.com/

         


      • Webes Webes 6 juin 2013 13:40

        Biarritz 27 janvier 2012 eh oui nous Internaute n avons pas la memoire d un poisson rouge :)

        "Dans un deuxième pilier, c’est la lutte contre la contrefaçon, donc tout ce qui concerne les échanges illicites sur Internet, qui doit être poursuivie peut-être par exemple avec des tribunaux dédiés, en tout cas de façon certaine par une coopération internationale renforcée, notamment une coopération européenne. Et dans un troisième temps, aller cherche de nouvelles recettes, de nouvelles sources de financement, puisque les acteurs de l’internet - qu’il s’agisse des des FAI, ou bien des fabricants de matériel ou des plateformes - doivent être mis à contribution pour financer la création. Quand on parle du livre, ça semble absolument évident avec Amazon, mais ça s’applique aussi à d’autres domaines"


      • A. Nonyme A. Nonyme 5 juin 2013 23:27

        Tant que la musique dématérialisée sera aussi chère que la musique sur support physique, Hadopi, Filippetti et compagnie peuvent aller se faire foutre, et les majors avec !


        • Talion Talion 6 juin 2013 00:31

          Très bien résumé !  smiley 


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 juin 2013 01:00

          Cher ?


          Un album physique est vendu en moyenne 12-14 euros. Le fichier téléchargé 9 euros.

          Faut pas croire non plus que vous aurez tout pour dix centimes !

        • Raymundo007 Raymundo007 6 juin 2013 02:39

          Tout à fait d’accord ; C’est un effort pour ramener l’arnaque à des niveaus compatibles avec la réalité. Il n’y a rien... ni support, ni papier, ni investissement de commercialisation, ni transport, ni magasin rien... juste un site à trois balles et une major qui regarde tourner les compteurs de la machine à billets.


        • Talion Talion 6 juin 2013 10:44

          « Un album physique est vendu en moyenne 12-14 euros. Le fichier téléchargé 9 euros.


          Faut pas croire non plus que vous aurez tout pour dix centimes ! »

          Bon ben... Puisque tu le prends comme ça, on aura tout pour que dalle.

          Les éditeurs ne veulent pas discuter, cesser de nous prendre pour des cons et être raisonnables ?... Aucun problème !
          C’est eux qui ont besoin de notre thune pour vivre, pas l’inverse. Qu’ils crèvent !


        • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 juin 2013 12:26

          Certes tous les éditeurs (musique et livre) abusent en passant au numérique et à la dématérialisation des œuvres le consommateur devrait bénéficier d’un abattement substantiel, ce qui n’est pas le cas !

          Pour autant défendre la gratuité, c’est vouloir la mort de la création ! Tout travail mérite salaire.

          http://jmpelletier52.over-blog.com/

           


        • Talion Talion 6 juin 2013 12:51

          "Pour autant défendre la gratuité, c’est vouloir la mort de la création ! Tout travail mérite salaire."

          Oui, mais ceux qui tentent de soudoyer nos élus méritent de crever.

          Je n’ai personnellement pas oublié la tentative de corruption qu’ont subi nos députés au sein de la salle des quatre colonnes lors du vote de la loi DADVSI.


        • Webes Webes 6 juin 2013 13:58

          Personne dans le milieu du Web ne parle de gratuité, nous voulons la licence global.

          Ils ne veulent pas nous entendre ! pas grave ! les développeurs auront toujours 10 trains d avance sur les mesures coercitive, mais par contre le touriste du Web lui va manger pour justifier l incompetence des commes Fiippetti.

          Meme Microsoft a proposé au major que Kilnet controle le nombre de personne presente devant un ecran pour voir si c etait une projection dite public ou privé l
          (peut etre voulez vous aussi l article ?)

          Sourier ils vous regardent regardant lol

          il y aura toujours un Kim Dotcom pour leur mettre profond !


        • Daniel 6 juin 2013 15:13

          Le problème c’est que vous faites une confusion :
          le travail d’un artiste, c’est quand il se trouve sur scène et qu’il interprète ses chansons (ou celles d’un autre). Dans le cas d’un disque ou d’un fichier internet, il s’agit d’une rente : donc s’il vous plaît utilisez le bon vocabulaire : toute rente mérite salaire !!
          Ce qui implique ses descendants qui n’ont absolument rien fait et qui perçoivent des revenus sans rien faire à la mort de l’interprète !!


        • A. Nonyme A. Nonyme 6 juin 2013 16:14

          Radiohead avait eu une bonne initiative lors de la sortie de leur avant dernier album. On pouvait l’acheter directement sur leur site, le prix étant à l’appréciation de l’acheteur.
          Désormais, c’est toute une boutique en ligne qui est disponible avec des albums vendus entre 7 et 8,50 euros, en MP3 ou en WAV (non compressé).
          Pan dans ta gueule Pascal Nègre !


        • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 juin 2013 16:33

          Talion,

           

          oui mais le prèsident (UMp de l’époque) avait protesté contre cette intrusion pendant la loi DADVSi et avait fait en partie le ménage... quand aux tribunes du public, elles sont libres.

           

          http://jmpelletier52.over-blog.com/

           


        • Talion Talion 6 juin 2013 00:38

          Je sens que je vais de nouveau recommencer à adopter le mode ’’fantôme’’ lorsque je vais aller surfer sur Internet.

          Moins ils voient ce qu’on fait, plus on les aveugle et mieux on se porte...

          Ce qu’il y a de bien c’est qu’aujourd’hui on a tous les moyens techniques nous permettant de dire à Big Brother qu’il peut aller se faire enculer.

          Ce qui me surprend par contre c’est de constater que nos responsables politiques sont toujours aussi has-been en ce qui concerne cette question des NTIC et du téléchargement...


          • yt75 6 juin 2013 11:44

            Dans le contexte numérique internet, il est sans doute très urgent de comprendre que ce qu’il manque est surtout un nouveau rôle et séparation des rôles :

            http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/

            C’est à dire sortir du »fétichisme fichier et copies« (et machines) pour passer à »si j’ai acheté/abonné à ça, gratuit ou pas, ça marche et puis c’est tout, je ne m’occupe d’aucun fichier"

             

            Et cela dans un environnement non monopolistique ou ne se résumant pas à 2 ou trois monstres d’une part, et garantissant la confidentialité des bibliothèques personnelles (video audio, sito etc, abonnements thèques) d’autre part.

             

            Rôle et organisations associées par ailleurs tout aussi nécessaire dans le contexte « net identity » :

            http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/

            Ou rappelons le, un seul ID par utilisateur partagé entre les services n’est absolument pas nécessaire pour que les choses fonctionnent « sans friction », et cela doit même être évité à tout prix.

             

            Et pour le piratage, peut-être comprendre que tout faire à l’envers ne sert strictement à rien ?

            http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/piratage-hadopi-etc/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès