• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « On ne se mentira jamais ! » Fanny Cottençon & Jean-Luc (...)

« On ne se mentira jamais ! » Fanny Cottençon & Jean-Luc Moreau

Ici, plus que jamais, il est nécessaire de déflorer le moins possible le sujet de cette comédie tant elle est menée comme une enquête policière avec des étapes et rebondissements faisant tanguer le spectateur d’un point de vue à l’autre alors même que « lui » et « elle », en couple depuis 25 ans, naviguaient jusque là… sur un long fleuve tranquille.

JPEG - 99.9 ko
ON NE SE MENTIRA JAMAIS
photo © LOT

Un simple accrochage automobile et voilà que d’un nom de famille à une association avec celui d’une voisine, la machine à douter se met en route, d’abord presque comme un jeu ou une chamaillerie jusqu’à peu à peu empoisonner l’existence de chacun des deux.

En effet, Serge et Marianne s’aimaient d’amour tendre et pas l’ombre d’une jalousie n’aurait pu se glisser au sein de leur complicité mais, si tout d’un coup, au détour d’une phrase anodine « Je t’ai alors rencontrée et d’emblée c’était fini ! » voilà que l’intuition féminine s’éveille subitement face à ce qu’elle semblerait découvrir comme un signe apparent de mauvaise foi.

Par la suite, ce ne seront plus qu’avancées, reculs, apaisements, escalades et inquiétudes des deux protagonistes entraînant empathie, irritation, solidarité et perplexité du public face à cette lutte vice versa du féminin au masculin sans que jamais une conviction avérée puisse établir un schéma simple des responsabilités successives à moins que lors d’une ultime parole anodine …

Avec le texte d’Eric Assous à la bouche, Jean-Luc Moreau se régale, tout en se délectant comme un poisson dans l’eau pendant que Fanny Cottençon capte à la fois le regard nonchalant de son partenaire tout en scrutant l’œil toujours vigilant de ce metteur en scène virevoltant autour d’elle.

Ainsi, en une très belle performance d’amitié démonstrative, elle et lui s’y construisent cette histoire d’amour où il semblerait qu’une vérité pourrait toujours en cacher une autre, sans vraiment savoir si le partenaire est apte ou en mesure d’évaluer l’une plus que l’autre.

photo © LOT 

ON NE SE MENTIRA JAMAIS - ***. Theothea.com - de Eric Assous - mise en scène Jean-Luc Moreau - avec Fanny Cottençon & Jean-Luc Moreau - Théâtre La Bruyère


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Gnostic Gnostic 26 février 2015 12:35

    bonjour


    vous me faites pitié il n’y a jamais de réactions sur vos articles

    Alors en voici une

     smiley

    • Theothea.com Theothea.com 26 février 2015 14:20


      Merci Gnostic de vous sentir concerné par un article sur le mensonge ! 


    • christophe nicolas christophe nicolas 27 février 2015 11:19

      Ce doit être un beau sujet en pièce de théâtre. Le mensonge intentionnel est interdit mais le mensonge de défense parce qu’on viole votre intimité est différent, c’est une faiblesse.


      Il y a plein de situation et le vicieux extérieur au couple fait comme s’il avait le droit de savoir ce qui relève de vos affaires privées. Dans une situation amoureuse, cela peu devenir cocasse. Normalement, en couple, il n’y a pas de mensonges mais de la confiance qui est à la fois solide si les gens ne sont pas malveillants et fragile si des gens ont des intentions vraiment malveillantes vis à vis de la confiance.

      Le film la vie des autres est édifiant sur l’impact d’un système sur un couple.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès