• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « On purge bébé » avec Cristiana Reali au Palais Royal

« On purge bébé » avec Cristiana Reali au Palais Royal

Deux « Feydeau » pour une même représentation, avec en lien de part et d’autre de l’entracte, la thématique de la progéniture, génératrice du désordre familial.

Si, en première instance, « bébé » énerve son monde, parce qu’il ne veut pas prendre sa purge, en seconde, c’est la grossesse nerveuse de Léonie qui met, sans dessus dessous, la maisonnée.

Si, sur scène, un couple chasse l’autre, c’est pour mieux mettre en évidence, qu’ils sont pareillement bancals et que la caricature du premier se substitue aisément à la parodie du second.

Si le « seau hygiénique » peut symboliser, en un premier temps, que rien, ni personne n’est à sa place dans une résidence où l’enfant « roi » impose ses caprices, au point de généraliser l’impolitesse, en modus vivendi hystérique, alors, le « pot de chambre », lui, va servir, par la suite, d’effet boomerang, permettant d’atteindre les sommets de l’humiliation subie.

Bref, de « Bébé » à « Léonie », c’est la chaîne des ruptures du savoir-vivre qui prend les commandes, sans vergogne et sans se soucier, des conséquences du modèle « bourgeois », complètement terrassé de l’intérieur.

Si donc, Cristiana Reali et Pierre Cassignard ont souhaité être mis en scène par Gildas Bourdet, dans l’une des salles les plus prestigieuses de Paris, c’est pour y donner cette mesure du rire, suscité par la mise en perspective cataclysmique du mariage, vu par Georges Feydeau, à son époque.

Objectif atteint au paroxysme de la mauvaise foi, régalant les spectateurs qui en redemandent, après la pause d’un quart d’heure succédant à « On purge bébé ».

L’osmose est, toutefois, moins réussie avec « Léonie est en avance », car le personnage de l’infirmière autoritaire tourne davantage à la farce grotesque qu’à la comédie déjantée.

Autant les provocations colériques de Madame Follavoine (Cristiana Reali) avaient su catalyser la justesse outrée de ses partenaires, autant la comédienne ne parvient pas à convaincre, lorsqu’elle endosse l’accoutrement et les manières burlesques de Madame Virtuel, s’apparentant, alors, étrangement à une sorte de « Madame Doubtfire », quelque peu hors sujet.

Cependant le rythme impétueux du spectacle, les costumes en trompe-l’œil, l’assortiment des couleurs et des esprits en vrille, donnent à l’ensemble de la distribution que Dominique Pinon transcende, de son inspiration feignant le farfelu, une unité drolatique à apprécier, sans réserve.

En outre, osant, ainsi, le contre-emploi, Cristiana Reali défie son image artistique ; cette transgression est, en soi, une source d’intérêt, à part entière.

photo affiche © Bernard Richebé

ON PURGE BEBE & LEONIE EST EN AVANCE - *** Theothea.com - de Georges Feydeau - mise en scène : Gildas Bourdet - avec Cristiana Reali, Pierre Cassignard & Dominique Pinon - Théâtre du Palais Royal

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès