• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Oscar et la Dame Rose , au Théâtre de l’Oeuvre

Oscar et la Dame Rose , au Théâtre de l’Oeuvre

Là où Danielle Darrieux se confondait en Mamie Rose, Annie Duperey se métamorphose désormais en Oscar. Pourquoi donc le spectateur ne se prendrait-il pas lui aussi au jeu de transformer le monologue transcendantal d’Eric-Emmanuel Schmitt en une dialectique pour deux personnages mythiques ? À chacun son rêve, n’est-ce pas ? Fût-ce au diapason de la métaphore partagée !

En tout cas, force est d’admirer tour à tour ces deux immenses comédiennes que non seulement les générations ne parviennent pas à séparer, mais dont la puissance d’interprétation emmène l’imaginaire en des contrées d’où nul ne peut revenir moralement indemne.

Au Théâtre de l’Oeuvre, sous la direction de Joël Santini, Annie Duperey prend le personnage du petit garçon leucémique à bras le corps, comme d’autres s’engageraient avec fougue dans une association humanitaire. Sans chercher l’imitation de l’enfance, l’actrice en incarne avec persuasion le point de vue candide en mettant à hauteur du personnage son inquiétude face à la maladie confrontée avec un espoir infini dans la vie.

Fort de la conviction qu’une journée vécue dans la plénitude vaut largement dix ans d’une existence formatée, Oscar va parcourir les cent vingt années terrestres qu’il aurait pu escompter en une orbite sidérale de douze jours, où la maturité va s’acquérir à la vitesse de la lumière.

Dans ce registre expérimental, Annie Duperey va condenser avec vivacité tous les compagnons de jeu de l’enfant en un parcours initiatique où les étapes seront scandées par des attitudes, des gestes, voire des tics spécifiques à chaque âge.

Sa Mamie Rose lui servira avant tout de fil conducteur, alors que pour Danièle Darrieux, elle en était l’émanation charismatique.

Eric-Emmanuel Schmitt souhaitant que ces deux subjectivités puissent se répondre à quelques années d’intervalle, donne de fait à sa pièce le talent d’une parabole duelle où de la naissance à la mort, la perspective humaine se raconte sous forme épistolaire en célébrant la vie au plus près de son créateur.

L’émotion est à son comble lorsqu’à la dernière lettre adressée à Dieu se substituera la voix du destin accompli, grâce à toutes les Marie-Rose qui auront su tendre la main à chaque Oscar en quête de dignité et d’absolu.

OSCAR ET LA DAME ROSE **** de Eric-Emmanuel Schmitt - mise en scène : Joël Santoni - avec Annie Duperey - Théâtre de l’Oeuvre -


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Toshio (---.---.106.64) 5 août 2006 23:04

    Bonjour, J’aimerai savoir s’ils ont prévu de faire une sortie en DVD de Oscar et la Dame Rose ?? ( la représentation de Anny Duperey . Je suis allé le voir au théâtre et j’ai vraiment adoré. Ce serait bien d’en garder un souvenir en DVD :) Vous pouvez me répondre à : toshio45@wanadoo.fr Merci à tous. A bientôt.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès