• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Paimpol est en plein sud !

Paimpol est en plein sud !

Hugues Auffray en ouverture du festival du chant marin et Youssou N'Dour , c'est plusqu'une image ......

Deux générations, deux origines différentes....C'est cela la musique...Et quels talents !

Depuis 1989, la Ville maritime de Paimpol est le lieu de rencontre annuel et depuis peu tous les deux ans de tous les amoureux du chant de marin, bien sûr pais aussi de tous les chants de Bretagne, de France et des cinq continents.

L’édition 2015 a ouvert encore plus à des musiques du monde, du Chili, des pays gallois, d’Afrique et d’ailleurs.

Je t’aime UN PEU, BEAUCOUP, PASSIONNEMENT !

UN PEU de mauvais temps juste avant le festival des 14, 15 et 16 août, avec du vent et de la pluie…Va-t-on être obligé de tout annuler ou de réduire la voilure ?

Le « miracle » a eu lieu le vendredi après-midi et la pluie n’a pas été au rendez- vous et d’ailleurs personne ne l’y avait invitéé.

BEAUCOUP de chants, sur la grande scène avec des voix prestigieuses comme celles d’Hugues Aufray, toujours vaillant à la barre de son fameux trois mats, JPEG Ana Calvi, Denez Prigent, Catherine Ringer, Youssou N’Dour…. Et beaucoup d’autres.

PASSIONNEMENT attirés par la musique et les chants, des dizaines de milliers de personnes de tous les âges ont déambulé sur le site magnifique du port agrémenté par des « frégates » comme celles que l’on voit dans les films de pirates.

Des dizaines et dizaines de groupes, voire plus ont chanté et joué sur la jetée, sur les quais….

Pour certains c’était la précarité des moyens : quelques instruments, une petite sono ; pour d’autres c’était un ensemble vocal et musical coloré et très bien sonorisé….Tous ont plu : le petit groupe enseignait des chants repris par les spectateurs, le grand groupe, tout en couleurs, parfois étonnant comme les « frappeurs de bidons » ont enthousiasmé le public amassé.

Si plus de cent festivals ont été annulés, faute de finances et « grâce » à l’austérité, celui-ci ne pouvait pas l’être…..

Ce festival est le fruit de la mobilisation des commerçants de la ville, principaux initiateurs et des associations locales, de Paimpol, du canton et au-delà.

1600 bénévoles provenant de la « ville siège » du festival et des autres communes ont consacré chacun, 12 heures minimum de travail sur les trois jours qui précédaient l’évènement ou pendant.

Ce sont eux le nerf de la guerre, les artisans dans l’ombre de la bonne tenue et de l’organisation de cette initiative festive.

L’un d’entre eux m’a expliqué que le bénéfice, s’il y en avait un serait reversé aux associations….

Qu’en sera-t-il vraiment ? Il faut aussi des réserves pour le festival de 2017 …..

D’où venait le public ?

De Bretagne et de partout.

Des spectateurs comme moi chantent dans des chorales de marins, d’autres sont des musiciens, le plus grand nombre est composé de bretons et de vacanciers attirés par le festival breton le moins cher et le plus diversifié, non en types de musique mais en natures des groupes.

Quant aux commerçants installés sous des toiles, ils ont certainement tiré un peu les marrons du feu : l’affluence aux plus de 60 stands était impressionnante et le prix de la location :

700 € l’emplacement ordinaire est assez vite rentabilisé.

Le festival de Paimpol a mis plein sud pour le bonheur de tous ces gens d’origines géographiques diverses et si la bretonne de 50 ans représentait le « type moyen », elle était loin d’être seule.

Comme l’a dit Noémie, festivalière bretonne de 24 ans, citée par le Télégramme :

« Le chant de marin, c’est un retour aux racines »….Nos racines ont y tient et ces racines-là sont un peu les nôtres même si l’on n’habite pas au bord de la mer.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  1.86/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • rocla+ rocla+ 18 août 2015 07:52

    Dès que le vent soufflera je repartira
    Dès que les vents tourneront nous nous en allerons...


    • Le p’tit Charles 18 août 2015 10:35
      Paimpol...Paimpol...fait la sirène des pompiers.. !

      • Fergus Fergus 18 août 2015 15:57

        Bonjour, Chalot

        Ce superbe Festival du Chant de Marin, j’y avais consacré un article la semaine dernière : Paimpol 2015 : « brassons bien partout carré...

        « la pluie n’a pas été au rendez- vous et d’ailleurs personne ne l’y avait invitée. »

        Exact : la pluie s’est arrêtée en début d’après-midi et l’on ne l’a plus revue jusqu’à la fin du Festival. Samedi a même été une superbe journée ensoleillée qui a permis de réaliser de très belles photos des groupes et des vieux gréements présents dans le port.

        « des dizaines de milliers de personnes de tous les âges ont déambulé sur le site magnifique du port agrémenté par des « frégates » comme celles que l’on voit dans les films de pirates »

        Avec plus de 150 000 entrées, le FCM bat en effet son record précédent. Mais tous ne se sont pas donné rendez-vous devant la grande scène, à l’image de mon épouse et moi qui avons préféré voir et entendre sur les autres scènes des groupes de grande qualité, notamment étrangers, à l’image des formidables Unicorn, Scheepsfolk, Sasiedzi, Exmouth Shanty Men, Whiskey & Women, ou North Cape.

        « la bretonne de 50 ans représentait le « type moyen »

        Euh... des bretonnes et des Bretons, il y en avait en grand nombre, évidemment. Mais aussi de nombreux Français venus de toutes les régions passer leurs vacances en Bretagne, sans compter les innombrables Britanniques et les très nombreux Allemands et Néerlandais présents sur le site.

        « Le chant de marin, c’est un retour aux racines »

        Certes, mais le Festival paimpolais ne se résume pas à cela, car outre les ouvertures vers d’autres musiques, il permet aux groupes étrangers et français de faire connaître une musique vivante et évolutive.

        Quoi qu’il en soit, cette édition a été formidable de bout en bout, une fois de plus. Et je ne voudrais pour rien au monde rater la prochaine !

        Un mot sur le coût : nous avions, comme toujours, acheté nos billets à l’avance. Dans la mesure où nous avons assisté à environ 15 heures de concert sur scène durant les 3 jours (sans compter les musiques entendues sur les quais), cela nous a coûté moins de... 3 euros par concert ! Aucun autre festival n’offre un tel rapport qualité-quantité-prix.

        Cela explique sans doute le succès croissant du FCM, et cela d’autant plus qu’il y a désormais de nombreuses animations pour les enfants, avec la garantie d’une ambiance conviviale tout au long des trois jours.


        • Fergus Fergus 18 août 2015 16:49

          Désolé pour tous ces caractères gras, j’ai fait une fausse manip’.


        • Antoine 23 août 2015 23:44

          C’est cela la musique ? Au quinzième rayon peut-être...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires