• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Parler du monde tel qu’il est

Parler du monde tel qu’il est

Occident de Rémi De Vos, mise en scène de Frédéric Dussenne avec Valérie Bauchau et Philippe Jeusette « La charge du rhinocéros » théâtre de la Girasole 21h05

Cinq visages pour Camille Brunelle Théâtre PÀP, m e s Claude Poissant avec Julie Carrier-Prévost, Laurence Dauphinais, Francis Ducharme, Mickaël Gouin, Ève Pressault, Th de la Manufacture (à la patinoire) à 12h25

JPEG

Occident est d'abord un texte d'une puissance formelle remarquable. Une dizaine de scènes, bâties sur le même schéma narratif, nous font parcourir un tracé psycho-politique d'un couple dans une relation d'amour-haine exceptionnelle. Tout l'art de Rémi De Vos arrive dès la première réplique, d'une force telle qu'on peut croire que tout est dit. Les comédiens portent cette violence avec aisance, brio et naturel, de telle sorte qu'on y est. Pourtant, le décor n'est pas crédible. C'est une sorte de couche immense, avec une chaise dans un coin pour la femme. Tous les soirs, le mari rentre du café ou des cafés, aviné à cœur (à cœur comme on dit pour les fromages) fait si vous préférez. Et le pugilat verbal commence ou recommence. L'art immense de Rémi De Vos consiste à placer dans cette répétition toutes les variations qui créent une histoire. Histoire qui se passe ailleurs, au(x) café(s). Rien sur ces gens, leur âge, leur métier, leur famille. Ils n'ont pas d'enfants, semble-t-il ; on peut le savoir ou s'en rendre compte. Le nom des cafés est parait-il typique du Nord, pour qui sait. On devine qu'ils ne sont pas très haut dans l'échelle sociale, ouvriers, vendeurs, caissiers (caissière ?)... En dehors de cela, cette femme et cet homme restent des inconnus pour les spectateurs. Ils se haïssent avec une passion nécessaire à leur vie et beaucoup de précision. Ils se connaissent bien. La connaissance étant tout de même un autre nom de l'amour.

Occident est d'abord un texte d'une puissance émotive remarquable. Rémi De Vos fait de magnifiques compliments à ces acteurs-là. On le comprend. Les situations sont limpides, jouées comme en vrai, à toute vitesse bien souvent, criées... On peut dire qu'on ne voit pas le théâtre et l'art, ce peut être l'art de dissimuler l'art.

Occident nous dit le monde tel qu'il va. Au moins pour une part, pour ces petites gens, sans espoir, avec un quotidien de chagrin et qui jouent en même temps « je t'aime je te tue », et « je t'aime nous vieillirons ensemble » l'avers et le revers de l'amour. Il y a un événement en ville, qui va déplacer l'homme qui boit et du coup la femme qui veille et l'attend : des yougoslaves sont arrivés et ils n'aiment pas les arabes. Le meilleur ami de l'homme s'appelle Mohamed, il est arabe, mais tant qu'il est « meilleur ami » cela ne compte pas. Quand il devient un Arabe pour les yougoslaves, tout change de sens... Il ne va quand même pas prendre des risques pour défendre un Arabe. Allez au Front ? Être raciste, ou juste l'avouer et en faire une ligne de conduite et pas seulement un sentiment ?... et c'est la pièce. Magnifique théâtre.

JPEG

Cinq visages pour Camille Brunelle nous dit notre époque avec des moyens très différents. Pas de texte d'auteur. Un verbatim. Peut-être partiellement reconstitué-inventé sur les formes actuelles de ce qu'on appelle les réseaux sociaux. Tout commence avec une présentation type annonce sur de ces réseaux. Sexe, âge, statut « marital »... un truc qui doit être québécois sans doute « 5000 dollars à dépenser dans l'heure ? ». J'aime, mon style, comment je m'habille, chez qui j'achète mes fringues... Puis une longue litanie de chacun : j'aime : la musique, les groupes, les albums. Dits à toute vitesse... avec quelques échanges, des arrêts sur des étonnements. Peut-on voir quelqu'un dans ces longues listes ? Et encore, j'ai vu... liste de films vus, et puis, ce n'est pas fini. Une des comédiennes interrompt ça brutalement, pile sur cette interrogation : on va continuer jusqu'où comme ça ? Avec en filigrane : peut-on faire le portrait de quelqu'un avec ces listes ? Peut-on aller vers les autres avec ces listes de ce qu'on aime ?

Ce qui continue n'est guère mieux, cependant. Le langage change de forme. Non plus « j'aime », mais des photos (des selfies parfois) avec « moi et Untel, Unetelle... » « moi qui me prépare pour la fête » « moi qui entre dans le taxi » « moi qui sort du taxi »... etc. De temps en temps, apparaît la fameuse Camille « elle a un visage d'ange... » et aussi « qui c'est celle-là ? » Tout est image, tout est dans le paraître. Pas tout. Avec cet espace d'exposition appelé virtuel parfois, les humains se rencontrent encore. Des histoires d'amour commence comme dans un rêve « t'es comme moi, mais en gars » et finissent mal comme c'est le cas en général « tu sais au fond j't'ai jamais aimé ». On y trouve la drogue et la mort, la tragédie, la mort annoncée et qui arrive, qu'on voit arriver sans pouvoir la retenir ou l'empêcher.

Ils ont l'âge des rôles, ils sont excellents, dans le jeu, dans la construction du spectacle, dans leur connaissance de ces formes de socialité. Le nouveau n'écrase pas l'ancien comme on le croit ; la singularité du temps présent porte l'universalité de l'être au monde, qui était porté autrefois par une autre singularité. C'est un spectacle théâtral sur l'ordinaire de l'humain, avec ses formes langagières, tel que cet ordinaire est porté de nos jours sur les agoras de l'Internet et qui est aussi humain qu'il y a cent ou mille ans.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Crab2 7 août 2014 16:24

    VOLUBILIS

    Témoignage de ce bassin de civilisation qu’est la Méditerranée à l’époque antique : un vaste espace ouvert où les hommes circulent depuis le premier millénaire avant J.-C. de Tyr à Carthage, de l’Asie Mineure aux confins atlantiques en passant ...

    Suites : MuCEM

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès