• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Passant, va dire à Sparte ...

Passant, va dire à Sparte ...

le 21 mars sort en France un film attendu par les fans de culture comics. Après « Sin City », « 300 », une adaptation du « roman graphique » de Franck Miller vient poursuivre la mise en images de l’oeuvre de cet auteur majeur de la culture de la bande dessinée américaine.

Dans la culture comics/ geek, on connaît Frank Miller depuis longtemps. Ses albums sur Batman, le chevalier noir, sont entrés dans la légende. Frank Miller a repris pour DC Comics ce personnage légendaire qui se mourrait d’une agonie graphique et scénaristique interminable. Plongeant le héros masqué dans un chaudron de violence, de paranoïa, il en ressort le côté obscur, maléfique, presque "vadorien". Le succès fut phénoménal.

Miller a aussi profondément transformé le caractère et l’univers d’un autre héros des comics américains : Daredevil. Moins connu en France qu’aux USA, le justicier sans peur, aveugle suite à un accident radioactif, avocat le jour, justicier la nuit, a vu sa vie bouleversée, transformée, explosée par le passage du créateur Miller. Là aussi, mais sans aller aussi loin qu’avec Batman, Miller réussit le tour de force de donner de la profondeur et de l’humanité au héros en dévoilant ses doutes, ses peurs, ses haines. La mort d’Elektra, personnage créé puis assassiné sous la plume de Miller, reste un tournant incontournable de l’univers de Daredevil.

Mais l’histoire qui est adaptée cette fois-ci au cinéma n’a rien à voir avec le monde des héros de comics américains, se battant dans des villes tentaculaires, sauvant le monde à coup de superpouvoirs. Dans 300, Frank Miller a décidé de nous remettre en mémoire une histoire mythique, une histoire grecque, une histoire de volonté, de courage, de trahison. Une histoire de bataille éternelle.

Au centre de la Grèce contemporaine, aux abords d’une voie de circulation importante, vous pouvez voir, lorsque vous passez entre mer et montagne, un curieux monument. Le style en est un peu pompier. Un guerrier grec, avec casque à cimier, lance et bouclier rond, nu, brave les passants. A ses pieds, une frise de bas-reliefs relie deux hommes gisants.

Vous êtes à l’emplacement du défilé des Thermopyles. Ici a eu lieu une bataille entrée dans la légende. Une bataille où des hommes, des Grecs, des Spartiates, se sacrifièrent jusqu’au dernier pour bloquer une immense armée d’invasion perse. Léonidas, roi de Sparte, et ses quelques milliers d’hommes, bloquèrent les forces innombrables de l’empereur perse, Xèrxès.

300 raconte ce fait d’armes dont nous avons tous entendu parler, à un moment où à un autre. La bataille des Thermopyles reste en effet comme l’archétype de la résistance désespérée, la lutte à mort pour priver un ennemi de la victoire qui était à portée de sa main.

Miller, bien sûr, en romance le canevas. Dans son style incisif, pointu, presque scalpélien, il dissèque les principaux personnages, les débarrasse des oripeaux inutiles, pousse même jusqu’à la caricature pour mettre en place un affrontement entre les Grecs et les Perses, l’Orient et l’Occident, les mâles contre l’empereur efféminé. Le bien contre le mal.

300 est une oeuvre bouleversante. Le dessin est incroyable, précis. Enfermé dans des cases nettes, carrées ou rectangulaires, la structure des pages de Miller crée d’emblée une tension, encore augmentée par la concision des dialogues. Vous êtes en terre spartiate, vos personnages ne peuvent être que laconiques.

La peinture des personnages ne vous laisse pas indifférent non plus. Les gGrecs sont brossés comme de purs guerriers, presques nus, ne portant que leurs armes, une cape rouge, un pagne, leur casque ; Xèrxès, sophistiqué, couvert de bijoux, presque efféminé sur son trône digne de Cléopatre, symbole de l’Orient infini ; son armée comme la masse innombrable de tous les peuples de la Terre, asservis par le tyran, promis à une mort certaine sous les coups des "hommes" de Grèce.

On a accusé Miller de racisme dans cet album. Pointant du doigt le graphisme, certains ont fait ce cette oeuvre une apologie de la race blanche contre les autres nations. Rien de plus faux. Derrière le roi de Sparte, Miller dresse sans complaisance le spectre du fanatique oublieux de toutes les règles, le panégéryste de la fin qui justifie tous les moyens. A l’avidité des Perses répond la rigidité des Grecs, leur besoin de pureté, leur incapacité à concevoir autre chose que la force.

Mais, oubliez les polémiques. Oubliez les batailles stériles.

Je vous invite à aller voir, dès le 21 mars, un film qui va vous raconter, une nouvelle fois, une légende. Replongez-vous dans l’un des mythes fondateurs de notre culture. La Grèce antique nous a laissé un héritage fantastique, des histoires éternelles, des personnages immenses. Je ne peux qu’espérer que le film sera à la hauteur du livre et de l’Histoire.

Puis, quand vous sortirez de la salle de cinéma, allez en librairie et prenez le temps de découvrir le travail de Frank Miller. Dans son genre, c’est un artiste majeur de notre temps. Il n’est pas peintre "classique" mais son oeuvre est magistrale.

Et enfin, si un jour vous passez aux Thermopyles, sur cette terre de Grèce rocailleuse et rude, mais si belle que, de tout temps, des hommes sont morts. pour elle, arrêtez-vous devant le monument. Ayez une pensée pour ceux qui, tout près de là, devinrent immortels par le sang versé. Puis descendez au sud, vers les ruines quasi invisibles de ce qui fut l’une des plus puissantes cités hellénistiques. Et obéissez à cette injonction, cette phrase mythique, cet ordre qui résonne dans le temps.

"Passant, va dire à Sparte que nous sommes morts pour obéir à ses lois."

Manuel Atréide.


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (71 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • jak (---.---.47.254) 12 mars 2007 11:08

    A voir le monde, le combat dure toujours !!


    • erdal (---.---.242.88) 12 mars 2007 11:26

      Bonjour,

      Petite précision, il manque la bande annonce :

      http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18704950&cfilm=57529&hd=1.html

      « tonight, we’ll dine in hell »...

      Ohohohoh, j’attends de voir ça...

      Au faite Sparte était à quel endroit géographiquement ?

      merci pour la réponse...

      codialement

      erdal


      • (---.---.17.121) 12 mars 2007 12:43

        Erdal « Au faite Sparte était à quel endroit géographiquement ? »

        Attention à ta question Erdal ! smiley

        sur AVox, elle n’est pas sans risque. Nous devons pour te répondre avoir l’accord d’Emile Mourey et là c’est pas gagné. Nous préférons donc éviter un sujet si polémique et ne pouvons pas te répondre et je signale même un abus tiens, parcequ’en pleine présidentielle on n’a pas besoin de ça en plus. smiley


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 12 mars 2007 13:59

        Sparte (Lakedemonia, en grec ancien) est dans le centre du Péloponnèse (le truc en forme de main sur la carte). Il n’a pas de port (allusion à Troy, où on voit une falaise dominant un port avec plein de galères dedans, évidemment !).

        J’attends avec impatience cette adaptation, qui est très éloignée des histoires de valeureux guerriers qu’on me racontait quand j’étais petit (j’ai des origines grecques, entre autres). L’album est superbe, et j’insiste : c’est un véritable monument graphique, malgré quelques répliques très « tendance », parfois même « sévèrement burnées ».

        La sauvagerie et la brutalité des combats, les personnages hystériques et violents, les animaux harnachés, les cuirasses surréalistes, tout ceci donne une véritable dimension épique à cette bataille. A bientôt !


      • Gnole (---.---.192.187) 12 mars 2007 21:15

        Sparte... hum sans doute entre l’Atlantide et Gergovie non ?

         smiley


      • Panda (---.---.243.114) 12 mars 2007 11:48

         smiley

        L’auteur a été nourri à « Strange » et « spécial Strange » !

        Il est vrai que Miller à renouveler, en BD, le genre des comics. Son appropriation du personnage de dardevil fut magistrale , donnant une profondeur au personnage qu’il ne connaissait pas avant.

        300 risque bien de faire un carton. smiley


        • Julot (---.---.208.241) 12 mars 2007 12:02

          Perso je n’irais pas voir ce film qui semble être une longue suite de boucherie.

          Je ne regarde pas des hommes se trucider. Ca n’apporte rien.


          • (---.---.234.81) 12 mars 2007 13:36

            « Je vous invite à aller voir, dès le 21 mars, » Oulà attention, ce n’est pas parce que la bd est bien que le film le sera ! Daredevil est une grosse bouse par exemple smiley , et j’ai trouvé le film Sin City très moyen ...


            • (---.---.109.12) 12 mars 2007 14:41

              Ce film est issu de la bande dessinée éponyme, elle-même largement inspirée du péplum « La Bataille des Thermopyles » (1954). J’ai revu ce péplum récemment, c’est une horreur bourrée de clichés et d’anachronismes. Enfin bon, les péplum, on aime ou on n’aime pas...

              La bataille des Thermopyles est un évènement mythique parfait pour une adaptation cinématographique, et j’apprécie l’accent qui semble être porté sur la mentalité spartiate des... euh... Spartiates de l’époque.

              Malgré ça, je n’irais voir ce film que comme un divertissement hollywoodien calibré pour un spectateur type. Il ne faut vraiment pas s’attendre à ce que la fidélité historique s’intéresse à autre chose que les évènements eux mêmes et à certains clichés bien ancrés. J’ai en particulier peur que l’accent donné aux états d’âmes des intervenants n’ôtent tout intérêt au mythe.


              • Vilain petit canard Vilain petit canard 12 mars 2007 16:14

                Vous êtes un peu sévère avec ce film, ce n’est pas une horreur, juste un peplum un peu daté...


              • Vilain petit canard Vilain petit canard 12 mars 2007 16:17

                Tout à fait juste, Demian. Dans la BD, on ne peut pas dire que ça ressorte de façon flagrante, d’ailleurs. Homosexualité suggérée, violence, décors oniriques, le cocktail est prêt... Reste à voir comment ça sortira du shaker la semaine prochaine...


              • (---.---.109.12) 12 mars 2007 16:30

                @vilain petit canard

                Oui, je suis peut-être sévère, mais l’introduction aux lourds sous-entendus anticommunistes, la romance superflue, les techniques de combat invraisemblables pour l’époque, ajoutés aux travers propres à la plupart des péplum m’ont vraiment donné la nausée !

                Et je crains que ces travers soient également présents dans 300...


              • Vilain petit canard Vilain petit canard 13 mars 2007 09:03

                @ IP:xxx.x2.109.12

                Ah ben moi je m’attends à ce que ça soit pire dans « 300 », les bandes-annonces laissent présager une grosse assimilation bien bourrin et très hollywoodienne : d’une part les gentils Grecs, espèces de proto-Américains, qui « se battent pour la liberté (et pour la démocratie, je suppose, dans les films U.S., on combat toujours pour la liberté et la démocratie) », et en face, les abominables hordes barbares des Perses, sortes de trolls proto-Iraniens arabisés et dirigés par une drag-queen dégénérée, avec plein de mutants difformes et génétiquement suspects. La réplique de Leonidas « ce soir nous dînerons en enfer (in hell) » n’a aucun sens historique, elle fleure bon le protestantisme américain, ou plutôt la soupe qui leur en tient lieu dans leurs films.

                Ben oui, faut pas demander plus au cinéma que ce qu’il peut donner. Je suis d’accord avec toi sur les sous-entendus présents dans le peplum, mais bof, ce n’est pas de l’histoire, c’est un spectacle. Encore une histoire de Bien et de Mal qui combattent, c’est éculé, mais l’important, c’est que ça soit bien torché, et ça a l’air de l’être.

                Remarque : je crois que la réplique « alors nous combattrons à l’ombre » est citée par les historiens grecs, mais je n’ai pas les références. Elle serait donc « plus authentique ».


              • Adrien (---.---.175.183) 21 mars 2007 07:38

                La réplique « ce soir nous dinerons en enfer » est directement inspirée d’Herodote. D’ailleurs une réplique très similaire était déjà présente dans le film Alexandre. Cette réplique a au contraire beaucoup de sens historique.

                Et sinon, les spartiates n’étaient pas vraiment des démocrates, au contraire. Il ne faut pas mettre toutes les citées grecques dans le même sac. Les spartiates ont historiquement plutôt le rôle des méchants contre la démocrate Athènes.


              • Julot (---.---.102.82) 25 mars 2007 17:08

                « Cette réplique a au contraire beaucoup de sens historique. »

                Je vois mal en quoi. Oui, on croyait aux enfers (élysée / tartare / plaine de l’oubli) durant l’antiquité... et alors ?

                C’est une phrase typique de bande annonce UD. Vous en entendrez autant avec pirate des caraibes 3.


              • JULOT (---.---.102.82) 12 mars 2007 19:15

                DO NOT FEED THE BLUE TROLL


              • JULOT (---.---.102.82) 12 mars 2007 19:21

                « Le sacrifice des mâles bio-sélectionnés de Sparte a permis aux Grecs européens de survivre aux invasions massives turques et iraniennes, et surtout les a incités à se fédérer pour fonder un nouveau système politique : la démocratie. »

                Mais qu’est-ce qu’il faut pas lire comme *******...

                Vous devriez lire Thucydyde : « la guerre du péloponèse » et Hérodote (même tome dans la pleiade).

                Parce que là, sérieusement, vous ne bvous en rendez sans doute pas compte, mais c’est à hurler de rire. D’autant que vous assimilez les spartiates avec les athéniens...

                Il n’y a jamais eu de démocratie à Sparte. Et la fondation de la démocratie à Athène n’a strictement rien à voir avec les tentatives Perses.


              • Gnole (---.---.192.187) 12 mars 2007 21:19

                Malheureusement mon cher Julot, ce genre de film est fondé sur les bases même d’un manichéisme pointé par l’auteur de cet article... avec une totale absence de connaissance des relations géopolitiques ou l’histoire de l’époque !

                Ca promet d’être navrant... quand on voit comme ils nous ont pourrit Troies, je n’espère même pas m’amuser dans ce genre de films dont la vraisemblence (même pas historique) est le dernier des soucis...


              • Gracian Gracian 12 mars 2007 16:05

                @DW

                ........« fort parfum d’homosexualité masculine »

                Tu croyais que cela pourrait être des lesbiennes en drag ?


                • Vilain petit canard Vilain petit canard 12 mars 2007 16:18

                  Ah zut mon commentaire ne sort pas au bon endroit. Il n’ont toujours pas réglé ce bug, à Agoravox ?


                  • (---.---.162.15) 13 mars 2007 13:52

                    Non, ce serait pourtant la moindre des choses. Comme d’avoir une véritable prévisualisation des messages. Incompétence technique ou jemenfoutisme ? Les deux, j’ai l’impression...

                    Am.


                  • (---.---.82.4) 12 mars 2007 16:29

                    Sparte n’a rien laissé , ni art , ni culture ...tout juste quelques ruines... la preuve qu’une société éliminant les plus faibles , magnifiant la force et la « pureté » se condamne elle même à l’oubli.... Réfléchissons à nos tentations eugénistes , à nos petits bébés (avortés)sacrifiés sur l’autel de la « qualité de vie » ...


                    • Clopin (---.---.235.20) 12 mars 2007 18:55

                      Tu dis que Sparte n’as rien laissé alors qu’un film sur l’histoire du sacrifise de leur roi viend de sortir... c’est pas un peu contradictoire ?

                      Une trace dans l’histoire, ce n’est pas forcement un monument ou une oeuvre d’art, mais c’est surtout une culture. La culture du courage de Sparte reste dans les mémoires plus de 2000 ans aprés leur anéantissement.

                      Crois-tu que l’on parlera encore de Chirac ou Bush dans 2000 ans ?


                    • Gnole (---.---.192.187) 12 mars 2007 21:22

                      Evènement sans doute largement romancé par des auteurs certainements pas spartiates (pratiquement aucune littérature de Spartes n’est arrivé à nos jours) et très longtemps après les faits. Spartes n’existe dans l’histoire pratiquement que par des faits relatés par d’autres civilisations grèques... c’est pas vraiment ce qu’on peux appeler une réussite historique...


                    • Julot (---.---.208.241) 13 mars 2007 09:55

                      De plus, les romains, qui reprenaient à leur compte ce qu’il y avait de plus efficace chez les autres peuples, ne se sont guère inspirés de Sparte.

                      Ils ont beaucoup plus admirés Alexandre le Grand, qui d’un royaume plus petit, à non seulement latté les perses, mais à batit un gigantesque empire.

                      La retraite des 5000 aussi a marqué.


                    • Romain Baudry 12 mars 2007 16:35

                      La réplique spartiate qui tue :

                      « Les Perses sont si nombreux que leurs flèches masqueront le soleil ! »

                      « Nous nous battrons à l’ombre. »

                      Je ne m’attends pas à ce que 300 soit un film véritablement génial, mais le spectacle et la démesure seront certainement au rendez-vous et, de temps en temps, cela peut me suffire.


                      • Rébus (---.---.158.23) 12 mars 2007 18:09

                        Je ne sais pas ce que vaudra le film, mais, les extraits, au moins visuellement, ont l’air intéressants.

                        De plus, en fan de Miller, j’irais le voir. ce monsieur est un grand de la Bd, même si pas trop reconnu dans nos vertes contrées et, ses révisions de Daredevil et Batman ont été grandioses. Simplement, je pense qu’il a pu aller plus loin sur Batman car ce relooking est venu plus tard que celui de DD


                        • Léonidas Fine Chocolate (---.---.71.55) 12 mars 2007 18:18

                          Le sacrifice des mâles bio-sélectionnés de Sparte a permis aux Grecs européens de survivre aux invasions massives turques et iraniennes, et surtout les a incités à se fédérer pour fonder un nouveau système politique : la démocratie.

                          Ce film résistant remet les choses en place et prépare l’inconscient collectif des jeunes générations occidentales à la prochaine guerre de civilisation persique : sauvons Sainte-Sophie et la mémoire des Arméniens, libérons Constantinople et la Crète vilement occupées !

                          L’histoire officielle est une sélection raccourcie-orientée pour dissimuler les vérités qui dérangent et ainsi manipuler les esprits.


                          • (---.---.209.2) 31 mars 2007 16:14

                            « Le sacrifice des mâles bio-sélectionnés de Sparte »

                            Ils étaient tous de la jaquette, vos mâles.


                          • erdal (---.---.242.88) 12 mars 2007 20:15

                            @Julot

                            Faudrait réflechir avant de sortir de pareille ânerie :

                            par JULOT (IP:xxx.x03.102.82) le 12 mars 2007 à 19H21

                            « Le sacrifice des mâles bio-sélectionnés de Sparte a permis aux Grecs européens de survivre aux invasions massives turques et iraniennes, et surtout les a incités à se fédérer pour fonder un nouveau système politique : la démocratie. »

                            erdal


                            • Julot (---.---.208.241) 13 mars 2007 09:46

                              @erdal

                              Tu ne sais pas lire, je ne suis pas l’auteur de ce post. Et j’ai précisemment posté un message qui le critique.

                              Lunette afflelou diponible chez tous les bons opticiens.


                            • erdal (---.---.242.88) 13 mars 2007 12:44

                              @Julot

                              Quand tu reprends des termes précise l’auteur...

                              saluatation

                              erdal


                            • Julot (---.---.208.241) 13 mars 2007 15:28

                              @erdal

                              C’est un bug d’agoravox qui a fait apparaitre mon commentaire au dessus du message initial. Ca fait des lustres que ce problème a été remonté.

                              Autant pour moi.


                            • sparte (---.---.254.253) 12 mars 2007 20:59

                              Il ne faut pas oublier que dans la guerre entre Sparte et Athène c’est Sparte,la dictatoriale,qui a gagné sur Athène,la démocrate. A méditer. Nos démocraties actuelles sont elles trop faibles ? Platon déjà nous a averti que la démocratie mène à la tyrannie. Voir Hitler ou Khomeiny.


                              • les massacres de Scio (---.---.212.106) 12 mars 2007 22:23

                                Les Turcs ont volé la Crète et l’Anatolie à nos alliés Grecs.

                                De Napoléon à Alexandre, de Ben Laden à Georges Bush, d’Hitler à Staline, les dictatures guerrières ont toujours écrasé les démocraties éclatées.

                                La France débarrassée des rétrocomissionnaires des frégates de Taiwan, devrait envahir Monaco et rayer cet état félon (Taxi 4) de la carte de même que ce chancre de Clearstream hébergé par le Luxembourg.


                                • Julot (---.---.208.241) 13 mars 2007 09:53

                                  Parce que vous avez vu des démocraties quelque part ? Ou ca, en quel temps ?

                                  Combien de temps à duré la démocratie athénienne par exemple... à une époque ou les empires duraient plusieurs centaines d’années sinon 1000 ans.


                                • Lettre persanne (---.---.222.80) 13 mars 2007 05:23

                                  Bof, les histoires ringardes de propagande nationaliste, même esthétisées, sont trop de trop mauvais goût pour être appréciées.

                                  D’ailleurs ca peut faire des dégâts. J’avais lu « Va dire à Sparte » quand j’étais adolescent, et si je n’avais pas continué en d’autres lectures, voyages et rencontres d’autres cultures et points de vue, je serais toujours resté au premier degré nauséabond de nous sommes les gentils et en plus super forts et ils sont les méchants, et en plus super nombreux.


                                  • Julot (---.---.208.241) 13 mars 2007 09:51

                                    Bien d’accord. Il y a un relent nauséabond dans ce film, dont les valeurs auraient surement plus à Mussoline, lequel faissait réaliser des films de la même teneur (« Scipion l’africain » par exemple).

                                    Apologie du sacrifice, de la guerre, etc. Présentation du méchant comme un « basané », comparativement à la pureté de la race blanche, etc.

                                    Curieux la fascination que ce discours éveille chez certain. N’auraient-ils pas pris leur abonnement au cirque romain en d’autre temps...


                                  • Emile Mourey Emile Mourey 14 mars 2007 09:48

                                    > Petite mise au point par E. Mourey, suite aux critiques qui m’ont été faites après l’article « AgoraVox doit-il se remettre en question ? » du 28 février et dont je viens de prendre connaissance.

                                    par Horemheb (IP:xxx.x17.225.180) le 1er mars 2007 à 05H46

                                    - Et puisque je vais m’appliquer les principes que j’ai défendu dans mon précédent post, je vais préciser en essayant d’être pédagogique pour les lecteurs qui n’ont pas tout suivi. E. Mourey prétend entre autre : que Moïse était un groupe de prêtre d’Osiris en lutte contre les prêtres d’Amon (je rappelle que rien à part la bible et ses commentateurs ne nous parle de Moïse en histoire, et que la bible, ni Flavius Josèphe ne dit qu’il était prêtre d’Osiris.

                                    Ma réponse, je cite : « On dit que le prêtre d’origine héliopolitainne qui leur donna une constitution et des lois, appelé Osarseph[155], du nom du dieu Osiris adoré à Héliopolis, en passant chez ce peuple changea de nom et prit celui de Moïse. » (Flavius Josèphe, contre Apion , XXVI). »

                                    - et d’autre part que la religion égyptienne est syncrétique, gérée par des fonctionnaires, et que les dieux ne s’opposent pas les uns les autres, comme les curés des églises nommées St Etienne ne s’opposent pas aux églises nommées St Vincent).

                                    Ma réponse, je cite : « Alors les Hiérosolymites, qui avaient envahi le pays, renversèrent les villes, incendièrent les temples, égorgèrent les prêtres, en un mot ne reculèrent devant aucun crime ni aucune cruauté. 265 Le fondateur de leur constitution et de leurs lois était, d’après notre auteur, un prêtre originaire d’Héliopolis, nommé Osarseph du nom d’Osiris, le dieu d’Héliopolis, mais il changea de nom et s’appela Moysès. 266 Treize ans plus tard - c’était la durée fixée par le destin à son exil - Aménophis, suivant Manéthôs, arriva d’Éthiopie avec une armée nombreuse, attaqua les Pasteurs et les impurs, remporta la victoire, et en tua un grand nombre après les avoir chassés jusqu’aux frontières de la Syrie[158]. (Flavius Josèphe, contre Apion ,XXIII). »

                                    - que les tombes troglodytes de Petra ont été construites par les Hébreux de retour d’exode (elles ont en fait été construites par les Nabatéens plus de 700 ans après la date supposée de l’exode, et c’est prouvé à la fois par l’archéologie, l’histoire de l’art et les inscriptions sur les sites).

                                    Ma réponse, je cite le passage incriminé : « ...bref toute une architecture et une sculpture qui font penser à un acte de naissance égyptien qu’on ne peut attribuer, en toute logique, qu’à Moïse et à ses troupes (je n’ignore pas que ce que je viens d’écrire est contraire aux interprétations archéologiques qui ne font remonter les plus anciens vestiges qu’à quelques siècles avant J.C.). »

                                    - que la citadelle médiévale du Crest près de Clermont-Ferrand date de l’époque gauloise.

                                    Ma réponse, je cite le passage incriminé : « Et puis, il y a des vestiges qui crient leur authenticité, des murs écroulés à foison, des vestiges de tours, des restes de porte antique qui sont toujours là ou qu’on retrouve dans des vieux dessins ou dans d’anciennes sculptures... »

                                    - que l’Atlantide était au Crest...

                                    Ma réponse, je cite les passages incriminés : « Je ne retiens que la partie vraisemblable du récit (de Platon). Il est bien évident que Platon s’échappe ensuite dans son « monde des idées » pour imaginer une cité idéale » et « S’il tombe sous le sens que la Gergovie de Napoléon III ne pouvait être la cité qui se dressa jadis contre Athènes, en revanche la Gergovie du Crest, oui, cent fois oui ! » et dans un article refusé : « J’en déduis que c’est bien cette image (Gergovie/Le Crest) que le philosophe/poète a magnifiée jusqu’à en faire une image idéale, selon lui, de la cité à construire. »

                                    - que les Gaulois/ Atlantes sont les héritiers des Hébreux.

                                    Je n’ai pas trouvé le passage incriminé.

                                    - Comment qualifier ces questions d’intéressantes ? Cela m’épate que certains aient du mal à ne pas voir qu’il s’agit de délires.

                                    « épate », « délires » : je ne vois pas quelle réponse je puisse faire.

                                    E. MOUREY, le 13 mars 2007.


                                    • Manuel Atreide Manuel Atreide 14 mars 2007 17:07

                                      Cher Monsieur Mourey ...

                                      Pouvez vous me donner le rapport entre ce long commentaire qui porte sur vos papiers et celui ci qui parle d’un film ?

                                      Ce genre de discussion peut et doit avoir lieu dans le fil de commentaires portant sur vos articles, evitez donc de passer pour un troll en vous répandant partout.

                                      Amicalement

                                      Manuel Atréide.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès