• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Peter von Poehl : le grand blond à la guitare

Peter von Poehl : le grand blond à la guitare

Le musicien, compositeur et chanteur suédois, Peter von Poehl, vient de sortir son premier album « Going where the tea trees are ». Tout ce qu’on trouve à dire : magnifique.

Au premier abord, on pourrait croire que Peter von Poehl sort tout droit d’une campagne publicitaire de GAP ou de H&M. Mais ce serait limiter son talent. Car si ce bellâtre dandy vient tout juste de signer son premier opus, il n’en est pas à son premier coup d’essai. Peter est un homme qui a vécu dans l’ombre de personnalités « arty » comme Michel Houellebecq, Bertrand Burgalat ou encore Alain Chamfort, et qui a fait ses armes dans les salles de concerts et studios de la capitale.

Avant de se lancer dans l’écriture de son propre album, Peter était guitariste dans le groupe rock AS Dragon -les poulains de Bertrand Burgalat (pour situer un peu). Alors, de l’expérience, il en a. Puis il s’est tourné vers le song-writing avec son acolyte Doriand et tous deux ont composé une chanson pour Lio, Les hommes me vont si bien. Fort de ces nombreuses collaborations, notre Peter commence à trouver le temps long, et se demande s’il ferait pas mieux de s’occuper un peu de lui.

Et alors qu’on était habitué à le voir au fond de la scène, Peter nous sort un album sorti de nulle part. Depuis, il a fait son petit bonhomme de chemin, n’oubliant pas sa guitare en route. Going where the tea trees are nous emmène vers les terres lointaines, dans les forêts profondes de la Suède. Des mélodies douces et rassurantes qui vous enveloppent et nous réchauffent dans ce froid nordique. Et on imagine très bien cet artisan du son cristallin s’enfermer pendant des mois dans sa cabane servant de studio, loin de la ville bruyante et hystérique.

Going where the tea trees are est une boîte à musique renfermant douze petites merveilles, exquis mélanges de pop et de folk, rappelant le duo versaillais Air sur leur album Virgin Suicides, et allant puiser quelques notes chez le groupe allemand the Notwist, les mélodies et la voix chez l’acteur et musicien Vincent Gallo, chez l’ancien guitariste des Smashing Pumpkins James Iha, ou encore chez le solitaire Sean Lennon. Un album intimiste et enivrant, jonché de douces mélodies, susurrées d’une voix calme et féminine. En fait, la comparaison est facile, soit, mais l’album de Peter von Poehl est comme un mobilier Ikea : un style épuré et moderne, sobre mais original, sans fioritures ni artifices, et qui mettra tout le monde d’accord.

Peter von Poehl - Going where the tea trees are

www.petervonpoehl.com

www.totoutard.com

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

unknown


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires