• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Philippe Castro, SG du Conseil culturel de l’UPM : un amoureux (...)

Philippe Castro, SG du Conseil culturel de l’UPM : un amoureux déclaré de la Méditerranée !

Philippe Castro est depuis le mois de mai 2010 le nouveau Secrétaire général du Conseil culturel de l’UPM, que préside Renaud Muselier. Pour ce serviteur de l’Etat qui a déjà derrière lui plusieurs années d’action au Ministère de la culture, cette nouvelle mission ne représente certes pas un simple « poste de plus » dans une carrière… « Entre la Méditerranée et moi, on peut parler d’amour, oui ! » déclare-t-il en effet sans détour. Rencontre…

Photo ci-dessous : Philippe Castro, Secrétaire général du CC UPM, dans l’un des salons de l’Hôtel Marigny (Paris), siège du Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée, que préside Renaud Muselier. © leJmed.fr - juillet 2010


Cet amour de la Méditerranée qu’il revendique haut et fort, Philippe Castro l’a tout d’abord hérité de ses lointains ancêtres, dont certains originaires de Galice – province maritime du nord-ouest de l’Espagne, antique Gallaecia romaine – et, plus directement encore, de sa maman, italienne de Livourne, ce port de Toscane où jaillit la Renaissance, cette Toscane qui n’est autre que l’antique terre des Étrusques, les authentiques fondateurs de Rome.

« Vous savez, nous confie Philippe Castro, parmi tous ces Etrusques et Toscans célèbres, il y en a un qui m’est particulièrement cher, c’est Caïus Silvius Torpetius… Natif de Pise, tout près de Livourne, brillant officier, il fut choisi par l’Empereur Néron comme intendant de son palais. Mais, il fut décapité après avoir été converti par Saint Paul. Son corps fut mis dans une barque, à l’embouchure de l’Arno… Poussée par le courant, la barque vint s’échouer, le 17 mai de l’an 68, sur le rivage qui, en hommage au martyr, allait prendre plus tard le nom de… Saint-Tropez ! »

Saint-Tropez, justement, jumelée avec Pise, bien sûr, perle de la Méditerranée provençale et universellement connue pour ses paillettes estivales et ses vedettes de cinéma, est un lieu cher au cœur de Philippe Castro, qui, de 1997 à 2003, fut le collaborateur du député-maire de la ville, Jean-Michel Couve. Mais, plus que les paillettes, c’est l’enracinement de Saint-Tropez dans l’Histoire de la Méditerranée qui a toujours touché Philippe Castro, lui qui avait dédié son mémoire de maîtrise d’Histoire aux relations judéo-chrétiennes dans la Catalogne du XIIIe siècle du roi Jaume el Conqueridor…

« En fait, nous dit Philippe Castro, je réalise que la Méditerranée a presque toujours constitué le fil conducteur de mon action professionnelle… Ainsi, à partir de 2004, alors que j’étais conseiller au cabinet du Ministre de la culture Renaud Donnedieu de Vabres, j’ai pris en charge les questions de dialogue entre les cultures et la lutte contre les exclusions. Je me suis aussi occupé plus particulièrement de la « Mission Tolérance », une campagne d’actions contre l’intolérance dans les établissements publics culturels.… »

Et puis, toujours au Ministère de la culture, Philippe Castro est l’un des maîtres d’œuvre, en 2006, de la première « Journée des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions », tout en participant à la création de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, inaugurée en 2007. <br>
A l’arrivée de Christine Albanel, en 2007, Philippe Castro devient conseiller pour la diversité culturelle et la démocratisation de l’accès à la culture. Il est en parallèle chargé de la francophonie et de l’Outre-mer, et assure la coordination de l’année européenne 2008 du dialogue interculturel…

C’est donc un homme aux états de services très culturels et « maritimes » qui est aujourd’hui à la manœuvre pour conduire à bon port l’action du Conseil culturel de l’UPM. Et les projets ne manquent pas !…

La labellisation d’initiatives issues de la « société civile »

« Le 7 juillet dernier, précise Philippe Castro, le Comité stratégique du Conseil a validé une trentaine de projets, dont dix-huit très importants. Présidée par Renaud Muselier en personne, cette réunion à laquelle a participé la quasi-unanimité des conseillers, venus des trois rives de la Méditerranée, poursuivait un double objectif : établir un bilan de la première année d’activités du Conseil culturel et tracer les grandes lignes de son action à venir.

Parmi les grands projets structurants validés, je citerai celui de MAARIFA – « savoir » en arabe –, qui vise à renforcer la production de programmes audiovisuels éducatifs au bénéfice des diffuseurs de la Méditerranée et du monde arabe.

L’enjeu d’un tel projet est de permettre aux télévisions du sud de la Méditerranée d’offrir aux jeunes, qui représentent 45 % de la population, l’accès aux nouveaux médias de la connaissance. Bien sûr, tous les autres projets aussi sont intéressants, et nous en avons publié la liste complète sur notre site, afin d’éclairer notre démarche »


Valider, ou plutôt attribuer le label du CC UPM à un projet, nous explique Philippe Castro, n’ouvre pas « automatiquement » une ligne de crédit de financement. En revanche, le label vaut comme une marque de reconnaissance de l’intérêt et de la qualité d’un projet, ce qui peut faciliter la recherche de financements au porteur du projet. Une recherche à laquelle le Conseil culturel peut d’ailleurs apporter son concours via, éventuellement, des mécénats de compétences avec des partenaires privés, comme Suez Environnement, Veolia, la SNCF ou encore l’Industrial Modernization Center (IMC) égyptien, premières entités à avoir apporté leur soutien à l’action du CC UPM.

Le processus de labellisation obéit bien sûr à un certain nombre de critères : d’abord se trouver en adéquation avec la Charte des valeurs du CC UPM, mais aussi s’inscrire dans le programme thématique pluriannuel, viser un large public, impliquer au moins trois pays méditerranéens…

Le Conseil culturel à la manœuvre…


Aussi importante soit-elle – car elle concerne essentiellement des projets issus de la « société civile » – la mission d’expertise, d’enrichissement, de validation et de labellisation des projets n’est pas pour autant la seule qui incombe au Conseil culturel, qui a déjà pris et réalisé plusieurs initiatives d’envergure, la plus récente étant l’organisation, du 2 au 4 juin, du Forum-exposition du Caire, consacré à la valorisation des métiers d’art et de l’artisanat en Méditerranée, qui a rencontré un grand succès, et dont une édition 2011 est d’ores et déjà en chantier, avec la Tunisie.

« Un autre projet d’envergure, relève Philippe Castro, mené à bien dès 2009 par Cécile Longé, mon prédécesseur, a été, grâce au soutien de notre partenaire SNCF international, l’acheminement jusqu’à la Bibliotheca Alexandrina de 500 000 livres, don de la Bibliothèque nationale de France [ici lien vers article déjà publié]. De ce fait, la Bibliotheca Alexandrina est devenue celle qui recèle le plus de livres en français de toute la Méditerranée… »

Et puis, il faut aussi citer les « Mardis de Marigny », rencontres autour d’un thème d’intérêt méditerranéen : la condition des femmes, la remise des Prix littéraires Méditerranée 2010

Visions et actions d’avenir

« Ces Mardis de Marigny, souligne Philippe Castro, sont l’une de activités que nous allons consolider et développer. Ces “causeries”, par leur côté volontairement peu formel, rencontrent un grand succès… Aussi nous avons déjà programmé un prochain « Mardi de Marigny » pour l’automne, à une date qui reste à préciser, mais dont le thème est déjà fixé : les éléments communs entre les différentes cuisines méditerranéennes, dont on peut d’ailleurs remarquer qu’elles illustrent parfaitement un concept dont nous sommes porteurs, avec bien d’autres, celui de “l’unité dans la diversité”…  ».

« Plus largement, précise Philippe Castro, notre action d’avenir vise le renforcement et l’élargissement de nos partenariats, publics ou privés, avec les acteurs jouant un rôle dans l’espace méditerranéen : UNESCO, Union européenne, ALECSO, OIF, partenaires de terrain dans les différents pays, représentants de Marseille Provence 2013 – capitale européenne de la Culture, certes, mais aussi notre capitale de “la diversité” en Méditerranée – etc. Et au plan franco-français, je vais aussi m’efforcer de réunir régulièrement les différents partenaires ministériels impliqués dans la mission du Conseil culturel, cela afin de dégager plus de synergie entre nous, par la meilleure connaissance des actions respectives des uns et des autres ».

Concrètement, parmi les projets actuellement en chantier, on relèvera la place faite aux thématiques féminines : préparation d’un colloque universitaire sur « La fonction maternelle dans l’aire méditerranéenne : histoire, théories, pratiques » ; « Femmes de la Méditerranée, entre tradition et modernité », projet qui vise à offrir aux élèves des établissements français du Bassin méditerranéen, et à tous les autres qui s’y intéresseront, un espace de recherche et de création – textes et productions visuelles – autour de ce thème, et les meilleurs projets feront l’objet d’une exposition et de la publication d’un ouvrage.

« Il y a vraiment beaucoup de projets ! s’exclame Philippe Castro. On ne peut les citer tous, mais je vais tout de même en signaler plusieurs, afin de témoigner du foisonnement et de la richesse des propositions. Ainsi, par exemple : la création d’un Festival du cinéma méditerranéen ; la création d’un orchestre de jeunes musiciens professionnels des deux rives ; l’édition, dès septembre prochain, d’une planche pédagogique Deyrolle sur le thème de l’olivier, et qui présentera l’arbre symbole de la Méditerranée dans sa dimension patrimoniale et identitaire, mais aussi environnementale et économique ; la création d’une Ecole Internationale de l’Architecture Méditerranéenne à Tanger (EMAT) ; l’organisation d’une rencontre annuelle des créateurs méditerranéens, à Tunis, le « Festival Design et mode » ; la création d’un « Festival de la photographie méditerranéenne », qui verra le jour dès mai 2011 à Sanary-sur-Mer, et bien d’autres projets encore…

Tous ne se concrétiseront peut-être pas, certes, et d’autres apparaîtront au fil des mois. Mais, quoi qu’il advienne, tous ces projets attestent la pertinence du concept d’Union pour la Méditerranée. En illustrer la dimension culturelle, c’est précisément notre mission… Nous sommes et voulons être des passeurs entre les cultures de deux rives ! Et pour un amoureux de la Méditerranée, tel que je le suis, participer à cette formidable aventure est un grand bonheur, une joie de chaque jour ! ».

© Alfred Mignot pour leJMED.fr



La bio-express de Philippe Castro

Secrétaire général du Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée
 
Titulaire d’une maîtrise de Sciences Politiques et d’un DESS de Communication Politique et Sociale, Philippe Castro rejoint le rectorat de Paris de 1987 à 1990. Il est attaché auprès du Directeur des Services académiques, en charge des relations extérieures et des relations avec les parlementaires.
 
Il prend ensuite la fonction de Directeur de la Communication et des Relations Publiques du syndicat d’agglomérations nouvelles du Val d’Europe (le secteur d’implantation d’Eurodisney) jusqu’en 1993.
 
De 1993 à 2003, il est successivement attaché parlementaire d’André-Maurice Pihouée, Député de la Réunion puis de Jean-Michel Couve, Député-Maire de Saint-Tropez et rapporteur du budget Tourisme.
 
En 2003, il entre au ministère de la Culture et de la Communication, en tant que conseiller technique chargé du Parlement et des relations avec les élus, au cabinet de Jean-Jacques Aillagon.

À partir de 2004, Philippe Castro prend en charge les questions de dialogue entre les cultures et la lutte contre les exclusions au cabinet de Renaud Donnedieu de Vabres. Il s’occupe plus particulièrement de la « Mission Tolérance », une campagne d’actions contre l’intolérance dans les établissements publics culturels. Il lance également la première Journée des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions et participe à la création de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

À l’arrivée de Christine Albanel, en 2007, Philippe Castro devient conseiller pour la diversité culturelle et la démocratisation de l’accès à la culture. Il est en parallèle chargé de la francophonie et de l’Outre-mer. Il assure la coordination de l’année européenne 2008 du dialogue interculturel et participe à la mise en place des Etats Généraux de l’Outre-mer.

De juin 2009 à mai 2010, il est chargé de mission auprès du Secrétariat Général du ministère de la Culture.

Mai 2010 : Philippe Castro est nommé secrétaire général du Conseil culturel de l’Union pour la Méditerranée.
 
Sa mission sera d’accompagner tout projet ou réalisation qui contribuerait à donner une dimension culturelle à l’action de l’Union pour la Méditerranée, au sein du Conseil culturel, présidé par Renaud Muselier, ancien ministre, Député des Bouches du Rhône, vice-président de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale et Délégué spécial au sein de l’équipe municipale de Marseille pour « Marseille, capitale européenne de la Culture 2013 ».
 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • COVADONGA722 COVADONGA722 2 septembre 2010 14:19

    yep on nous avait promis une task force ump sur le net ya pas pour du lourd c est du lourd
    ça rappelle les « jours de france » de Dassaut je parle du vieux hein !la pointure :pas le rejeton


    • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 2 septembre 2010 18:04

      UPM c’est bien ce machin pour lequel on organise des réceptions somptuaires au frais des citoyens ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès