• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Pina Bausch s’en est allée

Pina Bausch s’en est allée

Ce [mardi] matin est morte Pina Bausch, la danseuse et chorégraphe du Tanztheater Wuppertal. Une mort rapide inattendue juste cinq jours après un diagnostic de cancer. Dimanche encore, elle était avec sa Compagnie sur la scène du Wuppertaler opéra.
Pina BauschC’est par ces mots simples, un court communiqué publié sur le site de Pina Bausch que j’ai appris dans la journée le décès de cette femme dont j’ai tant aimé l’oeuvre. j’ai eu la chance de voir plusieurs de ses chorégraphies sur la scène du Théatre de la Ville à Paris. j’avais encore eu la chance de voir sa dernière création, cette saison. J’y avais retrouvé cette netteté de la danse, ce regard sans complaisance mais sans brutalité désormais, cette volonté de faire avec un minimum, juste le nécessaire.
 
La danse de Pina Bausch lui ressemblait. Fine, dépouillée, parfois furtive, elle se livrait totalement dans la chorégraphie sans jamais faire d’esbroufe ni d’épate. Elle avait ce génie de me prendre et de m’extraire de la réalité pour me faire voyager dans ses mondes, le temps d’une heure et demi à deux heures de danse claire et limpide. J’avais depuis longtemps envie de voir son travail sur scène, je n’avais pu concrétiser ce désir que depuis 3 ou 4 ans.
 
C’est désormais terminé. Bien sur, il nous reste ses oeuvres. Les chorégraphies de Pina Bausch seront sans doute encore dansées dans l’avenir. Et au vu du génie dont elle a su faire preuve, l’exécution sera j’en suis sûr, impeccable. Mais désormais, nous ne pourrons plus avoir le bonheur d’attendre, en fin de spectacle, le passage rapide et presque timide de cette femme qui venait saluer le public et ses danseurs avant de s’éclipser pour mieux laisser la place à celles et ceux qui avaient interprété son travail.
 
J’ai manqué de peu l’année dernière une représentation d’Orphée et Eurydice à Epidaure en Grèce, un opéra de Glück sur lequel elle avait créé une superbe chorégraphie. Mes regrets avaient été forts, alors. Je le regrette plus encore aujourd’hui.
 
Je ne suis pas très bon pour les hommages. Mais je n’avais pas envie de rester silencieux face au départ de cette femme qui m’a donné tant de plaisir par son travail. L’année dernière, j’avais conclu un billet par une déclaration. Je la confirme aujourd’hui. Je vous aime Pina Bausch. Merci, mille fois.
 
Manuel Atréide

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Nicole 30 juin 2009 19:21

    Merci pour ce très bel hommage à une grande dame.


    • Gül 30 juin 2009 20:59

      Cette information me semble tellement invraisemblable !

      Merci de votre hommage à l’une des plus grandes chorégraphes de ces temps modernes.

      Je regrette.


      • WOMBAT 30 juin 2009 21:26

        Atterré par la nouvelle...Pour ceux qui auraient des réticences à propos de l’importance et du talent de Pina Bausch, disons que l’on peut sans crainte d’exagération la placer sur le même pied qu’un Shakespeare ou qu’un Molière.


        • gagnepetit gagnepetit 30 juin 2009 21:27

          Jamais plus ! Fait chier ! Faudra rêver d’ailleurs, avec d’autres.


          • Anakin Skywalker 30 juin 2009 23:18

            Un hommage qui a du être rapidement rédigé, au vu des circonstances, mais qui n’en trouve pas moins les mots et le ton justes.


            • claude claude 1er juillet 2009 00:14

              merci manuel, pour cet hommage, simple et tendre.

              dimanche soir, arte rendra un hommage à pina baush :

              • Arte change sa programmation dès dimanche prochain en diffusant à 17h10 l’opéra Orphée et Eurydice que Pina Bausch a mis en scène à l’opéra Garnier en 2008. Ensuite la chaîne culturelle diffuse Biographie Pina Bausch, un documentaire qui revient sur la vie de la grande chorégraphe.
              un dernier rendez-vous pour ceux qui l’ont admirée et aimée.

              • Arcane 1er juillet 2009 12:15


                Merci pour cet hommage nécessaire.


                • Jean-Paul Doguet 1er juillet 2009 14:14

                  Je ne savais pas du tout qu’elle était morte. Honnêtement je n’appréciais pas beaucoup sa danse, d’autant plus qu’avec le temps le théâtre avait fini par y faire disparaître la danse. Mais de mortiis nihil dicendum nisi bene. Et puis c’est vrai qu’elle était importante.


                  • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 1er juillet 2009 18:44

                    La force de Pina Bausch, c’était de respecter chacun des danseurs dans leur singularité pour qu’un ensemble chorégraphique soit la somme d’une multitude de personnalité, et acquière, par là même, une puissance et une résonance universelle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès