• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Pink Floyd, une approche « théâtrale » de la scène rock

Pink Floyd, une approche « théâtrale » de la scène rock

Pink Floyd reste l’un des groupe les plus plébiscités de la planète rock. Les places de concerts se vendent en temps records, même après le départ du « leader » bassiste Roger Waters. Car le Floyd sur scène c’est avant tout un véritable spectacle sonore et visuel. Le groupe fut d’ailleurs l’un des premiers à rechercher une approche plus « théâtrale » grâce aux jeux de lumières et aux fumigènes. Quand on pense au Floyd en live, on imagine tout de suite à la méga boule de spot de dix mètres de haut, au mur de projecteurs qui devance la scène, ou encore aux avions et autres marionnettes qui surgissent

Pour tout cela, le Floyd reste un "groupe à part".

Certes de nombreux groupes issuent des sixties ou des seventies jouissent de la même adoration. Des Stones en passant par McCartney, ils sont beaucoup à bénéficier d’ une réputation qui amasse les foules à leur concert. Mais bien loin du nombrilisme scénique de Jagger qui se trémousse comme un diable ou de la "fraternité" qui règne dans la salle d’un concert de McCartney, le Floyd à toujours préféré en "foutre plein la vue" sans pour autant user de leur personne. Vous ne verrez jamais Gilmour quitter son micro, ou Waters sauter partout !

Né dans le Royaume-Uni des années hippies, le groupe est l’inventeur du "Rock Spatial". Agrémentée de longues parties instrumentales, leur musique dite "expérimentale" (un terme alors réservé aux jazzmen) fut en partie inspiré par leur premier "leader" Sid Barrett, évincé dès le premier album parce devenu incapable de jouer deux notes en partie à cause de ses prises démesurées de LSD, il sera remplacé par le guitariste David Gilmour. Bien meilleur technicien que son prédécesseur, il acquéra rapidement sa plase au sein du groupe, et deviendra vite le chanteur principal et un compositeur très productif.

C’ est ainsi que naîtra le premier opus The Piper At The Gates Of Daw,Astronomy Dominé dont reste plus représentatif de l’orientation musicale du groupe : une musique inconnu, parfois étrange et effrayante. Les albums qui suivront ne feront que conforter le groupe dans cette trajectoire spatiale : seul le troisième album intulé More nous fera découvrir les ballades de Waters, et la jolie voix de Gilmour. Premier opus

Atom Heart Mother et Middle apporteront la touche conceptuel. Le groupe continuera sa "gestation" et finira par sortir un disque qui reste parmis les plus vendus et écoutés de l’Histoire : The Dark Side Of The Moon. Avec cet album, Pink Floyd adhère au statut de star internationale, gagne trop d’argent au point d’en perdre dans des placements douteux (s’obligeant à assumer une tournée sponsorisé par la marque Gini  !), découvre le concept du tube avec le titre Money et comprend que tout va changer !
Wish You Were et ses Shine On Your Crazy Diamonds, Animal et son Dogs, le Floyd réussi le pari de devenir des superstars sans jamais renoncer à "l’exploration" des débuts. Fier de la fortune acquise, il investit dans la quadriphonie, les jeux de lumières et construit de véritables "marionnettes" pour agrémenter les spectacles. Quiconque a eu l’ immense privilège de voir un concert du Floyd dans les années 70 ne l’a jamais oublié !
Et c’est peut-être cela qui détruira le groupe. Waters, en mal de reconnaissance, décide de frapper fort et compose le chef d’oeuvre du groupe. Durant l’enregistrement, il vire d’ abord Rick Wrigt, le clavier, puis Nick Mason batteur. The Wall sort dans la douleur. Mais le succès est immédiat, et le tube Another Brick In The Wall part.2 détrône Money en terme de tube planétaire. Le succès du disque pousse Waters à l’adapter au cinéma, épaulé par Alan Parker qui finira par le virer pendant le montage du film.
Le film, devenu culte, reste une étape importante du rock, au même titre qu’un concert à Woodstock.
Waters, que certains journalistes appellent maintenant "Poète", tentera de dissoudra le groupe en revendiquant le nom du groupe. Gilmour obtiendra gain de cause, et continue d’enchaîner les tournées mondiale avec ses potes Wrigt et Mason sous l’appellation contrôlée "Pink Floyd". Waters connaît une carrière solo plus qu’honorable, partageant l’affiche avec Eric Clapton ou encore Jeff Beck, il finira par enterrer la hache de guerre le temps d’un "Live8" en 2006....
 A noter l’incroyable travail réalisé par Publius et Joshy, ou la vie du groupe jours après jour...


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Arno Arno 21 novembre 2007 12:29

    Tres bel article sur ce groupe mythique. Etant un fan inconditionel, j’ai lu avec beaucoup d’attention. La presentation des personnages, de la musique et des faits sont brefs conmplets...

    Merci bien !


    • TSS 21 novembre 2007 13:50

      le meilleur de pink floyd c’est « pompei » !


      • Jiminix Jiminix 21 novembre 2007 14:50

        Ok pour la période Pompeï, mais de là a dire que c’ est la meilleure !! La période post-« Atom Heart Mother » est le must du psychédélisme, mais le mélange qui suit fera de Floyd LE groupe qui a sorti tellement d’ albums aussi géniaux comme Meddle, Dark Side Of The Moon, Wish You Were Here, Animals et The Wall...et à la suite s’ il vous plaît !


      • Halman Halman 22 novembre 2007 11:12

        Je suis aussi un fan absolu du Pink Floyd.

        J’adore tout ce qu’ils font, à part quelques rares ratés comme Apples and Oranges.

        Je les écoute sans me lasser depuis leurs débuts.

        La guitare bouleversante de Gilmour avec la rythmique de Waters et Mason et les claviers de Wright, un vrai bonheur.

        Quand ils jouent ils s’accordent parfaitement ensemble, à contrario de pas mal de groupes qui jouent chacun dans leur coin.

        Sinon c’est après Piper at the Gates of Dawn que Gilmour a remplacé Barrett, pas avant.

        Autant Waters est effectifement quelqu’un d’extremement cultivé, autant sa crise de folie pour The Wall m’a rendu définitivement méfiant envers ce personnage névrotique. Ce qu’il a dit de ses comparses à l’époque dans des interviews est impardonnable et irrépétable.

        Rien que sa manière de regarder Barrett pendant les concerts et les enregistrements télés en dit long sur le personnage agressif et intolérant et annonce bien la suite des évenements.

        Pour moi la merveille des merveilles ce n’est pas Dark Side of the Moon, beaucoup trop chargé en bruitages assomants, mais Wish You Were Here, bien plus mélodieux et qui est tout simplement sublime en fond musical sur un film pris en planeur ou en avion de chasse.

        Gilmour lui même est pilote. Il a acheté une association d’avions de collection (Intrepid Aviation) dont il pilotait quelques modèles en vols de démonstration dans les meetings.

        Il a même volé sur P51D Mustang, le meilleur avion de chasse américain de 1945.

        C’est peut être ce qui explique que sa musique soit si aérienne et si agréable à écouter.

        Quand à son coté rassembleur et remise sur pieds d’anciens goupes de rock dont les beattles, supertramp ou queen, ça me laisse totalement froid. Il a joué sur scène à Londres avec des Beatles reconstitués pour un soir, il a joué sur des album de Supertramp.

        Par contre, et ça j’adore, il continue à donner des concerts avec la merveilleuse Kate Bush, ça c’est magique.

        Moi l’album Pompeï, pas besoin d’une fumette pour qu’il me fasse planer vraiment très haut.

         smiley


        • Halman Halman 22 novembre 2007 11:15

          Dans un interview récent, Waters dit que l’album Animals est « post pubère » et Atom Heart Motther « une vrai merde à oublier ».

          Sa façon de cracher dans la soupe de ce qu’il a fait avec le Floyd me dégoute.

          Et il dit ça en se marrant.


        • Jiminix Jiminix 22 novembre 2007 11:42

          C’ est vrai que Wish et Shine on ont une « limpidité » incroyable, et que Dark Side a un son bien plus « industriel » même si cela reste un album incontournable. De là a rejeter « Animals » qui est un album exeptionnel...Waters a mal commencé, et mal fini...mais c’ est lui le compositeur principal du groupe... Gilmour, c’ est le « rasta » du groupe. Moi j’ adore ce gars, et son jeu de guitare...rien de technique, tout dans dans la finesse, et le son...SON SON !! smiley merci de vos coms !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires