• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Potier ou samouraï : à quoi bon choisir ?

Potier ou samouraï : à quoi bon choisir ?

Avec « Ugetsu Monogatari » (« Les Contes de la lune vague après la pluie », 1953), le film de Kenji Mizogushi, reste un vrai chef-d’œuvre. A l’époque, la France était en pleine nouvelle vague avec des réalisateurs tels que Rhomer, Godard ou Truffaut. Le Japon, lui, avait ses Kurosawa, Ozu ou Mizogushi. Ils ont créé, à leur manière, une vision avant-gardiste du cinéma. Retour sur une œuvre pour www.radiobistrot.com

affiche-les-contes-de-la-lune-vague-apres-la-pluie-ugetsu-monogatari-1953-2.1207490835.jpeg

Ugetsu Monogatari ? Traduisez : Les Contes de la lune vague après la pluie, a donc été créé en 1953 par Kenji Mizogushi. C’est un pur chef-d’œuvre. Incontestablement l’un des dix meilleurs film du siècle dernier. Tiré de deux nouvelles du recueil du même nom d’Akinari Ueda (publié en 1776), ce film dépeint le destin de deux personnages et de leur épouse, en plein japon féodal.

a-kenji-mizoguchi-ugetsu-monogatari-dvd-review-2804.1207490896.jpegVivant simplement, Genjuro et Tobei vont tout abandonner à cause d’une ambition démesurée. Gendjuro est un simple potier, mais sa volonté de vouloir gagner plus d’argent va le pousser à partir s’installer en ville, tant dit que Tobei lui rêve de devenir samouraï, ce qu’il fera en laissant derrière lui, tout comme Genjuro, femme et enfant, pour vivre une piètre aventure. Ces deux hommes découvriront à leurs dépens, que la vie, les guerres, la société et les hommes sont féroces et que seul le foyer ou l’amour peuvent leur offrir une chance de salut... Ce parcours initiatique va pousser ces hommes à affronter leurs propres peurs et à créer leurs propres valeurs.

film3.1207490959.jpegSur cette base, Kenji Mizogushi va amener le spectateur à voyager, à ressentir, à goûter aux saveurs subtiles de l’esthétisme japonais, à la rythmique douce et lente comme une caresse au travail subtil du grain et du cadre fantasmagorique. images.1207491030.jpeg Il nous montre avec une pudeur étonnante les violences de l’homme, de la guerre, de la vanité, et nous amène tout de suite après dans un univers fantastique où la sensualité est reine. Ce film est un vrai puzzle, comme si chaque pièce devait contenir une beauté individuelle et que réunies celles-ci formeraient un tout encore plus magnifique. L’esthétisme de ce film est donc irréprochable.

uget_r2_5.1207491114.jpegLe travail des lumières est ahurissant car on y retrouve de façon cinématographique le travail du clair-obscur des peintres hollandais (amenant à découvrir, même après plusieurs projections, de nouveaux détails). Les contrastes des noirs profonds et des blancs surexposés amène encore plus loin dans le côté fantastique et étrange de certains passages (au début du film, la navigation en barque sur un lac embrumé). Ces contrastes marquent aussi très bien le visage des comédiens qui deviennent des personnages étranges. On est proche du théâtre kabuki.

Ce qui est impressionnant aussi, c’est de voir à quelle vitesse le spectateur passe de situations de vie normales aux univers fantastiques sans transition, comme si Mizogushi rendait au fur et à mesure du film réel ce qui est immatériel. Il crée des passages entre les hommes, mais aussi entre les morts, entre l’image et le jeu, entre le cadre et le son, mais aussi entre le visible et l’invisible. C’est pour toutes ces raisons que nous vous conseillons de vous trouver au plus vite une version d’Ugetsu Monogatari et profitez un maximum de ce qu’il apporte : du DE-PAY-SEMENT !

kenji.1207493363.jpgKenji Mizoguchi comme réalisateur  : La Rue de la honte (1956), L’Impératrice Yang Kwei Fei (1955), Le Héros sacrilège (1955), Une femme dont on parle (1954), Les Amants crucifiés (1954), L’Intendant Sansho (1954), Les Musiciens de Gion (1953), Les Contes de la lune vague après la pluie (1953, La Vie d’Oharu, femme galante (1952), Miss Oyu (1951), La Dame de Musashino (1951), Mademoiselle Oyu (1951), Le Destin de Mme Yuki (1950), Flamme de mon amour (1949), Les Femmes de la nuit (1948), L’Amour de l’actrice Sumako (1947), La Victoire des femmes (1946), Cinq femmes autour d’Utamaro (1946), L’Epée de Bijomaru (1945) Musashi Miyamoto (1944), Les 47 Ronins (1941), Conte des chrysanthèmes tardifs (1939), L’Impasse de l’amour et de la haine (1937), Les Sœurs de Gion (1936), L’Elégie d’Osaka (1936), La Cigogne en papier (1935), Oyuki la vierge (1935), Les Coquelicots (1935), Le Fil blanc de la cascade (1933), Le Pays natal (1930), La Chanson du pays natal (1925).

Kenji Mizoguchi comme scénariste  : La Vie d’Oharu, femme galante (1952), L’Impasse de l’amour et de la haine (1937), Les Sœurs de Gion (1936), L’Elégie d’Osaka (1936).

Article de Farid Ayelem pour www.radiobistrot.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires