• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Pour la 20e édition des Molières, un Palmarès 2006 sans légende

Pour la 20e édition des Molières, un Palmarès 2006 sans légende

En répartissant les trophées (18 dont 2 ex-aequo) sur un plus grand nombre de pièces (14), la 20e édition des Molières 2006 aurait dû être une cuvée de référence.

Cependant si un mois plus tôt, la liste des nominations avait pu en effet apparaître comme assez représentative de la saison théâtrale 2005-2006, le palmarès donne l’impression finale d’une distribution certes plus étale qu’à l’accoutumée mais surtout assez maladroite en n’ayant pas su ou voulu arbitrer entre les très grands noms à l’affiche.

A l’exception de Judith Magre qui emporte de manière logique le Molière de comédienne ainsi que de Danièle Lebrun et Roger Dumas, ceux des seconds rôles, comment ne pas être surpris dès l’ouverture des récompenses qu’entre Niels Arestrup, Michel Piccoli, Claude Rich, Philippe Torreton, Jean-Louis Trintignant, ce fut un candidat outsider qui les ait départagés d’emblée ?

Certes, c’est le mérite estimable de Jacques Sereys que d’avoir obtenu ce prix pour Du côté de chez Proust, mais ce n’est peut-être pas celui d’une compétition assumée dans toutes ses implications.

Ensuite, il y eut le fameux OTNI (objet théâtral non identifié) La symphonie du hanneton qui décrocha le grand chelem avec quatre Molières pour quatre nominations, c’est du rarement vu ! Rappelons que ce spectacle s’est joué un mois au Théâtre du Rond-Point, du 17 mai au 18 juin 2005, dans une discrétion critique relative mais de toute évidence favorable.

En décrochant la mise en scène, la révélation ex aequo, les costumes et le théâtre public, James Thiérrée, petit-fils de Charlie Chaplin, a monopolisé de fait, dans la surprise générale, mais espérons-le à juste titre, les valeurs emblématiques de cette cérémonie.

Seul allait encore pouvoir émerger, avec deux Molières, Le Roi Lear d’André Engel pour la scénographie et la lumière, presque deux prix en pléonasme, si ce n’est en stricte complémentarité technique.

Pour tous les autres (12), ce sera un seul Molière par pièce ! Ce qui en soi est une bonne stratégie de partage artistique, mais voilà néanmoins Pygmalion, Moins 2, La sainte Catherine, Moi aussi je suis Catherine Deneuve, parmi les incontestables succès critiques et publics de la saison en cours, quasiment réduits à la portion congrue du palmarès.

Que dire, par ailleurs, du nouveau concept permettant d’accélérer les réjouissances de la soirée télévisée, en décernant préventivement certains prix de manière à n’en communiquer qu’une image enregistrée par avance ?

Eh bien, disons qu’un pataquès diplomatique a troqué, au tout dernier moment, le Molière du spectacle musical, attribué initialement à Un violon sur le toit au bénéfice du superbissime Le jazz et la diva mais déplorons que Caroline Casadesus et Didier Lockwood aient été dissuadés en la circonstance de monter sur scène en raison de ce dispositif vidéo de susbtitution, les privant à coup sûr d’un triomphe d’applaudissements.

Encore un rendez-vous manqué, se dit-on, mais tout cela n’est rien si l’on considère que la présence à Mogador de l’immense Catherine Samie en lice pour Oh les beaux jours, alors que la doyenne de la Maison de Molière va devoir prochainement quitter ce statut de La Comédie-Française, n’aura même pas donné lieu à un Molière d’honneur au seuil de sa carrière... puisque la nouvelle organisation conjointe de l’APAT et de France 2 a purement et simplement supprimé ce genre d’hommage.

Bref, nous avons assisté à une cérémonie bien lisse, propre et condensée en 140 minutes, dont la vraie révélation médiatique fut celle de la présentatrice Karine le Marchand, qui effectua un sans faute consensuel sous la haute présidence de Jacques Weber.

Mais est-ce là vraiment l’image du spectacle vivant que ces séquences vidéo s’enchaînant entre deux remerciements pour nousmontrer que dans les dix-neuf précédentes éditions, le rire, la spontanéité et la gaieté étaient de la partie, alors même que le Molière du spectacle comique a désormais été exclu délibérément de la fête ?

Visuel : "Judith Magre" vue par Cat.S

LES MOLIERES avec Theothea.com

- Le Palmarès 2006 des XXe Molières

- Le score et nombre de Molières pour chaque pièce nominée

- Point de vue a priori

- Point de vue a posteriori


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Philippe Philippe 26 avril 2006 13:41

    Un petit mot concernant la « Symphonie du hanneton ».

    Je ne suis pas spécialsite du sujet comme vous le prouvez par la qualité de vos remarques, mais ce spectacle était proprement extraordinaire. De mémoire je crois l’avoir vu au Rond-Point après avoir vu son second spectacle au Théâtre de la Ville (l’ordre est bizare mais exact). Donc les 2 sont passés dans la même saison.

    Je suis prospectiviste. A ce titre, ce spectacle m’a ammené une rare bouffée d’oxygène par sa créativité comme le fut il y a 35 ans l’irruption du café-Théâtre.

    Je crois que le spectacle est passé à la télévision, bien sûr sans rendre toute la subtilité du spectacle mais comme il n’est pas reproductible par une nouvelle troupe, c’est mieux que rien.

    Dans une ligne plus éloignée, je recommande d’aller voir « boulevard du boulevard du boulevard », un « Déchien » modernisé et jusque samedi « l’affaire Dussaert » au Petit Hébertot, un petit chef d’oeuvre de second degré...

    PS : Juste une petite conclusion : la mauvaise saison cinématographique me fait aller avec un plaisir à chaque fois renouvellé au théâtre. Quelle joie !

    PS 2 : bravo à France 4 pour son travail !


    • Theothea.com Theothea.com 26 avril 2006 14:18

      Theothea.com n’a pas eu l’opportunité de chroniquer la création de « La symphonie du Hanneton » au Théâtre de la ville en 2003, ni même lors de sa reprise au Théâtre du Rond-Point en mai-juin 2005. Gageons donc que le moment venu, notre enthousiasme sera à la hauteur des privilégiés qui ont déjà assisté à la représentation d’un spectacle de James Thiérrée.

      Jean-Marie / contact@theothea.com


      • anthiela feri (---.---.0.32) 30 avril 2006 12:19

        j’ai aussi été absolument émerveillée par la prestation de james THIERREE ,un vrai choc et franchement cela fait trés longtemps que je n’ai pas vu autant de talent de créativité et d’intelligence réunis !!! Ce garcon est un virtuose de la scéne .... Je lui souhaite ,ainsi qu’à toute la Compagnie du Hanneton ,succés ,bonheurs et autres félicités !!!!!! Anthiela Feri


        • Vincent Cambier (---.---.62.6) 14 mai 2006 21:56

          C’est vrai que c’est lamentable, cette histoire de vidéo « préventives ». C’est nul et non avenu !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès