• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Pourquoi faut-il lire « La métamorphose bretonne » ?

Pourquoi faut-il lire « La métamorphose bretonne » ?

Edgar Morin, le père de la pensée complexe dit que "la métamorphose qui nous attend, ou plutôt que nous attendons, est et sera unique, singulière. On ne peut discerner avant ce qui sera après. Mais l'après ne sera pas l'avant en gigantesque : il sera nouveau". Vous souhaitez en savoir plus sur la nature de ce "nouveau". Alors il faut lire La métamorphose bretonne...

On pourrait reprocher à Hervé Sérieyx et Franck Delalande, les auteurs du récent ouvrage "La métamorphose Bretonne" un regard un peu trop positif sur la Bretagne et son dynamisme, sur sa capacité à tisser des liens, à créer des idées et des activités, à résilier et à innover. On pourrait trouver trop idyllique ce dynamisme si présent qu'il semble tourner lui-même les pages du livre tel un souffle revigorant qui nous invite et nous pousse à avancer et à nous imprégner des idées et des nombreuses expériences citées. Toutes Bretonnes, même lorsqu'elles essaiment au-delà de l'Océan, ou plus à l'est, sur le continent. On pourrait se lasser de cet enthousiasme sans faille qui donne à voir "une région", que dis-je "un territoire", si fertile et si prometteur que ce soit dans le domaine de l'emploi, de l'entrepreneuriat, du social, de la culture, et tout simplement, mais c'est si précieux, du vivre ensemble.

Mais les auteurs restent lucides et s'ils cherchent à faire partager cet enthousiasme fort, c'est que, outre qu'ils aiment la Bretagne, ils sont animés d'une conviction qu'ils affichent sans faux semblants. Aujourd'hui, "ce qui pourrait menacer la France c'est avant tout une démission générale des acteurs locaux, de leur énergie et de leur capacité d'innovation, une vraie débandade de la créativité collective devant la prétention égalisatrice du centralisme parisien". C'est si juste ! Alors "non", on ne reproche rien aux auteurs, surtout pas de nous donner à voir la Bretagne comme le terreau d'une France qui se réinvente. Non seulement on ne se lasse pas, mais on en redemande.

Pourquoi lire la métamorphose bretonne ? Si on est breton et déjà impliqué dans les transformations en cours, pour se réjouir d'inventer ensemble des espaces de vie nouveaux. Si on est breton et non encore pleinement acteur des processus de transformation en émergence, pour retrouver de l'optimisme et avoir envie de participer. Si on n'est pas Breton, pour s'inspirer, ou pour se rapprocher, tisser des liens qui permettront, d'une région à l'autre, de se stimuler, de se fertiliser. Et si on est parisien, pour découvrir que, "Mince alors ! ", nombreux sont les citoyens qui n'attendent pas les directives et les idées uniformisatrices hors sols, beaucoup trop souvent nées sous les ors et les lumières tamisées de la République, héritage monarchique oblige, pour construire leur futur.

Edgar Morin, le père de la pensée complexe, à laquelle se réfèrent les auteurs, dit que "la métamorphose qui nous attend, ou plutôt que nous attendons, est et sera unique, singulière. On ne peut discerner avant ce qui sera après. Mais l'après ne sera pas l'avant en gigantesque : il sera nouveau". Vous souhaitez en savoir plus sur la nature de ce "nouveau". Alors lisez La métamorphose bretonne.

Laurence Baranski

Auteur avec Jacques Robin de L'urgence de la métamorphose

Editions In Libro Veritas, 2008

La métamorphose bretonne

Hervé Sérieyx et Franck Delalande

Préface de Patrick Viveret

Disponible sur le site sécurisé Editions La Mer Salée ou sur commande dans les librairies.

ISBN 9791092636048 - 126 pages, 12 euros TTC (11,37€ HT).


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • bakerstreet bakerstreet 3 décembre 2014 19:25

    On ne peut discerner avant ce qui sera après. Mais l’après ne sera pas l’avant en gigantesque : il sera nouveau"

    Faut il être philosophe pour dire qu’on ne sait pas ce qui nous attend demain ?
    Les conducteurs apprenant eux aussi à se méfier de ce qui les attend à la sortie du virage !

    Enfin, en Bretagne on parle souvent du temps ! 
    Ce qui n’est pas nouveau. 
    C’est un pays où le soleil et la pluie n’arrêtent pas de jouer au chat et à la souris.
     Le temps qu’il fait, le temps qui sera, autant en emporte le vent.

    La métamorphose Bretonne, dites vous ?

    Il n’y a que le titre que j’ai retenu, de ce mieux disant démagogique qui ne voulait pas dire grand chose, si ce n’est la peur de voir disparaître ce bel enthousiasme, dont on ne sait guère ce qu’il soutient, si ce n’est des phrases vides, qui produiraient de l’énergie si on les raccordait c’est vrai au réseau..
    On aurait voulu avoir des exemples concrets de ce type, !.

    Bon, en tout cas la métamorphose n’est pas passée sous les portiques ! 
    Ces bonnets rouges ne sont pas vraiment ce que le pays exprime de mieux ! 
    L’image du coup en a pris un coup !

    Au niveau agricole, environnemental, on est vraiment à la fin d’un système qui s’essouffle, mais se cramponne pourtant. 

    Et pourtant, les acteurs locaux, comme vous dites, n’ont jamais été si nombreux sur le terrain. C’est dingue toutes ces représentations, ces élus, ces poupées gigognes qui s’agitent, et nous coûtent la peau du cul !. 

    Au moins les menhirs dans ce pays sont statiques, et ont la sagesse pour eux !

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 décembre 2014 11:41

      Associer Morin à ces salades régionalistes, c’ est fort de café !
      Les bretons sont français, ils fonctionnent sous le droit européen, qui est supérieur au droit des Etats.


      Quand vous saurez que les Américains caressent les régionalistes dans le sens du poil, vous rigolerez moins.

      Surtout que chez eux, les minorités indiennes, ils les ont consciencieusement détruites et parquées dans des réserves. Et qu’ils ne leur proposent aucunement d’en faire des collectivités territoriales avec des droits. Deux poids, deux mesures et diviser pour mieux régner !

      Le but de tout ce cinéma, c’est de faire éclater les Etats Nations, et particulièrement la France, rétive à la mondialisation. Les euro-régions ont été inventées pour cela, elles seront rattachées directement à Bruxelles. Les frontières des pays disparaîtront et les Etats avec.
      Il s’agit d’une balkanisation de l’ Europe, pour mieux soumettre les européens aux intérêts de la finance et de la mondialisation.

      Si l’aéroport de NDDL n’a aucun sens au regard des besoins nantais, il prend tout son sens comme aéroport international dans le cadre de TAFTA. C’est sans doute un hasard que le 42 ait été rattaché à la Bretagne...

      Les Etats Unis n’ont pas d’amis, ils n’ont que des vassaux, et les régionalistes ne sont que les idiots utiles de la mondialisation.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès