• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Premier Contact » de Denis Villeneuve. De la grande Science-fiction

« Premier Contact » de Denis Villeneuve. De la grande Science-fiction

L'histoire :

Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions. 

Face à l’énigme que constituent leur présence et leurs messages mystérieux, les réactions dans le monde sont extrêmes et l’humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Louise Banks et son équipe n’ont que très peu de temps pour trouver des réponses. Pour les obtenir, la jeune femme va prendre un risque qui pourrait non seulement lui coûter la vie, mais détruire le genre humain…

Après un polar très réussi (Sicario), Denis Villeneuve se lance dans la science-fiction en adaptant une nouvelle de Ted Chiang, "L'histoire de ta vie". Et tout ce que l'on peut dire, c'est que pour un coup d'essai c'est un coup de maître.

Par contre un petit conseil. Si vous vous attendez à voir un film à grand spectacle, à de multiples effets spéciaux, à des scènes de violence, évitez ce film, il n'est pas fait pour vous.

"Premier Contact" s'adresse avant tout à notre intelligence, notre humanisme, notre sensibilité, à ce qu'il y a de plus noble en l'être humain. 

Inévitablement, on ne peut s'empêcher de penser à "Rencontre du troisième type". Mais Villeneuve réussit l'exploit de bousculer les codes habituels de la science-fiction, de nous offrir un véritable OVNI.

D'ailleurs, pas besoin d'être un passionné de ce genre pour être captivé par cette histoire au message pacifique. 

A travers cette oeuvre, Denis Villeneuve va nous rappeler l’importance du langage et du rapprochement entre les cultures. Inutile de faire la guerre, il faut communiquer.

Mais évitons de réduire ce chef-d'oeuvre à un message de tolérance envers les migrants comme j'ai pu le lire dans un article. C'est un peu léger.

Ici le message de tolérance ne vaut pas que sur l'acceptation pure et simple de l'étranger sans condition, puisque celui-ci ne vient pas sur la terre pour s'y installer purement et simplement. Mais on ne peut en dire plus sans révéler l'histoire.

th-1

On voit à un moment que même lorsque l'être humain réussit à traduire le langage, ils n'est pas à l'abri d'une mauvaise interprétation. Comme lorsque nous connaissons mal une personne, et que parfois nous avons du mal à nous comprendre tout en parlant la même langue.

Il y aurait tant à dire sur ce film. Que dès le début nous sommes manipulés par l'image de cette petite fille, qu'un final étourdissant viendra remettre en cause.

Le passé, le présent, le futur. Là encore on ne peut trop en dire, mais quelle puissance émotionnelle.

Une oeuvre poétique empreinte d'une douce mélancolie, le tout accompagné d'une musique remarquable signée Jóhann Jóhannsson.

images-2

J'oubliais la distribution. Elle est emmenée par une prodigieuse Amy Adams qui incarne la linguiste Louise, jeune femme qui s'accomplit dans cette mission. Jeremy Renner n'est pas en reste. On retiendra aussi le rôle de Forest Whitaker. 

"Premier Contact" est sans conteste l'un des très grands films de cette année 2016. 

images-1

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Abou Antoun Abou Antoun 13 décembre 2016 13:11

    J’ai vu le film et je ne l’ai pas aimé.
    Beaucoup de choses incompréhensibles avec des flash-backs permanents. Intrigue difficile à suivre. Mélange des genres classiques (voyage dans le temps, invasion des aliens).
    Les candidats aux rôles de méchants sont bien sûr les Chinois auxquels les Russes emboîtent le pas. Hollywood reste Hollywood. Si j’ai bien compris les Russes procèdent à une exécution en direct, la poutinophobie continue donc de sévir.
    La seule originalité consiste dans la forme des aliens sortes de gastéropodes ce qui change un peu des petits hommes verts avec 3 yeux et de grandes oreilles (ou le contraire).
    Une happy-end (toujours Hollywood) pas claire.
    Bref je me suis fait ch... pendant toute la projection.
    J’ai voté pour la parution de l’article pour lire d’autres réactions. L’auteur est enthousiaste, il ne doit pas être le seul. Mais pour moi, c’est une nullité (le film, pas l’auteur).


    • Trelawney Trelawney 13 décembre 2016 15:09

      @Abou Antoun
      Les candidats aux rôles de méchants sont bien sûr les Chinois auxquels les Russes emboîtent le pas. 

      12 vaisseaux spatiaux de la forme d’un caillou de 500 m de haut sont en lévitation aux quatre coins de la planète. Il n’en faut pas plus pour déclencher une paniques et des émeutes partout dans le monde. les chinois comme les russes considèrent que ce sontdes ennemis et que dans le doute mieux vaut tirer les premiers. les américains sont d’ailleurs pret à leur emboîter le pas et reprochent aux russes de les avoir devancé.
      L’armée américaine se mutine et balance une bombe dans le vaisseau.
      Ce qui est intéressant dans ce film est que toutes les réactions américaines, russes, chinoises etc sont compréhensibles
      Mais heureusement ca n’est pas l’essentiel du film
      Lisez le roman qui n’a rien à voir avec le film mais se complète très bien

    • fatizo fatizo 13 décembre 2016 22:34

      @Abou Antoun

      D’accord avec vous sur 1 point, la facilité de voir les méchants toujours au même endroit.
      Mais il faut aussi se dire que sans le personnage de Louise, les ricains auraient dégainé vite fait.
      Quant aux flash-backs, ce n’en sont pas, on le comprend très bien dans le grandiose final.
      Quand à la nullité de ce film, c’est juste une question d’avis, Pour moi il est le meilleur film de Science Fiction que je n’ai jamais vu.

    • Abou Antoun Abou Antoun 13 décembre 2016 23:36

      @fatizo
      Quant aux flash-backs, ce n’en sont pas, on le comprend très bien dans le grandiose final.
      Trop compliqué pour moi, mon esprit est linéaire, et ma perception du temps classique mâtinée d’une touche de relativité.
      Mais il faut aussi se dire que sans le personnage de Louise, les ricains auraient dégainé vite fait.
      En fait si j’ai bien compris (pas sûr), ils l’ont fait. Et les poulpes de se laisser dézinguer sans rien faire ?
      Enfin on nous a fait grâce d’une religion des céphalopodes, c’est déjà ça.
      En tout cas rien à dire contre votre article, j’aime les gens qui s’enthousiasment pour quelque chose.


    • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 13 décembre 2016 16:55

      Et pendant ce temps, le projet d’adaptation cinématographique de « Rendez-vous avec Rama » reste annulé.

      Tant pis, on se fera notre propre film en relisant le livre.


      • laertes laertes 13 décembre 2016 19:09

        @ben_voyons_ ! : une adaptation de Clarke nécessite intelligence cinématographique (adaptation) et réflexion. Il y a longtemps que le cinéma hollywoodien a abandonné ces deux qualités dans la Science fiction ( depuis 2001). Pourtant , les livres de Clarke (l’un des plus grands de la SF) donnent facilement accès à la réflexion par le visuel. ses livres sont très...géographiques, géométriques./


      • Montdragon Montdragon 14 décembre 2016 09:33

        @ben_voyons_ !
        TRès très compliqué cette affaire, j’espère aussi un jour l’adaptation du Monde des Ä, mais je peux toujours attendre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès