• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Promenade dans le jazz fusion progressif

Promenade dans le jazz fusion progressif

« Promenade » confirme, si besoin était, que la scène progressive italienne est d’une incroyable richesse et que chaque année, des nouvelles formations nous offrent un point de vue original sur l’art et la manière de composer et jouer des musiques qu’on entend nulle part ailleurs. Promenade est un quartet génois formé par des jeunes musiciens. Matteo Barisone au chant, au grand piano, clavecin et claviers amplifiés sans oublier les arrangements orchestraux rendus nécessaires par l’intervention de musiciens d’appoint jouant de la flûte, violon et autre violoncelle. Gianluca Barisone officie à la guitare électrique mais aussi aux cloches tibétaines. Stefano Scarella assure la basse et accessoirement joue du saxophone. Enfin, Simone Scala s’occupe des percussions sans se limiter à la batterie standard puisqu’il s’essaie aux cloches tubulaires (les tubular bells, ça vous rappelle peut-être quelque chose), au triangle, maracas, tambour, gong et autres instruments à percussion exotiques et même à la flûte. On l’aura deviné, tout cet arsenal d’instruments n’est pas employé pour jouer de la vulgaire pop musique.

« Nor al dir di Noi » est le premier album de Promenade. Il est sorti en septembre 2016 sur le label indépendant Fading record. La présentation est somptueuse, dans un double digipack et une illustration d’art magnifique sans oublier le livret fourni avec le CD. C’est carrément un objet de collection. Et la musique ?

Le premier morceau commence par une palette sonore dans laquelle chaque instrument se déchaîne mais sans que la cohérence ne soit perdue. Le style oscille entre du rock fusion à la Canterbury et quelques teintes de prog jazz évoquant les vieux cousins de Stormy Six ou Area. Très coloré et méridional que ce magma musical plein de chaleur et d’inventivité avec les colorations que permettent tous ces instruments joués par des virtuoses. Pour peu on en ferait une illustration sonore pour comedia d’elle arte ou même un film de Fellini des années 60. Les parties de sax semblent dialoguer avec le pianoforte frappé dans les règles de l’art. On ne situe dans un registre musical classique ou contemporain que dans du rock progressif. Même la guitare se met à sonner free. Quel tonus. Cette musique réveillerait les morts !

Le second morceau commence calmement. Avec des teintes délicates et cette voix envoûtante qui se greffe et semble danser avec les arabesques du piano et les autres instruments. Le style tire cette fois sur du progressif à l’italienne qui n’est pas sans rappeler à certaines occasion Ingranaggi della valle, autre jeune formation composée de virtuoses ou même quelques vieilleries seventies des disciples de Canterbury. Le saxophone se fait présent et langoureux. La suite est toute aussi intéressante. On a l’impression d’une succession de peintures d’art impressionniste ou surréaliste. Chaque composition possède son caractère. Comme le quatrième avec une facétieuse intro au clavecin. L’ensemble est non seulement agréable à écouter mais aussi surprenant et jamais ennuyeux. Il faut juste aimer s’aventurer dans les espaces sonores inédits que permet le jazz fusion progressif hérité notamment de la galaxie Canterbury émanée de la machine molle.

Trailer


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • quijote 5 novembre 2016 10:44

    Bonjour,

    Je ne suis pas un grand connaisseur du prog rock mais je me pose souvent la question suivante : les amateurs de ce genre musical connaissent-ils les albums de Todd Rundgren ( héros personnel ) qui relèvent de ce style, à savoir « Todd Rundgren’s Utopia » et « Another Live » ou ceux de ses albums solo qui contiennent certaines incursions de nature progressive : « A Wizard/A true Star », « Todd », « Initiation » ou même « Healing » ?


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 5 novembre 2016 10:50

      @quijote

      Bonjour, je connais mais je n’ai jamais accroché à cette musique.


    • Antoine 24 novembre 2016 23:46

      Ce n’est pas très éloigné de la vulgarité ordinaire...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires