• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Qu’attendent les singes

Qu’attendent les singes

« Qu’attendent les singes »

Roman de Yasmina Khadra

Editions Julliard

Mars 2014

355 pages

 Gangrène et espoir

 

L’Algérie d’aujourd’hui n’est plus celle de la terreur des années d’affrontements entre une république peu ou pas démocratique et les islamistes ivres de sang. La page est tournée, définitivement ou provisoirement, ce que nous décrit l’auteur ici c’est une Algérie gangrénée par un pouvoir corrompu où des hommes et des femmes cherchent, les uns à profiter du système en place et d’autres à sortir le pays de sa situation ne non droit.

C’est une histoire politico-policière que nous conte l’auteur avec le talent qu’on lui connaît.

Comme beaucoup de bons policiers le livre s’ouvre sur un crime. Celui-ci est odieux.

La victime est une toute jeune femme dont le corps est retrouvé dans un bois près d’Alger.

Une femme, commissaire de police est chargée de l’affaire…Elle est prête et décidée à aller jusqu’au bout, malgré les peaux de bananes semés sur son chemin, les menaces et les pressions de sa hiérarchie qui veut étouffer une affaire qui pourrait plus qu’éclabousser un haut dignitaire du régime.

Qui a tué cette jeune fille qui semble n’être qu’une personne « ordinaire » ?

Des personnages de « second rang » sont assassinés, pendant que d’autres, l’un, donneur d’ordre, craint et puissant, l’autre corrompu et corrupteur agissent dans l’ombre pour « nettoyer » la place et empêcher coûte que coûte la commissaire à résoudre l’énigme.

Tout est noir, très noir et le bien semble destiné à être terrassé.

Le peuple algérien est-il abattu, voué à être éternellement victime de requins qui ont détourné radicalement la révolution à leur profit ?

« On a confisqué ses valeurs, chosifié ses mythes, clochardisé ses artistes et on a étouffé dans l’œuf ses idoles et ses champions, pourtant il continue de croire dans chaque étoile qui brille dans le ciel, dans chaque matin qui se lève sur des déjà-vu, rêveur parce qu’il garde la voix, longanime parce que immortel… »

Le suspense dans ce roman est présent et le lecteur, dès le début s’interroge. Ce dernier pense avoir trouvé la solution mais il doit attendre la fin pour découvrir la vérité même si la malfaisance de beaucoup d’acteurs est très vite dévoilée.

Je ne regrette pas de ne pas avoir attendu la sortie de ce roman en livre de poche …

Jean-François Chalot

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • El_Arabi_El_Acil El_Arabi_El_Acil 20 juin 2014 17:20

    Ouf ! heureusement que c’est un roman destiné à la commercialisation sans plus.

    Mais je trouve , même si c’est un moment d’égarement proposé par l’auteur , j’estime que le fait de tenir ce genre de langage contre les autorités de son propre pays , c’est du harkisme en puissance.
    Le même langage dans un pays qui se respecte ne viendrait jamais à l’idée de quiconque de passer à la moulinette les autorités Algériennes.
    Si ce Khadra veut rêver , qu’il éloigne ses rêveries en dehors de l’Algérie et , je lui conseille des histoires plus captivantes que ce torchon qu’il propose.
    C’est ce qu’on appelle commercer ou se mettre sous les feux de la rampe en dénigrant son propre pays , son propre peuple.
    Si ce n’est pas du harkisme , c’est quoi alors ?
    Où se trouve la dignité dans tout cela ?

    A ce khadra , je lui propose une vidéo à sensation et il peut aller de ses fantasmes sans exagérer la dose puisqu’il s’agit de nos frères Arabes de Palestine.

    • CHALOT CHALOT 20 juin 2014 18:11

      Il ne dénigre pas son pays, il explique qu’il y a des politiciens vérolés mais que par contre on trouve aussi des gens remarquables et rend hommage au peuple.
      Je ne vois pas en quoi il serait harki ! Vous avez El Arabi une conception stalinienne de l’histoire et de la politique .


      • xmen-classe4 xmen-classe4 21 juin 2014 00:12

        le génie et le talent se differencie peut etre par le niveau d’émossion qui provoque la rédaction du livre.
        et c’est une émossion qui appatiens soit à l’écrivain, soit au lecteur.

        sinon c’est un exercice d’orthographe


        • CRANACH 21 juin 2014 09:31

          Pour l’orthographe : 5 fautes pour 4 lignes pour la classe 4

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès