• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu pour pondre autant de (...)

Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu pour pondre autant de clichés ?!

Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu c'est la nouvelle poule aux œufs d'or du ciné français. Tout le monde en parle, tout le monde dit que c'est trop bien et comme pour les autres succès, Les petits mouchoirs pour ne citer que cette crotte de nez cinématographique, c'est plutôt mauvais et le risque de salmonellose n'est pas loin.

Quelques remarques sur la forme

En guise d'œufs mimosa, pour faire un apéro quoi, je vous propose des remarques sur la forme globale du film. J'ai trouvé le jeu des acteurs vraiment faible. Le pire étant le gendre arabe, la femme du juif et la maman du black. Sérieusement, j'avais envie de donner des gifles tellement c'était agaçant ; le seul amateurisme que je tolère est dans le porno comme pourrait le dire un homme vulgaire. En fait, à part Clavier, les acteurs ne font pas un très bon travail et j'ai eu l'impression que Lauby jouait tout le temps en second degré, comme si elle n'assumait pas son rôle.

La réalisation est banale, rien de surprenant, rien à se mettre sous la dent, contrairement Aux intouchables, pour évoquer un autre gallinacé.

Toutefois l'humour fait de temps en temps mouche mais il s'agit quasiment que d'un humour conventionnel, à laquelle une personne normale ne peut s'empêcher de répondre à l'aide d'un sourire, au pire, ou d'un rire sec, au mieux.

Ridicule aurait pu être le deuxième titre de ce film comme pour l'excellente comédie de Leconte mais pas pour les mêmes raisons. Certaines scènes m'ont filé la gêne qui vous démange les membres, à tel point que j'ai été pris d'une violente envie de quitter la salle (la scène de la Marseillaise, bon sang...).

Autant de clichés, on se croirait dans une expo de photographes

Voici le plus gros point faible du film qui le rend d'une nullité abyssale et j'essaye de fuir les hyperboles. Tout est cliché, ce film devrait être sponsorisé par Canon ou Kodak. Clic ! les persos sont clichés ; Clic ! le scénario est cliché ; Clic ! l'humour est cliché, Clic ! le racisme est cliché ; Clic ! La fin est clichée ; Clic ! Clic ! Clic ! J'ai été aveuglé devant un tel manque d'originalité et une telle facilité de la part des scénaristes et du réalisateur.

Ce film n'est pas une création, ce n'est qu'une reproduction de situations typiques et de projection flemmarde de la pensée. Entre autres, parce que je ne vais pas non plus faire une liste, je n'aurais pas assez de mémoire sur mon pc de toute manière ; l'arabe a un sale caractère, le juif est un sioniste, le chinois sourit toujours, le père et la mère catholiques sont racistes, le papa noir a la haine du blanc, ETC.

Discours contre-productif du film

Avec ce genre de navet, on peut sentir l'odeur du discours sous-jacent dans l'instant, soit « tout le monde il est beau et qu'il devrait vivre ensemble ». Et bien là non ! Ca serait plus exactement « tout le monde il est raciste et que vivre ensemble ça demande de se mettre une cuite ». Le deus ex machina c'est l'éthanol... Ca m'arrache les doigts d'écrire ça mais visiblement c'est la moral du film, il faut boire de l'alcool pour supporter autrui ou sinon, faire une dépression si vous préférez votre pharmacien au barman du coin. En fait dans le scénario, il apparaît que ce sont surtout les vieux qui sont des vieux cons, normal ils sont vieux et cons !

Je ne peux m'empêcher de penser que le film est contre-productif – je me base bien entendu sur le postulat que ce film ne prône pas la xénophobie – car le spectateur ne doit pas bien saisir le message d'amour et de fraternité. Tout le monde est raciste dans ce film ; la plupart des persos principaux, les flics, le prêtre et les voisins. Même les chats feulent quand ils voient passer une personne issue de l'immigration... Bon ça c'est pas vrai mais on n'était pas à ça près.

Même si la fin est convenue et tente de tout faire rentrer dans l'ordre, je doute que l'on soit amener à tendre la main à son prochain grâce à une 1h30 difficilement supportable. Tout au contraire, avec ses amis néo-nazis – bah c'est la « réalité » décrite par le film après tout – on prendra un malin plaisir à relever la justesse des clichés et finira par se casser le bras en tentant de faire le salut nazi inversé.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • colere48 colere48 27 juin 2014 15:51

    on peut sentir l’odeur

    La seule odeur que je sens ici, est celle bien nauséabonde de votre article de « jamais content » incompétent, irresponsable, et bien entendu, seul détenteur de la « vérité vraie » envers et contre tous...
    rappel : 9 500 000 spectateurs et c’est pas fini ! alors ?? tous des singes inconscients ??


    • Singe conscient Singe conscient 27 juin 2014 16:04

      Je ne veux pas être mauvaise langue mais votre pseudo... Enfin bref, je trouve ce film mauvais et je ne crois pas insulter ses spectateurs. Comme bien souvent sur agoravox, un petit nombre d’individus se contente de cracher à la première occasion venue. Quant à votre argument sur le nombre, que dire si ce n’est qu’il est aussi insensé que la moral du film.


    • doctorix doctorix 27 juin 2014 17:35

      Singe con chiant.

      A force de vouloir être original, vous sombrez dans le ridicule, et dans le cliché.
      Comme près de dix millions d’êtres humains que vous méprisez ouvertement, j’ai passé un bon moment avec ce film.
      Vous avez décidé de ne pas rire parce que votre ulcère vous travaille ou que votre vésicule est encrassées, c’est votre problème, et on s’en fout.
      Nous qui aimons la vie autant que vous semblez la haïr, on a bien rigolé, tant mieux pour nous, dommage pour vous.
      Nous avons tous en nous une part de racisme, c’est une évidence, et cette aimable farce non seulement nous en fait prendre conscience, mais nous rend un peu moins racistes en sortant qu’en entrant. Si c’est son but, c’est déjà réussi.
      Dans certains milieux, il est vulgaire de rire, et votre article est le reflet de cette tendance cul-pincé, qui était aussi l’apanage des adversaires de Molière.
      Il est beaucoup plus difficile de faire rire que de faire pleurer, et c’est donc un pari réussi ; tant pis si notre bonne humeur vous consterne et si vous la trouvez médiocre.
      Et pour la constipation, il y a des pilules.

    • Singe conscient Singe conscient 27 juin 2014 18:03

      Bon je me répète mais non, je ne méprise pas les spectateurs du film. J’ai dit que toute personne normale rit au film ; étant une personne normale j’ai ri à certains passages.

      Je remarque juste que dans vos propos il existe un pile ou face de la réception d’un produit culturel. Soit on aime, soit on aime pas et on est donc un coincé sans humour. Si tel est le cas, on devrait en plus se taire.


    • Julien30 Julien30 28 juin 2014 08:54

      Oulala les réactions épidermiques que l’on obtient quand on touche à une énième daube politiquement correct sans la moindre ambition autre que le formatage des esprits vendu par la fabrique à abruti qu’est le cinéma français, impressionnant.


    • doctorix doctorix 28 juin 2014 09:34

      Revoilà le nazillon qui vient poser sa crotte.


    • Julien30 Julien30 28 juin 2014 09:50

      Tiens revoilà doctorix, le résistant au nouvel ordre mondial qui traite ceux qui ne pensent pas comme lui de nazi comme un bon journaleux de Libération-Rothschild et qui fait l’éloge des merdes abrutissantes livré par notre brillante industrie cinématographique (autre bastion bien connu de résistance au mondialisme), vous êtes un troll ou vous êtes vraiment idiot à ce point ? Au fait vous avez aimé le dernier Lady Gaga ?


    • Singe conscient Singe conscient 28 juin 2014 09:55

      Faites comme dans le film, torchez vous la gueule ensemble et ça ira mieux


    • Fergus Fergus 27 juin 2014 16:50

      Bonjour, Singe conscient.

      Ayant voulu me faire ma propre opinion, j’ai vu ce film. Et je ne partage pas votre avis. Il s’agit là d’une comédie sans prétentions qui ne prétend surtout pas donner de leçons à quiconque.

      Certes, l’accumulation des clichés peut sembler excessive, mais elle ne l’est pas tant que cela en réalité dès lors que l’on accepte le postulat de départ sur l’origine de chacun des gendres. Car le fait est que les clichés sont légion dans la vie courante dès lors que des personnes d’origines ethniques ou culturelles différentes sont mises en contact. Cela, je l’ai constaté des centaines de fois sur, et autour, des terrains de football en région parisienne. Et que dire des plaisanteries de très mauvais goût à caractère apparemment raciste ou antisémite qu’échangeaient deux très bonnes amies, l’une juive, l’autre noire, que j’ai bien connues à une époque ?

      Désolé, mais ce film ne mérite ni les éloges, ni les insultes. C’est une simple comédie destinée à un public populaire qui ne rit jamais tant que lorsque le trait est grossi. D’où l’énorme succès de films comme « Bienvenue chez les Chti’s » ou « Intouchables ».

      Un point encore : vous confondez le racisme et l’expression des idées reçues, autrement dit ce que l’on est foncièrement avec les clichés accumulés durant des années d’éducation et que l’on peut restituer de manière quasi mécanique.


      • Singe conscient Singe conscient 27 juin 2014 16:57

        Merci pour votre avis intelligible et intéressant. Sur votre dernier, je crois bien que racisme et idées reçues sont liés.


      • colere48 colere48 27 juin 2014 17:19

        Merci Fergus d’exprimer avec pertinence et sagesse ce que je n’ai su faire, tant la suffisance de l’auteur et son mépris des masses me mettent hors de moi.
        Je suis las d’entendre ou de lire ce genre de personnes imbues de leur précaire savoir de la vie. smiley smiley


      • Prudence Gayant Prudence Gayant 27 juin 2014 17:23

        Un film franchouillard quoi d’autre ?!


        • c’est pas grave 28 juin 2014 00:36

          connaissais pas

          vu la bande-annonce

          donne pas envie

          merci

          salut 


          • eric 28 juin 2014 11:10

            Il me semble que le fond de ce qui vous gêne dans ce film se révèle dans votre commentaire sur le film « Ridicule ».

            Celui la est une caricature anachronique d’une période de fantastique floraison dans tous les domaines. Scientifique, artistique, intellectuel, technique, administratifs, et même politique. Beaucoup des reformes mises en œuvre par la révolution furent préparées par les bureaux de ’l’ancien régime« .
            Ridicule oppose des élites nulles, égoïstes, inutiles et pas drôles, a de courageux représentant de la classe moyenne instruite, conscients, subtils et en lutte pour le bonheur du peuple. J’imagine que, comme Besson, vous avez dut aimer aussi Vatel...

            Des visions »de gauche« avec des bons et des méchants et l’idée que toute mixité sociale est impossible, puisque les »classes sont en lutte« .

            Comme tous les plus grand succès du cinéma comique français, »quatre mariage« est, de ce point de vue, un film »de droite« . Le message est, on peut s’aimer les uns les autres, même si ce n’est pas de la tarte, si chacun a ses grandeurs et ses petitesses, et cela passe par la connaissance mutuelle pour le meilleur et pour le pire. On peut finir par accepter des différences sans les nier ou sans renoncer a ce que l’on est.
            Tous le monde en prend pour son grade. Et il n’y a pas de bons et de méchants.

            Du reste de tous les plus grand succès comique français, il en est un qui se déroule dans un milieu sociologiquement a gauche. Bienvenu chez les Cht’i. C’est la même trame, même si elle est moins vraisemblable et moins universaliste...A la fin, le »cadre supérieur« de la poste, finit par aimer »les sans grade populos, un peu vulgaires et apparentes alcoolos ( même si ils ont des excuses) « de la même poste...

            Dans Vatel, Ridicule, Le libertin, les brigades du tigre ( film), Terninale, etc....On voit très bien qui sont les gentils ( »de gauche« ) et les méchants ( »de droite« ). C’est lourd, didactique, attendu. On est menè par la main...

            Dans les Tontons flingueurs ( et tout Audiard), rabbi Jacob, intouchable, Amélie Poulain, la grande vadrouille. On ne trouve pas un stéréotype culturel de gauche, parmi les personnages. ( peut être le commissaire de la république dans les visiteurs Sauf a considérer Slimane comme un vrai progressiste dans Rabbi jacob). Une grande indulgence humaine pour tous le monde. Les héros constituent de belles collections de réacs. Et d’Humains....

            J’ai l’impression que vous êtes comme Libé avec Amélie. Ils sentaient que était une agression contre leurs préjugés et puis il cherchait a »objectiver ce ressenti« . En l’occurrence de mémoire, il s’indignait que Djamel Debouzze joue un arabe pas très futé pour dire que le film était raciste....

            Bon, j’aurai pu faire plus court. »quelque part« , il est quand même significatif que les critiques :de gauche » n’aiment pas le cinéma qu’aime le « peuple ».....Cela en dit long sur ce qu’il en pense vraiment.


            • Singe conscient Singe conscient 28 juin 2014 11:24

              Réflexion intéressante. Mais si j’ai vraiment apprécié Ridicule c’est pour son côté historique, qui met en scène les normes de la cour du roi. Après, je ne suis pas pour une analyse constante en droite et gauche, il y a des pensées hors de ces cadres politiques (qui n’ont plus aucun sens aujourd’hui).


            • Julien30 Julien30 28 juin 2014 12:39

              Bonjour Eric,

              Ce film ne sert-il pas aussi et surtout à faire passer les messages pro-métissage et de tolérance envers l’immigration qui sont l’apanage de la gauche ?


            • eric 28 juin 2014 14:42

              Bonjour Julien
              Je n’ai pas eu l’impression. D’abord la gauche se métisse très peu. C’est avec les tsiganes et les musulmans, un des groupes humains les plus endogames dans notre société. Les plus « raciste » au sens ou ils le comprennent.
              D’autre part, ils sont effectivement « tolérant » c’est a dire prêt a accepter du bout des lèvres des différences qui au fond, dans esprit, ne sont pas légitimes.

              Dans le film de Clavier, les parents essayent d’être juste, concept beaucoup moins inacceptable que la « tolérance ». De traiter tous le monde également en être humain, même en faisant attention aux différences réelles ou supposées. En étant prêt a faire des efforts, mais en considérant assez l’autre comme un être humain a part entière pour se considérer en droit d’attendre aussi de lui des efforts. C’est très loin du socialisme : « on tolère leurs betises parce qu’après tout ce ne sont jamais que de bon sauvages avec lesquels il faut être patient et pédagogue si on veut un jour les sortir de leur obscurantisme... »
              A aucun moment,il n’y a cette idée absurde, qu’une différence serait en soi bonne ou mauvaise, enrichissante ou appauvrissante, comme ils disent dans leur jargon. Elle est, il faut essayer de la saisir et s’adapter ou pas en fonction de l’importance qu’y prêtent les uns et les autres.On fait trois dindes : une laquée, une casher, une Hallal. mais on fait de la dinde pour tous le monde et on fête en famille, a la française.


            • smilodon smilodon 29 juin 2014 16:20

              Eh oui !.. Les « arabes » ou les « noirs » sont des « gens biens » !.. Les seuls responsables de tous les malheurs du monde, depuis le début du monde, c’est les « blancs » !.. De pères en fils, de fils en aiguille et jusqu’à la fin des temps !... Les « blancs » n’auraient jamais du exister !... Tous les malheurs du monde et depuis toujours, c’est les « blancs » !... Manque de bol, je suis blanc !.. Pas fait exprés !.. Mes parents étaient blancs, mes arrière-grand-parents aussi... Pas de bol !... Mais bon OK !.. Tout est de ma faute, depuis cro-magnon, puisqu’il était (relativement) blanc lui aussi !.. Je me pends et me repends !...Même si je n’étais pas encore là du temps de « cro-magnon » !.. Tout est de ma faute, de ma seule faute !... Si la lune n,e brille pas assez, ou si le soleil chauffe un peu trop, vu que je suis « blanc », tout est ma faute !.. La lune, le soleil, Jupiter, Neptune, tout est ma faute !.. Je suis « blanc » !... A genoux je demande pardon à tout le monde d’être encore blanc !... Pardonnez-moi !.. Je ne savais pas. Sinon, forcément, je serais né d’une autre couleur !.. Si j’avais su !....PARDON !... Je me repends !... Et me pends si vous voulez !...Adishatz. Donnez-moi une corde !......Marre de cette couleur « rose », si vous saviez !....


              • Bartneski bartneski 30 juin 2014 08:45

                @smilodon

                Calme toi... C’est pas à cause des différences humaines que le monde va mal. C’est à cause du point commun entre tous les humains : LA CUPIDITE.
                Toujours plus, plus haut, plus loin, plus fort... peu importe les conséquences.
                Le jour où l’humain acceptera de se contenter de ce qu’il a, alors le bonheur pointera le bout de son nez.


              • dixneuf 18 novembre 2014 13:31

                Prenez le cas de Dieudonné, il a bien le droit d’être raciste, je le suis bien, moi, je n’aime pas les noirs et je déteste les métis ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires