• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Quand un livre rend tout léger...

Quand un livre rend tout léger...

... Ou : les aventures truculentes d'un ancien artificier globbe-trotter qui ne voulait pas fêter son centième anniversaire.

Comme je l’ai peut-être déjà dit, il y a un an et demi, je suis tombée dans une spirale infernale dont il est très difficile de se défaire. J’ai intégré une secte, endoctrinée comme des millions de français. Aujourd’hui, je suis obligée d’acheter, tous les trois mois, un bouquin parmi une sélection bien maigre et au renouveau fort rare. Vous l’aurez compris, je suis abonnée au Club France Loisirs.

Lasse que j’étais d’acheter des bouquins de cuisine, genre les Recettes de ma grand mère (d’abord, ma grand-mère, elle cuisine des trucs délicieux venus de l’autre côté de la Méditerranée, alors tu m’emmerdes avec ton pot-au-feu), j’ai choisi pour une fois d’aller piocher dans la collection Piment. Persuadée qu’elle contenait uniquement des histoires à la con avec des nanas survoltées, émotionnellement instables et capables de claquer deux SMIC en une après-midi shopping. Et puis, mon regard a croisé celui du vieux monsieur sur cette couverture bariolée… Un vieux monsieur dans un déguisement de cochon avec un bâton de dynamite dans la poche. Et un titre qui avait l’air de dire “Dans ce bouquin, on ne se prend pas le chou, car on peut rire de tout… Bon, pas avec tout le monde, certes, mais ce sont les autres qui n’ont pas d’humour !” : Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire.

 

Eh bien, pour une fois, vraiment une seule, je remercie vivement France Loisirs. Car du premier au dernier mot, j’ai adoré ce livre. C’est l’histoire d’un vieil artificier, qui s’apprête à fêter son centième anniversaire dans la maison de retraite qu’il occupe. Seulement, faire la fête avec la vilaine Soeur Alice et tous les autres vieux ploucs, ça l’emmerde. Alors Allan Karlsson ouvre la fenêtre de sa chambre, et s’enfuit. Il atterrit dans une gare, seul avec un jeune merdeux aux cheveux longs et au blouson de motard, qui transporte une grosse valise. Allan est là, avec son pyjama et ses chaussons aux pieds pour tout bagage. Et quand le jeune merdeux lui demande de garder un oeil sur sa valise pendant qu’il va aux toilettes, le centenaire prend une décision aussi originale que lui : il vole la valise et saute dans un train.

L’histoire aurait pu être terriblement plate si la valise n’avait renfermé qu’un caleçon et quelques vêtements. Sauf qu’en fait, elle contenait cinquante millions de couronnes, soit la bagatelle de 5 673 179,48 euros, et qu’elle était destiné au patron d’un petit cartel de drogue local.

C’est à partir de là que je me tais. Je dirai juste que le roman contient deux histoires : d’un côté, les péripéties vraiment rocambolesques du centenaire, et de l’autre le récit de sa vie, non moins mouvementée. Ou, comment Allan Karlsson a-t-il influencé toute l’Histoire du vingtième siècle, à la façon d’un Forrest Gump Suédois, en se trimballant d’un continent à l’autre au gré du vent. Avec l’idée que les plus grands conflits se résolvent autour d’une bonne bouteille d’eau de vie, et le reste en pensant positivement.

Vous demanderez à l’Homme, il m’est arrivé à plusieurs reprises d’éclater franchement de rire en lisant ce bouquin. Le ton est léger, drôle, à la limite du cynisme, j’adore. J’étais curieuse d’aller plus loin, de savoir à la table de quelle grande figure du siècle dernier Allan serait assis. Véritablement divertie par ce récit sans fausse note, transportée par ces histoires où ne résonne aucun temps mort… Je vous conseille d’ailleurs, si vous en avez la possibilité, de le dévorer d’une traite. Comme moi, vous serez peut-être emporté dans un voyage décoiffant depuis votre fauteuil. En tout cas, quand j’ai refermé ce petit concentré de pep’s et de fraîcheur, j’ai vu mon coeur se détacher de ses tuyaux et virevolter partout en laissant des petites étincelles dans son sillage. J’étais devenue une petite plume remplie de bonheur et de bonne humeur.

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, coûte 67 couronnes suédoises, soit 7,61 euros sur Amazon.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Alyzée Roussel

Alyzée Roussel
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès