• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Quelques tendances néo-progressives en Italie

Quelques tendances néo-progressives en Italie

La scène musicale italienne se renouvelle de décennie en décennie. Trois formations emblématiques des années 2010 viennent de sortir un album et se rejoignent à travers une tendance proche du néo-prog mais sans les clichés du genre proposés par les groupes britanniques experts dans ce genre.

Commençons par Panther & C qui s’est formé il y a une quinzaine d’années à Gênes. Dès ses débuts, le groupe a joué ses propres compositions. Ce n’est seulement qu’en 2015 qu’est sorti un vinyle puis cette année 2017 un nouvel album signé sur le label génois Black Widow et disponible dans les deux formats. Seulement cinq morceaux figurent sur ce disque intitulé « Il gustio equilibro » et dont l’intention est à la fois musicale et intellectuelle. Les textes évoquent le sens de l’existence humaine et son lien avec la nature. Un thème très actuel s’il en est. Une méditation sur l’équilibre entre lion et la gazelle, les métamorphoses de la vie, la nécessité de fuir le stress quotidien.

La musique proposée est tonique, jouée dans un registre situé entre le néo-prog et le symphonisme typique de l’Italie. Avec un souci mélodique mais aussi esthétique comme en témoigne les subtiles interventions aux claviers sans oublier la flûte traversière qui confère une teinte toute progressive aux compositions. Le premier morceau nous place dans l’ambiance, une sorte de synthèse entre IQ, Pendragon et le côté typiquement méridional et coloré du progressif à l’italienne. Musique lumineuse, avec les nappes de flûte mélangées aux claviers et conférant une atmosphère calme et planante, alternant avec des passages plus heavy. Le morceau en écoute vous permettra d’apprécier ce style abouti qui n’a rien à envier à Pendragon.


Tempio delle clessidre s’est formé en 2006 à l’initiative de la claviériste Elisa Montaldo et qui a sorti son premier album en 2010. Le groupe a vite été reconnu sur la scène internationale comme en témoigne des prestations réalisées aux USA et à Séoul. Fort de cette expérience musicale, le groupe a persévéré et vient de sortir un troisième CD qui aurait dû être un aboutissement. Mais les musiciens n’ont pas souhaité s’orienter vers des compositions plus abouties si bien que l’ensemble laisse penser à une stratégie plus commerciale et des morceaux plus adaptés à la scène. Ce qui n’est pas un défaut car la vocation d’une formation de rock est de jouer les œuvres en live et non pas de se retrouver en studio pour éditer des disques. Surtout qu’à l’ère numérique, un groupe qui ne tourne pas est voué à disparaître.

La musique proposée sur « Il-ludere » se situe comme une évolution moins symphoniste, vers un style plus affirmé, plus rock néo-prog et chanson, parfois jazzy et plutôt musclé. Bref, un style efficace comme ceux adoptés par les pointures mainstream de la scène internationale, sonnant comme un orchestre destiné à propulser la voix bien perchée de Francesco Capia qui signe les compositions avec Fabio Gremo et Elisa Montaldo. Aux percussions, une surprise, Mattias Olsson connu pour ses prestations dans la mythique formation suédoise Anglagard.


Dernière recension pour clore cette présentation des nouveautés venues du sud, le groupe Phoenix again, une formation née en 1981 autour des frères Lorandi. Les années 80 ont été marquées par l’énorme déclin du prog seventies et la naissance de quelques formations prêtes à ressusciter le genre mais avec d’autres instruments et un style par forcément original. Plus standard, loin des expérimentations de VDGG ou Crimson. Phoenix a splitté 1998, chaque musicien décidant de mener sa propre vie. Le décès de Claudio Morandi a incité le groupe à rassembler les bandes enregistrées pour une édition CD en 2011. Puis le groupe s’est réorganisé et rebaptisé Phoenix again pour livrer une autoproduction en 2014 et en 2017 un CD édité chez Black Widow.

Le néo-prog italien n’est pas très bien perçu ni représenté mais ce pays nous a habitué à un savoir-faire musical si bien que l’on est pas surpris du résultat à la première écoute. La musique jouée n’est pas déroutante sans pour autant être conventionnelle. Neuf morceaux atmosphériques sont proposés, avec au milieu une étonnante exécution rappelant les meilleurs instants de King Crimson. Seules deux compositions parmi les neuf signées Sergio Lorandi sont chantées. L’ensemble est agréable à écouter car chaque morceau présente un style différent, free, symphonique, avec quelques consonances folk et une tonicité générale. Du prog très contemporain comme en font Spock’beard, Bearfish ou Neal Morse.

Documents joints à cet article

Quelques tendances néo-progressives en Italie Quelques tendances néo-progressives en Italie

Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 29 juin 18:11

    « Musique lumineuse »

    c’est un peu comme une vision assourdissante

    merci pour la video
    dommage qu’ils avaient mis le micro dans les chiottes

    je sais déjà ce que je ne vais pas acheter à Noël
    ou alors pour l’offrir à quelqu’un que je n’aime pas

    • Bernie 2 Bernie 2 29 juin 22:28

      C’est un concept, chacun fait ce qu’il veut ? Pourtant adepte du bruit ultime, rien n’accroche mon oreille.

      Rien ne lie ces musiciens, c’est triste.

      Dans ce genre, j’en resterai sur cet étalon.


      • Bernie 2 Bernie 2 29 juin 23:40

        @Bernie 2

        Pourtant du bruit, j’aime ça. Quand par exemple, les big four se sont réunis pour un concert et nous livrer ce i am evil ? d’anthologie. Excusez du peu, Metallica, Megadeth,Anthrax et Slayer. Big noise !

        Une pensée aussi à celui qui nous a fait le plus mauvais des cadeaux de Noël,de partir comme ça. Du motorhead en mode survitaminé (en avait il besoin ?). C’est moche Lemmy est bourré et n’assure plus que 2 accords, mais putain que c’est bon !!


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 juin 10:39

        @Bernie 2

        Lemmy n’a pas changé. Il était déjà chargé sur scène avec Hawkwind et Dave l’a viré en 73. Metallica, je n’aime que le concert avec le SF orchestra. ça déchire. Sinon, j’avoue ne pas avoir écouté la vidéo mise en ligne dont le lien a été récupéré sur l’info-sheet de BW.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès