• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Qui trouve le cers perd la tramontane...‭ (‬II‭)

Qui trouve le cers perd la tramontane...‭ (‬II‭)

Un temple et des cérémonies pour calmer les ardeurs destructrices du Cers et surtout le remercier de chasser les miasmes portés par les vents de la mer.‭ ‬Un respect analogue me fit écrire,‭ ‬2500‭ ‬ans après le Kirkios des Grecs‭ (‬1‭)‬ :‭
« Mon pays est un océan de vignes au bord de la mer,‭ ‬couru par des vents dont les noms s’écrivent avec la majuscule.‭ ‬Je le vois en été quand une houle de pampres se donne à la caresse du Marin ou résiste aux rafales du Cers‭ ‬. ‭ » (‬3‭ ‬premières lignes Le Carignan,‭ ‬2008‭)‬.‭

Malgré cet ancrage formel dans l’antiquité,‭ ‬le Cers ne bénéficie pas du label des Appellations d’Origine Protégées‭ (‬AOP‭)‬,‭ ‬alors que la tramontane,‭ ‬vent générique‭ "‬d’origine européenne‭" ‬est promue de fait...‭ ‬La faute aux Languedociens trop français,‭ ‬la faute aussi à une amylase‭ "‬républicaniste‭" ‬trop franco-française,‭ ‬nordiste et accessoirement orientée sinon dévoyée ‭ ! ‬Vous remarquerez qu’il suffit de remplacer‭ "‬vent‭" ‬par‭ "‬vin‭" ‬pour obtenir une argumentation inversée bien que toujours dans le même sens,‭ ‬toujours à notre détriment,‭ ‬fût-ce de la part des imbéciles,‭ ‬des crapauds baveurs...‭

Qu’on dise à tous les panurgistes nomenklaturistes‭ (‬2‭) ‬et aux Languedociens‭ ‬qui n’y entendent pas malice que depuis les Romains sinon les Grecs,‭ « ‬Cersius ‭ » ‬désigne le Mistral et le Cers, seuls,‭ ‬sur les bords du Golfe du Lion,‭ ‬à avoir la particularité d’emprunter un couloir entre les montagnes :‭ ‬la vallée du Rhône pour l’un,‭ ‬le Lauragais et la vallée de l’Aude pour le second.‭ ‬Ajoutons que le Cers est mentionné sur nombre de roses des vents,‭ ‬notamment en Arles‭ (‬3‭)‬,‭ ‬à Toulouse‭ (‬vent d’ouest humide‭)‬.‭ ‬En Espagne‭ (‬4‭)‬,‭ ‬c’est le‭ "‬Cierzo‭"‬,‭ ‬jumeau du Cers et du Mistral.‭

En ce qui nous concerne,‭ ‬que le Cers soit rétabli dans l’estime et la connaissance de tous les peuples de France,‭ ‬depuis le Lauragais‭ (‬5‭) ‬et‭ ‬son aire évasée,‭ ‬en embut‭ (terme occitan, ‬entonnoir en français‭) ‬avec pour limites Agde au Nord‭ (‬6‭) ‬et Salses au Sud,‭ ‬frontière historiquement protéiforme‭ (‬militaire,‭ ‬administrative,‭ ‬linguistique...‭ ‬gastéropodique,‭ ‬si,‭ ‬si...‭ )‬.‭ ‬Et si cette limite joue aussi pour lui,‭ ‬le mystère demeure concernant son emprise sur ce piémont magique des Pyrénées que sont les Corbières.‭ ‬Dans quelle mesure,‭ ‬en effet,‭ ‬appartiendraient-elles au Cers ‭ ? ‬Après des recherches aussi longues que vaines,‭ ‬c’est en anglais‭ (‬6‭)‬,‭ ‬sur Tripadvisor,‭ ‬qu’une piste s’est enfin ouverte :‭ « ‬ The dry vent Cers brings cold weather from the Northwest while the vent Marin brings warm,‭ ‬humid air from the Mediterranean Sea‭ (‬7‭)‬. ‭ »

En attendant de poursuivre cette passionnante quête,‭ ‬terminons en précisant que si le mot cers‭ (‬ou çers‭) ‬existe en Roussillon,‭ ‬les Catalans tant du Nord que du Sud parlent de tramontane jusqu’aux environs de Tarragone où le cierzo reprend ses droits.‭ ‬Soit,‭ ‬mais en Roussillon,‭ ‬une fois passé le Fenouillèdes occitan,‭ ‬la tramontane,‭ ‬contrairement à celle qui descend de la bordure du Massif Central,‭ ‬souffle-t-elle de manière autonome ou n’est-elle pas seulement héritière du Cers des Corbières ‭ ?

Soyez gentils d’excuser une agressivité à mettre sur le compte vivifiant du Cers ‭ ; ‬n’allez pas penser que‭ « ‬ Le vent qui vient à travers la montagne m'a rendu fou‭ (‬8‭)‬ ! »,‭ ‬chez nous c’est le vent d’autan,‭ ‬tout le contraire du Cers qui est qualifié de‭ "‬vent du diable‭" ‬et de‭ "‬vent fou‭"‬,‭ ‬lorsqu’il se renforce vers l’intérieur.‭ ‬Et si,‭ ‬malgré la prudence dont il ne faut pas se départir sur l'Internet pour séparer le bon grain de l'ivraie‭ (pour le vannier, bien sûr...)‬,‭ ‬mon propos demeure partial,‭ ‬que quelqu’un me prouve que la tramontane,‭ ‬cette montagnère,‭ ‬mérite sa majuscule.‭

 ‭(‬1‭)‬ ‭ ‬La référence au passage des Grecs‭ (‬env.‭ –) ‬fait dire à André Bonnery,‭ ‬docteur en Histoire,‭ ‬président,‭ ‬entre autres,‭ ‬de‭ ‬la Société d'Etudes Historiques de Trèbes,‭ ‬dans une étude non publiée :‭ « ‬ Le Cers‭ ‬ :‭ ‬le plus ancien nom de vent de France ‭ »‬ ‭ !

(2‭)‬ ‭ ‬L’ouvrage collectif‭ « ‬ La langue de Rabelais ‭ » ‬met le mot‭ "‬Cyerce‭" ‬dans la bouche de François Rabelais‭ (‬1483‭ ‬ou‭ ‬1495-1553‭)‬,‭ ‬écrivain humaniste de‭ ‬la Renaissance :‭ « ‬ Ce bon vent de Languegoth que l’on nomme Cyerce ‭ »‬.‭ ‬L’ouvrage précise que dans le Languedoc occidental,‭ "‬cers‭" ‬désigne le vent de nord-ouest déjà relevé par Pline en Gaule Narbonnaise et défini par Jean Doujat‭ (‬1609-1688‭) ‬dans son dictionnaire de la langue toulousaine,‭ ‬en tant que‭ « ‬ vent d’occident,‭ ‬contraire à l’antan sud-est ‭ » (‬sic‭)‬.‭ ‬L’article cite aussi le dicton‭ "‬nautique‭" « ‬ Labech tardié,‭ ‬cers marinié ‭ » très contradictoireet auquel nous préférons « ‬ Labech tardièr,‭ ‬cers matinièr ‭ » (labech de fin de journée, cers au matin)‬.

(‬3‭)‬ ‭ ‬Au rang des‭ "‬aurassos‭"‬,‭ ‬les vents forts d’hiver exactement à‭ ‬303,75‭ ‬degrés,‭ ‬ce qui correspond à‭ ‬20h15‭ ‬au cadran sur‭ ‬24‭ ‬heures de l’horloge de la mairie de Salles-d’Aude‭)‬.

(‬4‭)‬ ‭ ‬Le long de la vallée de l’Èbre de l’Aragon et‭ ‬la Navarre jusqu’au delta.‭

(5‭)‬ ‭ ‬Tréziers‭ (‬Aude‭ ‬/‭ ‬entre‭ ‬300‭ ‬et‭ ‬530‭ ‬m.‭ ‬d’altitude‭) ‬aux confins de l’Ariège,‭ ‬non loin de Mirepoix.‭ ‬Sur le site robert.faure.pagesperso-orange‭ « ‬ Ainsi le logement du desservant appelé‭ « ‬ la capélanie ‭ » ‬contre toute logique était adossé à la façade ouest,‭ ‬à l'opposé du village.‭ ‬C'est l'endroit le plus exposé aux vents de Cers et aux averses de l'hiver ‭ »‬.‭ ‬Plutôt que de limiter le passage du Cers au seuil de Naurouze,‭ ‬il faut considérer le Lauragais au sens large,‭ ‬entre la montagne Noire au Nord,‭ ‬le Plantaurel et les Corbières au Sud...‭

(6‭)‬ ‭ ‬Le site Hérault-tribune mentionne la tramontane et le cers pour l’aéroport de Béziers,‭ ‬aux abords de Cers,‭ ‬le village dont l’origine est partagée entre la forme en circulade et notre vent‭ ‬/‭ ‬J’ai cherché aussi‭ « ‬ Alignan-du-vent ‭ »‬,‭ ‬à côté de Pézenas mais l'appellation ne désigne qu’une zone favorable à l’implantation d’un moulin...‭

(7‭)‬ ‭ ‬Il faut que ce soit les Anglais,‭ ‬un peu comme pour la connaissance de l’occitan avec des spécialistes allemands qui ont une longueur d’avance...‭ ‬Peut-être encore une conséquence du jacobinisme à la française ‭ !

(8‭)‬ ‭ ‬(Victor Hugo.‭ ‬Guitare‭ ‬/‭ ‬poème repris par Brassens‭ ‬Gastibelza‭)‬.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • oncle archibald 26 novembre 2013 10:57

    Je ne résiste pas au plaisir de donner ici l’hommage du Grand Georges à ce vent qui souffle aussi à Sète :


    Dans l’eau de la claire fontaine,

    Elle se baignait toute nue.

    Un saute de vent soudaine

    Jeta ses habits dans les nues.

     

    En détresse elle me fit signe,

    Pour la vêtir d’aller chercher

    Des monceaux de feuilles de vigne,

    Fleurs de lis ou fleurs d’oranger.

     

    Avec des pétales de roses,

    Un bout de corsage lui fis.

    La belle n’était pas bien grosse :

    Une seule rose a suffi.

     

    Avec le pampre de la vigne,

    Un bout de cotillon lui fis.

    Mais la belle était si petite

    Qu’une seule feuille a suffi.


    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 26 novembre 2013 15:29

      Brassens pensait « que c’est chez les fâcheux qu’il préfère choisir les victimes de ses petits jeux »... (Le vent 1953). 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès