• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Raluca Stérian-Nathan, un combat exemplaire

Raluca Stérian-Nathan, un combat exemplaire

A l'occasion de la sortie de son livre "L'âme tatouée" en format poche, Raluca a accepté de répondre à mes questions. Née à Bucarest (Roumanie), dans une famille d'artistes et intellectuels, rien ne laissait penser qu'elle connaitrait le pire. Et pourtant.. violée à 14 ans, mariée à 16, Raluca n'a jamais cessé de croire en des jours meilleurs afin d'atteindre son rêve : devenir actrice.
Tortures, faim, angoisses, solitude, elle a tout connu et a tout vaincu. Avec ses cicatrices de la vie tatouées dans le coeur et l'âme, elle raconte sa vie dans son oeuvre autobiographique "L'âme tatoué", afin que chaque personne (et femme principalement), comprenne qu'il y a toujours de l'espoir, même si tout semble perdu. 

Un petit accent qui trahit ses origines, une légère touche d'humour et toujours cette positivité à toute épreuve, Raluca reste une femme étonnante. Une rencontre émouvante et époustouflante. Un véritable modèle d'espoir et de persévérance. 

Façon De Parler (FDP) – Pourquoi avoir eu envie de raconter votre histoire si douloureuse au travers d'un livre ? 

Raluca Sterian-Nathan - J'ai écrit ce livre parce que j'ai vécu des moments très difficiles, comme tous les gens de l'Europe de l'est à cette époque. On a vécu la guerre, les Nazis, la dictature communiste, avec tout ce que ça comporte (tortures, misère et souffrances). J'ai pensé que mon témoignage serait intéressant à lire pour ceux qui ont vécu la même chose ou même pour les autres. Je voulais vraiment axer sur mon évolution à travers tout cela et également, parler de ma maman que j'ai énormément aimé et admiré.

FDP - Votre livre est vraiment autobiographique ? Il n'y a aucun passage romancé ?

Raluca Sterian-Nathan - Non, non non, tout est basé sur des faits réels et du ressenti. J'ai réellement vécu la moindre ligne de mon livre.

FDP – Et pourquoi ne pas l'avoir écrit avant ? Pourquoi avoir attendu autant de temps avant de partager votre histoire ? 

Raluca Sterian-Nathan - J'ai voulu l'écrire depuis très longtemps, mais j'ai aussi longtemps hésité... Je me suis demandé si c'était vraiment nécessaire. Et puis j'ai lu d'autres livres qui étaient publiés sur cette période, qui ne m'ont pas paru tout à fait exacts. C'est à ce moment que je me suis lancée car je trouvais important de remettre les choses dans leur contexte. Mais plus que tout, je voulais aussi donner de l'espoir, parce que finalement, si l'on se bat, on arrive à s'en sortir.
J'ai eu l'occasion de recevoir plusieurs témoignages (notamment de femmes) mais l'une d'entre elle m'a dit une phrase qui m'a beaucoup touchée : "Votre livre m'a permis de continuer à vivre". C'est cet espoir là, que je voulais donner.

FDP – Vous êtes donc un exemple à suivre pour bon nombre de femmes, comment vivez-vous cela ?

Raluca Sterian-Nathan - Je crois aux miracles. Ben Gourdion disait "Celui qui ne croit pas aux miracles n'est pas réaliste" et je crois qu'il a raison. Tous les témoignages me vont droit au coeur et j'en suis très contente. 

FDP – Votre plume est surprenante : légère et humoristique parfois. Est-ce une façon de "dédramatiser" votre passé ou est-ce que c'est tout simplement votre nature ?

Raluca Sterian-Nathan - C'est ma nature. Je crois que l'humour et le rire m'ont énormément aidé à survivre. J'ai écrit en racontant mon histoire, avec mes mots et mes ressentis, tels que je les ai vécus. Je n'ai jamais cessé de rire et de m'amuser lorsque je le pouvais.

FDP – Y a-t-il un moment où vous avez douté et eu envie de mettre fin à vos jours ?

Raluca Sterian-Nathan - Oui, ça m'a effeluré l'esprit, surtout quand il n'y avait quasiment plus d'issues, mais j'ai aussi un ange gardien formidable. Il m'a tenu par le bras quand je voulais faire des bétises ! (rires). Je crois profondément qu'en chacun de nous, il y a une force insoupçonnée, qui se déclenche dans les moments très difficiles. C'est une force de réaction, qui nous permet de continuer et qui existe en chaque être humain et surtout chez les femmes, car elles sont porteuses de vie.

FDP – Et vous ? Qu'est ce qui vous donnait envie de vous battre au quotidien ?

Raluca Sterian-Nathan - Je crois que c'était tout simplement l'envie de survivre. C'était presque inconscient. Chaque jour était un calvaire et je ne connaissais pas le lendemain, mais je gardais espoir. J'ai eu beaucoup de chance. J'ai vécu toute ma vie sans illusions, mais avec beaucoup d'espoir.

FDP – Votre maman que vous aimiez tant, avait-elle aussi cette même force, vous avez puisé tout ce courage chez elle ?

Raluca Sterian-Nathan - Ma maman était un être extraordinaire et fragile en même temps, que j'ai perdu quand j'avais 20 ans. Une des plus grosses souffrances de ma vie reste incontestablement sa perte. Mais uniquement son souvenir et certainement sa présence spirituelle, m'ont guidé et aidé.

FDP – Pourquoi avoir eu envie de partir en France ? 

Raluca Sterian-Nathan - On était de culture francophone. Toute ma famille était tournée vers la France. Les premiers livres que j'ai lus étaient ceux de la Comtesse de Ségur (rires). C'est donc ma famille qui m'a transmis ce désir.

FDP – Pensez-vous que la société Française, avec les dérives actuelles, peut laisser entrevoir un certain retour en arrière ? 

Raluca Sterian-Nathan - Vous savez, je suis très perplexe. Lorsque je suis arrivée en France, c'était très difficile pour moi parce que je ne connaissais personne, mais c'était "possible". Maintenant, tout le possible devient impossible et je trouve cela extrêmement douloureux. Ce que je ressens profondément, c'est que l'on arrive à une fin de civilisation. Et toutes les fins de civilisations sont très perturbantes. J'ai l'impression que les citoyens sont en recherche de la "vraie vie", car nous sommes en train de vivre dans une vie virtuelle. Les gens ont perdu leurs racines et ont besoin de les retrouver. Notre façon de vivre nous a détaché de la Terre, on a plus de liens profonds, comme on avait avant.

FDP – Mais vous pensez qu'un retour aux sources est encore possible ?

Raluca Sterian-Nathan - Vous savez, j'étais très amie avec Larza Del Vasto, qui a écrit "Le retour aux sources". Je crois que c'est l'une des choses les plus importantes. Mais ce ne sera possible que si vous le voulons.. Il faut le vouloir, c'est ça le problème : il faut convaincre les gens de vouloir ce retour, parce que ça ne sert à rien d'y penser. J'ai toujours été influencée par une phrase de Clémenceau : "D'abord, il faut savoir ce qu'on veut, après, il faut avoir le courage de le dire et enfin, l'énergie de le faire" et c'est ce qu'il manque aujourd'hui : l'énergie de le faire. Mais pour cela, il faut déjà réapprendre à se voir, car on ne se voit plus, on communique via des machines.

FDP – Justement, lorsque l'on parle de rencontrer du monde, vous avez été actrice, un métier que vous aviez toujours rêvé de faire. Est ce que votre vécu vous a aidé à endosser plus facilement tous les rôles que vous avez pu jouer ? 

Raluca Sterian-Nathan - Oui. Le fait d'être comédienne, était inscrit dans mes gênes. Ma tante était comédienne, mon arrière-tante également, c'est l'ambiance dans laquelle j'ai grandi. D'abord, j'ai commencé par faire de la danse. Mon père voulait que je continue dans ce domaine, mais rapidement, j'ai préféré le théâtre, car c'était le moyen d'expression qui me convenait. Je pense que mon parcours dans la vie, m'a aidé à jouer plus facilement différents rôles.

FDP – Peut-on dire aujourd'hui que vous avez réussi votre vie ?

Raluca Sterian-Nathan - Oh vous savez, c'est une question qui demanderait une très longue réflexion...(rires) Et je ne sais pas si on réussit sa vie ou si on fait sa vie, tout simplement. Pour moi, c'est le chemin qui compte, celui qu'on a fait. Le mien me semble extrêmement intéressant car c'est grâce à ce chemin, que j'ai réussi à évoluer, en partie. Donc je suis plutôt contente d'avoir évolué un peu.

FDP – Vous pensez que c'est dans la souffrance que l'on trouve l'ouverture d'esprit et l'évolution ?

Raluca Sterian-Nathan - Oui.. Je crois que l'être humain, d'une manière générale, malheureusement, n'évolue que dans la souffrance. Tout simplement parce que ça vous fait comprendre aussi la souffrance des autres. On évolue à travers tout ça, avec toutes les difficultés bien sûr, qui vont avec, mais on arrive malgré tout à monter quelques marches. Des marches qui vous amènent vers d'autres dimensions, l'âme est une grande voyageuse (rires). Elle voyage beaucoup et chacun a son parcours, c'est pour cette raison que j'aime à dire que nous sommes tous égaux mais tous différents.

FDP - Y a-t-il quelque chose que vous aimeriez faire et que vous n'avez pas encore fait ou connu dans la vie ?

Raluca Sterian-Nathan - Oh oui, certainement ! Déjà j'aimerais encore écrire, si Dieu le veut. Puis j'aimerais surtout faire encore un peu plus pour les autres que ce que j'ai fait jusqu'à présent. "Tout ce qui n'est pas donné est perdu"... et moi, je ne voudrais pas que ça se perde ! (rires). Les rencontres ne doivent pas s'arrêter, il faut qu'elles continuent car elles font avancer dans la vie !

Remerciements à Raluca Sterian-Nathan pour le temps accordé et cette rencontre forte en émotions.


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès