• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Raoul » de James Thierrée par atavisme Chaplinesque

« Raoul » de James Thierrée par atavisme Chaplinesque

La force de Raoul est de laisser la porte grande ouverte à la multiplicité des interprétations ; sa faiblesse est de se présenter comme un spectacle égocentrique. L’étalage de savoir-faire mettant en exergue une souplesse physique frisant l’indécence, James Thiérrée se donne le beau rôle en énonçant que l’artiste est exclusivement absorbé par la forme et qu’ainsi, la contribution du spectateur est d’y mettre du fond... à chacun donc, le fond qu’il souhaite.

Impliqué dans ce jeu de dupes, l’inconscient fait irruption sur scène en dupliquant le héros d’un double inquisiteur, agressif et destructeur.

Alors, tel un Don Quichotte pris dans la tourmente de ses démons, Raoul va devoir se battre avec les forces noires qui cherchent à le terrasser devant son public.

Taureau et Torero ne forment qu’une entité qu’il va falloir dépouiller des faux-semblants qui égrènent le one-man-show, du plus simplet au plus complexe.

Protégée par un Surmoi des plus flatteurs, la carapace va s’effriter en temps réel en laissant s’abattre sur les planches du Théâtre de la Ville, à l’instar d’un gigantesque jeu de Mikado, le sweet-home du sauvage replié sur son confort de bonne fortune.

Dans un déluge mirobolant de poutrelles d’aciers, de tubes alambiqués, de voilures au grand large, de cordages élastiques jusqu’à la moelle des os, et confronté à un bestiaire mythologique, le délire de Raoul va se communiquer, en polyphonie, au grand public n’y voyant, en lieu et place, que de la magie, grandeur nature.

Cependant à force d’être ébaubi et à moins que de croire délibérément à ses rêves, force est de constater que le roi est nu, à l’instant même où il serait catapulté dans les cintres.

Certes, « Raoul » est une chanson de gestes audacieux défiant les lois de la gravité, au propre comme au figuré, mais il lui faut prendre garde au tourbillon de la simulation qui amènerait James à tourner en rond avec son image superposée, en toile de fond, à celle de la généalogie des Chaplin.

photo © Richard Houghton 

RAOUL - *** Theothea.com - de & par James Thierrée - Théâtre de la Ville -

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès