• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > RD CONGO – Lumumba : Il y a 53 ans…

RD CONGO – Lumumba : Il y a 53 ans…

Il y a 53 ans mourrait Patrice Emery Lumumba, le héros de la lutte pour l’indépendance de la République Démocratique du Congo. La date du 17 janvier est, depuis, restée un jour de recueillement et d’éveil des consciences à travers le pays, et à juste titre. 

En effet, le leader congolais périt sous les balles des agents belges et américains[1] dans une brousse du Sud-Est du pays, dans la province, alors sécessionniste, du Katanga. A ses côtés, deux compagnons de lutte : Maurice Mpolo et Joseph Okito, tous les deux ministres du premier, et seul gouvernement de l’histoire du Congo issu d’élections démocratiques, et que dirigea Patrice Lumumba.

La lutte que mena Lumumba, jusqu’au sacrifice suprême, ne fut pas vaine pour autant. Quelle que soit la situation chaotique dans laquelle se « morfond » le Congo, aujourd’hui déchiré par la guerre, le pays n’est plus une colonie de la Belgique et son existence est reconnue en tant qu’entité souveraine dans le concert des nations.

On ne mesure pas d’emblée les épreuves qui jalonnent le parcours d’une nation en lutte pour son indépendance politique et sa reconnaissance internationale en tant qu’entité souveraine. A ce titre, Lumumba mérite amplement les hommages que des millions de Congolais, et bien d’autres gens à travers le monde, rendent chaque année à sa mémoire.

Il faut toutefois reconnaître que la lutte du Martyr congolais fut une œuvre inachevée, et, de toute évidence, il ne pouvait pas en être autrement. Le progrès économique et social qu’il aurait apporté au peuple congolais, dans la foulée de l’indépendance politique, requérait la maitrise préalable des paramètres qui étaient hors de portée. Le pays est, depuis, resté à la traîne[2], en dépit de ses immenses ressources naturelles.

L’indépendance fut acquise dans la douleur, et les colons belges, qui auraient pu constituer une rampe de lancement vers le progrès économique, en préservant les acquis matériels du nouvel Etat, quittèrent le pays. La cohabitation entre colons et anciens colonisés fut un défi insurmontable, et le pays se vida du personnel qualifié alors qu’il lui en fallait davantage.

Le Congo devra faire face aux défis insurmontables, aggravés par l’impréparation jusque dans les rangs du personnel politique. Celui-ci se déchira et sombra dans la violence, que l’impérialiste et le néocolonialisme s’empressèrent d’instrumentaliser. Non seulement pour « punir Lumumba », mais surtout pour poursuivre le pillage des richesses du Congo au détriment de tout un peuple.

Paradoxalement, l’acharnement des milieux d’affaires américains, britanniques et belges sur la personne de Lumumba finira par démystifier complètement le système de domination et d’exploitation des peuples qu’une poignée d’élites « capitalistes sans conscience » continue d’étendre jusqu’aux confins du monde. Un système de prédation longtemps enrobé dans le flot des discours sur la civilisation, les valeurs universelles, la démocratie,… mais qui, en réalité, n’a d’autres finalités que l’accaparement des richesses des nations au profit d’une poignée d’individus.

Mais sur ce point, le Congo ne sera pas une exception. La dernière crise internationale a révélé que même des nations très avancées semblent démunies face à la voracité du « système dominant ». Mais ça, c’est une autre histoire.

Lumumba fit sa part de lutte, aux générations suivantes d’assumer la leur.

Boniface MUSAVULI



[2] Le Congo est tout dernier au classement mondial de la pauvreté (186ème sur 186 pays). Voir rapport PNUD 2013  : http://hdr.undp.org/sites/default/files/hdr_2013_french.pdf

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 17 janvier 2014 17:13

    Les colonisateurs veillent sur l’Afrique avec les yeux de Chimène...On va quand même pas laisser toutes ces ressources a ces sauvages..Allo..enfin quoi.. ?


    • asterix asterix 17 janvier 2014 19:52

      Pas vraimment d’accord avec toi sur ce coup-ci, Musa.
      Lumumba est un mythe, pas autre chose. Il a appellé à la violence et est mort par la violence. Si l’immédiate post-indépendance du Congo ne s’est pas bien passée, c’est en partie par sa faute. Sa haine de l’ex-colonisateur et le fait qu’il soit un agent déguisé de l’URSS ont fait qu’il est vite devenu non désirable. Même si l’ex Société Générale de Belgique a tout fait pour l’éliminer, il n’en revient pas moins que la Belgique a laissé entre les mains du peuple congolais le pays le mieux organisé, le plus doté d’infrastructures et d’écoles de toute l’Afrique.
      Au lieu de continuer dans cette voie, Lumumba a tout voulu soviétiser et appelé maintes fois à chasser tous les Blancs du pays, sans faire le tri entre ceux qui étaient là pour aider le pays et ceux qui n’admettaient pas qu’on ne les laisse plus le piller.
      Aujourd’hui, le pillage, c’est la Kabila Company. Le Congo n’y a pas gagné.
      Non, Lumumba ne fut pas Mandela, loin de là.
      Cinquante ans plus tard, une image déformée ressurgit... S’il n’avait pas été si vengeur, le destin du Congo aurait été tout différent, du moins laisse-moi la faiblesse de le croire.
      Bien à toi


      • MUSAVULI MUSAVULI 17 janvier 2014 21:26

        Asterix, tu sais que nous avons toujours fini par être d’accord. Mon article ne peux pas être un point de désaccord entre nous deux. Je dis que les Belges présents sur au Congo au moment de l’accession du pays à l’indépendance auraient pu être la « rampe de lancement » pour un Congo qui, 53 ans plus tard, n’aurait sûrement rien à envier aux pays comme le Japon.

        Je ne peux pas accabler Lumumba pour des raisons que tu devines aisément. Je dis seulement que la cohabitation entre colons et colonisés s’avéra impossible. David Van Reybrouck (Congo, une histoire) est du même avis. Or, cette cohabitation était la seule condition pour maintenir le Congo sur sa lancée économique. Lumumba pouvait-il s’entendre avec les colons ? On peut inverser la question : « les colons, pouvaient-ils accepter Lumumba en tant qu’autorité légitime du Congo ? » Il me semble, Asterix, que l’avenir du Congo s’est essentiellement joué autour de ces deux questions. Bien entendu, les Américains et les Russes ont vite fait de s’engouffrer dans la faille. Aujourd’hui, des instructeurs militaires belges sont au Congo pour tenter de rebâtir l’armée congolaise. Tu te rends compte, à quel point nos deux peuple ont perdu du temps alors qu’il leur suffisait de marcher la main dans la main. A la place, on s’est déchiré. On n’y a rien gagné. Mais je continue de croire que c’était aux Belges de fournir le plus d’effort en matière de compréhension. Ils auraient dût accepter tout de suite la nouvelle donne. Nous y avions tout à gagner, mais nous y avons tout perdu, et nous tous. J’entends encore les Belges répéter avec amertume : « tout cela ne nous rendra pas le Congo ». Et dire que même les Congolais répètent la même formule en voyant dans quelle misère ils croupissent pendant que les richesses de leur pays sont pillées.

      • César Castique César Castique 17 janvier 2014 23:26

        « ...la « rampe de lancement » pour un Congo qui, 53 ans plus tard, n’aurait sûrement rien à envier aux pays comme le Japon... »


        Vous vous fondez sur l’exemple d’un autre pays subsaharien pour affirmer cela ? 

        Et pour le reste, j’attire votre attention sur deux chiffres : en 1961, le PIB/hab, en dollars internationaux Geary-Khamis de 1990, était de 4426 $ au Japon et de 659 $ au Congo belge.



      • rugueux 18 janvier 2014 10:34

        Lumumba n’était qu’un petit employé des postes qui détournait des mandats postaux...Communiste de la pire espèce, totalement inféodé à l’URSS il n’avait qu’un seul objectif : mettre son pays sous le tutelle du bloc de l’est...

        Il voulait tout collectiviser et chasser tous les blancs, belges ou pas....

        Quant à votre tirade sur le Japon c’est à mourir de rire pour qui connait un peu l’Afrique ce qui ne semble pas être votre cas, même si vous êtes africain...

        Le Gabon, la Guinée, le Zaïre sont des pays que la nature a très généreusement dotés...tout comme l’Afrique du sud et pourtant dans ces pays 50 ans d’indépendance n’ont rien produit si ce n’est que corruption, népotisme, famine, guerre, incompétence, viol de masse, guerre civile...L’Afrique du sud est par contre le pays le plus développé d’Afrique subsaharienne...Devinez pourquoi ?

        Et ne me dîtes que le développement de l’Afrique du sud s’est bâti sur l’oppression des noirs...Si opprimer son peuple était un gage de développement la Guinée Equatoriale de Macias Nguema ou le Tchad d’Idriss Deby seraient bien loin en avane sur l’Europe, le Japon et les USA réunis...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès