• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Réhabilitation en Suisse, pour un procès en sorcellerie de 225 (...)

Réhabilitation en Suisse, pour un procès en sorcellerie de 225 ans

Anna Göldi est morte à l’âge de 48 ans, en Suisse, décapitée le 13 juin 1782 à Glaris, il y a 225 ans, sous l’accusation de sorcellerie, ou plutôt d’empoisonnement puisqu’à cette époque le crime dont elle était accusée était déjà si suranné, qu’il a fallu trouver un autre terme. Elle a été réhabilité par le parlement glaronnais ce mercredi, à l’issue d’un débat. Décrite comme la dernière sorcière d’Europe a avoir été condamnée, elle ne serait que l’avant-dernière, puisque deux Polonaises auraient été brûlées par la suite en 1793. Issue d’une famille pauvre, elle était mère de trois enfants, dont le deuxième mourut juste après la naissance, après quoi elle devint servante dans la famille d’un médecin.
Parmi les cinq filles de son nouveau patron, dont elle s’occupait, l’une mourut à l’âge de 8 ans. La petite Anne-Miggeli était devenue malade, juste après le renvoi de la servante et, aux dires des témoins, semblait comme possédée, et souffrait de convulsions et de fièvre. Une rumeur disait à l’occasion de la mort de cette enfant, qu’avaient été retrouvés dans son bol de lait des aiguilles, ainsi que dans le pain et dans le bol d’une de ses soeurs, puis elle aurait recraché, toujours selon la rumeur, des aiguilles, parmi le sang, et en aurait recraché chaque jour jusqu’à la fin.
Torturée pour obtenir des aveux de sa relation avec le diable, afin de corroborer l’accusation de magie noire, puis jugée, initialement pour sorcellerie, ce qui aurait normalement dû lui valoir le bûcher, châtiment traditionnel des sorcières, Anna Göldi sera décapitée pour empoisonnement après que des dossiers furent détruits, l’accusation de sorcellerie étant dépassée pour l’époque.
Dans un livre enquête, un journaliste glaronais, Walter Hauser, évoque la vie d’Anna Göldi sous le titre Der Justizmord an Anna Göldi (Anna Göldi assassinée par la justice), avec documents à l’appui, parfois inédits : pour lui, le conseil évangélique n’avait aucune compétence pour juger la servante. Toute l’Europe s’était émue de ce procès en sorcellerie, ce qui peut expliquer que la peine ait été commuée de sorcellerie à empoisonnement. Son livre est devenu contre toute attente un véritable "best-seller" chez nos voisins suisses, ce qui s’explique selon l’auteur par "le mélange de mysticisme, de suspense, de sexe et de crime - qui plus est dans les hautes sphères de la société, qui composait l’affaire". C’est à l’initiative de ce journaliste que le recours a été déposé devant le parlement de ce canton. Le conseil d’Etat et l’Église réformée, initialement à l’origine de la condamnation, et désireux de laisser tout cela au passé, se sont opposés à cette réhabilitation, qui a tout de même été votée par 37 voix contre 29.
Entre 50 000 et 100 000 personnes ont été brûlées vive en Europe pour sorcellerie, entre le XVe et le XVIIe siècle, il s’agissait de femmes pour 95 % d’entre elles.
Un avis de recherche avait été lancé après la servante, il est retraduit dans Wikipédia (traduction libre d’un dialecte difficile) :
Le méritant État glaronais, de confession évangélique, offre par la présente, pour la découverte d’Anna Göldin décrite plus loin, une récompense de cent couronnes ; de même est demandé aux hautes et plus hautes autorités et à leurs représentants officiels, de procurer toute l’aide possible à la capture de cette personne ; ajoutons qu’elle a commis l’acte incroyable, d’apporter une quantité d’épingles et autres choses par des moyens secrets et presque incompréhensibles contre une petite fille innocente de 8 ans.
Anna Göldin, de la commune de Sennwald, appartenant au district de Haute-Saxe et Forstegg, dans la région zurichoise, environ 40 ans, stature large et grande, à l’allure épanouie et rougie, des cheveux et des sourcils noirs, avec des yeux gris un peu malsains, qui sont d’habitude passablement rougis, son apparence est négligée, et elle parle dans son dialecte sennwaldois, porte une jupe moyennement colorée, un haut de corps bleu avec des rayures, en dessous un corset bleu, une veste damassée et grise, des bas blancs, un bonnet noir, en dessous une coiffe blanche et elle porte un foulard en soie noir.
Date, le 25 janvier 1782

La chancellerie de Glaris, de confession évangélique


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Odal GOLD Odal GOLD 28 novembre 2007 20:23

    Helen DUNCAN a été la dernière personne à être condamnée pour sorcellerie en Grande-Bretagne. A l’occasion du 50ème anniversaire de sa mort, sa famille a demandé sa réhabilitation officielle.

    Pendant une séance de spiritisme au cours de la Seconde Guerre Mondiale, Duncan avait affirmé être en contact avec le fantôme d’un marin du croiseur HMS Barham, qui lui avait révélé que le navire avait été coulé. L’information était exacte, mais le ministère de la Guerre avait gardé le secret sur cette défaite. Du coup, elle fut condamnée à neuf mois de prison pour « sorcellerie ». « Le plus dur, c’est qu’elle a été accusée de trahison, dit la petite fille de Duncun. Quand elle est sortie de prison, elle n’était plus la même. » Dommage que sa boule de cristal ne l’ait pas avertie de la réaction des autorités.....(Lu dans le journal Marianne).

    > http://odalgold.blog4ever.com/blog/lirarticle-106908-323942.html

    Odal GOLD www.odalgold.com


    • dionysos 29 novembre 2007 21:49

      225 ans, il était temps. La justice a parfois de ces lenteurs...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Blaise

Blaise
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès