• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Rembrandt est à l’honneur

Rembrandt est à l’honneur

Enième anniversaire que cette année Rembrandt (né en 1606) ? Heureusement pas seulement ! Rien qu’à Paris, trois expositions uniques présentent des œuvres plus familières des coffres sombres que des regards de curieux. Résumons-nous : le Louvre a choisi de présenter une série de dessins, le Petit Palais et la Bibliothèque nationale (site Richelieu) se sont tournés vers les gravures. Des œuvres trop sensibles à la lumière pour faire partie des expositions permanentes de musées.

Parce que l’histoire a fait que les plus belles gravures et quelques-uns des plus beaux dessins du peintre d’Amsterdam sont conservés à Paris, parce qu’aussi les œuvres graphiques n’attirent jamais autant de monde que les peintures, il faut courir voir ces trois expositions et plonger sans retenue dans le travail « à l’œuvre » du peintre d’Amsterdam. Une expérience qui réouvre le regard sur le réel, dans sa richesse et jusque dans ses laideurs...

A la plume, à la sanguine, à la pierre noire, Rembrandt croque un vieillard assis dans son fauteuil, une femme et son enfant mendiant, des paysages horizontaux, des animaux de zoo... Non destinés au public, travail quotidien de l’artiste, c’est l’intimité de son univers qu’ils nous révèlent. Une curiosité de tout mais surtout une attention sans pareille à des attitudes sans pose, des expressions sans démonstration outrancière. La main de Rembrandt a la nature subtile et délicate. C’est la douceur de son regard sur le monde qui saisit d’émotion devant ces croquis privés. Le travail « en train de se faire », « à l’œuvre », se produit sous nos yeux, lentement mais sûrement.

Le travail gravé lui, est au contraire, voué à la diffusion par définition. Et donc, grâce aux extraordinaires collections rassemblées par Duthuit (Petit Palais) et Marolles (BN), ce sont plusieurs versions d’une même eau-forte que nous pouvons observer et comparer. Il y a de quoi faire, en effet, dans une observation croisée, tant les métamorphoses constantes renouvellent un même sujet ! Rembrandt reprend de tirage en tirage son travail et expérimente de nouveaux éclairages, de nouveaux cadres, de nouvelles expressions.

Portraits et autoportraits, nus et scènes de genre déclinent la richesse de l’humain jusque dans ses travers. La Pisseuse, par exemple, populaire, voire grossière, est un drôle de pendant aux portraits de notables qui firent la fortune précoce de Rembrandt et sa notoriété extraordinaire. Lui-même joue de son propre physique, peu gracieux a priori : ici les yeux exorbités, ici fronçant les sourcils, là posant tel un prince de la Renaissance, jamais le même... mais d’une vitalité débordante.

Quels que soient ses modèles, souvent d’ailleurs familiers (ses deux épouses Saskia et Hendrickje, son père, sa mère, son fils Titus), la perfection plastique de l’intéresse pas. Pas plus d’ailleurs que le spectacle monotone des paysages hollandais. Quelques troncs, un orage finissant, une ferme et son moulin suffisent à retenir son attention la plus aiguë. Et la magie opère... On se prend à trouver sublime ce corps nu de femme pas toute jeune, aux rondeurs déjà flasques, ce vieillard triste, cette femme serrant son enfant contre elle. La réalité telle que la voit l’artiste prend une ampleur inouïe. Parce qu’il n’y a là rien que de très commun, c’est nous-mêmes et nos voisins de visite que nous osons voir autrement.

La diversité des éclairages et leur subtilité sont sans égal bien sûr, elles ont fait le succès de Rembrandt depuis quatre siècles et fascinent encore à juste titre. Il y a ces célèbres effets de clair-obscur, ces effets d’apparition christiques, etc. Il y a surtout un rapport à la lumière qui nous ramène vers l’ombre. Le devant de la scène n’est pas là où on le croit, du côté des « spotlights ». Non, c’est dans l’ombre, voire au cœur de la nuit (comme dans ces Adorations des bergers ou ces Fuites en Egypte) que les plus belles émotions s’éveillent. C’est encore dans un entre-deux indécis, entre ombre et lumière, trouble, voire inquiétant, que Rembrandt nous invite à creuser, à avancer, à écarquiller les yeux.

Voilà pourquoi ces trois expositions sont incontournables et salutaires ! Si je peux me permettre, j’ajouterai que les voir toutes les trois successivement dans la même journée est une expérience d’une rare densité. Bon voyage...


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Emile Mourey Emile Mourey 12 décembre 2006 11:50

    @ l’auteur

    Vous écrivez très justement : Portraits et autoportraits, nus et scènes de genres, déclinent la richesse de l’humain jusque dans ses travers... Lui-même joue de son propre physique.

    Bravo ! Enfin quelqu’un qui a compris qu’un peintre tel que Rembrandt n’est pas seulement un génie de la peinture mais qu’il y a dans ses tableaux toute une réflexion sur l’homme et sur l’humanité.

    Toute l’œuvre de Rembrandt montre, en effet, qu’il s’est représenté tout au long de sa vie, un peu comme s’il voulait sonder l’homme au travers du spécimen qu’il était. Ainsi s’expliquent ses portraits où suivant son humeur, il s’est représenté plus beau qu’il n’était ou plus laid, riant ou en colère, richement vêtu ou mendiant. Ainsi s’expliquent les deux tableaux qui marquent l’événement le plus important de sa vie... son mariage (voyez mon site http://www.bibracte.com, mes tableaux préférés).



    • Emile Mourey Emile Mourey 12 décembre 2006 12:21

      Rectification

      Lire : Tout l’oeuvre de Rembrandt


    • ohlala (---.---.124.230) 12 décembre 2006 11:53

      @ l’auteur de l’article : c’est magistralement écrit et vous faites très bien passer par les mots ce que vous avez su voir, lumières, ombres, personnages, nus, intimités, silences, mystères, la Vie vue par Rembrandt.

      J’aime votre approche sans complexe :

      A votre dernier paragraphe (lumières sur la Cène), je vous trouve également remarquable pédagogue. Il n’est pas si courant de lire des textes qui communiquent comme vous le faites l’envie du dessin, de la peinture, d’une expo. Non de trois expos, parce-que militante avec ça ! Bravo et merci du conseil. N’hésitez pas à revenir par ici.


      • Antoine Diederick (---.---.250.23) 12 décembre 2006 19:10

        Herlijk....

        Dessinateur extraordinaire, graveur génial, peintre moderne avant la lettre et surtout contemplateur de l’au-de-la.

        Rembrandt est génialement génial.

        Il faut s’asseoir au musée pour regarder longuement la Ronde de Nuit et un message métaphysique alors s’approche.

        Rembrandt est une révélation continue, comme Velasquez.


        • Antoine Diederick (---.---.250.23) 12 décembre 2006 19:19

          A la fin du mois d’Aout, entre chiens et loups, le soleil lèche d’or la Flandre et le Nord. C’est étincelant lorsque cette lumière très extraordinaire se coule le long des façades des petites maisons ds la campagne et que les arbres sont comme couverts de feuilles d’or et d’oranges curieux comme au jardin d’Arcadie. C’est comme cette lumière sur le casque de l’homme peint par Rembrandt, cette lumière des chambres obscures visitées par l’Esprit. C’est rais qui entrent ds les petites fenêtres et qui se fixent sur les objets pour dire combien ils existent mais surnaturellement, ainsi que nous - mêmes.


        • Antoine Diederick (---.---.250.23) 12 décembre 2006 19:22

          evidemment mon lyrisme se trouve baclé par l’autographe...

          et donc...nous lirons...« ces rais... »

          Bref, vous aurez compris Rembrandt....c’est ....ya pas de mots.


        • Antoine Diederick (---.---.250.23) 12 décembre 2006 19:29

          Il y pour le moment à Bruxelles, une exposition Spilliaert...qui nous parle aussi de ces lumières particulières du Nord et qui « parlent » mais autrement . A la manière d’un expresssionnisme particulier et précurseur un peu comme ds le « Le cabinet du Docteur Caligari ».

          L’expo Spilliaert —je ne crois pas me tromper— sera à Paris en 2007.


        • Demian West 14 décembre 2006 08:47

          Je me permets d’ajouter à l’excellente communication faite par Hélène Mungier sur cet événement majeur de l’art : Que ces expositions en lien se situent mieux encore, entre l’exposition qu’on put voir à l’Hôtel de Ville de Paris et consacrée au photographe Willy Ronis, dont on saisit toute l’influence consciente qu’il sut prendre au pittoresque des scènes de genre flamandes dont celle de Rembrandt ; et la sensationnelle exposition sur Venise et l’Orient ottoman présentée à l’IMA, qui manifeste les origines du goût des costumes orientaux dans l’art et du commerce des pigments et des objets d’artisanat qui transformèrent tout l’art occidental.

          Ce parcours d’exposition serait comme une progression à rebours vers les origines d’un art plus mêlé et libéré à l’époque jusqu’à la nôtre, à nouveau entre Orient et Occident.

          Demian West

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès