• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Retour sur Frank Zappa

Retour sur Frank Zappa

Frank Zappa est un musicien américain qui s’est essentiellement fait remarquer pour son génie de la composition, son art guitaristique et son cynisme, particulièrement à l’égard de l’orthodoxie américaine. Plus de 70 CD, des livres, des films et un langage qu’il est compliqué de décrypter. Quelques auteurs se sont risqués à décoder le monstre.

En Angleterre, Ben Watson possède sa méthode : la zappologie. Il s’agit pour lui d’éclairer Zappa aux lumières de la philosophie et de la littérature. Dans The Negative Dialectics of Poodle Play, il fait intervenir Platon et James Joyce pour nous aider à comprendre pourquoi le caniche est indispensable dans les albums de Frank Zappa.

En France, Guy Darol et Dominique Jeunot n’ont pas reculé devant la tentation sémiotique. A partir d’un savant glossaire, ils ont analysé toutes les faces de Z à A. Avec plus de cent entrées (Amérique, Télévision, Satire, Politique, Pollution, Censure, Caniche...) leur dictionnaire apparaît comme une assistance obligatoire à la compréhension de cette oeuvre.

Zappa de Z à A (Le Castor Astral, 2005) prolonge un essai de Guy Darol (Frank Zappa, l’Amérique en déshabillé, Le Castor Astral, 2003) qui présente un Zappa militant contre la censure et les forces obscures du puritanisme. Ce livre a la vertu d’interpréter des textes souvent difficiles d’accès pour un Européen. Guy Darol se fait alors politologue, historien de la censure et du fondamentalisme chrétien. En lisant ce livre, on comprend pourquoi Zappa n’a jamais percé dans son propre pays, et pourquoi son oeuvre fut toujours choyée dans les régions du monde soumises à la pression des interdits sous toutes leurs formes.

Comme Ben Watson et Guy Darol, Pacôme Thiellement (Economie Eskimo, éditions MF, 2005) utilise les passerelles de la philosophie et de la littérature pour pénétrer l’immense continent élaboré à partir des années 1950 juqu’au début des années 1990 par un musicien respecté par Pierre Boulez, Kent Nagano, Zubin Mehta, avec lesquels il travailla. Cet essai fait appel à Spinoza et aux Residents pour tenter de percer le secret de la continuité conceptuelle, une formule que Zappa lâchera dans l’album Apostrophe et qui devient, à mesure que paraissent des études de plus en plus fouillées, la clé qui ouvre toutes les perspectives.

Sans doute les biographies sont-elles utiles pour suivre pas à pas le processus de l’élaboration de cette oeuvre plurielle, mais Frank Zappa avait porté un sévère discrédit à l’égard de ceux qui prétendent raconter sa vie. Pour se protéger des biographes imparfaits, il avait publié une autobiographie, The Real Frank Zappa Book. Celle-ci est disponible en traduction française aux Éditions de l’Archipel (2005). Méfiant à l’égard des raconteurs de faits approximatifs, il semblait au contraire intéressé par les commentateurs intrépides de son oeuvre. Ben Watson en témoigne dans (et par) son volumineux essai (plus de 600 pages) dont on attend la parution en France.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • moechofe (---.---.110.230) 1er décembre 2005 11:18

    une petite entrée qui ouvre l’appetit...


    • Crosstown Traffic (---.---.40.175) 1er décembre 2005 16:55

      Une étude méconnue de l’oeuvre du Maître mais qui compte parmi les meilleures :

      « Frank Zappa - Chronique discographique » par Christophe Delbrouck (Editions Parallèles)


      • (---.---.151.252) 3 décembre 2005 10:31

        Et bien je ne peux pas laisser dire de telles choses au sujet de biographes de zappa car ce sont eux qui contribués à faire connaître Zappa y compris de son vivant ! La plupart sont des journalistes ou des musiciens (Dister, Chevalier)... Leur approche est celle de la vulgarisation - elle est aussi louable que les travaux analytiques de Ben Watson ou Guy Darol. Vous pouvez défendre n’importe quel livre bien sûr, mais pas au détriment des autres. Zappa a contesté les biographies ? Oui : 2 livres en particulier. Il a aussi contesté le travail des critiques et dans des termes assez peu poétiques... Arrêtez de vous servir de ce prétexte pour atténuer l’effort des biographes. Le jour où ils n’existeront plus, Zappa sera définitivement aux oubliettes. Christophe Delbrouck


        • Alex k (---.---.219.1) 4 décembre 2005 23:03

          Oui, les biographes sont importants, mais l’oeuvre est avant tout la principale mémoire d’un artiste : plus de 70 albums. Il existe malheureusement des biographes peu scrupuleux, profitant des tendances pour s’enrichir. C’est mettre le doigt sur un grand sujet qu’est le monde de l’édition.


        • christophe delbrouck (---.---.57.241) 26 avril 2006 08:51

          Ce ne sont pas les biographes qui sont important, ce sont les biographies ! Parler de son oeuvre c’est aider à sa diffusion. En ce qui concerne les abus, les profiteurs... personne ne se fait de l’argent sur le dos de Frank Zappa ! Travailler sur Zappa équivaut à perdre de l’argent. Si un auteur veux faire du fric il choisira plutôt de faire une bio sur mylène Farmer. Zappa a trois fois moins de potentiel commercial aujourd’hui qu’il y a 30 ans. Parler de son travail sous n’importe quelle forme aujourd’hui c’est de l’ordre du sauvetage pas du mercantilisme... Christophe Delbrouck

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Alain Bolo


Voir ses articles







Palmarès