• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Richard Hugo tendre poète

Richard Hugo tendre poète

Richard Hugo est un écrivain américain. Il faisait partie du groupe dit des « écrivains du Montana ». Il y a un nid là-bas, à Missoula. Les écrivains y poussent comme les champignons après la pluie, bien qu’il ne pleuve pas beaucoup dans ce coin. Par contre quand c’est l’hiver, c’est l’hiver. Apparemment Richard Hugo était surtout poète, et je suppose que c’était un tendre poète car le seul roman qu’il ait écrit, La Mort et la Belle Vie, un polar, est un tendre polar. Rangés dans le placard, les super-héros implacables. Les super-loosers aussi. Le seul roman écrit, pas exactement, disons le seul écrit et publié, deux ans avant sa disparition. Car il en avait déjà écrit un, jeune, « pas vraiment un roman policier » et « mal écrit » selon lui. Dans le Montana, on n’a pas l’air d’être trop prétentieux. Le climat et le lieu doivent l'empêcher.

Comme d’autres que lui dans son pays, Richard Hugo a suivi des cours de « création littéraire » à l’université. On apprend bien à dessiner, à jouer de la musique, alors pourquoi pas à écrire ? Ce qui ne fera pas forcément de vous un écrivain. Lui l’est devenu. Et professeur, à son tour, renommé. Si l’on en croit quelques éléments biographiques trouvés notamment dans la préface de son roman rédigée par James Welch (son élève, son ami, puis écrivain – les champignons), le personnage de son unique roman lui ressemble un peu. Comme lui il vient de Seattle et s’installe au Montana (un petit bled pour le personnage, Missoula pour l’écrivain), comme lui il trouve le bonheur dans ce nouvel endroit (une femme et ses enfants) et comme lui il aime le baseball et la pêche. Et tous les deux ont suivi ces cours de création littéraire.

Ce personnage c’est Al Barnes. Il a été policier à Seattle durant dix-sept ans. Au départ il voulait être poète. Dans son métier il n’a montré ni rage de réussir ni zèle excessif, établissant le record de non-délivrances de procès verbaux pour excès de vitesse et de non-arrestations de délinquants en tout genre. Si bien que ses collègues l’ont surnommé « Barnes la Tendresse ». Il découvre qu’il a un don : il suscite les confidences, même les plus improbables. Les gens veulent se confier à lui sans qu'il ne demande rien. C'est pratique, mais c'est un gentil et il n'en profite pas. Puis il est affecté à la brigade des homicides et là il se rend compte qu’il ne supporte pas le crime, surtout impuni. Il devient efficace mais reste Barnes le gentil et un jour qu’il interpelle un vieillard qui a l’air trop vieux pour être méchant, ce dernier lui met trois balles dans le corps. Après des mois d’hospitalisation, il accepte le congé médical qu’on lui propose et décide de partir à la recherche de « la paix et de la sérénité ». Il va les trouver à Plains, Montana, un bled minuscule au milieu de nulle part dans un comté pas très peuplé. Comme sa pension est insuffisante il lui faut un travail et il dégote celui de shérif-adjoint. La vie est tranquille à Plains et les affaires qu’il doit traiter n’ont rien à voir avec celles de la ville. Mais ça ne va durer qu’un temps et si Barnes trouve « la belle vie » à Plains, il va aussi y retrouver « la mort », un beau matin, en la personne d’un pêcheur, le comptable de la scierie, tué à la hache au bord d’un lac. Et ce n’est qu’un début. L’enquête sera concentrée sur un mois mais l’histoire se déroulera sur un an, avec une ellipse sur l’hiver interminable. Elle emmène Barnes dans l’Idaho voisin, puis à Portland, Oregon, où il retrouvera un ancien collègue de Seattle, flic et poète, et à Vancouver, état de Washington. Dans cette enquête à double-fond, des masques vont tomber très vite, d’autres très lentement.

Richard Hugo devait être lui aussi un « Dick la Tendresse ». C’était en tout cas un grand pêcheur. James Welch raconte qu’à la fin de sa vie, malade, il pêchait encore au bord des lacs, assis dans un fauteuil pliant. Son roman est tranquille comme une rivière large et calme. Il y a des morts, du sang, des esprits torturés, c’est un polar, mais pas de débauche de violence, pas de tourments sans fin ni de morbidité dans la tête d'Al Barnes, à qui il arrive de pleurer : « C’était peut-être le vin ou le ciel triste. En démarrant, je pensai à mon père qui était rentré un soir à la maison après avoir perdu son travail et qui s’étais mis à pleurer cependant que ma mère s’efforçait de le réconforter. Je pensai à un Noir de Seattle qui ne voulait pas être un violeur d’enfants mais qui, ne pouvant s’en empêcher, m’avait dit qu’il allait se tuer, ce qu’il avait fait en s’immolant par le feu. Je pensai à une petite fille qui s’était noyée dans un lac près de Seattle et aux cris de sa mère quand on avait tiré de l’eau le cadavre de son enfant. Je pensai à un monde où la vie est toujours trop dure, où on nous demande d’en supporter davantage qu’on en est capable. Je chialai comme un môme. Pour personne en particulier, pour nous tous. »

Le racisme envers les Noirs et les Indiens (le shérif est indien, son nom signifie « fougère rouge ») est présent sans lourdeur, comme la misère, les intégristes de Dieu qui détruisent leur famille, les affrontements politiques dans un pays où les shérifs sont élus, l’argent qui est la grande coupure et le meilleur des leurres, les bourgs où les motels et les stations-service tiennent lieu de monuments historiques. Al Barnes, épaulé par deux confrères très différents, le poète de Portland, flic impeccable et humaniste, et le sagace shérif du Montana, esprit fin et dégaine ultra-rapide sous son apparence d'ours, va mener cette histoire à son terme dans des paysages et des quartiers urbains qui rendent philosophe. Il y côtoiera des fous perdus et des calculateurs, préfèrera les premiers aux seconds, et ne sera pas infaillible, à tout point de vue. Dans ce polar où coule une rivière, les truites comme les affaires que l'on croyait finies reviennent au printemps.


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • jean dupondal 18 mai 2013 12:12

    j’ai lu : excellent !


    • alinea Alinea 18 mai 2013 13:45

      Un pote à Jim Harrison ? J’adore cette littérature, et ne connais pas Hugo. Je le mets sur ma liste au Père Noël :merci Sabine


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 18 mai 2013 14:50

        Un vrai coucou Suisse cette Sabine .



        Elle tic-tac les mots avec la précision de l’ horloge qui roule pas des mécaniques en donnant jamais l’ heure mais le plaisir de voir pointer 
        l’ aiguille vers «  à la troisième taupe il sera exactement le moment 
        de décapsuler la petite bottle de coca-cola et de la verser sur le demi-verre
        de whisky  » que le héros du film boira lors du mariage de sa dernière fille 
        qu’ il a eue avec une inconnue rencontré à Seattle une année où les 
         grizzly du Yucon et ceux d’ Alaska signèrent leur Traité sur la non-agression 
        des hominidés . Dans les années 1959 . 

        Depuis , le mur de Berlin chut dans un lourd silence de plomb 
        cristallogène  fusion 327 °

        Sa couleur gris bleuâtre blanchissant lentement en s’ oxydant 
        en fait un métal malléable que l’ on retrouve dans les anneaux de 
        Saturne dont beaucoup ne ne connaissent ni la rue ni la ville 
        de son domicile . 

        Quant à ce Richard Hugo pas Victor j’ ai aimé le passage où 
        il est dit qu’ il savait receuillir putain ce mot ceuillir  et receuillir j’ ai jamais connu sa grammaire ni personne de sa famille
        , qu’ il savait  recueillir les confidences sans effort ce qui prouve une 
        grande maîtrise de comment faire pour y parvenir .

        Merci pour cet article .




        • Richard Schneider Richard Schneider 18 mai 2013 16:12

          Article très intéressant - qui donne envie de lire le roman présenté. Donc objectif atteint par Sabine. Bravo.



          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mai 2013 16:47

            Ouais ça donne envie ....Notez gréffier !!!!!
            Ia orana à Sabine ,l’une des meilleures plume d’ici ...


            • SANDRO FERRETTI SANDRO FERRETTI 18 mai 2013 18:52

              Sabine,

              J’allais vous dire que je ne connaissais pas cet oiseau -ni sa plume-, qu’en général, j’aime pas les pêcheurs à la ligne, que le Montana et « la pêche à la truite en Amérique », ça aurait plutôt tendance à m’aiguiller les synapses vers le grand Brautigan et puis.. Bingo.

              J’y avais pensé, Agoravox l’a fait, avec ses robots et ses mots clefs.

              Pour une fois (hasard ?), la machine ne dit pas n’importe quoi, et sous la rubrique « sur le même thème », elle a le bon gout de faire un lien avec un de mes articles sur Brautigan.

              Une machine intelligente ? « Serait-ce possible alors », comme chantait l’autre.


              • COVADONGA722 COVADONGA722 19 mai 2013 08:30

                yep ,Sabine la fine mouche qui a su si bien nous appâter , maintenant je vais devoir me procurer le bouqin pour voir s’il tiens les promesses de votre chant de Pisinoé !



                Asinus:ne varietur

                • Vipère Vipère 19 mai 2013 15:28

                  Bonjour à tous et à Sabine


                  A Missoula, il ne pleut pas ? si ne n’était pas si loin, j’irai bien m’y poser quelques jours, pour voir le soleil plusieurs jours d’affilé ! 

                  Un rendez-vous avec le soleil, ce n’est pas demander la lune ! 



                  • Vipère Vipère 20 mai 2013 13:50

                    Chère Sabine

                    A perte de vue, que des parapluies et de gros nuages !

                    « le soleil revient »  !

                    mais quand ?

                    Et où ? Que j’y cours smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

S.B.

S.B.

Soleil et vent.


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès